Les traductions patristiques (18 janvier 2001)

Yves-Marie Duval – Les traductions de Jérôme

Jérôme est surtout connu comme traducteur de la Bible. Il a, de fait, travaillé durant un quart de siècle sur le Nouveau, puis l’Ancien Testament, en passant progressivement du grec à l’hébreu. Mais, tout en cherchant à acquérir très tôt les rudiments de l’hébreu, c’est d’abord aux textes grecs de ses prédécesseurs chrétiens qu’il s’est attaqué à Antioche, puis Constantinople, sur les traces, peut-être, de son protecteur Évagre d’Antioche, qui avait donné une nouvelle traduction de la récente Vie dAntoine d’Athanase d’Alexandrie. S’ils visent à faire connaître à l’Occident des œuvres nouvelles ou des instruments de travail promis à un grand avenir (la Chronique d’Eusèbe-Jérôme), ces premiers travaux s’inscrivent explicitement dans la ligne des traductions classiques et des conseils des rhétoriciens.

À Bethléem, après son séjour malheureux à Rome où il a, à la fois, continué à traduire Origène et ouvert le chantier des traductions ou révisions bibliques, il revient en partie à des traductions, mais dans un esprit partiellement nouveau. S’il traduit encore quelques instruments de travail, ses traductions d’œuvres grecques antérieures ont le plus souvent des intentions polémiques (contre Ambroise de Milan, Jean de Jérusalem, Rufin d’Aquilée, etc.), qui l’amènent à faire de nouvelles déclarations sur sa méthode. La dernière entreprise de traduction, celle des Règles de Pachôme, coïncide avec la fin des traductions bibliques sur l’hébreu.

Tout en essayant de mettre en lumière ces différentes étapes, on tentera également de déterminer ce qui distingue, selon Jérôme, les traductions bibliques des traductions des auteurs chrétiens antérieurs. Par justice — à l’égard de l’un comme de l’autre —, mais aussi pour mieux éclairer le travail de Jérôme, on dira quelques mots de Rufin d’Aquilée, qui s’est voulu (et a été en partie) le continuateur de Jérôme et qui a, plus que lui, traduit Origène et Eusèbe, élargissant même le domaine de la traduction aux Cappadociens et à Évagre le Pontique.

Discussion

Bernard Flusin : Est-on renseigné sur les « exercices » littéraires antiques dont Jérôme dit s’inspirer dans ses premières traductions ?

Y.-M. D. : Cicéron évoque son maître Crassus, qui aurait cultivé cette pratique pour enrichir son style. Mais il dit le faire lui-même et, de fait, nous avons conservé ses traductions. Quintilien, Pline le Jeune prônent cette méthode. Quand il traduit la Chronique d’Eusèbe, Jérôme se réfère à ces précédents au lieu de présenter, comme on s’y attendrait, l’œuvre qu’il traduit. Dans toutes les préfaces de ses traductions ultérieures, il ne cessera d’y faire référence. Rufin, au contraire, ne le fait jamais. À noter que des hommes comme Jérôme ou Rufin, qui apprennent laborieusement le grec en Orient, sont d’une origine sociale plus modeste qu’un Ambroise dont l’exemple, au moins, montre que le grec était encore d’usage courant dans la haute société romaine de cette époque, même si, dans d’autres cas, il faut faire la part de la flagornerie quand on interprète les invites des traducteurs aux lecteurs à vérifier eux-mêmes dans l’original. D’un autre côté, Jérôme choisit les textes à traduire selon le critère de l’utilité immédiate, ainsi pour les canons d’Eusèbe. Aussi, comme l’a indiqué M. Mahé pour un autre cas, ses traductions, pour être bien comprises, doivent-elles être remises dans le contexte dans lequel elles ont été faites.

Erich Lamberz − Traductions et retraductions grecques et latines dans les Actes conciliaires des VIIe-IXe siècles

Les traductions latines des Actes grecs des Conciles du Latran (a. 649) et du VIe Concile œcuménique (Constantinople III, a. 680/1), de même que les débris de la première traduction des Actes du VIIe Concile œcuménique (Nicée II, a. 787) conservés dans la lettre du pape Hadrien Ier à Charlemagne, dans les Libri Carolini, dans le Libelllus synodalis de 825 et dans diverses collections canoniques latines, sont les plus amples (et presque seuls) témoins d’une activité de traduction du grec en Occident entre Denys le Petit et Cassiodore au vie siècle d’un côté et Jean Scot Érigène et Anastase le Bibliothécaire au IXe siècle de l’autre. Ces traductions reflètent les différents degrés de la connaissance du grec et de la capacité de traduire au VIIe et VIIIe s. en Occident. La question de savoir à quels hommes elles sont dues et quelle était la langue maternelle de ces hommes est encore à résoudre.

Les traductions des Actes de Nicée II et des Actes du Synode contre Photius (VIIIe Concile, a. 869/870) dues à Anastase le Bibliothécaire ont une qualité nettement supérieure à celles des siècles précédents. La comparaison entre les deux traductions du Concile de Nicée II, c’est-à-dire celle qui a été faite immédiatement après le Concile de 787 et celle d’Anastase, nous donne des précieuses informations sur les méthodes de travail des différents traducteurs et sur les intentions d’Anastase.

De l’autre côté, les Actes grecs mêmes des Conciles mentionnés contiennent des textes (lettres des papes, lettres synodales), qui ont été traduits du latin en grec. Ils nous permettent de nous faire une idée des connaissances du latin aux VIIe-IXe siècles à Constantinople, surtout dans la chancellerie impériale. À la différence de l’Occident, on constate qu’il y a une continuité de traduction exercée par des hommes professionnels, par exemple le grammairien Constantin au VIe Concile. Cette constatation trouve son affirmation dans les traductions latines (« Authentica ») des Lettres et « Sacrae » impériales faites à Constantinople par des notaires impériaux et, dans des cas à déterminer, insérées dans les Actes latins. Cependant, la plupart de ces documents impériaux ont été traduites en latin en Occident dans le contexte de la traduction des Actes grecs.

Plusieurs documents latins mentionnés ci-dessus, qui avaient été traduits du latin dans les Actes grecs, ont été insérés dans les Actes latins dans leur forme originale (Lettres du pape Agathon et du Synode Romain dans les Actes du VIe Concile, Lettres du pape Hadrian Ier dans les Actes du VIIe Concile), d’autres ont été retraduits en latin à partir de la version grecque. Ce phénomène de rétroversion (quelquefois même de double rétroversion) se trouve aussi dans les versions grecques des extraits des Pères grecs contenus dans les textes latins (c’est assez rare qu’on ait inséré le texte original grec). Ces extraits de Pères grecs dans les textes latins, souvent empruntés à des florilèges déjà existants, témoignent d’ailleurs des stades antérieurs de traduction dans la tradition latine.

Tout cela rend ardue la tâche de l’éditeur des Actes, mais permet, en même temps, de mieux discerner les vicissitudes de la tradition des textes et, en certains cas, de déceler leur déformation ou même leur falsification.

Discussion

François Dolbeau : Je voudrais revenir sur la questio vexata du Parisinus graec. 1115 : ce florilège dépend théoriquement, selon vous, des actes d’un concile qui lui fut postérieur [Nicée, 787] ?

E.L. : Le colophon a été recopié (K.-H. Uthemann in RHT 29, 1999, p. 39-84); je crois que la date [759, ère byzantine] a été, non falsifiée, mais mal lue sur son modèle par le copiste. C’est un ms. dont beaucoup de textes sont issus de textes romains.

F.D. : Admettez-vous que le modèle se soit trouvé au Latran ?

E.L. : Oui. Cela pourrait s’expliquer par une hypothèse du P. Paramelle, qu’il a malheureusement retirée pour des raisons que j’ignore : une mission de prélats orthodoxes à Rome, lesquels, mettant à profit leur oisiveté forcée, auraient recopié le manuscrit.

F.D. : Que retenir dès lors du livre qu’Alexiakis a consacré au manuscrit, et qui soutient le contraire ?

E.L. : Il demeure l’analyse qu’il a donnée pour la première fois du manuscrit. Mais l’interprétation est erronée sur plusieurs points, y compris en critique textuelle. L’un des exemples que j’ai présentés [2c] lui avait servi pour montrer que le latin était retraduit. Mais il n’en est rien, le texte de Mansi est trompeur.

B. Flusin: Vous indiquez qu’à Constantinople, le latin était traduit avec aisance. Cela s’entend-il sans limite chronologique ? N’y a-t-il plus de « siècles obscurs » ?

E.L. : Le grammatikos romaïkos tient un office impérial ; c’est, toujours, un professionnel, qui sait très bien le grec.

Jean-Pierre Mahé − Traductions patristiques arméniennes

Vers 405, Mastoc’ invente l’alphabet arménien à Edesse et traduit à Samosate les Proverbes de Salomon. Rentré en Arménie, il achève en 407 une première version complète de la Bible et fait traduire presque aussitôt des œuvres patristiques. Depuis 387, la situation politique de la Persarménie limite les relations avec Byzance. C’est donc vers l’école théologique d’Edesse que se tournent les premiers traducteurs arméniens. Toutefois, dès 422, Mastoc’ enseigne en Arménie byzantine et laisse quelques disciples à Mélitène. En 432, le catholicos Sahak envoie des traducteurs à Constantinople. C’est justement l’année où l’école d’Edesse se déchire entre les partisans d’Ibas (fidèle aux idées de Théodore de Mopsueste discréditées par le concile d’Ephèse) et ceux de Rabbula, qui soutiennent les thèses de Cyrille d’Alexandrie. En 434, Proclus écrit son Tome aux Arméniens pour expliquer la théologie d’Ephèse. Les Arméniens sont contraints de réviser la traduction de la Bible et de changer leurs orientations exégétiques.

En conséquence, la couche la plus ancienne des traductions patristiques arméniennes se situe dans la mouvance du monde syriaque et de l’école exégétique d’Antioche. C’est une littérature résiduelle, puisqu’elle correspond à une direction théologique condamnée par la suite. Néanmoins, toutes les traductions anciennes n’ont pas été détruites comme le furent celles de Théodore de Mopsueste ou de Diodore de Tarse. Beaucoup, comme celles d’Eusèbe d’Emèse, furent camouflées sous de faux noms. D’autres subsistèrent sous leurs noms véritables. On a même des traductions arméniennes de paraphrases syriaques des Pères grecs.

La seconde couche, après 435, s’ordonne autour des défenseurs des trois premiers conciles œcuméniques. Assez libres au début, les versions deviennent progressivement de plus en plus littérales. Vers 480, la traduction des discours théologiques de Grégoire de Nazianze rend l’original mot pour mot, avec des équivalences codifiées des préverbes grecs.

Au VIe siècle commence l’école hellénisante, qui décalque le grec segment par segment (préfixes, radicaux, suffixes), avec toutes sortes de néologismes. Tandis qu’on adapte les principaux manuels des arts libéraux, les traductions patristiques se poursuivent avec Philon, Irénée, le florilège antichalcédonien de Timothée Aelure et, au début du VIIIe siècle, Denys l’Aréopagite.

Les traductions patristiques arméniennes nous restituent des œuvres rares et précieuses, dont elles sont souvent l’unique témoin. Elles offrent des versions précises, d’autant plus utiles à l’établissement des textes, qu’elles précèdent parfois de plusieurs siècles les plus anciens manuscrits grecs connus. Elles donnent naissance à une importante littérature ecclésiastique et historiographique.

Discussion

Danielle Jacquart : Némésius d’Émèse fut, selon vous, traduit dans la « période hellénisante » des traductions arméniennes ?

J.-P. M. : Oui, entre 712 et 718, comme l’indique un colophon. Quelqu’un s’était rendu secrètement à Constantinople et avait séjourné, caché dans le palais, avec la protection d’un Arménien attaché au palais.

B. Flusin: En ce qui concerne les techniques, Sebastian Brock a retracé, pour le syriaque, un schéma d’évolution très parallèle à celui que vous évoquez, dans lequel on passe de la traduction ad sensum à la traduction ad verbum pour prendre finalement, au début du VIIe siècle, le segment de mot comme unité à traduire.

J.-P. M. : En arménien, c’est au VIe siècle que l’on traduit par segments de mot. Mais le phénomène s’observe plus tard, à partir de 976 et au XIe siècle, en géorgien.

P. Géhin: Comment caractériser les traductions géorgiennes d’Éphrem Mtisrev ?

J.-P. M. : Il réagit par rapport à Euthyme l’Hagiorite et traduit de façon plus stricte. Mais Arsène, au XIe siècle, est beaucoup plus littéral.

F. Dolbeau: Peut-il encore se révéler des traductions patristiques arméniennes ?

J.-P. M. : Beaucoup de textes anonymes ou pseudépigraphes n’ont pas encore été étudiés de près. Les catalogues de manuscrits sont le moteur d’une telle étude. À Érévan, le Maténadaran, où se trouvent quinze mille manuscrits, la moitié du total des mss arméniens conservés, n’a encore fait l’objet d’un bon catalogue que pour deux cent cinquante d’entre eux. Dans cette mesure, des découvertes sont encore possibles.

Y.-M. Duval : Les traductions arméniennes dites hellénisantes, qui sont des traductions-calques, sont tout sauf hellénisantes. D’où vient, en revanche, l’appellation de traductions ciliciennes ?

J.-P. M. : De ce qu’elles furent faites dans le royaume arménien de Cilicie.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/traductions/jeudi_trad_2.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *