Les bibliothèques, matrices et représentations des identités. Occident latin, VIIIe-XVIIIe siècles

Anne-Marie TURCAN-VERKERK (25 janvier 2007)

La section de Codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique de l’IRHT prépare, en partenariat avec le Département des Manuscrits de la BnF, l’École Pratique des Hautes Études (IVe section), la Médiathèque de l’agglomération troyenne, l’UMR 5648 (Lyon II – EHESS – CNRS), et en collaboration étroite avec la Bibliothèque Royale de Belgique (KBR), un projet sur les bibliothèques médiévales de France. Il entend montrer, à partir d’un recensement et d’une étude de toute la documentation disponible entre le VIIIe et le XIXe s. ainsi que par l’approfondissement de dossiers particuliers, dans quelle mesure la constitution des bibliothèques anciennes et la rédaction de leurs catalogues ou inventaires ont contribué à des constructions identitaires : construction idéologique et unification de réseaux institutionnels, apparition et définition de nouveaux modèles culturels et de nouvelles pratiques de lecture et de transmission du livre. Le projet, encore provisoire, s’articule en trois volets.

Le premier volet, généraliste, est un programme de travail de la section de Codicologie auquel s’associent tous les autres partenaires ainsi que des collaborateurs extérieurs, et qui englobe de fait les recherches sur des corpus plus limités : — 1) répertorier et analyser les listes anciennes de manuscrits ayant appartenu à des bibliothèques médiévales (projet BMF : Bibliothèques médiévales de France, qui donnera lieu à une publication imprimée et à l’alimentation d’une base de données en ligne) — 2) en fournir un corpus photographique (reproductions numériques) et textuel (numérisation et océrisation des éditions anciennes disponibles), disponible en ligne gratuitement — 3) remplacer progressivement les éditions anciennes par des éditions critiques électroniques en ligne, sur la base du projet Sanderus electronicus de Lucien Reynhout (KBR).

Le deuxième volet concerne la constitution et la diffusion de modèles bibliothéconomiques ou de textes choisis par des ordres religieux. — 1) Les Cisterciens, déjà bien étudiés, ont été choisis pour leur rôle dans la constitution d’une nouvelle bibliothéconomie et leur choix de diffuser par la voie des fondations un modèle de bibliothèque. On s’attachera particulièrement à rendre disponible toute la documentation possible sur Cîteaux et Clairvaux (projet de bibliothèque virtuelle de Clairvaux de la Médiathèque de l’agglomération troyenne). — 2) Les Mendiants, prédicateurs, formateurs, pourfendeurs d’hérétiques, diffusent eux aussi des modèles intellectuels, mais selon d’autres méthodes. La documentation française étant mal connue, c’est un domaine de recherche très prometteur.

Le troisième volet veut remonter aux sources de grands modèles culturels de la France moderne :

  1. les bibliothèques des collèges et universités, en particulier de la Sorbonne, dont on étudiera les catalogues anciens et les lecteurs (identités et pratiques de lecture), projet piloté par l’EPHE
  2. la bibliothèque royale, aux racines de l’identité culturelle de la France : la BnF lance un grand projet de reconstitution virtuelle et de catalogage de la première librairie des rois de France, sous Charles V et Charles VI
  3. les nouveaux bibliophiles sous Charles V et Charles VI, avec l’apparition de l’humanisme dans le milieu des gens de robe : cette étude des cercles érudits associe les sections de Codicologie et d’Humanisme de l’IRHT
  4. les grandes collections de bibliophiles et d’érudits privés et la bibliothèque royale jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/irht-avenir-tradition/bibliotheques.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *