Telma. Naissance d’un centre de Digital humanities en France

Paul BERTRAND (25 janvier 2007)

L’édition électronique est sortie du berceau depuis une demi-décennie et elle est méconnaissable. Elle a acquis ses lettres de noblesse. Aux États-Unis, en Angleterre, au Canada, les centres dédiés aux digital humanities ont poussé bien loin l’analyse du document sous forme électronique, la production de ce document, les conditions de l’édition « digitale »…1 Ces centres ont creusé de nouvelles trouées dans le maquis de l’électronique appliqué aux sciences humaines — la discipline a trouvé ses quartiers en France aussi, depuis peu, grâce à Telma, entre autres.

Telma, pour traitement électronique des manuscrits et des archives : c’est un centre de ressources numériques du CNRS. En 2005, la DIS, au sein de ce dernier, lance un appel à projet. Il s’agit de bâtir, en SHS, six centres de ressources destinés à « mettre en place une infrastructure permettant la production, la validation et la diffusion de ressources numériques et facilitant l’accès aux services disponibles grâce à une centralisation des connaissances et des moyens ». Pour les sources manuscrites, un projet émerge et est retenu. Il est porté par deux institutions qui ont décidé de s’allier : l’École nationale des chartes et l’IRHT. C’est un des premiers grands partenariats scientifiques entre ces deux institutions, autour d’une recherche commune. Nous voulions monter une plate-forme technologique dédiée à la conservation de sources manuscrites traitées de manière numérique, mais aussi destinée à en assurer l’éventuelle publication électronique. Il s’agissait de la rendre opérationnelle, offrant un nombre significatif de corpus puis de la publier, le tout en moins d’un an. Au printemps 2006, les opérations démarrent. L’École nationale des chartes a une avance technologique évidente, grâce aux compétences d’un des meilleurs spécialistes d’édition électronique de sources anciennes en France, Gautier Poupeau. De notre côté, l’IRHT recrute deux jeunes historiens aux compétences reconnues en édition électronique, qui se mettent en formation : le partenariat avec l’École nationale des chartes joue à plein et nos équipes échangent leur savoir-faire et progressent à grand pas. Les Chartes, fortes de leur avance, montent remarquablement la plate-forme technologique ; l’IRHT décide de frapper un grand coup en travaillant des corpus exemplaires. Cinq nouveaux corpus sont amenés, dont quatre par la section de diplomatique, et parmi eux un des vieux serpents de mer de l’IRHT, le répertoire des cartulaires français, en version informatisée. Le 5 décembre 2006, la plate-forme Telma est publiée. Elle est complètement opérationnelle.

L’entreprise Telma est une réussite et doit maintenant trouver un rythme de croisière. Nous pouvons maintenant publier n’importe quel type de sources manuscrites — que ce soit en format image ou en format texte. Notre savoir-faire, développé ensemble au cours de ce partenariat, nous l’ouvrons à la communauté scientifique. Notre plate-forme est ouverte, nos techniques sont ouvertes, libres de droits, chacun peut les appréhender, les mettre en œuvre. Certes, nous avons l’intention d’offrir nos services à nos chercheurs au sein de chacune des deux institutions, mais nous voulons aussi, conformément au cahier des charges établi par le CNRS et suivant une certaine logique scientifique, offrir à d’autres personnes ou institutions notre potentiel d’assistance à la publication et la conservation de sources. Le CNRS nous donne pour l’instant quelques moyens pour offrir un appui à publication à l’un ou l’autre projet extérieur — pour cela un appel d’offres sera bientôt lancé. D’ores et déjà, certains laboratoires du CNRS ont monté des projets ANR en collaboration avec nous et, fort de leur succès remporté auprès de l’Agence nationale de la recherche l’an passé, nous ont associés financièrement et scientifiquement, pour la partie édition électronique, à leur entreprise.

Recherche dans les différents corpus de Telma

Recherche dans les différents corpus de Telma

Mais revenons à Telma et voyons de plus près la philosophie de l’entreprise. Lorsque l’imprimé s’est affranchi de l’incunable, il n’a plus cherché à reproduire systématiquement le manuscrit et a transformé le texte qu’il reproduisait. De même, la publication électronique, notamment via le web, ne vise plus à reproduire le document selon les modalités de la publication imprimée. Elle va plus loin, ou du moins elle fonctionne autrement. Certes, l’Internet apporte aux publications scientifiques un écho qu’elles n’avaient pas jusque-là — et il n’y a plus personne pour parler de « mode » ou de « gadget ». Mais l’édition électronique a transformé le document publié, à tel point que l’historien qui est de plus en plus immergé dans ce monde du virtuel très concret se trouve obligé de voir, de concevoir autrement son document. Comme le cubisme semblait transformer la réalité mais en fait livrait tout simplement une autre vision du monde, une vision décomposée, écartelée, complète, de même l’édition électronique contraint l’historien à avoir une autre vision de son document : ainsi la création de la base de données cartulaires nous a obligés à concevoir le cartulaire autrement, à dégager plusieurs niveaux d’analyse du document, dont un niveau d’ailleurs purement conceptuel, archétypal2.

Se limiter à cela serait insultant pour les spécialistes d’édition électronique. Ils sont allés bien plus loin que la plupart des éditeurs traditionnels de l’imprimé. Le plus grand de leurs mérites est d’avoir cherché avant tout l’éternité. Voilà un paradoxe total : les spécialistes du virtuel, de l’éphémère, du volatil qui cherchent à fixer la lettre pour l’éternité. C’est le risque énorme de perte de données induit par la fragilité des supports de données numériques — qui n’a jamais vu ces monceaux de cartes perforées disséminés ici ou là dans les anciens centres de calculs, cartes à jamais muettes fautes de machines pour les lire ? qui n’a jamais entendu parler de ces bandes magnétiques d’où les données s’effacent, s’envolent, comme retournant à l’éther d’où elles provenaient ? Les archives électroniques américaines de la mission Apollo sur la lune ont ainsi pratiquement disparu, victimes de l’insouciance (la négligence ?) de la NASA… Se dire qu’on va être prudent et régulièrement sauvegarder ses données ne suffit pas : les logiciels, les machines changent à toute vitesse et les données d’hier ne sont plus nécessairement accessibles aujourd’hui.

Ce problème, les chercheurs en sciences de l’homme et de la société le rencontrent aussi. Peut-on l’éviter ? Oui, en choisissant des formats de données ouverts, les plus ouverts que possible, des formats totalement récupérables, comme le format XML, presque universellement adopté par la plupart des grands acteurs économiques et scientifiques de l’Internet. Là où la plupart des bases de données codent les informations qu’elles contiennent de telle façon qu’elles seules puissent les lire, au risque de voir ces informations disparaître lorsque les logiciels mis en œuvre passent la main à d’autres… XML reste lisible, matériellement, physiquement lisible. Telma, lui, fait le pari du long, voire du très long terme. Promettre est impossible, s’engager pour l’éternité non plus mais nous y aspirons… L’utilisation de logiciels libres va dans le même sens. Il ne s’agit pas seulement d’une philosophie de la liberté de l’information : l’utilisation du logiciel libre induit que n’importe quel spécialiste de l’informatique pourra, en cas de problème, « ouvrir le capot » du moteur pour le réparer ou tout simplement comprendre comment le moteur tourne. Avec un logiciel « propriétaire », le scientifique reste lui à la merci du concepteur du logiciel et de sa volonté de le faire vivre. Logiciel libre, libre accès : la gratuité semble de plus en plus une évidence, dans le monde de la recherche travaillant sur fonds publics, en prenant en considération par ailleurs, évidemment, les frais de production, de publication et de diffusion, même s’ils sont moindres pour les publications électroniques que pour le papier.

Format ouvert, logiciels libres, libre accès : voilà le credo.

Pérennité des données, conservation… courir derrière l’éternité, donc : voilà un des objectifs de Telma. Il y en a deux autres. Le suivant va de soi : c’est publier. Chaque corpus, placé la plupart du temps sur les serveurs de Telma, peut être mis en ligne.

C’est ainsi que les corpus déjà publiés à l’École nationale des chartes sur leur plateforme propre Elec ont été introduits sur cette plate-forme technologique, comme les tout récents comptes des consuls de Montferrand. L’introduction dans Telma ne signifie pour autant pas que l’identité des corpus soit sacrifiée sur l’autel d’une hypothétique uniformisation des données : si l’on veut retourner au corpus lui-même, on le retrouvera sous ses habits de l’École des chartes, et c’est bien ainsi. Il y sera là interrogeable et consultable seul, sous cette forme, même s’il reste complètement compatible et tourne sous des modules de Telma. En d’autres mots, tout éditeur scientifique dans Telma garde la totale paternité de son travail, de la manière la plus visible qui soit.

Indépendance des formes, mais uniformisation au moins partielle des données textuelles. C’est ici que je parlerai de l’utilisation de la TEI — Text encoding initiative. Sous cette abréviation peu mélodieuse, on comprend la proposition de règles (ou plutôt conseils) de standardisation des informations définies au niveau international : les dates de temps seront définies de telle façon, les lieux de telle autre, etc. Ces règles de normalisation des données textuelles pour l’édition électronique font l’objet d’adaptations régulières à de nouveaux types documentaires. Cette TEI est moins à considérer comme un canevas contraignant de balisage que comme un cadre voulu assez lâche, en tout cas adaptable aux spécificités des différentes sources manuscrites. Ce standard international permet ainsi d’envisager des échanges de données, des croisements d’informations — pourquoi multiplier les fichiers identifiant les maisons religieuses par leurs dates de fondation, leur localisation, l’ordre auquel elles ont appartenu, leurs diocèses de rattachement, etc. et répéter ainsi à l’envi le contenu d’un nouveau « Cottineau »3 recréé pour chaque nouvelle publication ? Un tel fichier de données encodé en TEI peut être facilement connecté avec d’autres fichiers s’ils ont en commun quelques « champs » compatibles — cela signifie donc aussi une plus grande interopérabilité.

Ainsi, on peut interroger plusieurs corpus en même temps, si on le veut, au niveau de l’interface de la plateforme elle-même. Pour chaque corpus, des requêtes spécifiques s’avèrent également possibles, suivant des modules prédéfinis. Prenons un exemple parlant, celui du Répertoire des cartulaires. Il y a cent ans paraissait la Bibliographie des Cartulaires Français, sous la plume d’Henri Stein. Presque quarante ans plus tard, on confiait à la section de diplomatique, née depuis peu, la lourde tâche de refondre, de remanier, d’éditer un nouveau Stein, comme on disait, comme on dit toujours. Une tâche tellement énorme qu’elle devient presque emblématique de la section que l’on commence à appeler « la section des cartulaires » — héritage pesant, lourd comme une croix de pèlerinage, lourd comme une pierre tombale. La province ecclésiastique de Reims fut quadrillée, les cartulaires y furent mis en dossiers et en fiches. Puis on se rabattit sur le Sud-est, parce que les Sources d’histoire économique et sociale étaient en chantier alors, sous la direction de M. Bautier et de Mme Sornay — on espérait venir à bout du petit espace rapidement, mais c’est il y a quelques années à peine qu’est sorti le Répertoire des cartulaires du sud-est de la France, sur papier : un temps de gestation démesuré, mais pouvait-on faire autrement, en plaçant si haut la barre du détail scientifique assuré tandis que les forces vives de la section décroissaient, suivant l’évolution de la démographie du monde de la recherche scientifique ? Nous décidâmes alors de publier, coûte que coûte, tout ce qu’on pouvait publier comme matériel inédit conservé par la section, par voie numérique. L’électronique nous permettait d’oublier l’aspect « marmoréen » du papier, avec un répertoire de données qui soit évolutif, qui contienne l’état de nos connaissances, qui suive l’évolution de celles-ci, qui tende à l’exhaustivité mais reconnaisse d’emblée ses lacunes et ses faiblesses, qui avoue ses erreurs mais s’engage à se corriger dès qu’un chercheur voudra bien les lui signaler. Un répertoire jamais terminé, toujours en cours, qui recueillera avec ferveur toutes les informations que les chercheurs nous enverrons — ces notices seront validées par la section puis publiées au nom de leur auteur. Un instrument collaboratif complet, donc. Mais rien de léger ni de superficiel : les notices pourront être aussi fournies que dans l’homologue papier qui couvre le sud-est (et dont les données seront d’ailleurs progressivement introduites puis mises à jour voire corrigées si nécessaire).

Ce répertoire, sous format XML, a été publié sur la plate-forme Telma voici un mois et demi.

Consultation dans la base CartulR dans Telma

Consultation dans la base CartulR dans Telma

La consultation de ces notices est rendue aisée par la mise à disposition des utilisateurs de Telma de plusieurs modules d’interrogation particulièrement pointus. L’identité du répertoire reste acquise ; sa spécificité scientifique aussi. La conception de l’instrument a permis de concevoir le cartulaire, ou plutôt les cartulaires selon des approches riches de promesses scientifiques. C’est grâce à cette réflexion que la section entreprend tambour battant une typologie des cartulaires médiévaux, destinée à paraître dans la célèbre collection sous peu.

Le chercheur, l’éditeur scientifique : voilà le troisième objectif. Pour dire les choses plus clairement : pour réaliser ces deux premiers objectifs — conservation et pérennisation des données par une mise en format XML puis publication avec ce qu’on appelle en jargon « un balisage TEI » —, il faudrait que les choses soient prises à la source par le chercheur. En d’autres termes, Telma peut s’occuper de toutes ces étapes de conservation et publication, mais cela coûte de l’argent, du temps… L’idéal et le plus aisé pour le chercheur est de s’occuper lui-même de la publication de son corpus, de ses données sur Telma. C’est un autre des objectifs du centre : former les éditeurs, les associer aux différentes étapes du travail, les suivre, les aider à prendre en mains le travail d’édition eux-mêmes, chacun à leur niveau, de manière plus ou moins forte. Suivre et guider, donner des formations, conseiller, pour que chaque éditeur scientifique soit le maître de son travail.

Cartulaire de Nesle dans Telma

Cartulaire de Nesle dans Telma

Deux exemples éclatants montrent qu’il ne s’agit pas là d’un fantasme : Xavier Hélary, maître de conférences à l’université de Paris IV, ancien chargé de recherches documentaires à la section de diplomatique, avait fait la transcription du cartulaire seigneurial de Nesle en Bourgogne et ne pouvait envisager une publication papier dans l’immédiat, dans la mesure où une édition totalement aboutie nécessitait un travail encore énorme dans les archives et sur les textes, tel qu’une charge de jeune maître de conférence ne permettait pas de l’envisager dans de brefs délais. Il décida alors de publier sa transcription revue sur Telma. Il l’a indexée après une courte formation. On notera qu’à chaque acte est associé l’image numérique du cartulaire original, conservé à la Bibliothèque de Chantilly, et reproduite ici grâce à l’amabilité de la conservatrice, Mme Toulet. Le travail d’édition sera donc complété par étapes lors des années qui viendront, mais d’ores et déjà, le texte est mis à la disposition des chercheurs qui apprécieront l’arrivée d’un texte inédit sur le marché documentaire.

Une démarche audacieuse, mais elle n’est pas isolée. Un autre de nos collègues a fait le même pari. Jean-Baptiste Lebigue, Ingénieur de recherches à la section des sources iconographiques, propose un catalogue de manuscrits liturgiques médiévaux et modernes non contenus dans les catalogues publiés par Victor Leroquais, pour la France. C’est un catalogue évolutif lui aussi, en mise à jour continuelle. Régulièrement, Jean-Baptiste Lebigue ajoute les derniers manuscrits qu’il a vus et décrits. Il fournit pour chacun d’eux une notice codicologique approfondie. Mais le plus important n’est pas visible : ce travail de codage de l’information en format XML et selon les normes TEI, ce ne sont pas les chevilles ouvrières de Telma qui s’en occupent. Jean-Baptiste Lebigue s’est formé en quelques heures auprès de ceux-ci et c’est lui-même, seul, qui prépare dorénavant ses notices et les envoie, complètement formatées, pour publication. En quelque sorte, il donne à ses notices un format éditorial somme toute similaire dans sa philosophie au format que demandent les grandes revues ou encore les grandes collections d’édition de textes.

C’est aussi à ce remarquable travail de pionnier qu’il faut rendre hommage ici, comme à tous ceux qui ont permis à Telma de relancer la France scientifique dans le concert des digital humanities et de replacer l’IRHT au premier rang des institutions de recherche innovatrices dans leurs recours aux nouvelles technologies. Benjamin Suc, Christophe Jacobs pour l’IRHT, comme Gautier Poupeau pour les Chartes font partie des meilleurs spécialistes d’édition électronique de sources anciennes en France, actuellement — et je ne suis pas sûr qu’il faille plus d’une main pour les compter tous.

L’aventure Telma est loin d’être finie. Les premiers échos sont encourageants : déjà plusieurs chercheurs proposent des éditions qu’ils voudraient voir publier sous l’égide de Telma, en les préparant et balisant eux-mêmes. C’est de bon augure, c’est le signe d’une mutation dans nos façons de travailler. La réussite de Telma tient avant tout à ce remarquable partenariat de l’IRHT et de l’École nationale des Chartes. Ce partenariat si fructueux, il nous faut le poursuivre, y associer d’autres institutions de recherche, d’enseignement — ainsi le monde universitaire auquel nous devons à toute force et par nécessité nous ouvrir —, mais aussi des institutions de conservation (de la Bibliothèque nationale de France aux Bibliothèques départementales et municipales, aux Archives de France…). Ces perspectives forcent l’optimisme.

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/irht-avenir-tradition/telma.htm).

  1. Par exemple, le CCH du King’s College de Londres. []
  2. Voir notre communication « “Cartulaires” : incidences de la création d´un répertoire électronique de sources anciennes sur l´appréhension d´un genre documentaire » au congrès Digital Diplomatics, à München, le 2 mars 2007 (actes à paraître dans les Beihefte der Archiv für Diplomatik en 2007-2008). []
  3. L’ « ancien » : Dom Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, Mâcon, 1936-1970, 3 vol. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *