L’IRHT, au fil des ans

Louis HOLTZ (25 janvier 2007)

Il y a quelque chose d’héroïque au sens plein du terme dans la fondation de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (notre IRHT) dans les années qui aboutissent à la seconde guerre mondiale : d’héroïque dans le destin du fondateur, Félix Grat, [photo 1] tombé au champ d’honneur le 13 mai 1940, mais aussi dans la façon dont Jeanne Vielliard, femme de devoir, a recueilli l’héritage intellectuel de son camarade de promotion à l’École des chartes. C’est elle [photo 2] qui pendant 25 ans a présidé aux destinées de l’Institut de recherche et d’histoire des textes. Elle était major de la promotion de Félix Grat et ils s’étaient retrouvés à l’École française de Rome [photo 3]. C’est là au contact de Dom Quentin [photo 4], à l’exemple de ce Bénédictin de Solesmes héritier des Mauristes qui utilisait la photographie pour rassembler le texte des plus anciens manuscrits de la Vulgate de saint Jérôme, à Rome donc au Trastevere et à la Vaticane, c’est là que Félix Grat a élaboré le plan d’un institut tel que le nôtre. Vous voyez quels sont les parrains de l’IRHT : l’École nationale des chartes, l’École française de Rome, et je me permets d’ajouter, l’ordre bénédictin avec ses traditions d’érudition, dans un contexte international. Tout cela a une valeur très symbolique, que notre laboratoire, dans sa fidélité à ses concepteurs, n’a eu garde d’oublier au cours des soixante-dix années de son existence, non seulement à titre sentimental, mais comme exigence dans l’action.

Photo 1 : Félix Grat, premier directeur de l’IRHT (1937-1940).

Photo 1 : Félix Grat, premier directeur de l’IRHT (1937-1940).

Photo 2 : Jeanne Vielliard († 1978), directrice de l’IRHT (1940-1964).

Photo 2 : Jeanne Vielliard († 1978), directrice de l’IRHT (1940-1964).

Une des intuitions fondamentales de Félix Grat était que le progrès technique doit être mis aussi au service de domaines comme l’histoire, la philosophie, la littérature, l’histoire de l’art, bref au service des Humanités comme on disait encore il n’y a pas si longtemps. Ce qui a pu plaire au physicien Jean Perrin, sous-secrétaire d’État dans le ministère Blum mais lui-même un humaniste, et le décider à donner suite au projet que lui présentait Félix Grat en ce début de l’année 1937, c’est cette rencontre entre la technique et les Humanités. Ceci est devenu banal, je pense aux archéologues, mais appliqué aux textes était nouveau dans l’entre-deux-guerres. L’IRHT n’a jamais tourné le dos à la technicité :

  • que ce soit dans le domaine de la photographie, de la duplication, de la conservation et de la diffusion des documents ;
  • que ce soit dans le domaine de l’outil informatique et je rappelle que notre institut a été dans le Département des sciences de l’homme et de la société le premier ou parmi les tout premiers à se doter d’une équipe d’informaticiens, cela dès 1971, grâce à l’intuition du directeur d’alors, Jean Glénisson et de Lucie Fossier qui en a été la créatrice ;
  • que ce soit aussi dans le domaine de la numérisation qui révolutionne la photographie, une technique entrée chez nous dès 1992 et magnifiquement exploitée par Gilles Kagan et ses collègues.

Un des principes appliqué depuis le début dans ce laboratoire, c’est de tenter d’être toujours à l’avant-garde du progrès technique appliqué aux sciences humaines.

1927, École Française de Rome, de gauche à droite, Jeanne Vielliard, Émile Mâle directeur de l’École Française de Rome, Félix Grat et Pierre Boyancé au fond à droite.

Photo 3 : 1927, École Française de Rome, de gauche à droite, Jeanne Vielliard, Émile Mâle directeur de l’École Française de Rome, Félix Grat et Pierre Boyancé au fond à droite.

Photo 4 : Photo dédicacée offerte par Dom Quentin à Félix Grat.

Photo 4 : Photo dédicacée offerte par Dom Quentin à Félix Grat.

Le caractère international de notre entreprise va de soi, parce que quels que soient les auteurs ou les types de textes, les manuscrits, surtout depuis l’époque classique et la fondation des bibliothèques modernes, ont pour la plupart quitté leur lieu d’origine et se sont dispersés dans le monde entier. Surtout, nos manuscrits témoignent de civilisations (grecque, latine, hébraïque, arabe, romane) qui transcendaient de loin le cadre des États Nations. Des textes qu’elles nous ont transmis, pour certaines depuis trois millénaires, dans une tradition ininterrompue, de ces textes nous vivons encore.

Et donc depuis la première mission de Jeanne Vielliard dans les bibliothèques autrichiennes pendant l’été de 1937, l’IRHT est entré en contact et en amitié avec les conservateurs de toutes les bibliothèques du monde aussi bien qu’avec les principales équipes de chercheurs s’occupant de livres manuscrits. Sa première implantation fut à la Bibliothèque nationale au département des manuscrits occidentaux, c’est pourquoi nous avons tendance à nous y sentir encore chez nous. Si notre institut borne aujourd’hui ses missions photographiques aux bibliothèques des régions de France, c’est parce que les bibliothèques étrangères se sont équipées et photographient ou numérisent elles-mêmes leur fonds et parce que, vu que le laboratoire jouit pour sa part de la confiance de la direction du livre et de la lecture du Ministère de la culture, il est naturel qu’il donne une certaine priorité à l’étude des 25 000 manuscrits des bibliothèques de province. Dans le passé, l’abbé Richard avait photographié les manuscrits du Mont Athos, et après les changements de régime à l’Est, nous avons accompli des missions à Saint-Pétersbourg et à Prague. Il y a eu aussi des missions au Yémen, en Turquie, au sultanat d’Oman et en bien d’autres lieux pour fixer par la photo des manuscrits anciens.

Dans l’histoire du développement de cet institut, il faut jusqu’ici distinguer deux phases, la première correspondant aux mandats de Félix Grat et de Jeanne Vielliard, de 1937 à 1964, la deuxième débutant avec celui de Jean Glénisson en 1965.

La première phase a été celle de l’organisation interne. Disposant en un premier temps aux Archives nationales de locaux plus spacieux (notamment dans une seconde phase à l’Hôtel de Rohan [photo 5]), Jeanne Vielliard a mis en application avec beaucoup d’intelligence le plan de Félix Grat dont elle était depuis longtemps dépositaire : elle crée dès la réinstallation du laboratoire à Paris fin 1940 (après les mois de repli à Laval) une section romane, c’est-à-dire d’ancien français, confiée à Édith Brayer, élève de Mario Roques, puis une section orientale, confiée à Georges Vajda, dédoublée à la Libération en section arabe et section hébraïque ; elle crée encore une section grecque confiée à l’abbé Richard : elle étend aux textes médiévaux le domaine de la section latine. Cette archiviste-paléographe ne pouvait faire moins que de s’intéresser aussi aux archives médiévales, surtout aux cartulaires des établissements religieux médiévaux disposant à date ancienne d’un scriptorium et d’une bibliothèque. Enfin parmi les étapes de la tradition des textes, Jeanne Vielliard, Élisabeth Pellegrin et Madame Vernet-Boucrel, trois chartistes, étaient particulièrement sensibles à la révolution que marqua à la Renaissance le transfert des textes du manuscrit à l’imprimé, ce qui justifiera un peu plus tard la création d’une section de l’humanisme.

rohan

Photo 5 : Photographie du personnel de l’IRHT prise à Paris avant 1960, à l’hôtel de Rohan. Figurent de gauche à droite au premier rang, l’abbé Richard, Georges Vajda, Edith Brayer, Jeanne Vielliard, Marguerite Pecqueur, Mlle Duret. Puis on reconnait entres autres au deuxième rang, Geneviève Renaud, Mme Vernet-Boucrel (derrière Mme Pecqueur), Mme Garand (au bout), au troisième rang, Geneviève Contamine, au dernier rang le père Longère, Odile Grandmottet, Lucie Fossier, Emmanuel de Montalembert.

L’organisation de l’Institut en petits groupes de spécialistes, les sections, n’enferme pas les membres de chacune d’entre elles dans un ghetto, loin des autres. Et c’est un des avantages de ce laboratoire d’y rencontrer des chercheurs qui maîtrisent plusieurs langues anciennes, plusieurs techniques, plusieurs spécialités : tel était le cas de Georges Vajda, arabisant et hébraïsant.

Ce qui est encore plus extraordinaire dans cette maison, c’est la complémentarité des savoirs. Philosophes ou littéraires, historiens ou historiens de l’art, unis par la pratique de la philologie, passionnés par les manuscrits médiévaux, nous y puisons les raisons de circuler en toute liberté de l’Antiquité grecque ou biblique à la Renaissance et à l’érudition moderne. Solidement ancrés dans la culture latine, nous croyons qu’elle doit se prolonger par l’étude des germinations romanes, être en dialogue permanent avec la culture hellénistique, reconnaître sa dette, qui n’est pas mince, envers les savants juifs ou arabes.

Photo 6 : Mlle Vielliard à son bureau, compulsant des fiches.

Photo 6 : Mlle Vielliard à son bureau, compulsant des fiches.

Les vingt-cinq ans du mandat de Jeanne Vielliard [photo 6] sont marqués par une production vertigineuse de fiches, nourrissant de multiples fichiers (cela prend de la place…), l’enrichissement d’une bibliothèque spécialisée, et l’accueil de nombreux érudits américains et européens dont certains se sont dans la suite inspirés de l’organisation et des méthodes de l’IRHT pour fonder leur propre institut, souvent plus spécialisé que le nôtre. Je pense à ces savants italiens, au regretté Giuseppe Billanovich, grand ami de Mlle Pellegrin, Billanovich, rénovateur des études humanistiques et pré-humanistiques, je pense aussi à Claudio Leonardi et à son magnifique centre Ezio Franceschini de Florence, à Paul-Oskar Kristeller, grand ami de Mlle Vielliard, fureteur dans toutes les bibliothèques européennes à la recherche des manuscrits humanistiques.

Vers la fin de son mandat Jeanne Vielliard, avait accueilli avec peu d’enthousiasme la proposition de la Direction du CNRS de loger l’IRHT quai Anatole-France auprès de l’administration centrale, avec pour voisins d’autres laboratoires parisiens. Le déménagement, de l’hôtel de Rohan au quai, s’effectue en 1962 sans véritable gain de place.

Photo 7 : Jean Glénisson à son bureau.

Photo 7 : Jean Glénisson à son bureau.

La seconde étape commence en 1965, avec l’arrivée de Jean Glénisson [photo 7]. Conscient que l’administration du CNRS, au quai Anatole-France, ne pouvait que s’agrandir aux dépens de ses voisins les laboratoires, il obtient d’installer l’IRHT avenue d’Iéna. Un service administratif y était déjà logé au 3e étage, celui des « ressources affectées » qui resta là pendant dix ans encore. Le problème des locaux, qui a surgi dès le début, dès l’époque de Félix Grat, ne se réglera en fait qu’en 1977. C’est en effet à Jean Glénisson encore que l’on doit la fondation du centre Augustin-Thierry d’Orléans, décision qui à l’époque n’alla pas sans contestations ou même pétitions diverses, car il a fallu transférer des postes et donc des collègues de Paris à Orléans-La Source, ceux de la section de diplomatique. Cette fondation permettait l’installation d’un laboratoire photo de grande classe, à l’époque précise où la direction du Livre confiait à l’IRHT le microfilmage des manuscrits français autres que ceux de la Bibliothèque nationale, elle permettait aussi la création de nouvelles sections de recherche, musicologie, iconographie. L’Institut de recherche et d’histoire des textes à défaut de postes nouveaux (au départ il n’y eut qu’un seul poste de chercheur créé pour Orléans), reçut d’importants crédits spéciaux, destinés notamment à la bibliothèque du nouveau centre. Je suis sensible, revenant après quelques années d’absence, à l’harmonie qui règne entre les deux centres, et à l’apport scientifique des collègues d’Orléans. À l’époque la création du centre orléanais ne réglait pas tout, et deux sections, la grecque et l’arabe, s’installèrent dans l’annexe du Collège de France. Désormais l’IRHT était réparti sur trois lieux principaux. C’est encore le cas aujourd’hui. La solution, tout en étant de fortune, est cohérente, la philologie à Paris, l’histoire à Orléans ainsi que les sections techniques, sauf que séparer le grec du latin, l’hébreu de l’arabe, le texte de l’image, la diplomatique de la paléographie était un pari risqué.

L’idéal reste le regroupement en un seul lieu de toutes les sections de l’IRHT, pour plus d’efficacité et de collaboration interne, et c’est par bonheur ce à quoi correspond le projet actuel de la direction scientifique sur le sol de l’île Seguin, projet dans l’examen duquel à une très forte majorité le personnel a récemment accepté de s’engager. Ce sera pour le laboratoire une troisième étape, qui s’annonce féconde, dans un institut regroupé et en pleine possession de tous ses moyens. Car il y aura autour de l’IRHT d’autres équipes convergeant dans l’histoire de l’écrit et qui apporteront leurs richesses tout en comptant sur notre laboratoire pour former avec nous une super-école de l’érudition.

Photo 8 : Réception au Vatican, de droite à gauche, Sa Sainteté, le Pape Paul VI, Elisabeth Pellegrin, Jeannine Fohlen et Colette Jeudy.

Photo 8 : Réception au Vatican, de droite à gauche, Sa Sainteté, le Pape Paul VI,
Elisabeth Pellegrin, Jeannine Fohlen et Colette Jeudy.

En tout cas, ces problèmes récurrents de locaux, quelle qu’ait été leur solution, ne doivent pas faire oublier la vraie révolution qu’apporta à partir de 1965 Jean Glénisson. C’est lui qui pour l’essentiel donna à l’Institut de recherche et d’histoire des textes son visage actuel et ses trois successeurs lui sont redevables. Désormais l’accent était mis fortement sur les programmes de recherche et les publications, un domaine timidement abordé sous la direction précédente. Furent créés les collections Documents, études et répertoires, la collection des Sources de l’histoire médiévale, la Revue d’histoire des textes, qui prenait la suite, mais dans un esprit tout différent, du Bulletin d’information de l’IRHT. C’est l’époque où fut conclu un contrat avec la Bibliothèque Vaticane qui chargeait la section latine de l’IRHT, sous la direction d’Élisabeth Pellegrin, de la rédaction du catalogue des classiques latins de cette grande bibliothèque, ce qui était revenir aux sources mêmes de l’IRHT, une recherche qui s’est étendue sur trente ans et qui trouve aujourd’hui sa conclusion. L’heure de gloire fut en 1976 l’audience pontificale au cours de laquelle fut remis au pape Paul VI le tome I du catalogue [photo 8]. Je cite les paroles de Paul VI : « C’est là, une œuvre très appréciable, dont bénéficie notre Bibliothèque Vaticane ; elle est le fruit du travail patient entrepris par toute une équipe de l’Institut de recherche et d’histoire des textes de Paris : Nous tenons à en remercier vivement le Directeur, Monsieur Jean Glénisson, et ses collaborateurs ». Je remercie Mme Fohlen de m’avoir transmis à la fois la photo et cet extrait du discours du pape.

Du reste, la politique de la recherche changeait au CNRS. Il avait en effet été décidé de faire sortir les personnels de statut chercheur de leur splendide isolement et de les rattacher aux divers laboratoires. Sans grand effet au début, cette mesure était appelée à changer l’état d’esprit de l’organisme. L’IRHT fut l’un des premiers laboratoires à pousser plus loin l’esprit d’équipe en créant outre l’assemblée annuelle de tout le personnel un conseil de laboratoire comprenant les chefs de section et des élus du personnel, à une époque où l’existence de ce conseil n’avait rien d’obligatoire, cela ne le deviendra que dans les années quatre-vingt. À ce moment-là, c’était, au sein du CNRS, une véritable nouveauté, qui permettait à la direction du laboratoire de dialoguer avec le personnel, de faire mûrir les décisions, désormais non imposées d’en haut, en associant plus étroitement tout le monde à la marche du laboratoire. J’ai présidé moi-même soixante conseils de laboratoire. Je vous garantis qu’il ne s’est jamais agi d’une chambre d’enregistrement, qu’on y discutait fort, et je ne pense pas que cette tradition se soit perdue. Voilà un bel exemple de démocratie vivante, mais une démocratie qui ne remet nullement en cause les prérogatives de la direction.

Une autre assemblée était à cette époque habilitée à évaluer les travaux de l’Institut, le conseil scientifique, qui se réunissait une fois par an (c’était chaque fois un grand événement). Y siégeaient de droit l’administrateur général puis le président de la Bibliothèque nationale, le directeur du Livre et de la Lecture, le directeur de l’École des chartes, le Directeur des Archives nationales, deux savants étrangers et parmi eux en 1997 le professeur Nicholas Mann ici présent, directeur à cette époque du Warburg Institute de Londres. Faisaient également partie de ce conseil le directeur du Département, le ou les délégués régionaux et plusieurs élus du personnel. La présidence en était confiée à des savants tels que le Doyen Richard, les professeurs Jean Irigoin, plus tard Philippe Contamine, des présidents que le directeur associait volontiers à la marche de la maison. Ce conseil émanait donc largement de la communauté scientifique et ses avis constructifs étaient autant d’encouragements et de marques de soutien donnés par des personnalités compétentes.

Vous comprendrez qu’il soit pour moi plus délicat de parler des années 1986-1997. Il me semble en fait qu’il faut considérer dans une même visée les années 1986 à 2003, sous ma direction puis sous celle de Jacques Dalarun, qui forment une certaine unité à l’image de l’amitié qui nous lie tous les deux.

Ces années sont caractérisées par trois ou quatre faits principaux, le renforcement de nos publications, marqué notamment par l’intéressement de la maison Brepols, notre second éditeur après les Presses du CNRS (aujourd’hui CNRS éditions), l’organisation de nombreux colloques, l’entrée en force des nouvelles technologies au service de la recherche et une puissante ouverture de l’Institut de recherche et d’histoire des textes sur la formation. Les nouvelles technologies posaient le problème de l’héritage des fichiers papier. Il a fallu aussi résister à l’utopie de l’unique grande base qui aurait contenu toutes les données de la maison, mais le recours à la microfiche, puis surtout l’introduction des ordinateurs personnels, l’adoption des logiciels proposés par le marché ont assoupli les conceptions et les pratiques, de même que l’arrivée des cédéroms et des bases en ligne. À un moment on n’a plus parlé ici de section d’informatique, mais de service informatique. Un des points culminants des années Dalarun a été la publication du Moyen Âge en lumière et des deux cédéroms Enluminures et Liber Floridus.

À partir de 1998, grâce aux initiatives de Jacques Dalarun, outre l’organisation de multiples séminaires, a été créée l’École de l’érudition, qui notamment par son cycle thématique largement ouvert sur l’extérieur, associe le laboratoire aux prestigieux partenaires que sont l’École pratique des Hautes Études, 4e et 5e sections, l’École nationale des chartes et le Centre supérieur d’études médiévales de Poitiers. Ces institutions sont nos interlocuteurs naturels : un certain nombre de nos ingénieurs ou de nos chercheurs sortent de l’École des chartes, d’autres occupent une direction d’étude à l’École pratique, le dernier directeur du centre de Poitiers était d’abord membre de notre institut. C’est la famille de l’érudition. Il faut y ajouter l’École normale supérieure, qui elle aussi nous a beaucoup donné, notamment par ses attachés documentaires dont plusieurs sont devenus chercheurs dans notre institut.

Enfin parmi les toutes récentes actions dues à mes successeurs, n’oublions pas la réhabilitation et la mise aux normes des lieux où nous nous trouvons, puisque la présente journée est également dédiée à l’inauguration du bâtiment rénové du Centre Félix-Grat, en écho à la première inauguration par Madame Félix Grat le 6 décembre 1978 [photo 9].

Photo 9 : Inauguration par Madame Grat du Centre Felix-Grat, 40 avenue d’Iéna, Paris le 6 décembre 1978.

Photo 9 : Inauguration par Madame Grat du Centre Felix-Grat, 40 avenue d’Iéna, Paris le 6 décembre 1978.

Toute institution a une histoire. La nôtre, sans brisure, est d’une belle continuité. Avec l’apport de la section de musicologie et de celle d’iconographie (créée par feu l’abbé Garnier), tous les aspects du manuscrit antique et médiéval étaient couverts ou presque lors de la fondation du centre orléanais. Sont venus s’ajouter la papyrologie et la lexicographie latine, chacune dans ses locaux parisiens. Ainsi l’IRHT, selon un processus parfaitement cohérent, n’a jamais cessé d’étendre, avec ténacité, le champ de ses activités, pour aboutir selon le plan de son fondateur, sans cesse repensé et adapté aux circonstances, à une étude systématique des diverses étapes de la vie d’un texte antique ou médiéval, depuis sa naissance, les péripéties de sa transmission de copiste en copiste et de bibliothèque en bibliothèque, jusqu’à l’édition princeps, en passant par ses actualisations d’âge en âge, ses traductions, sa réception jusqu’à nos jours et les multiples inspirations dont ont profité les grandes littératures de l’Europe et du monde. Autant de textes, autant je ne dirai pas d’histoires, mais de véritables épopées. Cela est vrai quelle que soit la langue, quel que soit le support de l’écrit. L’un des points culminants de cette recherche (mais il y en a d’autres), son point d’aboutissement naturel est l’édition critique. Mais seule une vue d’ensemble de tout le processus permet de comprendre les singularités de l’histoire de chaque texte. Pour chaque texte la seule méthode sérieuse est de partir de la comparaison des sources disponibles et d’appliquer une bonne dose d’esprit critique.

Il y a là dans cette recherche érudite comme une ascèse : apparemment c’est un travail de fourmi dont il est trop facile de dénoncer la prétendue myopie. En fait une philosophie s’en dégage. Jacques Dalarun me permettra de faire mienne cette réflexion tirée de sa double expérience de chercheur et de directeur de l’IRHT :

« Le choix est entre codicologie ou idéologie ; l’opération élémentaire de la critique est la confrontation des sources ; la philologie, qui est le tronc commun de toutes les sciences représentées à l’IRHT, est le paradigme de l’esprit critique, en une synthèse de l’érudition mauriste et des Lumières. Car le désarroi des idéologies entraîne un salutaire retour vers l’érudition, qui consiste non pas à renoncer à la quête du sens, mais à faire jaillir le sens des sources et non pas à plier les témoignages à un présupposé. »

Voilà pour l’enjeu. Mais je ne voudrais pas terminer cette promenade à travers l’histoire de l’IRHT sans évoquer en guise de reconnaissance le visage de toutes celles et de tous ceux qui depuis soixante-dix ans (je suis loin de les avoir toutes et tous connus) ont consacré tant d’heures de travail à perfectionner et à remplir le beau programme élaboré par Félix Grat et Jeanne Vielliard. D’autres, nous le souhaitons, viendront prendre le relais. Mais en cet anniversaire ayons une pensée pour ceux qui ont voué une bonne partie de leur vie professionnelle et parfois toute leur vie professionnelle au bel édifice intellectuel qu’est cet institut. Je ne pense pas qu’aux chefs d’équipe et aux responsables de section. De cette foule permettez-moi de détacher de mes souvenirs personnels un visage que je n’ai jamais oublié, celui de Madame Le Goff, secrétaire de la section latine dans les années soixante-dix, qui me recevait à une époque où je venais ici comme lecteur. Je me rappelle sa discrétion, sa gentillesse, son sens de l’accueil, sa disponibilité, son efficacité. Elle symbolise toujours pour moi l’esprit de la maison : la recherche au service de la recherche.

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/irht-avenir-tradition/histoire-holtz.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *