Ecdotique des textes philosophiques hébreux

Jean-Pierre Rothschild (IRHT)

La question qu’on nous demande d’examiner est celle-ci : « le fait qu’un texte soit philosophique a-t-il des conséquences sur la façon de l’éditer ? », autrement dit : quelles sont les spécificités du travail de l’éditeur de textes philosophiques.

L’exposé considérera donc, simplement, pour les étapes successives du travail d’édition (collecte des témoins, méthodes de classement, choix du texte à éditer, choix des leçons à retenir dans l’apparat critique, recherche des sources), à repérer les conditions particulières qui peuvent être celles de la recherche sur les manuscrits hébreux en général et sur les manuscrits philosophiques en particulier.

Les exemples discutés seront fournis par des éditions critiques récentes (Guide du Guide de R. Shemtov ibn Falaqera ; Foi exaltée d’Abraham ibn Daud) et par notre travail sur des textes encore inédits (traductions en hébreu du Livre des causes ou de la Philosophia de Guillaume de Conches ; Source du proclamateur de Joseph ibn Shemtov).

Préalables

La philosophie du judaïsme au Moyen Âge, — l’ensemble de ses textes spéculatifs, recouvre trois choses :

  1. L’héritage de la philosophie antique, Aristote essentiellement, parvenu aux juifs par les Arabes, dont les plus grands représentants sont Saadia Gaon au Xe s. et Bahya Ibn Paqquda au XIe, Abraham Ibn Daud et surtout Maïmonide au XIIe, Lévi b. Gerson et Moïse de Narbonne en Provence au XIVe s., Juda Romano en Italie au XIVe, Joseph Albo, Isaac Abrabanel en Espagne au XVe et en Italie au début du XVIe s.
  2. Une contre-littérature apologétique, traditionaliste, dont les grands noms sont, en Espagne, Juda ha-Lévi au XIIe s., Hasdaï Crescas au XIVe.
  3. La littérature mystique, qui commence avec le Livre de la création (IVe s. ?) et croît en importance à partir de la fin du XIIe et du début du XIIIe s. avec les premiers textes de kabbale écrits en Provence, s’épanouissant en Catalogne et Castille avec le Zohar, devenant après les expulsions d’Espagne en 1492 et du Portugal en 1497, le genre spéculatif principal, voire unique, jusqu’aux Lumières. La kabbale, d’ailleurs, ne manqua pas de dialoguer avec la philosophie, par confrontation ou hybridation.

On n’envisage ici que le premier groupe, avec deux singularités.

  1. On ne peut assigner à la philosophie juive une place institutionnelle comme dans la scolastique latine. Elle a un statut « non professionnel » ou « laïc » au sens de ces termes chez les latinistes récents.
  2. Les auteurs philosophiques juifs majeurs, jusqu’au XIIe s., ont écrit non en hébreu mais en arabe ; le corpus hébreu est, plus qu’un autre, formé de traductions, celles des commentateurs arabes, d’Aristote lui-même quand abordé directement et non plus à travers Averroès, et celles des auteurs juifs majeurs. Ces traductions se firent pour l’essentiel en Provence, surtout dans la famille des Tibbonides : Juda b. Saül Ibn Tibbon (ca 1120-ca 1190), émigré d’Espagne à Lunel, traducteur de Juda ha-Lévi et Saadia Gaon ; son fils Samuel (ca 1160-ca 1230), traducteur de Maïmonide ; le fils de celui-ci, Moïse, traducteur de philosophie, médecine et astronomie ; le neveu de celui-ci, Jacob b. Makhir (ca 1236-1307).

Éditions critiques

On n’a pas édité de textes à tradition nombreuse (plusieurs dizaines de témoins) ; il n’en existe qu’un, le Guide des égarés, dont les deux traductions en hébreu sont présentes dans env. 150 mss et n’ont pas fait l’objet d’éditions critiques ; Mme Sirat en a compté 43 pour les Guerres du Seigneur de Lévi b. Gerson (pas d’édition critique). Le Guide du Guide, de Shem Tob Ibn Falaqera, édité en 2001, l’a été à partir des neuf témoins : on n’a jamais eu à poser le problème du choix de manuscrits représentatifs de familles, ni à procéder par sondages : la collation de tous les témoins paraissait naturelle. La réflexion théorique est bien moins développée que pour les langues classiques ou vernaculaires. Les préfaces sont parcimonieuses, les essais méthodologiques rarissimes. Seul G. Sermoneta a présenté une discussion longue et fournie à l’appui de son édition des Tagmuley ha-nefesh de Hillel de Vérone (1981).

Collecte des témoins

Il existe à la Bibliothèque nationale et universitaire de Jérusalem, depuis 1950, un Institut des microfilms de manuscrits hébreux qui possède les films de presque tous les fonds de manuscrits hébreux, tant publics que privés, connus dans le monde (env. 40.000) et un fichier général. L’étape initiale de dépouillement des catalogues en vue de l’établissement d’une liste des témoins peut donc être négligée dans un temps pour l’hébreu. On n’a pas l’habitude régulière de reconnaître les textes par l’incipit, si bien que la recherche par le début du texte n’est pas possible, — handicap pour l’identification : en l’absence de titre et de nom d’auteur, il est difficile de trouver à partir des catalogues d’autres témoins. La connaissance approfondie du texte et la pratique assidue des manuscrits issus des milieux où il fut produit ou transmis sont naturellement, comme pour les autres littératures, les conditions de la découverte de témoins supplémentaires ou d’états moins reconnaissables (fragments, abrégés, schémas…) inaccessibles aux catalogueurs.

Établir le texte

  1. Consulter tous les témoins : démarche évidente, qui peut bouleverser l’interprétation d’un texte (le nouveau témoin de la traduction de la Summa philosophiae de Guillaume de Conches) ; ou ne pas livrer l’explication attendue d’accidents textuels (Eyn ha-qore de Joseph b. Shem Tov).
  2. Texte de l’auteur ou des lecteurs ? L’éditeur doit savoir s’il veut remonter à un original dont les variantes ne seraient que des corruptions, dans l’esprit qui fut celui de la Renaissance et qui prévaut encore chez les éditeurs de textes classiques, ou s’il veut donner les textes qui ont effectivement circulé (les deux méthodes ont été appliquées à la Légende dorée : B. Fleith, 1991 et G. P. Maggioni, 1998). À concilier les deux on risque des incohérences de fond et les variantes d’apparat critique ne donnent pas à lire les textes « réels » dans leur continuité. D’où tentation du synoptique. En philosophie, en effet, on s’attache autant à la version d’auteur qu’aux textes ayant circulé, dont a dépendu la réception et l’interprétation. On s’intéresse non seulement aux variantes « riches » ou seulement signifiantes, mais à toutes celles à partir desquelles le sens « d’origine » ne se reconstitue pas ou fait difficulté (ex. pris au Livre des causes, arabe>latin>hébreu, arabe>hébreu, qui montre aussi l’importance de confronter les témoignages des traductions en latin et en hébreu pour établir un texte arabe). Il y a des éditions synoptiques par défaut du travail d’éditeur. Dans d’autres cas la démarche est justifiée : tradition très incomplète et tardive aux témoins sans autorité ; texte important, grandement diffusé et commenté ; disparités profondes entre les versions, extrême ductilité des textes (souvent au Moyen Âge tardif) ; enfin versions successives, autorisées, d’un même texte, dont on veut étudier l’évolution (ex. de la traduction du Commentaire Moyen d’Averroès à l’Éthique, éd. L. Berman, 2000).
  3. Stemma et histoire. Une difficulté théorique de la méthode stemmatique : le stemma est toujours possible, même pour une tradition tardive et raréfiée, aux témoins très éloignés : faut-il se méfier d’une méthode qui trouve des rapports abstraits mais peu utilisables quand on ne peut en saisir la valeur historique ; ou dire au contraire qu’un stemma est toujours légitime parce que des mss d’un texte qui, à quelque moment, a forcément été « le même », entretiennent toujours un rapport élucidable, quelle que soit la difficulté des historiens à en rendre compte ? L’histoire vient au secours de la théorie et inspire aux éditeurs le choix de la méthode, en fonction de points d’appui historiques dont ils disposeront, ou non, pour interpréter les articulations du stemma et l’orienter.
  4. Les garanties du bon texte : cohérence doctrinale et cas des traductions. On est bien armé en philosophie pour juger du « bon » texte, par la cohérence du propos, moyennant la connaissance du contexte, des raisonnements en usage et de la tournure d’esprit de l’auteur. Il n’y a rien de spécifique à l’hébreu. Dans l’édition de traductions, il faut distinguer cinq niveaux : – texte d’auteur original ; – ms. utilisé comme base de la traduction ; – traduction originelle ; – textes qui en ont circulé ; – traduction que l’éditeur d’aujourd’hui, bien informé, est tenté de substituer à celle des mss. (ex. du Livre des causes). L’éditeur doit faire grande attention à ne pas confondre 3, qu’il doit établir, et 5. Il est en général fort difficile de déterminer si une variante est de niveaux 2, 3 ou 4, sauf cas privilégiés où la nature de la faute est évidente (ex. du Livre des causes de la Summa philosophiae).

L’apparat critique

Trois types de variantes sont importantes :

  1. celle qui justifient le classement des manuscrits ;
  2. celles qui « présentent un sens philosophiques » ou au contraire lui font obstacle ;
  3. des variantes de langue : il s’en faut que l’hébreu médiéval soit bien connu, la prose a été négligée. Rendre compte méticuleusement de la langue d’un texte fait partie des devoirs d’un éditeur, philosophe ou non (ex. d’un fait de langue inaperçu et normalisé par l’éditeur d’un texte de kabbale, qui a ainsi perdu un élément à l’appui de sa thèse de l’archaïsme délibéré de ces écrits).

Tout doit-il figurer dans l’apparat critique ? 2 et 3 peuvent faire l’objet d’études séparées ou de notes ; le regroupement de variantes orthographiques ou répétitives allège l’apparat critique et rend plus visibles les faits dont il s’agit. Chaque cas appelle ses solutions, en fonction du nombre des variantes et des témoins, de la nature des variantes, etc.

Conclusion générale à l’unisson, et en soi modeste : pas plus pour l’hébreu que pour une autre langue il n’existe une méthode unique d’édition. Les choix dépendent de la longueur du texte, du nombre et de l’état des témoins, de leurs rapports mutuels, de l’importance du Fortleben, de la possibilité de remonter avec vraisemblance à une intention d’auteur, de la présence ou non de critères pour identifier le « bon » texte avec assez de certitude.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/msphilo/jeudi_philo_7_rothschild.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *