Du nouveau pour les bibliothèques anciennes

Anne-Marie TURCAN-VERKERK (Communication du 1er décembre 2005)

Avignon6733-55

Saint Augustin écrivant. Livre de prières de Clément VII, Avignon, vers 1378-1383. Avigon, Bibl. Mun., ms. 6733, f. 55

Qui travaille sur la transmission des textes doit s’intéresser à la circulation des manuscrits, et ne peut donc se dispenser, à un moment ou à un autre, de pénétrer dans une bibliothèque médiévale. Et de fait, si une section de l’IRHT se consacre plus particulièrement à recenser les sources de l’histoire des bibliothèques anciennes, à collecter toutes les informations possibles sur l’origine et la provenance des manuscrits, conservés ou non, il y a autant d’historiens des bibliothèques hors de cette section qu’à l’intérieur. Devant ce foisonnement, il était difficile de faire un choix, qui aurait paru nécessairement arbitraire. J’ai donc pris un parti tout différent.

Tout en essayant de montrer que l’histoire des bibliothèques n’était pas cantonnée à la section de Codicologie, j’ai voulu privilégier l’information utile au plus grand nombre, en vous présentant l’apport que l’historien des textes peut attendre aujourd’hui de grandes entreprises en cours à l’IRHT. D’où le titre de cette séance.

Mais, pour que vous ne restiez pas totalement sur votre faim, et pour rendre compte de ce qui se fait réellement au sein de l’IRHT, j’ai dressé une liste des publications de nos collègues au cours des dix dernières années (Voir la Bibliographie). Elle vous permettra de connaître au moins les centres d’intérêt de chacun, et de mesurer, fût-ce partiellement, les progrès et les tendances de la recherche actuelle.

Une chose m’a frappée quand j’ai dressé cette liste de publications, sans doute un peu comme une Persane arrivant à Paris : à de notables exceptions près, il y a peu de publications à l’IRHT sur les collections juives, arabes, grecques. Est-ce dû à la nature de la documentation (liée aux aléas de l’histoire), à la localisation de cette documentation quand elle existe, au hasard des recherches individuelles ? Quoi qu’il en soit, chacun peut compléter cette bibliographie en me signalant erreurs et lacunes.

En attendant des réponses à ces questions, qui ne sont peut-être pas pertinentes, nous allons prendre les collections anciennes de manuscrits, essentiellement en écriture latine, par tous les bouts :

Monique Peyrafort − L’Odyssée de l’ISBA : nouvelles orientations et perspectives

L’inventaire des sources sur les bibliothèques anciennes est un instrument de travail destiné à recenser tous les documents, manuscrits ou imprimés, décrivant ou mentionnant des bibliothèques médiévales, que ces documents soient médiévaux ou modernes. Une première édition était parue en 1987 et demande aujourd’hui à être mise à jour et enrichie. Quelles sont les orientations de cette reprise, quelles sont les innovations et les perspectives de développement de ce projet ? Que peuvent en attendre les chercheurs qui travaillent dans ce domaine ? Tels seront les points principaux abordés dans la présentation de ce projet toujours en cours de développement.

Denis Muzerelle − Ex-libris de l’Église de Laon (IXe s.) et de Vauclair (XIIe-XIIIe s.) : problèmes d’interprétation et de datation

Les campagnes menées dans le cadre du Catalogue des manuscrits datés donnent souvent l’occasion d’examiner des ex-libris apparemment très proches de la date de copie, et de s’interroger sur le témoignage qu’ils apportent sur l’origine (et la date) des volumes où ils apparaissent. La question est rendue particulièrement délicate par les caractéristiques inhérentes au genre : mentions brèves, stéréotypées, souvent inscrites de manière très artificielle, et par conséquent difficiles à dater. Le travail sur le fonds de Laon a amené à affronter deux intéressantes séries d’ex-libris relevant de cette problématique, qui seront présentées comme exemples de l’analyse critique qu’exigent ces inscriptions.

  1. Ex-libris de l’Église de Laon (IXe). Il s’agit en réalité de deux séries d’ex-dono, l’une au nom de Bernard et Adelelme (successivement écolâtres), l’autre de l’évêque Didon (882-895). La mention conjointe de deux donateurs et le fait qu’une même main reparaisse dans les deux séries posent d’emblée un problème d’interprétation. On en vient à conclure que ces « donations » témoignent en fait du rassemblement des livres en un même lieu sûr, et que cette opération se rattache à un épisode méconnu de l’histoire de Laon.
  2. Ex-libris de l’abbaye cistercienne de Vauclair (XIIe-XIIIe). On a ici affaire à un ensemble d’une soixantaine d’ex-libris dont bon nombre se conjuguent avec la remarquable série de reliures de même époque que nous a laissée cette abbaye. La récurrence de certains graphismes ornementaux très stéréotypés rend particulièrement difficile la distinction des scripteurs. Une analyse paléographique méthodique permet néanmoins d’identifier différentes mains et, croisée avec le témoignage des reliures, d’en esquisser la chronologie.

Hélène Loyau − Présentation du CD-ROM Des armoiries et des livres

En associant héraldique et histoire des bibliothèques, l’IRHT a conçu un cédérom interactif qui propose, autour d’un cas précis, de retracer l’histoire d’une bibliothèque ancienne grâce à l’identification d’armoiries. Il s’agit de la collection de Pierre Lorfèvre, avocat au Parlement de Paris († 1416), possesseur de nombre de manuscrits, dont 19 connus, presque tous armoriés; ils sont conservés de nos jours à Paris, à la Bibliothèque Sainte-Geneviève et à la Bibliothèque Mazarine. Après la présentation du personnage, de son milieu, de son époque, de ses collections et de celles de quelques-uns de ses contemporains, partie élaborée par la section « Histoire des bibliothèques », vient la partie élaborée par la section « héraldique » : les origines, la terminologie, les composantes des armoiries.

Deux animations expliquent la méthode du blasonnement et la règle des couleurs. Elles sont enrichies d’un glossaire de 200 termes environ et d’un répertoire de meubles, très abondamment illustrés. Un autre volet est consacré aux armoiries dans les manuscrits et à la manière de les étudier : où et comment les relever, les décrire, les identifier afin de connaître leur(s) propriétaire(s), et dater leur apposition ? De quel apport sont les autres marques d’appartenance ? Différents cas sont présentés ici, simples ou compliqués, afin de montrer comment ces faisceaux d’indices font avancer les recherches sur des manuscrits jusqu’à présent « anonymes ».

(N.B. Le CD-Rom n’a jamais été diffusé hors IRHT. Son contenu est visible sur le site visible par un clic sur le titre de l’intervention.)

Jean-François Maillard et Donatella Nebbiai − La bibliothèque de Mathias Corvin

La bibliothèque du roi Mathias Corvin (1458-1490) est l’une des plus importantes collections de l’Europe du Quattrocento. Deux cents manuscrits en subsistent, au nombre desquels figurent de véritables chefs-d’œuvre, réalisés par les plus célèbres copistes et enlumineurs. Imaginée par son fondateur dès sa montée au trône en 1458, cette bibliothèque est une puissante arme politique qui sert à Mathias, entouré de ses savants conseillers, à nouer ou à renforcer des alliances. Son développement reflète les étapes principales de son règne. La dispersion, commencée tout de suite après la mort du monarque et achevée dans les premières décennies du XVIe siècle (bataille de Mohacs), ne fait qu’augmenter sa renommée. La Corviniana devient alors un véritable mythe, célébré par les érudits de l’époque moderne. Après les travaux fondateurs de C. et de K. Csapodi, les recherches des vingt dernières années permettent désormais d’ouvrir de nouveaux questionnements. Lieu d’élaboration et de diffusion des idées, la Corviniana s’impose parmi d’autres bibliothèques contemporaines, alors que la Hongrie occupe une place stratégique entre Orient et Occident. Donatella Nebbiai proposera quelques points de réflexion, liés aux thèmes des modèles, des espaces, des textes et des réseaux savants.

N.B. Cette communication a été publiée en 2006 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/bibliotheques-intro.htm).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 mars 2016

    […] sur le site de l’IRHT le 28 août 2015 sur les bibliothèques au Moyen-Age: « Du nouveau pour les bibliothèques anciennes« . L’IRHT est l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, qui […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *