Compétence linguistique et connaissances techniques des traducteurs médiévaux de textes scientifiques (22 mars 2001)

Nicoletta Palmieri − Compétence linguistique et connaissances techniques des traducteurs de l’Hippocrate latin : le cas du De aere aquis locis et celui du Prognosticon

Cette intervention concernera le corpus qu’il est convenu d’appeler l’Hippocrate latin ancien (Ve-VIe siècles), comprenant sept versions latines d’importants traités hippocratiques. Aujourd’hui bien connu grâce aux éditions scientifiques modernes, ce corpus a pourtant suscité des avis très partagés au sein de la critique récente pour ce qui est des auteurs de ces œuvres (date, lieu de production, connaissances linguistiques et techniques). Sans aborder dans le détail ces questions controversées, il est possible de mettre en lumière une technique de traduction assez particulière à l’aide de quelques passages de deux textes, le De aere aquis locis et le Prognosticon. C’est justement cette méthode de traduction, un mot à mot qui néglige les différences grammatico-syntaxiques entre les deux langues, qui est à l’origine des résultats décevants dont témoignent ces auteurs, à la fois pour ce qui est de leurs compétence linguistique et leurs connaissances techniques. En même temps, c’est encore cette méthode de travail qui permet, peut-être, de comprendre l’utilité de ces versions, en certains endroits incompréhensibles sans le texte grec en regard ; il s’agit d’ouvrages circulant dans des milieux scolaires, destinés à servir de « glossaires » ou de « répertoires grammatico-syntaxiques », s’adressant à un public de maîtres et de disciples désormais incapables de lire en version originale les textes sacrés de leur discipline.

Joëlle Ducos

La traduction française médiévale est souvent considérée comme une entreprise de prestige plutôt que de transfert de connaissances ou de réception culturelle. Dans le cas des œuvres scientifiques, se pose pourtant d’abord la question de la vulgarisation du savoir. Pourquoi le diffuser ? Comment le faire comprendre ? De ces deux questions, dépend la forme textuelle que choisit le traducteur. Ce sont aussi ses compétences linguistiques qui se révèlent dans la création lexicale manifestée dans ce type de traduction. Les traductions aristotéliciennes des XIIIe et XIVe siècles démontrent toute une réflexion sur le savoir et sa communication en français ainsi que sur la fonction de la traduction comme intermédiaire linguistique et scientifique. Les traducteurs prouvent également la nécessité préliminaire de maîtriser un savoir avant toute traduction, d’où un texte à visée vulgarisante mais dont la portée n’est visible que pour un savant. La traduction qui normalement doit être une diffusion n’est alors complètement compréhensible que pour des initiés.

Charles Burnett − Les compétences linguistiques et scientifiques des traducteurs d’arabe en latin au Moyen Âge

On peut commencer avec les mots assez connus de Roger Bacon qui, vers 1267, écrivait que les traducteurs du Moyen Âge ne connaissaient ni les langues ni les sciences. Il formulait cette critique à l’égard des plus grands traducteurs de son époque : Gérard de Crémone, Alfred de Shareshill, Michel Scot et Hermann l’Allemand. Seul Robert Grosseteste faisait exception à ses yeux. Il insistait aussi sur le fait qu’il était nécessaire de connaître les langues orientales : le grec et l’hébreu pour la théologie, et l’arabe pour la philosophie. Bacon a-t-il eu raison de critiquer de façon si radicale la compétence des traducteurs ? Tel est le sujet de cette brève communication.

Discussion

Jacques Dalarun : Dans l’exemple du De aere, les choix de l’édition du texte grec impliquent des changements considérables ; le texte, tel qu’il a été édité, paraît peu justifié. Pour démontrer pleinement la thèse relative aux rapports entre la traduction latine et l’original grec, il faudrait être sûr d’avoir affaire au manuscrit de départ.

Nicoletta Palmieri : les manuscrits sont fautifs, ce qui a entraîné des interventions des éditeurs modernes. De plus, l’éditeur du grec se fonde parfois lui-même sur la traduction latine, d’autant plus que celle-ci est plus ancienne (IVe-Ve siècle) que les manuscrits grecs conservés.

J.D. : A-t-on dans les manuscrits des indices qui appuieraient l’hypothèse d’une traduction interlinéaire ?

Charles Burnett : On observe le même littéralisme dans les traductions du XIIIe siècle ; il a donné lieu à cette même hypothèse, comme pour Ravenne aux VIe-VIIe s.

N.P. : Autre difficulté de l’hypothèse : pourquoi tout traduire ?

Patricia Stirnemann : A-t-on trace de l’usage de glossaires ?

Danielle Jacquart : Pas par les traducteurs ; on dispose seulement, dans leur cas, de gloses d’usage limité. Les glossaires ne sont développés que pour les textes relevant de la botanique, et surtout en Espagne. Les glossaires bilingues sont des outils d’enseignement, pas des aides à la traduction.

Ch. B. : Les glossaires ne servent pas à traduire, mais à identifier.

Tony Lévy : Peut-on sauver Michel Scot après l’exposé de Ch. Burnett ? On dirait alors qu’il a dirigé les traductions fautives et non qu’il les a exécutées lui-même.

Ch. B. : Il est exact que Jean de Séville a pu être impliqué dans ces traductions. Sa formation était très différente de celles de Scot et de Gérard de Crémone.

Marilyn Nicoud : A-t-on trace à Ravenne d’une systématisation du vocabulaire, indice d’un vocabulaire scientifique en formation ?

N.P. : Le travail n’est pas encore assez avancé pour qu’on puisse le dire, mais ce n’est sans doute pas le cas dès les Ve-VIIesiècles, surtout si l’hypothèse d’une traduction destinée à l’aide à la lecture est juste.

J.-P. Rothschild : Est-on à Ravenne dans un cas où la traduction aurait pu servir de support pour l’explication orale ?

N.P. : Je n’ai jamais dit cela.

J.-P. R. : Je pose seulement la question. Je pense à ce que Costantino Marmo a écrit, à propos de la traduction de la Rhétorique par Guillaume de Moerbeke, sur ces traductions destinées à fournir la « lettre » expliquée oralement à l’université.

Nicolas Weill : M. Burnett a indiqué que l’écart entre son œuvre personnelle et ses traductions supposées amenait à douter de leur attribution. Or on observe le même phénomène chez Adelard de Bath et l’on n’a pas mis en doute pour autant la paternité de ses traductions.

Ch. B. : Il y a là une imposture ; Bath s’est vanté d’une fausse sagesse alors qu’il ne possédait peut-être qu’une connaissance limitée de l’écriture arabe.

D.J. : Le passage par un intermédiaire n’a-t-il pu, dans certains cas, se limiter à la lecture à haute voix du manuscrit, sans passage par une langue vernaculaire ?

T.L. : L’intermédiaire vernaculaire semble avoir toujours été oral.

J.-P. R. : Faut-il prendre à la lettre les formules comme « de la bouche d’un intermédiaire » qui se rencontrent dans les préfaces ?

D.J. : Ces formules sont à relever soigneusement, mais à considérer avec prudence.

Jean-Patrice Boudet : Jean de Séville pratiquait l’hébreu et aurait traduit au moins une œuvre de cette langue.

D.J.: l’hypothèse existe, selon laquelle Jean de Séville aurait été juif.

T.L. : Nous savons que Platon de Tivoli s’est fait aider pour traduire l’hébreu.

Isabelle Védrenne : Mme Ducos a montré que les emprunts des traductions vulgaires n’étaient que des translittérations du latin. Mais les mots courants sont-ils pris dans des sens nouveaux, pour marquer quelque nuance ?

Joëlle Ducos : Cela arrive, notamment dans le vocabulaire de la météorologie.

X : La traduction qu’étudie Mme Palmieri a-t-elle un lien avec le cercle des Symmaques ?

N.P. : Le manuscrit de la bibliothèque Ambrosienne comporte un colophon qui permet peut-être de l’entendre comme l’ex voce d’un cours.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/traductions/jeudi_trad_4.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *