L’ecdotique des textes philosophiques (2 mai 2002)

Introduction

Le fait qu’un texte soit philosophique a-t-il des conséquences sur la façon de l’éditer ? Cette question peut se démultiplier ainsi : Existe-t-il des cas où le philologue et le philosophe sont en désaccord dans l’acte de réaliser une édition critique et si oui, comment se résout le litige ? Y a-t-il des difficultés paléographiques propres aux textes philosophiques : graphies similaires pour des termes de sens voisin, abréviations ambiguës, etc., et comment les résout-on ? Observe-t-on des traditions manuscrites plus fréquentes à propos des textes philosophiques, traditions rares ou au contraire surabondantes, recensions multiples, archétypes évolutifs, autographes conservés, etc. ? Le cas ne paraît pas rare en philosophie de recensions multiples : Jean Scot, Abélard, etc. Pourquoi ? Comment discerne-t-on alors ce qui est authentique de ce qui ne l’est pas ? Comment classe-t-on les diverses recensions dans le temps ? Comment procède-t-on en pratique pour éditer les diverses strates d’une pensée en mouvement ? La méthode stemmatique est-elle adaptée à l’édition des textes philosophiques ou d’autres méthodes conviennent-elles mieux ? L’insertion d’un texte philosophique dans sa tradition, par l’identification des sources, des parallèles, des thèses citées ou combattues, pose-t-il des problèmes plus aigus que pour d’autres catégories de textes ? L’art de la conjecture est-il davantage sollicité dans l’édition des textes philosophiques ? Jusqu’à quel point est-il légitime de corriger par conjecture le texte de l’archétype ou, le cas échéant, du manuscrit unique ? Peut-on éditer un texte philosophique sans être philosophe ? Et, en sens inverse, y a-t-il un danger particulier à être philosophe lorsqu’on est éditeur de textes philosophiques ? Dans quelle mesure la production d’une édition critique renouvelle-t-elle la pensée d’un auteur philosophique ? Le fait d’avoir soi-même réalisé l’édition critique d’un texte philosophique, des manuscrits à l’établissement du texte, enrichit-il l’interprétation qu’on en a et de quelles manières ? Que manque-t-il à un spécialiste de la philosophie médiévale qui n’aurait jamais travaillé à une édition critique ?

Édouard Jeauneau (IRHT, Paris / Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Toronto) − Quelques éditions contemporaines de textes philosophiques, ixe-xiie siècle

À l’aide d’exemples tirés des œuvres de Jean Scot Erigène et de Guillaume de Conches, l’abbé Jeauneau montre que le travail d’édition critique requiert à la fois une « affinité » intellectuelle avec les textes philosophiques, pour les établir et les ponctuer correctement, et un examen minutieux des manuscrits pour discerner la pensée originelle de l’auteur à travers les modifications – parfois délibérées et intéressantes pour elles-mêmes – que lui ont fait subir les copistes ou lecteurs ultérieurs. Particulièrement instructive est l’analyse d’un passage du livre III du Periphyseon, où la reconnaissance de corrections autographes de Jean Scot dans Reims, Bibl. mun., 875 permet de comprendre l’histoire du lieu variant et partant les divergences entre les éditions imprimées. En l’occurrence, il faut préférer le témoignage de l’édition Gale (Oxford 1681) à celui de Sheldon-Williams (Dublin 1981).

Julie Brumberg-Chaumont (CNRS) – Dominique Poirel (IRHT) − Établir, lire, interpréter les textes : les interactions de la philologie et de la philosophie dans un atelier d’édition de manuscrits

Dans le cadre d’un séminaire d’initiation à l’édition critique, une philosophe médiéviste et un philologue collaborent depuis deux ans à l’édition critique de deux commentaires du De memoria et reminiscentia d’Aristote dans sa vetus translatio, attribués tous deux à Adam de Buckfield (XIIIe s.).

Les deux textes sont brefs : un à quatre feuillets, et transcrits par un petit nombre de manuscrits : cinq et trois, du XIIIe s. surtout et correspondant respectivement à trois et deux recensions différentes. Dans l’un et l’autre cas, on observe deux comportements de copistes bien typés : le copiste professionnel ou « disciple », qui reproduit aussi fidèlement que possible la lettre de son modèle sans craindre l’absurdité, et le copiste « confrère », plus confiant dans ses possibilités d’améliorer le texte qu’il retranscrit, n’hésitant pas à corriger, récrire et augmenter son modèle aux endroits corrompus ou insatisfaisants. Cela, du moins, si l’on accepte les hypothèses stemmatiques adoptées, tant l’établissement du texte, son interprétation et la reconstitution de sa généalogie sont intimement mêlées. Le texte des premières recensions sera établi suivant la méthode stemmatique, en privilégiant donc le témoignage des copies « conservatrices » et en indiquant par des artifices typographiques les ajouts massifs des recensions ultérieures, voire en les éditant séparément. Finalement, la leçon principale de cette expérience d’édition bicéphale est qu’on ne peut séparer des « moments » différents dans l’édition critique, celui du philologue, puis celui du philosophe, mais, séparément ou dans la discussion, chacun des partenaires a dû refaire pour son compte l’ensemble du travail de l’autre.

Jean-Pierre Rothschild (IRHT) − Ecdotique des textes philosophiques hébreux (Cliquer sur le titre)

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/msphilo/jeudi_philo_7.htm).


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 30 novembre 2016

    […] [5] Julie Brumberg-Chaumont (CNRS) – Dominique Poirel (IRHT) − Établir, lire, interpréter les textes : les interactions de la philologie et de la philosophie dans un atelier d’édition de manuscrits (http://irht.hypotheses.org/1195) […]

  2. 30 novembre 2016

    […] [5] Julie Brumberg-Chaumont (CNRS) – Dominique Poirel (IRHT) − Établir, lire, interpréter les textes : les interactions de la philologie et de la philosophie dans un atelier d’édition de manuscrits (http://irht.hypotheses.org/1195) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *