L’IRHT, avenir d’une tradition

Anne-Marie EDDÉ (25 janvier 2007)

Madame la Présidente (Catherine Bréchignac, CNRS), chers collègues, chers amis,

Vous accueillir aujourd’hui à l’IRHT est un grand honneur et un très grand plaisir et votre présence parmi nous, Madame la Présidente, donne à cette journée une dimension toute particulière car elle témoigne de l’intérêt que vous-même et le CNRS portez à nos disciplines. Dans une société où en quelques années, la communication, la transmission des informations et du savoir ont totalement changé d’échelle, dans le temps comme dans l’espace, dans une société où plus que jamais les conflits mondiaux, les problèmes de santé et d’environnement sont légitimement considérés comme des priorités, dans une société, enfin, où l’on vit beaucoup dans l’instantané, dans l’urgence, où parfois, il faut bien le dire, la forme prend le pas sur le fond, le travail de bénédictin qui est le nôtre sur de très vieux manuscrits, qui ne sont pas tous ornés de très belles enluminures, peut paraître anachronique, voire inutile à certains.

Et pourtant, l’érudition que nous pratiquons n’a rien de poussiéreux. L’IRHT a toujours joué un rôle pionnier dans l’utilisation des nouvelles technologies (la photographie argentique, l’informatique, la photographie numérique, l’édition électronique et l’Internet). À l’aide de ces nouveaux moyens, nous essayons aujourd’hui de développer ce qui fait depuis de nombreuses années la spécificité de notre laboratoire, c’est-à-dire une recherche qui associe étroitement des disciplines érudites telles que la philologie, la codicologie, la paléographie, l’étude des langues anciennes, à l’histoire plus générale de la pensée et des sociétés humaines. Vouloir faire progresser l’histoire — très largement entendue — ou la philosophie sans chercher à découvrir de nouveaux textes, sans établir l’authenticité des manuscrits, sans reconstituer leur généalogie, identifier leur contenu, leurs auteurs, leur date, leur lieu de copie, c’est vouloir construire un bâtiment en le privant de ses fondations.

L’IRHT, fondé par Félix Grat en 1937, a soixante-dix ans et fête son retour dans des locaux rénovés et sécurisés. De tels travaux n’auraient pu se dérouler sans le financement accordé par le CNRS, sans le soutien constant de la Délégation régionale de Paris A, sans la volonté et la persévérance de mon prédécesseur, Jacques Dalarun, sans l’efficacité de Christian Huber, Monique Quérou et Marie-Jeanne Gaudoin. Qu’ils en soient tous chaleureusement remerciés.

À 70 ans, on est encore jeune aujourd’hui. Avec ses programmes qu’il m’est impossible d’énumérer ici, mais dont vous aurez un petit aperçu durant cette journée, avec ses très nombreuses publications, ses collections et ses revues éditées en collaboration avec des maisons aussi prestigieuses que CNRS éditions et Brepols, avec ses stages de formation au manuscrit médiéval, son cycle thématique annuel et sa quinzaine de séminaires, l’IRHT a encore et toujours du souffle, des idées, de la créativité.

La recherche aujourd’hui, en sciences humaines comme ailleurs, ne peut plus se faire sans collaborations avec d’autres laboratoires, d’autres institutions nationales et internationales. Nos partenaires sont trop nombreux pour que je puisse tous les citer ; beaucoup nous ont fait l’amitié d’être parmi nous aujourd’hui et j’aimerais saluer en particulier le Professeur Nicholas Mann, Doyen de la prestigieuse School of Advanced Study de Londres, qui a eu la très grande gentillesse d’accepter de conclure notre journée, nos collègues hollandais du Huyghens Instituut de La Haye avec lequel nous poursuivons des recherches sur la Faculté des arts de Paris et sur l’Europe des Humanistes, nos collègues belges de la Bibliothèque royale de Bruxelles avec lesquels nous collaborons pour la revue Scriptorium, ainsi que l’Institut historique allemand représenté par son directeur, Monsieur Werner Paravicini.

Parmi les grandes institutions françaises, l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, le Collège de France nous ont toujours soutenu en faisant partie de nos comités scientifiques d’évaluation et des comités de lecture de nos collections. Je ne voudrais pas vous lasser avec une longue énumération, mais comment ne pas remercier aussi nos très nombreux collègues et amis ici présents avec lesquels nous collaborons de longue date : la Bibliothèque nationale de France et les nombreuses bibliothèques municipales et universitaires, les archives nationales et départementales, l’École nationale des chartes, l’École Pratique des Hautes Études, l’École normale supérieure, la Bibliothèque du Saulchoir et la Commission léonine, les universités de Paris IV et d’Orléans, sans parler bien sûr des laboratoires du CNRS avec lesquels nous sommes étroitement liés comme le CESCM de Poitiers, le CESR de Tours, l’ARTEM de Nancy, le LAMOP de Paris I, le Centre d’histoire et civilisation de Byzance.

Notre institut a ceci de particulier, au sein du Département des sciences humaines, qu’outre sa recherche, il est investi d’une importante mission de service public. Dès sa création, il s’est efforcé de constituer une abondante documentation sur les textes et de photographier le plus grand nombre possible de manuscrits conservés de par le monde. Depuis vingt-huit ans, avec la Direction du Livre et de la Lecture du Ministère de la Culture et depuis quinze ans avec la Sous-Direction des bibliothèques du Ministère de l’Éducation nationale, nous reproduisons tous les manuscrits médiévaux des bibliothèques municipales et universitaires de France dans le but de faciliter le travail des chercheurs et d’assurer la sauvegarde d’un patrimoine écrit inestimable. La région Centre nous a aussi beaucoup aidé financièrement à réaliser ce programme et la délégation Centre-Poitou-Charentes nous a toujours fortement soutenus. C’est ce qui nous permet aujourd’hui de mettre à la disposition des chercheurs venus du monde entier une filmothèque-photothèque de quelque 74 000 manuscrits et 160 000 images d’enluminures, et une bibliothèque de plus de 110 000 ouvrages.

Si l’IRHT est aujourd’hui aussi productif dans ces trois domaines essentiels que sont la recherche, la documentation et la formation, c’est parce que le CNRS a soutenu son unité propre de recherche durant des décennies en la dotant de moyens financiers et humains importants. C’est aussi parce que ses directeurs successifs, Félix Grat, Jeanne Vielliard, Jean Glénisson, Louis Holtz et Jacques Dalarun ont réussi à redéfinir sans cesse ses orientations et ses missions pour les adapter à l’évolution de la recherche française et internationale. C’est enfin, et surtout, parce que, depuis soixante-dix ans, y travaillent de très nombreux chercheurs, ingénieurs et techniciens aux compétences unanimement reconnues par la communauté scientifique.

Célébrer l’anniversaire d’un institut scientifique tel que le nôtre, c’est d’abord l’occasion de se souvenir et d’évoquer l’œuvre de nos prédécesseurs et c’est à cela que Louis Holtz va nous inviter dans quelques instants, mais c’est aussi regarder vers l’avenir (d’où le titre donné à cette journée). Vous verrez cet après-midi, que sur le plan scientifique nous ne manquons pas de pistes de recherche et de nouveaux projets. Mais aurons-nous les moyens de poursuivre nos missions dans les années qui viennent ? Si la question se pose aujourd’hui avec tant d’acuité c’est parce que notre Institut souffre d’une baisse considérable de ses effectifs. En six ans, il vient de perdre 20 % de ses postes : nous étions 108 personnes employées par le CNRS à la fin de l’année 2000, nous ne sommes plus que 86 aujourd’hui. Une équipe comme celle de la diplomatique qui comptait à la fin de l’an 2000 neuf personnes n’en comptera plus que deux cette année. Or nous savons que pour maintenir la production d’outils scientifiques tels que les nôtres, il est nécessaire de pouvoir compter sur des ingénieurs de recherche en nombre suffisant.

Face à ces difficultés, l’IRHT est prêt à faire face et à se réorganiser. Il sait aussi qu’il peut compter sur le soutien du CNRS et sur le vôtre, Madame la Présidente. Preuve en est, votre venue aujourd’hui et la proposition que le Département SHS nous a faite de participer à l’élaboration de ce grand projet de l’Île Seguin. Vous avez noté l’enthousiasme avec lequel nous avons répondu à la confiance qui nous a été faite et nous ne doutons pas que le CNRS donnera à l’IRHT les moyens dont il a besoin, non seulement en locaux mais aussi en ingénieurs et en chercheurs, pour poursuivre les missions qui lui ont été confiées.

Vous me permettrez d’ajouter un dernier mot pour présenter l’organisation de cette journée. Il n’a pas été facile de choisir parmi nos très nombreux programmes, ceux qui vous seront présentés aujourd’hui. Notre choix s’est porté sur quelques exemples emblématiques de notre façon de travailler qui vont nous servir de fil conducteur pour expliquer nos objectifs et nos méthodes, pour dévoiler quelques-unes de nos découvertes et souligner leur intérêt. Nous avons voulu aussi envisager l’avenir, donc parler de programmes naissants ou sur le point de démarrer et bien sûr insister sur les avancées que peuvent apporter à notre recherche les nouvelles technologies.

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/node/542).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *