Traducteurs de la Renaissance : enjeux et méthodes (21 juin 2001)

« Traduire est une besogne de plus grand travail que de louange. Car si vous rendez bien et fidèlement, si n’êtes-vous estimé sinon d’avoir retracé le premier portrait : et le plus de l’honneur en demeure à l’original. Si vous exprimez mal, le blâme en choit tout sur vous. Que si votre patron avait mal dit, encore êtes-vous réputé homme de mauvais jugement, pour n’avoir pas choisi bon exemplaire. Somme, un Traducteur n’a jamais le nom d’Auteur. »

Jacques Peletier, Art poétique, 1555

Catherine Dejeumont − Martin Luther traducteur du Nouveau Testament

La traduction du Nouveau Testament en allemand par Martin Luther, publiée pour la première fois en septembre 1521 (d’où le nom de Septembertestament), suscita de violentes polémiques dans le monde germanophone de l’époque. Fruit d’un contexte et d’un travail spécifiques, ce texte laissera une empreinte profonde à la fois dans la langue allemande et dans l’imaginaire des Allemands. Réagissant quelques années plus tard à la publication de ce qu’il dénonce avec véhémence comme un plagiat de « son » texte par les adversaires de la Réforme, Luther expose alors sa conception de la tâche d’un traducteur. La confrontation de ce pamphlet, dans lequel il théorise a posteriori la méthode qu’il avait appliquée, avec le texte du Septembertestament lui-même d’une part et d’autres traductions en allemand du Nouveau Testament, antérieures ou contemporaines, d’autre part, permet de mettre en relief l’originalité du travail de Martin Luther et de contribuer à expliquer l’extraordinaire succès que ce texte connut.

Marie-Élisabeth Boutroue − Les enjeux de la traduction de l’Histoire Naturelle de Pline à la Renaissance

Parmi les nombreuses études sur les traductions à la Renaissance, celles, précises et précieuses, menées dans le domaine des textes classiques ont permis de mettre en évidence les singularités de la traduction d’Ovide, de Sénèque, de Salluste ou de Virgile. Dans le domaine des textes naturalistes, des travaux en cours ou en partie publiés permettent de mieux comprendre de quelle façon la traduction de Dioscoride, de Théophraste ou d’Aristote s’intègre dans les modalités infiniment variées de la transmission et de la réception de ces auteurs aux XVe et XVIe siècles.

Ce sont les textes concernant les plantes qui constitueront le fond de l’exposé, et tout particulièrement l’Histoire Naturelle de Pline, publiée pour la première fois en 1469 en latin. La première traduction italienne, procurée par Cristoforo Landino, parut dès 1476 et connut de nombreuses rééditions. L’une des dernières est celle publiée par Antonio Bruccioli en 1543 : le célèbre hétérodoxe devait revoir complètement cette traduction cinq ans plus tard pour produire une nouvelle version du texte. À cette deuxième version succéda une troisième, publiée par Lodovico Domenichi en 1561. Le texte de Pline a fait l’objet d’un certain nombre d’autres traductions : Antoine du Pinet en publia une version française en 1562 ; dans les années 1560-1570 Francisco Hernández en préparait une autre en espagnol qui ne fut pas imprimée (on en conserve deux manuscrits à Madrid).

Ces traductions posent à la fois des questions générales, communes aux textes naturalistes de cette époque, et d’autres particulières, en rapport avec l’histoire singulière de la transmission de Pline. Dans la première catégorie, il faut ranger la question du statut de la traduction du texte naturaliste, de l’intérêt de l’emploi de la langue vulgaire en lieu et place du latin, celle aussi de la traduction des textes grecs et des médiations nécessaires pour leur réception. Parallèlement, certains naturalistes de la seconde moitié du XVIe siècle proposent au public savant des traductions de et vers les langues vernaculaires pour des ouvrages modernes : Charles de l’Ecluse, par exemple, traduit en français le traité néerlandais de Rembert Dodoens et en latin les Observationes de Pierre Belon. Du côté des problèmes particuliers à la transmission / réception de l’encyclopédie plinienne, il faut mettre les questions philologiques et les difficultés de compréhension liées à la transmission de telle zone du texte. L’étude des traductions successives permet également de mettre en relief les difficultés rencontrées dans l’élucidation d’un passage donné. Les corrections apportées à l’occasion des rééditions, les écarts dans la traduction vernaculaire du vocabulaire technique font apparaître assez nettement l’image des controverses textuelles ou techniques dont le texte de Pline est le centre.

L’exposé se propose de mettre en évidence, au travers d’une série d’exemples précis, les déclinaisons successives de l’art de la traduction dans ce domaine spécifique.

Pierre Lardet − Des Byzantins d’Italie aux Lecteurs Royaux : entre grec et vernaculaires, un nouvel Aristote

Dans Aristote et la Renaissance (PUF, 1992 [1983], trad. L. Giard), Charles B. Schmitt a souligné (chap. 3) l’ampleur du « débat » qu’a suscité « dès la première partie du XVe siècle » et « au moins jusqu’en 1600 » « la question de savoir comment traduire » le Philosophe. Dans son sillage et à partir de trois études de cas distribuées sur cette période (la Rhétorique par Georges de Trébizonde vers 1445, l’Histoire des animaux par Jules-César Scaliger vers 1535, la Politique par Louis Le Roy en 1568), on voudrait montrer comment, à une époque dont l’originalité s’affirme à la fois par le retour du grec (réappris des Byzantins), par la rénovation du latin (reconquis par les humanistes) et par l’émulation avec celui-ci des vernaculaires (accédant à un nouveau statut), la traduction, ce banc d’essai où s’expérimente la résolution de difficiles équations interlinguistiques, est le lieu où s’exprime, avec la mélancolie d’usage, mais aussi avec une vitalité foisonnante, une interrogation fondamentale sur la tradition (revisitée), et notamment sur l’autorité (encore dominante, mais de plus en plus concurrencée) que représente par excellence Aristote comme organisateur des savoirs.

Discussion

Françoise Fery-Hue : Un exemple allégué par Mme Dejeumont, la traduction par Luther de Luc 1, 28, appelle la comparaison avec la traduction allemande de l’Ave Maria. De quand celle-ci date-t-elle ?

Catherine Dejeumont : De mémoire, il me semble, de 1519. Elle est donc antérieure à la traduction des Évangiles par Luther, dont le premier état est de 1522.

Marc Geoffroy : En un autre passage, le remplacement de ee (all. mod. Ehe) par gesetzt n’implique-t-il pas une interprétation plus triviale, éliminant l’idée de « pacte » ?

C.D. : Ce serait forcer la notion. Gesetzt a tendu à supplanter ee une génération avant Luther ; ee était déjà un mot en déclin qui tendait à se spécialiser dans son sens actuel de « mariage ».

Pierre Lardet : Comment se peut-il que Luther, qui privilégie, vous l’avez montré, l’oral, soit devenu le fondateur de la langue écrite moderne ? Cela est-il dû à la « monumentalisation » dont son œuvre a fait l’objet ?

C.D. : Cette monumentalisation et ce mythe sont surtout du XIXesiècle. Luther a privilégié l’oralité, la musicalité ; il était prédicateur de métier. De plus, dans l’état où nous prenons son texte, en 1522, il n’a pas fini d’y travailler.

Christian Müller : Le fait est que les phrases de Luther sont immédiatement compréhensibles à un locuteur de l’allemand moderne, et non celles de la traduction, que vous avez mise en parallèle, de Koberger.

C.D. : La première impression d’un Nouveau Testament allemand date de 1466, à partir d’une traduction établie environ cent ans plus tôt. C’est « de l’allemand pour latinistes ». Luther casse cet effet de miroir de la syntaxe latine dans la langue allemande.

M.G. : Quelles différences présente le texte de 1522 avec la version canonique ?

C.D.: Le texte canonique est de 1534. Il présente de fortes différences.

Jean-Pierre Rothschild : Pourrait-on caractériser de la même façon la traduction par Luther de l’Ancien Testament, ou bien les caractères que vous avez mis ici en valeur sont-ils essentiellement liés au caractère des Évangiles comme prédication ?

C.D.: Je n’ai pas approfondi la question mais la traduction des Psaumes, au moins, présente une préface qui expose une méthode qui n’est pas différente et ce qui a été dit de la syntaxe, en tout cas, demeure vrai pour toute la Bible de Luther.

M.G.: À propos des traductions de la Rhétorique étudiées par M. Pierre Lardet, peut-on caractériser les positions philosophiques de ses traducteurs et leurs apports philosophiques ?

P.L. : Cela dépend des compétences individuelles. Par exemple, Piccolomini prend pour point de départ des paraphrases de l’ouvrage et se montre philosophiquement maladroit en dépit d’un vocabulaire technique. Il en va autrement de Segni, « gentilhomme florentin », qui veut seulement illustrer la langue vernaculaire.

Jacques Dalarun : On est frappé par l’intelligence dont témoignent les textes cités de Jules-César Scaliger.

P.L. : Scaliger peut paraître arrogant et cultive la « subtilité » jusqu’à l’obscurité. Il cherche à surprendre. Mais son intelligence est en effet remarquable et retient constamment l’intérêt.

J.D. : Dans quelle perspective s’inscrit sa remarque sur le rythme et la traduction ?

P.L. : Dans sa poétique (750 colonnes in-folio), il illustre Virgile et rabaisse Homère. Mais il ne sait rien dire du rythme, de sorte qu’il en est réduit, comme à un cache-misère, à « faire un dessin » : celui d’une portée musicale où il inscrit le premier vers de l’Énéide. Or, le rythme est justement, aussi, ce qui échappe le plus à la traduction.

J.D. : On pense à la formule de Michel Zink à propos des chansons médiévales : la chanson, c’est ce qui opère au seuil de la perte.

: Quels sont les rapports entre la présentation alphabétique de Dioscoride chez Pline l’Ancien et la présentation qu’on trouve en arabe ?

Marie-Élisabeth Boutroue : La tradition de Dioscoride est compliquée. Il en existe deux traditions latines et une grecque. Le traité a fait, dès l’Antiquité, l’objet d’une remise en forme alphabétique. Ces traditions manuscrites circulent au Moyen Âge et certains naturalistes de la Renaissance possèdent dans leur bibliothèque telle de ces versions. Deux exemples : Ulisse Aldrovandi, à Bologne, détient le manuscrit d’une version latine alphabétique transmise par un témoin du XIIe s. Il possède diverses versions imprimées, en grec et en latin ; des coups de crayon dans le texte et les marges, des notes, prouvent qu’il les a utilisées. Rien de tel dans le manuscrit qu’il ne semble donc pas avoir couramment utilisé.
Second cas : le manuscrit de Vienne, copié en 512, donne une version grecque alphabétique. Il est arrivé à Vienne dans les bagages d’Ogier de Busbecq. Une note dans une édition latine du commentaire de Matthiole atteste que le médecin de Sienne a eu connaissance du manuscrit, et il dit que son antiquité lui a permis de corriger certaines leçons, — topos de la philologie de la Renaissance à considérer avec prudence. En réalité, s’il circule bien une version grecque non alphabétique, c’est la traduction latine de Jean Ruel qui reste la plus courante et constitue le point de départ des commentaires naturalistes sur Dioscoride.

F.F.-H. : Quel est le public des lecteurs de l’herbier de Pline, outre les médecins et les pharmaciens ?

M.-É. B. : Du côté des professionnels, il faut poser la question de la maîtrise réelle du latin et du grec, en particulier par les pharmaciens. Les médecins mettent en avant l’incompétence linguistique des pharmaciens, mais on connaît des cas qui démentent cette généralité. En ce qui concerne le public non professionnel de Pline, la question renvoie au statut du texte. Il n’y a pas séparation entre textes techniques et littéraires à la Renaissance. On peut donc faire une lecture plus « généraliste » de l’Histoire Naturelle tout en lui reconnaissant une spécificité botanique.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/traductions/jeudi_trad_7.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *