Faire connaître l’Histoire culturelle et juridique de l’Islam

Nawāzil d’al-Zajlawī (XVIIIe s.), al-Mtarfa (wilaya Adrar) Khizāna b. ‘Abd al-Kabīr, f° 1v-2r

Nawāzil d’al-Zajlawī (XVIIIe s.), al-Mtarfa (wilaya Adrar) Khizāna b. ‘Abd al-Kabīr, f° 1v-2r.

Mieux connaître l’Islam dans ses dimensions historiques, culturelles et dogmatiques est un enjeu politique et social majeur dans le climat actuel de peur et de confrontation. Seule la connaissance peut permettre de dissocier les facteurs socio-politiques du terrorisme actuel de l’héritage culturel et identitaire des musulmans dans toutes ses dimensions. Ainsi commence le focus de la Lettre de l’InSHS (n°39, janvier 2016, p. 5-9) qui décrit l’ambition de l’Institut de recherche et d’histoire des textes de « faire connaître l’histoire culturelle et juridique de l’Islam » à travers ses différents programmes de recherche.

Élargir les bases de notre savoir historique, tel est le but des membres de la Section arabe de l’IRHT. Cette section est issue de la section orientale, fondée en 1937 par Georges Vajda. Sa mission principale est l’analyse de documents arabes manuscrits. À l’origine tournée vers l’étude de la transmission du savoir en terres d’Islam, l’onomastique et la papyrologie arabe, la section s’est orientée plus récemment vers une vision historique et juridique du Proche Orient médiéval jusqu’au XVIe siècle.

Les projets de la section arabe explorent, avec une pluralité de méthodes, divers aspects de l’histoire des sociétés musulmanes, sur la base de sources méconnues ou inédites — manuscrites, imprimées ou numériques. Ce pôle de compétence scientifique a été renforcé par le recrutement récent de deux nouveaux chercheurs, Jean-Charles Coulon et Ismaël Warscheid.

Projets de la Section arabe de l’IRHT

Extrait d'un tableau de correspondances, Paris, BULAC, ARA 572, f°44r.

Extrait d’un tableau de correspondances, Paris, BULAC, ARA 572, f°44r.

  • Repenser le droit musulman classique : le fiqh est-il applicable en tant que droit ? – Christian Müller : « Proposer une nouvelle vision du “droit musulman” en tant que système normatif multiforme qui se développe à partir d’une “tradition juridico-islamique” unique. Cette tradition n’acquiert le statut de droit sacré, nommé charia, qu’à partir d’une certaine époque, ainsi qu’en témoignent les textes juridiques. »Depuis 2009, le projet européen « Le droit musulman et sa matérialisation : actes légaux du VIIIe au XVe siècle » (ILM) — financé par l’ERC de 2009 à 2013 — a permis de constituer un vaste corpus d’actes juridiques en langue arabe provenant de diverses régions : Asie Centrale, Moyen Orient et Occident musulman. Son outil de recherche novateur, la base CALD, contient les données de 2 400 actes notariés. Plus de la moitié concernent des documents inédits provenant de corpus peu exploités d’al-Andalus, d’Egypte et de Palestine, du XIIIe au XVe siècle.

  • Vers une histoire sociale et culturelle du droit musulman dans les sociétés sahariennes à l’époque moderne (XVIe-XIXe siècles) – Ismail Warscheid : Il s’agit non seulement de reconstruire les multiples façons dont les populations sahariennes, sédentaires et nomades, se sont approprié les ressources du fiqh, mais aussi d’analyser le processus de formation d’une tradition juridico-religieuse vernaculaire au sein de l’école juridique malékite.

  • Du Touat au Jabal Lubnan : des espaces ruraux à la fois insulaires et connectés – Élise Voguet : Historienne ruraliste du Maghreb médiéval, Elise Voguet (Médaille de bronze du CBRS 2015) a surtout travaillé sur des manuscrits maghrébins et en particulier sur des recueils de jurisprudence (fatwas) inédits. Les textes conservés dans les bibliothèques privées du Touat — une région saharienne au sud-ouest de l’Algérie actuelle — ont récemment retenu son attention et un projet pluridisciplinaire, financé par l’ANR, permet aujourd’hui d’étudier cette région à la croisée des routes sahariennes entre le XIIIe et le XVIIIe siècle.

  • Magie et histoire dans l’Islam médiéval : une relecture des sources magiques – Jean-Charles Coulon : Le projet a pour but l’édition et la traduction d’un corpus de textes arabes médiévaux relatifs à la magie et l’élaboration d’outils de recherche. L’étude de l’histoire de la magie et des sciences occultes en Islam fut longtemps ignorée de la recherche. Alors que les historiens de l’Europe médiévale ont très tôt considéré que l’histoire de la magie relevait de l’histoire des sciences, voyant dans la magie les prémisses de la science moderne, l’étude de la magie dans le monde islamique se limitait au champ ethnologique.

  • Onomasticon Arabicum : identités et itinéraires dans l’Islam pré-ottoman – Christian Müller et Muriel Roiland : Étudier la transmission du savoir à la section arabe de l’IRHT a permis de reprendre le projet de l’Onomasticon Arabicum, fichier-répertoire de tous les personnages identifiés dans les sources arabes. Ainsi est née une entreprise internationale qui a élaboré, dès les débuts de l’informatique, une base de données qui contient non seulement les éléments constitutifs du nom mais les éléments narratifs extraits du texte des biographies: noms de métiers, itinéraires des voyages accomplis, dates importantes dans leur existence notamment.

Contrat de mariage daté de 780/1378, Jérusalem, Haram al-Sharif 44.

Contrat de mariage daté de 780/1378, Jérusalem, Haram al-Sharif 44.

Cette actualité est rédigée à partir d’extraits de l’article paru dans la Lettre de l’InSHS n°39, janvier 2016, p. 5-9.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *