Les mauristes et les bibliothèques des abbayes bénédictines de Normandie

Jérémy DELMULLE (IRHT-Biblissima et BNF)

Affiche

Le séminaire d’Histoire des Bibliothèques anciennes du 15 janvier 2016 s’inscrivait dans le cadre des journées d’étude : « Autour de la BBMN : Bernard de Montfaucon, les mauristes et les bibliothèques de manuscrits médiévaux », organisées par Jérémy Delmulle, en collaboration avec l’IRHT et la BnF. Ces journées se proposaient de promouvoir le projet, imaginé par Biblissima, d’une édition électronique de la Bibliotheca bibliothecarum manuscriptorum nova (BBMN) de Bernard de Montfaucon, érudit bénédictin de la congrégation de Saint-Maur. Les organisateurs souhaitaient rassembler des spécialistes des manuscrits, de l’histoire des bibliothèques et de l’histoire de l’érudition.

La matinée du vendredi 15 janvier a été consacrée plus spécifiquement aux bibliothèques normandes, particulièrement prisées par les érudits mauristes.

La première, Marie Bisson (MRSH, Caen) a présenté une communication intitulée « Connaître la bibliothèque du Mont Saint-Michel à la lumière des écrits mauristes », issue de la thèse de doctorat qu’elle a soutenue en décembre dernier. Elle a démontré, à partir des récits composés par plusieurs bénédictins des débuts de la Congrégation, dans les années 1630 et 1640 (les Histoires de dom Jean Huynes ou, plus tard, de dom Thomas Le Roy) et des activités de cotation et d’inventoriage réalisées dans la même période (en particulier par dom Anselme Le Michel), l’importance des documents mauristes, pour certains envoyés à Saint-Germain, pour d’autres restés sur place, pour l’identification des manuscrits du Mont Saint-Michel, aujourd’hui conservés à Avranches, et pour l’histoire de la bibliothèque à l’époque moderne.

Jérémy Delmulle (IRHT Biblissima et BNF) s’est intéressé à une autre abbaye normande de la Congrégation : « Pour la reconstitution de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Martin de Sées. Des archives mauristes aux manuscrits retrouvés ». Les manuscrits de cette bibliothèque, qui ont connu à partir de la Révolution un sort peu commun, sont aujourd’hui conservés en majorité à la BM d’Alençon et aux Archives diocésaines de Sées. En recensant et en comparant la dizaine d’inventaires rédigés par les mauristes au XVIIe siècle (par dom Le Michel, d’abord, vers 1640, puis par dom Bellaise, quarante ans plus tard), J. Delmulle est parvenu à retracer le parcours de quelques manuscrits réputés perdus et à retrouver dans le fonds de Saint-Germain de la BnF des volumes ou cahiers emportés de Sées par dom Le Michel. On connaît désormais une soixantaine de manuscrits sagiens, dont la grande majorité n’ont jamais été décrits.

Enfin, c’est Pierre-Yves Buard (MRSH, Caen) qui a présenté, d’un point de vue plus théorique les enjeux de l’« Édition numérique collaborative de textes anciens : méthodes et organisation du travail », en prenant appui essentiellement sur des productions récentes des Presses Universitaires de Caen : l’édition des Chroniques latines du Mont Saint-Michel (Pierre Bouet et Olivier Desbordes) et l’Hortus sanitatis (Catherine Jacquemard). Les outils créés par les informaticiens et l’encodage en TEI permettent de préparer, à partir d’un même travail d’édition, qui suppose des conventions adoptées dès le début du projet, à la fois une édition électronique et une édition sur papier. Ce sont ces procédés-là qui ont été adoptés pour l’édition en cours de préparation de la BBMN : l’édition électronique des inventaires publiés par Montfaucon, à paraître dans les prochains mois, inaugurera ainsi la collection du « Corpus d’inventaires anciens » des PUC.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *