Réouverture de la bibliothèque «Mohamed Tahar» à Tombouctou

plaque_12_janvier_16Une relative stabilité s’est instaurée dans la région de Tombouctou depuis 2013 grâce à la MINUSMA, mission des Nations Unies au Mali. La vie a donc progressivement repris son cours, même si la situation est encore instable dans les environs de la ville.

Le 18 juillet 2015, Madame Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO inaugurait les principaux mausolées de la ville des 333 saints. Depuis cette date, quatre bibliothèques privées ont été réhabilitées grâce, notamment, à l’action du responsable du patrimoine de la ville, Ben Essayouti El-Boukhari. Ce dernier suit aussi de près le partenariat qui s’est créé entre l’association des Amis de Vitray-Meyerovitch et la bibliothèque « Mohamed Tahar » dans le quartier de Sankoré. Le succès remporté par le financement participatif « L’or de Tombouctou » en 2015 a permis en effet d’y effectuer des travaux. Le 12 janvier 2016, la nouvelle plaque était posée et la bibliothèque ouvrait de nouveau ses portes.

Maître d’arabe et responsable de la bibliothèque « Mohamed Tahar » et de ses 2000 manuscrits, Abdoulawahid a maintenant deux objectifs : redonner vie au patrimoine familial qui lui a été confié et faciliter l’accès à ses manuscrits. Avec le soutien de la Fondation Singer Polignac, Abdoulwahid et Waly Haidara ont commencé à effectuer le tri et l’inventaire d’une sélection de manuscrits, encore rangés dans des malles.

En l’absence sur place de matériel performant, nous avons pris le pari de procéder dans un premier temps à la numérisation avec des moyens locaux : un statif, fabriqué par un artisan de Tombouctou, et un iphone 4S. Malgré les difficultés d’accès à internet, des réunions régulières sur skype permettent de préparer ensemble le travail en amont. Seront en priorité photographiés les manuscrits les plus anciens ou les plus abimés, puis les traités et commentaires de droit musulman, les fatawa, les contrats et les correspondances ou encore les traités d’histoire locale. Ces textes intéressent en premier lieu les membres de la section arabe de l’IRHT.

Par ailleurs, Abdoulwahid a confié aux « Amis d’Eva de Vitray-Meyerovitch » la numérisation d’un texte inédit auquel il tient tout particulièrement : la Risala l-Maymuniyya fī tawhid al-jurumiyya. Ce commentaire ésotérique d’un célèbre traité de grammaire, rédigé par Ibn Maymūn (m. 917/1511), est en cours d’édition et de traduction. Si les manuscrits de Tombouctou sont un trésor que la communauté internationale souhaite préserver, leur contenu est encore très peu exploité par les chercheurs. Partager, faire connaître et transmettre les textes, voilà le but actuel de notre partenariat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *