Recherches sur les livres médiévaux dans les collections humanistes

Donatella NEBBIAI

Le thème de la séance  du 4 décembre du séminaire Histoire des bibliothèques anciennes, animée par la section d’humanisme de l’IRHT, était « Recherches sur les livres médiévaux dans les collections humanistes ».

Marie-Élisabeth Boutroue, responsable de la section, rappelle en introduction les conditions de la survie et de la production du livre manuscrit à l’époque moderne. Si l’imprimé est alors majoritaire, on continue à utiliser et à produire de nombreux manuscrits. Ceux-ci sont considérés comme des objets de collection, mais ce sont aussi des outils de travail et d’étude, ils servent à faire circuler les idées et les savoirs. On copie également des imprimés, par goût philologique et antiquaire (par ex. le Pline de la bibliothèque de Matthias Corvin, actuel ms. Vatican, Vat. Lat. 1951). M.-É. Boutroue présente ensuite les trois grands axes thématiques de la séance :

  • Manuscrits et imprimés ;
  • Les chasseurs de manuscrits ;
  • Quelques collections autour de la bibliothèque du Roi.

Jean-François Maillard (Nouveaux usages des bibliothèques médiévales à la Renaissance) parle de la constitution des bibliothèques d’État en Europe à la fin du Moyen Âge ; il insiste, pour Paris, sur l’importance de la bibliothèque du Roi qui, au début du 16e siècle, s’enrichit surtout grâce à l’action de l’érudit Guillaume Parvi. Celui-ci visite les grandes collections monastiques du pays : Corbie, St-Bénigne de Dijon, Lérins, Fleury entre autres. À l’instar de Parvi, d’autres savants ont parcouru les bibliothèques pour leurs recherches, comme Jacques Lefèvre d’Etaples et Jean Sambucus. Leurs réseaux ont joué un rôle primordial dans la constitution des grandes bibliothèques.

Jean-Marie Flamand (Le travail éditorial de Jacques Lefèvre d’Etaples) rappelle que Jacques Lefèvre d’Etaples (ca. 1460-1536) a largement utilisé les ressources des bibliothèques médiévales. Pour son travail éditorial, il consulte habituellement d’autres érudits ; il détaille également, dans ses préfaces, les raisons qui ont déterminé ses choix. J.-M. Flamand étudie en particulier les cas des éditions de deux auteurs, Ramon Lull (éditions successives en 1499, 1505, 1516, chez Guy Marchant) et Nicolas de Cues (édition en 1514, chez Josse Bade), et d’un corpus de textes, les Opuscula mystica (édition en 1513, chez Henri Estienne). Lefèvre d’Etaples a utilisé de préférence des bibliothèques monastiques, en particulier celle de la chartreuse de Vauvert, près de Paris, à laquelle Ramon Lull avait légué une partie de ses livres. De la même manière, l’érudit a aussi fréquenté la bibliothèque du collège de Sorbonne (qui fut également bénéficiaire d’un legs de la part du mystique catalan) ainsi que la bibliothèque pontificale.

L'ex-libris de Pierre Daniel, ms. Orléans BM 278, f. 162v.

L’ex-libris de Pierre Daniel, ms. Orléans BM 278, f. 162v
(Cliché IRHT).

Les interventions de la deuxième partie, par Olivier Pédeflous (La constitution de la bibliothèque d’un diplomate : Guillaume Pellicier), et par Louise Katz (La bibliothèque d’un juriste lettré : Pierre Daniel), sont consacrées aux chasseurs des manuscrits. O. Pédeflous présente Guillaume Pellicier, né vers 1500 à Montpellier, mort en 1558 à Terrail-sur-Aube, qui fut ambassadeur de François Ier à Venise et évêque de Maguelone. Pratiquant le grec, le latin et l’hébreu, Pellicier a possédé une bibliothèque considérable, dont le contenu est connu grâce à trois anciens inventaires ; deux, aujourd’hui à la BNF, ne concernent que des manuscrits grecs, le troisième (ms. Lanvellec, collection Rosanbo 276) répertorie tous ses livres, qui étaient plus de 300. Il disposait aussi d’une imprimerie dans son château. Pellicier est au centre d’un vaste réseau de savants qui lui procurent des manuscrits ; il a su gagner la confiance des bibliothécaires d’abbayes importantes, comme celle de S. Domenico de Castello à Venise, et des imprimeurs, comme Paul Manuce. Parmi les auteurs qu’il a étudiés figure en particulier Pline l’Ancien.

Pierre Daniel, étudié par L. Katz, est un juriste et un érudit orléanais († 1604 à Paris). Ce catholique, l’un des protégés de l’abbé de Fleury sur Loire, fut aussi proche du milieu protestant. Il a édité les œuvres de Querolus (Paris, 1564) et de Virgile, avec le commentaire de Servius (Paris, 1600). La bibliothèque de P. Daniel comptait plus d’un millier de manuscrits. L. Katz en esquisse le profil, d’après les manuscrits de l’érudit aujourd’hui conservés à Berne. C’est la collection d’un juriste bibliophile, qui possède, outre des livres de droit, des œuvres d’histoire, des usuels, comme les glossaires et les dictionnaires, et de nombreux textes classiques, en particulier des œuvres de Virgile. Pour la constituer, Pierre Daniel a eu recours aux grandes collections religieuses de France, en particulier celles des abbayes (Micy, la Trinité de Fécamp, Saint-Germain d’Auxerre, Villers entre autres), empruntant des livres qu’il ne semble pas avoir restitué, dans la plupart des cas. La bibliothèque de Pierre Daniel a été cédée en partie à Jacques Dupuy. Le reste est passé à sa mort à Jacques Bongars et aux Petau.

En troisième et dernière partie de séance, Evelien Chayes (Bibliothèques humanistes dans l’ombre de la Bibliothèque du Roi : Ismaël Boulliau et Jacques Caffarel) et F. Féry-Hue (L’inventaire après décès de la bibliothèque du duc d’Arschot (1614) : les manuscrits médiévaux dans une bibliothèque familiale), traitent de quelques personnalités appartenant au milieu de la bibliothèque du Roi. E. Chayes présente les profils d’Ismaël Boulliau †1694, astronome, hébraïsant, et de Jacques Caffarel. La bibliothèque de ce dernier est notamment évoquée, en 1645, dans le traité du bibliophile Jacob. Ces deux personnages, dont les collections ont été dispersées, illustrent bien l’importance du marché du livre à Paris entre 1640 et 1660. Caffarel, a travaillé dans plusieurs bibliothèques italiennes, notamment au Vatican. Une partie de ses manuscrits parvint à l’abbaye de Ganagobie, dont il fut prieur. Certains de ses livres se retrouvent dans la bibliothèque de Richelieu.

Féry-Hue étudie la bibliothèque du duc d’Arschot, qui puise son origine dans la collection de son arrière-grand-père, Georges d’Halluin. L’inventaire après décès de la collection du duc, établi en 1614, fut utilisé comme catalogue de vente. Ce document recense 3019 titres, dont environ 150 manuscrits, qui sont décrits dans une section finale regroupant plusieurs matières. En font partie 51 manuscrits latins, 95 français, 3 allemands, un avec un texte en néerlandais et un autre en italien. Un dernier manuscrit « en langue indéterminée » est également mentionné, sans précision de contenu. Parmi les livres provenant de la collection, F. Féry-Hue présente, en particulier, le ms. Paris BNF français 24316. Ce luxueux recueil de poésies (L’An des sept dames, Rondeaux et ballades, Eglogue de Virgile) fut copié vers 1515-1518. Il reproduit directement une édition anversoise contemporaine dont il imite page après page la présentation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *