Les traductions latines d’œuvres en langues vernaculaires au Moyen Âge : recensement et méthodologie (26 avril 2001)

Si les traductions et les traducteurs latins de l’arabe, de l’hébreu et du grec ont attiré l’attention des éditeurs et des érudits dès le XVIe siècle, le phénomène des traductions latines directement établies sur des œuvres originales composées dans des langues vernaculaires est resté plutôt méconnu.

Que traduit-on en latin dans les derniers siècles du Moyen Âge ? Pourquoi ? Pour qui ? Par qui ? Comment ? De quelle fidélité faisaient preuve ces traductions « en un temps où la propriété littéraire et le respect scrupuleux de la lettre n’étaient pas le premier souci des interprètes » (A. Vernet) ?

L’identification des traductions latines d’œuvres « nées » vernaculaires peut être délicate (la trop fréquente absence de prologue et / ou de colophon entraîne celle du nom du traducteur et d’indication de traduction, l’absence de titre…) et leur étude ne doit pas faire oublier le cas particulier des rétro-traductions — dans lesquelles l’œuvre latine première a été purement et simplement oubliée au profit de sa traduction en langue vernaculaire, qui acquiert le statut d’un original, retraduit alors en latin, ni le cas, assez exceptionnel, des doubles rédactions, quand un même auteur rédige, avec un très faible écart temporel, une version vernaculaire et une version latine.

Frédéric Duval − Synthèse des débats du groupe de travail réuni dans la matinée

Deux articles marquent le début de la recherche sur les traductions latines d’œuvres vernaculaires :

  • Leonard Grant, W., « European Vernacular Works in Latin Translation », dans Studies in the Renaissance, t. 1,1954, p. 120-156 (qui s’intéresse aux traductions latines imprimées depuis la Renaissance jusqu’au XIXe siècle).
  • Vernet, André, « Les traductions latines d’œuvres en langues vernaculaires au Moyen Âge », dans Traductions et traducteurs, Colloque international du CNRS, Paris, 26-28 mai 1986, Paris, 1989, p. 225-241 (consacré aux œuvres médiévales, surtout françaises).

Ces deux articles, fondés sur des dépouillements d’éditions, permettent de délimiter le cadre chronologique du phénomène, qui paraît débuter avec : les soixante-dix homélies prononcées entre 1168 et 1175 en français par l’évêque de Paris, Maurice Sully, et traduites ensuite en latin ; le sermon en langue d’oc attribué à Arnaud Amalric (abbé de Grandselve, puis de Cîteaux en 1201-1202, puis archevêque de Narbonne), traduit en latin ; en 1206 la traduction de l’épopée historique en vers allemands Herzog Ernst, devenue Gesta Ernesti ducis (3600 vers rimés par Odon de Magdeburg).

La fin du phénomène (si fin il y a !) est contemporaine : avec la traduction de Pinocchio (Pinoculus, par Enrico Maffacini, Florence, 1950), celle de Bonjour, Tristesse (Tristitia salve, par Alexandro Leonardo, Paris, 1963), celle d’Astérix le gaulois (Periculum quoddam Asterigis. Asterix Gallus, par Rubricastellanus [K. H. Graf von Rothenburg], Stuttgart, 1973).

La partie « médiévale » intéresse donc le XIIIe, le XIVe, le XVe et le début du XVIe siècle.

Les expériences comparées des participants au groupe de travail, relatives à des œuvres appartenant à des genres littéraires différents (de la littérature « de divertissement » aux œuvres philosophiques, religieuses, scientifiques, historiques…) et relevant de langues originelles différentes (catalan, italien, français, allemand…) devraient permettre d’élaborer une méthode de description de ce type particulier de traduction et de compléter, par l’apport d’œuvres inédites ou mal connues, les deux recensions citées plus haut.

D’autres questions devront aussi être abordées :

  • Quel rôle joue le latin médiéval quand il sert de langue de traduction à une œuvre vernaculaire ?
  • Y a-t-il alors une sorte de « hausse du niveau hiérarchique » du texte ? Comment les traducteurs d’œuvres vernaculaires en latin et leurs commanditaires / lecteurs ressentent-ils la relation entre leur langue maternelle et le latin ?
  • Quelle est l’importance du vocabulaire vernaculaire passé dans les traductions latines et des graphies de type dialectal introduites dans le texte latin ?

Pour ces questions relatives au rôle du latin médiéval, on peut renvoyer à deux études :

  • Murphy, James J., « The Teaching of Latin as a Second Language in the Twelfth Century », dans Historiographia Linguistica, t. 7, 1980, p. 159-175
  • Hunt, Tony, Teaching and Learning Latin in Thirteenth-Century England, Cambridge, 1991, 3 vol.

Anna Gudayol − Lulle, Marsile et Eiximenis : quelques cas de traductions de langue vulgaire vers le latin à la couronne catalano-aragonaise

Il s’agira d’un bref survol de différentes œuvres écrites originairement en langue vulgaire dans le domaine des Royaumes d’Aragon et de Majorque, dont on conserve des traductions contemporaines, voire des versions, en latin.

Certaines de ces œuvres appartiennent au genre historiographique : la version latine faite par Pierre Marsile en 1313 de la chronique de Jacques Ier [1208-1276], comte de Barcelone et roi d’Aragon [1213-1276], et les différentes versions de la chronique de Saint-Jean de la Penya.

D’autres sont des textes de « vulgarisation » théologique (comme bon nombre d’ouvrages de Raymond Lulle [vers 1232-1315] et le Traité des anges du dominicain François Eiximenis [1340-1409]) et de morale chrétienne (l’anonyme Miroir de la vie religieuse).

Tony Hunt − La Lettre d’Hippocrate à César : latin ou français ?

La Lettre dHippocrate à César est un recueil de recettes médicales, dont l’origine remonte au début du XIIIe siècle. Ce recueil a joui d’une grande diffusion (une cinquantaine de manuscrits. ont été conservés à nos jours) et recouvre des formes diverses. L’origine anglo-normande du réceptaire semble ne pas faire de doute, car le témoin le plus précoce (Londres, British Library, Harley 928, qui date d’environ 1240) provient bien d’Angleterre.

Mais dans quelle langue le réceptaire a-t-il été primitivement rédigé ? On se pose nécessairement la question en constatant l’existence d’une version latine qui se trouve, elle aussi, à Londres (British Library, Royal 12 B XII : manuscrit à peu près contemporain du Harley 928). On fera le tri des arguments pour et contre l’hypothèse selon laquelle l’original aurait été rédigé en latin.

Discussion

Marilyn Nicoud : Pourquoi l’enquête exclut-elle les textes traduits d’hébreu en latin au prétexte que l’hébreu est une « langue savante » ? S’il en est ainsi, il faut exclure le français qui a lui aussi, au XIIIe siècle, le statut de langue savante.

J.-P. R. : Mon point de comparaison en recommandant qu’on exclue l’hébreu était l’arabe ; tous deux sont les véhicules de la tradition philosophique et scientifique savante d’origine grecque.

Tony Hunt : On connaît en Angleterre une vingtaine de psautiers hébreux glosés en latin.

J.-P. R. : Il me semblait qu’on excluait tacitement le domaine biblique de l’enquête dont il s’agit ici. Au Moyen Âge, ne sont traduits d’hébreu en latin à part cela que des textes philosophiques et scientifiques, bien qu’il n’en aille plus de même à partir de la Renaissance. Mais la meilleure raison d’exclure présentement l’hébreu, c’est que le nerf de la thématique proposée par Mme Fery est la concurrence existant entre le latin et les langues vernaculaires. Or, celle-ci n’existe pas entre le latin et l’hébreu.

M.N. : Il convient de prendre en compte les ensembles codicologiques dans lesquels se trouvent les traductions afin d’être attentifs au contexte de copie de ces traductions.

Frédéric Duval : C’est prévu par le questionnaire, tant pour l’œuvre vernaculaire (à condition de rester raisonnable et de ne pas en étudier à fond et pour elle-même la tradition textuelle) que pour sa traduction latine.

Baudouin Van den Abeele : Ce questionnaire est pour l’heure un outil heuristique ; les données réunies seront centralisées à l’IRHT dans le but de permettre, par la suite, des études plus poussées (éditions, analyses de la langue…).

Irène Redon : Est-il prévu d’inclure les textes juridiques ?

F.D. : Oui.

Jacques Dalarun : Il faut songer aussi aux actes de la pratique. Dans quelques cas privilégiés comme le procès de Jeanne d’Arc, dont on possède la minute française, le texte primitif vernaculaire est conservé par écrit.

I.R. : On possède, au moins en Italie, des actes latins qui procédaient des déclarations en vernaculaire des parties et qui étaient ensuite retraduits oralement en vernaculaire aux parties ; certains minutiers conservent des formulaires bilingues.

Pascale Bourgain : Vous vous attaquez à une tâche infinie, si vous comptez inclure les sermons prêchés aux laïcs, qui ont souvent fait l’objet de doubles rédactions.

Marie-Clotilde Hubert : Il en va de même en matière liturgique, si l’on aborde les rapports entre prières en vernaculaire et prières latines.

F.D. : Il faut définir des objectifs et savoir rester modestes. La collecte ne fait que commencer.

B.V. D. A.: Le texte présenté par M. Hunt ne pourrait-il être la réélaboration d’un pseudépigraphe latin d’Hippocrate comme il y en a beaucoup d’autres ?

T.H. : C’est possible.

P.B. : Dans le cas de Raymond Lulle, nous disposons, à la Bibliothèque nationale de France, au moins d’un manuscrit d’auteur à défaut d’être autographe, comportant des ratures ; il s’agit d’une copie du Liber contemplationis offerte par l’auteur à la chartreuse de Vauvert en 1298.

F.F. : Il s’agit de lat. 3348A, assurément un manuscrit d’auteur.

Caroline Bourlet : Est-il possible que Lulle ait lu à haute voix ses ouvrages en catalan qui auraient fait l’objet d’une traduction simultanée ?

Anna Gudayol : Ce n’est pas exclu. Mais Lulle s’exprimait aussi en latin, bien que doutant de la correction académique de ses productions en cette langue.

Santa Eugenia : La présente entreprise est parfaitement justifiée car il y a de moins en moins de sens à séparer les traditions textuelles vernaculaires et latines.

B.V. D. A.: Il s’agit pour l’instant de réunir des fiches. Après la collecte des fiches, il conviendra de prévoir une journée d’étude plus spécifique, par exemple considérant les textes par région.

C.B.: Il pourrait être lancé un appel à collaboration par le biais de la Revue d’histoire des textes.

F.D. : Il faut prévoir aussi d’inclure dans le fichier les textes signalés naguère par André Vernet.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/jeudis0001/jeudi_trad_5.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *