Ouverture de nouvelles bases de données

Deux nouvelles bases de données en libre accès viennent enrichir la plateforme numérique de l’IRHT : RegeCart (Regestres de cartulaires) et SourcEncyMe (Sources des encyclopédies médiévales).

Amiens, Bibiothèque municipale, fonds Lescalopier 74, f. 35

Amiens, Bibiothèque municipale, fonds Lescalopier 74, f. 35.

RegeCart (Regestres de cartulaires) donne accès à la documentation sur les cartulaires (IRHT, section diplomatique) accumulée entre 1942 et 1970 : 571 cartulaires, cartulaires-chroniques ou bullaires touchant essentiellement les établissements ecclésiastiques de la province de Reims (312 mss), Sens (94 mss) et Lyon (38 mss concernant essentiellement le diocèse de Langres), Rouen (25 mss), Besançon (11 mss), Trèves (7 mss). La grande majorité des manuscrits analysés n’ayant fait l’objet d’aucune publication depuis cette date, la valeur et la richesse de cette documentation pour l’histoire de la France septentrionale restent entières.

Le projet RegeCart répond donc à trois objectifs :

  • Pérenniser cette documentation particulièrement périssable.
  • En ouvrir très rapidement l’accès à tous les chercheurs, quel que soit leur lieu de résidence.
  • Apporter un complément à la base de données CartulR et, plus généralement, aux bases de données de l’IRHT.
Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 53, f. 1.

Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 53, f. 1.

SourcEncyMe (Sources des encyclopédies médiévales) se consacre à l’histoire de la transmission des textes grecs, arabes et latins et de la pensée philosophique (i.e. scientifique), théologique et historique véhiculée dans les compilations encyclopédiques latines au 13e siècle et au-delà.

Ce site est l’illustration des outils suivants, en cours d’élaboration depuis 2008 :

– Un corpus annoté de textes encyclopédiques latins balisés en XML-TEI, qui fait aujourd’hui 4,5 M de mots.

– Un ensemble évolutif de méta-données critiques :

  • mémentos, i.e. fiches bio-bibliographiques sur 1750 œuvres et autorités (auctoritates – tituli) citées implicitement ou nommément,
  • notices d’identification des segments de citations,
  • annotations sur les intermédiaires de transmission (versions du texte, traductions, auteurs intermédiaires).

– Une interface collaborative de travail en ligne (pour les chercheurs impliqués dans le projet), permettant :

  • de compléter les mémentos,
  • d’intégrer les identifications de source,
  • d’annoter les textes par des commentaires sur la tradition.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *