Textes philosophiques et manuscrits philosophiques

Philippe HOFFMANN

Les origines grecques : la philosophie, l’écriture et les livres (quelques rappels)

  • La tradition classique : oralité et écriture (depuis le Phèdre de Platon) ; bíos philosophikós et logos philosophikós. (par ex. P. Hadot, Qu’est ce que la philosophie antique ?, Paris 1995. La philosophie comme « mode de vie », askesis, plutôt que corps de doctrines)
  • Les écoles philosophiques tardo-antiques (néoplatoniciennes)
  1. Les six définitions de la Philosophie (Ammonius, David, Elias)
  2. Les origines de la théorie des trois états du discours (Ammonius, In de int.)
  3. L’exégèse et ses implications (définition des textes philosophiques selon un cursus [arts libéraux propédeutiques # philosophie, intégration des mathématiques et de la théologie à la philosophie])
  4. La pratique du livre dans les écoles (conditions de rédaction, mise en pages des commentaires, bibliothèques).

Un ensemble de manuscrits philosophiques : la « Collection Philosophique » platonicienne (Constantinople, 3e quart du IXe siècle)

1. Contenus et cohérence (paléographique, codicologique [formats, mise en page]) problèmes de méthode : identification d’un « noyau » auquel on rattache d’autres mss d’après divers critères (paléographie, mise en pages, arguments philologiques)

Quelques cotes (L.G. Westennk, éd. Damascius, CUF, vol. 1, 1986, p. LXXIII sq.) :

  • Paris.gr. 1807: ms. A de Platon (2C moitié d’une édition en deux vol.)
  • Paris.gr. 1962 (Maxime de Tyr et Alkinoos)
  • Laurent. 80, 9+ Vat.gr. 2197 (Proclus, In Rempubl.)
  • Parisinus Suppl. gr. 921 (palimps., il ff., Proclus, In Timaeum)
  • Marc.gr. 246 : Damascius, Perì arkhôn et In Parmenidem
  • Marc. gr. 196 (Olympiodore et Damascius, sur Platon)
  • Marc. gr. 258 (Alexandre d’Aphrodise, scripta minora)
  • Marc. gr. 226 (Simplicius, In Phys., V-VIII)
  • autres suggestions proposées par des philologues:
  • (?) archétype des Ennéades de Plotin
  • exemplaires de Simplicius, In Cat., et d’Ammonius, In De int.
  • Mais…
  • Palatinus Heidelb. gr. 398 (géographes, mythographes, paradoxographes, correspondances fictives [Hippocrate…])
  • Vaticanus. gr. 2249 (Pseudo-Denys et Théodoret) mss perdus de Strabon et Hérodote (selon A. Diller)

2. L’hypothèse de L.G. Westerink : la Collection philosophique est-elle issue de la translittération des épaves de la bibliothèque de l’école d’Alexandrie?

3. Rappelons pour mémoire la probable existence, au IXe siècle encore, d’une autre collection philosophique, aristotélicienne, représentée principalement par le ms. J d’Aristote (l’Aristote « de Vienne », Vindob. phil. gr. 100) [article fondamental J. Irigoin, « L’Aristote de Vienne », Jahrb. der Ôsterreich. Byz. Gesells., 6, 1957, p. 5-10]

Peut-on caractériser des « manuscrits philosophiques » ? Et selon quels critères ?

Fil directeur possible : étudier les traditions manuscrites de textes courts, transmis dans des ensembles (homogènes ?) ou des corpus. Par exemple le De lineis insecabilibus (Perì atómon grammôn) du pseudo-Aristote (diss. de D. Harlfinger, Die Textgeschichle der pseudo-aristotelischen Schrift Perì atómon grammôn. Ein kodikologisch-kulturgeschichtlicher Beitrag zur Klärung der Uberlieferungsverhdltnisse im Corpus Aristotelicum, Amsterdam 1971) ou la Métaphysique de Théophraste (éd. Laks-Most et al., C.U.F., 1993, p. XL-LXXXX).

L’exemple de la tradition des extraits (Parekbolaí) du commentaire de *Damascius sur le de caelo d’Anstote.

Questions soulevées :

  • particularités paléographiques et/ou codicologiques ? des scribes spécialisés ?
  • « configurations de textes » spécifiques dans les recueils (de types différents : unités ± artificielles ou intentionnelles)
  • commanditaires, collections et bibliothèques

Manuscrits des Parekbolaí

  • Marcianus gr. 257 = A (XIIIeXIVe s.)
  • Marcianus gr. 263 = B (XVe s., seconde moitié, Jean Rhosos)
  • Marcianus gr. 523 = C (XVe s., seconde moitié) trois mss du cardinal Bessarion
  • Matritensis 4616 (N 84) = M (XVe s., seconde moitié) copié par Constantin Lascaris à Messine
  • Pansinus gr. 1943 = P (a. 1535-37, Venise, Ange Vergèce) commanditaire Georges de Selve, évêque de Lavaur
  • Scorialensis Y. I. 9 (gr. 248) = S , copié en 1542-43 (?) à Venise commanditaire d. Diego Hurtado de Mendoza
  • Parisinus gr. 1944 = p (après 1542-43 ?, France)
  • Vaticanus Ottobonianus gr. 45 = O (entre 1542 et 1547, Venise) commanditaire Arnold Arlenius Peraxylus bibliothécaire de Mendoza à Venise

Conclusion : le stemma

stemma_hoffman

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis-dev.irht.cnrs.fr/msphilo/jeudi_philo_1_hoffmann.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *