L’IRHT, avenir d’une tradition : conclusion

Nicholas MANN (School of Advanced Study, Londres)

Si j’ai accepté avec plaisir la responsabilité de conclure cette journée si riche en histoire, en défis, et en révélations, c’est d’abord parce que l’IRHT est une institution unique et précieuse ; puis c’est en partie parce que l’Institut a joué un rôle important dans ma propre formation de chercheur, et en partie parce que le thème choisi — l’avenir d’une tradition — me tient particulièrement à cœur. L’idée qu’une tradition puisse avoir un avenir, qu’il ne s’agit pas d’un monument historique désormais fixe, mais d’un organisme vivant qui doit s’avancer vers l’avenir faisant preuve de ce que Gianfranco Contini appela la perfettibilità perpetua, cela m’a toujours semblé axiomatique. Je suis au moins en ceci d’accord avec mon ami Pétrarque, qui s’est déclaré à un certain moment à cheval entre le passé et l’avenir — se trouvant, dit-il, à la frontière de deux peuples, regardant en même temps en arrière et en avant. Cette conviction m’a accompagné tout au long de ma carrière — autant à propos de la tradition antique, objet d’étude perpétuellement en train de se renouveler, qu’à propos de la tradition institutionnelle, objet de préoccupations plus matérielles, et certainement beaucoup plus fragile.

Puisqu’il est de bonne méthode dans ce monde postmoderne d’exposer ses propres partis-pris, j’espère que vous me pardonnerez une petite digression autobiographique (avec tous les risques que cela comporte pour l’historien que je ne suis pas) comme entrée en matière. Si je vous le propose, ce n’est pas pour me mettre en avant, mais pour vous permettre de juger de mes conclusions, et de comprendre certains de mes points de vue.

Il y a quarante ans (et quelques mois), je venais d’arriver à Paris pour poursuivre mes recherches doctorales dans des bibliothèques françaises. J’avais écrit au préalable à l’IRHT — car on écrivait encore des lettres à l’époque — pour savoir si quelqu’un d’autre s’intéressait au sujet que j’envisageais de traiter. La réponse très rapide de la Section latine m’avait indiqué un érudit finlandais, à qui j’avais tout de suite écrit, et qui m’avait répondu sèchement que ce sujet était réservé. C’est dommage, parce qu’il n’a jamais publié quoi que ce soit à ce propos, mais en m’obligeant à me réorienter vers Pétrarque, ce monsieur me rendit un grand service.

Je me suis donc présenté au 40, avenue d’Iéna, sachant déjà que Mlle Élisabeth Pellegrin, qui venait de publier son Catalogue de manuscrits de Pétrarque dans les bibliothèques de France — pour moi, une véritable bible — faisait partie de l’équipe de l’IRHT. J’étais très jeune, et en même temps ébloui par les connaissances de ce personnage auguste, et intimidé par sa surdité : en balbutiant quelques mots d’hommage dans un français un peu incertain, j’avais à peine le courage de lui serrer la main, me sentant profondément touché par tout ce que cette main renfermait de codicologie. Deux jours plus tard, en rentrant à mon appartement de la rue Saint-Sulpice, j’ai trouvé dans la boîte à lettres un paquet, livré à la main, et qui contenait le catalogue de Mlle Pellegrin, avec une dédicace qui m’a donné, avec l’instrument de travail indispensable, le courage de persister dans la voie qui m’avait un peu choisi.

Je voulais à tout prix évoquer cet acte de générosité de la part d’un membre de l’IRHT parce qu’il m’est toujours resté à l’esprit et a donné un véritable essor à mes recherches — recherches bien nourries par ailleurs par les nombreux fichiers de cet Institut.

Pour en finir avec la petite histoire, je noterai simplement qu’au cours des années suivantes, j’ai eu la chance de collaborer avec un certain nombre de personnes plus ou moins attachées à l’IRHT, et le privilège de collaborer aux travaux d’une équipe de recherche du CNRS, entre autres sur un projet pour le catalogue des manuscrits par ordinateur. L’idée même d’une équipe de recherche, avec la dynamique d’un projet en commun nourri par nombre de projets personnels, était alors (et est peut-être encore) profondément étrangère à la tradition anglo-saxonne.

J’ai néanmoins eu le grand tort de rentrer en Angleterre (pour finir et soutenir ma thèse), et d’y passer l’année des barricades, 1968. Lorsque je me suis réintégré à l’équipe l’année d’après, on m’a reproché de ne pas avoir fait la révolution. En y réfléchissant maintenant, avec un esprit d’escalier qui pourrait sembler monumental, il me vient à l’esprit de répondre : non, mais depuis j’ai vécu l’évolution. Ce qui me ramène (enfin ! direz-vous) au thème de cette journée.

Car les quarante ans écoulés depuis ces premières réflexions sur les nouvelles perspectives ouvertes pour l’étude des manuscrits par l’ordinateur ont témoigné d’une évolution profonde et radicale dans les sciences humaines (sans parler évidemment de celle qui s’est produite dans les sciences naturelles). Tout médiéviste (ou humaniste) de ma génération a dû faire face à l’informatique et se réinventer en conséquence. Il en est de même pour nos institutions — et depuis plus de quinze ans, je me trouve chargé de sauvegarder des instituts de recherche et des bibliothèques qui ont parfois beaucoup de mal à s’adapter au monde moderne.

On dit parfois que nos disciplines sont menacées. Je répondrais au contraire qu’il incombe à nos disciplines de s’interroger et, si besoin est, de se renouveler pour démontrer à quel point elles ont encore un rôle essentiel à jouer dans cette grande entreprise qu’est la recherche et la compréhension du passé dans le but de le transmettre à l’avenir.

Le grand choc de l’invention de l’imprimerie au XVe siècle s’est fait sentir surtout en fonction de l’essor que celle-ci a donné à la diffusion des textes, qu’ils fussent nouveaux ou connus depuis toujours. Au début des années soixante du siècle dernier, certains intellectuels français se sont livrés à un débat acharné au sujet des dangers posés par le livre de poche — à savoir la diffusion des grandes œuvres littéraires à un public estimé par certains comme trop mal préparé à cet assaut culturel. Aujourd’hui nous assistons à la croissance phénoménale de la diffusion mondiale et instantanée des connaissances par l’internet. En attendant, le livre imprimé a bien remplacé le manuscrit, et le livre de poche est partout.

Il est évident qu’il faut faire face aux dangers que peut comporter l’informatique, les comprendre, et savoir s’y adapter. Pour cela il faut assumer notre propre responsabilité de chercheurs et de scientifiques pour démontrer et protéger le bien fondé de nos données, et surtout pour former une nouvelle génération de paléographes et de codicologues, de philologues et d’historiens, capables de manier les nouvelles techniques et d’en profiter à plein.

Jusqu’à un certain point je suis conscient de prêcher le converti. Depuis le début de son existence, l’IRHT, inspiré par son fondateur Félix Grat, a perçu l’importance des techniques nouvelles de reproduction pour mettre à la disposition des chercheurs ce qui aujourd’hui s’appellerait une bibliothèque virtuelle des textes qui circulait au Moyen Âge, des manuscrits qui les contenaient, et des bibliothèques qui conservaient ces manuscrits. La transition au fil des années du microfilm aux microfiches a été suivie dans les années soixante-dix par l’adoption de l’informatique, la saisie numérique des manuscrits entiers et la création de bases de données pour le catalogage des manuscrits. Il s’agissait là d’une évolution presque organique qui s’est probablement produite sans que au départ les habitudes des chercheurs et des admirables personnes (qu’on a qualifiées ce matin d’effacées) qui dépouillaient des livres pour en faire des fiches pour en faire d’autres livres et catalogues, soient pour le moins gênées. Il aura suffi d’importer des ingénieurs et des techniciens et d’installer la nouvelle technologie.

Mais sur le plan scientifique et intellectuel, les innovations ont dû demander, et continuent encore à demander, une réflexion radicale qui touche à la nature même de nos disciplines et de l’entreprise qu’elles soutiennent.

Car si aujourd’hui il paraît tout à fait normal d’interroger par courriel et à distance, plutôt que par lettres et par visites, les fichiers de l’IRHT qui ne sont d’ailleurs plus fichiers mais bases de données accessibles en ligne, les conséquences pour les multiples autres aspects du travail traditionnel de l’IRHT sont beaucoup moins évidentes. La forme des catalogues, la façon dont le travail codicologique et paléographique sur le support matériel des textes s’intègre à la philologie nécessaire pour l’établissement et la compréhension de ces textes et des idées qui leur sont propres: tout cela est à repenser. On a dit que l’édition électronique change tout et ne change rien. Pour qu’elle ne change rien à la rigueur philologique il faut qu’elle change tout dans la manière de penser le texte et de le rendre accessible au lecteur du XXIe siècle. Mais pour que la rigueur philologique continue à avoir un sens propre à l’avenir, il faut qu’elle soit inspirée par des buts intellectuels autres que sa propre survie. Il suffit d’ailleurs de regarder le site web de l’Institut et de l’explorer pour comprendre à quel point le renouveau des méthodes est lancé, et a besoin de suivre le chemin de sa propre évolution. Il y a trente ans, on ne pensait pas mettre ses trésors en vitrine ; aujourd’hui il est absolument essentiel de le faire, et de prendre en compte que la vitrine est visible au monde entier.

Une petite preuve de la réussite en ce domaine réalisé depuis quelques années par l’IRHT : avant-hier soir à Londres sur l’écran de mon ordinateur j’ai pu repérer et étudier — consulter en plein — deux images de la roue de Fortune que je ne connaissais pas, provenant d’un manuscrit du XIVe siècle de la bibliothèque Sainte-Geneviève, et ai pu lire le texte qui les entourait. Tout cela grâce au site web de l’Institut, et aux bases de données et aux catalogues et autres instruments de travail auquel il donne accès. J’ai également pu lire en ligne des articles qu’autrefois j’aurais eu la plus grande difficulté à trouver, et d’autres qui n’existent qu’en fonction des possibilités que donne l’internet.

J’ai même pu constater, et vous me pardonnerez, Madame la Directrice, si je vous taquine un peu, que le dernier événement annoncé par votre Institut sous la rubrique Actualités est la visite du directeur général du CNRS à l’IRHT Orléans, le 28 novembre 2003.

Tout comprendre, c’est tout pardonner. Quiconque s’occupe des sites web sait que le travail de les tenir à jour demande beaucoup de ressources. Mais il y a également un aspect presque emblématique. Nous ne nous trouvons pas ici au royaume des événements, mais dans le monde à part de la tradition et des mentalités.

Une visite, une présence comme celle de Madame la Présidente du CNRS ce matin, aussi significative soit-elle, n’a pas le même poids, surtout à trois ans de distance, que l’édition d’un traité médiéval inédit ou la découverte d’un manuscrit inconnu. Réaliser tout un roman électronique sur une lettre volée pour montrer à quel point les nouveaux médias nous permettent de, et nous obligent à — penser et lire différemment — révéler des lieux de production des manuscrits perdus de vue depuis huit siècles — restituer des bibliothèques dispersées et disparues — ces projets dont nous avons vu les fruits aujourd’hui — voilà les vrais événements, les avatars de la tradition, les preuves que nos disciplines sont capables de se renouveler.

Il y avait au Moyen Âge une longue tradition de Specula — ces miroirs des princes et d’autres, manuels souvent encyclopédiques destinés à l’instruction : Jean de Meung décrit son Roman de la rose comme un « miroir aux amoureux ». Je crois qu’il est légitime (sans trop insister !) de considérer les sites web comme les miroirs du monde moderne — ils donnent accès au savoir propre à leurs créateurs ; ils sont destinés à l’instruction. Mais ils sont en même temps, comme je disais, une vitrine, et par ce fait une fenêtre ouverte sur un monde autre.

Le monde de l’IRHT qui se révèle par cette fenêtre est riche d’objets électroniques et virtuels, de reproductions d’images et de manuscrits entiers, de catalogues et de bases de données, de répertoires et de glossaires, d’instruments de travail de toute sorte. Ce monde est peuplé de séminaires et de conférences, de publications et de missions. Mais il est souvent difficile pour celui qui regarde depuis l’extérieur de comprendre l’élément humain qui donne la vie à tout ce matériel, aux activités de formation et de collaboration, et de saisir la dimension psycho-sociale de l’IRHT. Combien de chercheurs et d’ingénieurs faut-il pour réaliser tel projet ? Les méthodes de travail ont-elles changé depuis l’arrivée de l’ordinateur ? Quels sont les réseaux qui enrichissent le travail des petits groupes et lui donnent une résonance dans le monde extérieur ? Quel contact y a-t-il entre les chercheurs et un monde (comme celui de l’université) désireux d’apprendre et de savoir. Et cela non seulement par l’intermédiaire, après tout impersonnel, de l’informatique.

Autant de questions ouvertes, bonnes à poser à ceux qui ont la chance de transmettre la tradition en avant. Questions auxquelles nous avons reçu de remarquables réponses au cours de cette journée. Il faut certainement féliciter l’IRHT et ses trois directeurs ici présents des énormes progrès faits dans la recherche au service de la recherche, pour reprendre la formule de Louis Holtz ; il faut également encourager tous ceux qui sont pris dans l’engrenage de la tradition à continuer à veiller à ce que celle-ci reste toujours ouverte à l’avenir. C’était Bernard Silvestre qui disait, au xiie siècle, que nous sommes comme des nains assis sur les épaules de géants, mais il a eu la sagesse de reconnaître que de ce fait il nous est possible de voir plus loin et même mieux que les géants qui nous soutiennent.

Que cette image fondatrice de la puissance et du potentiel de la tradition nous inciter à réfléchir sur notre passé et sur un avenir qui nous offre toujours la possibilité de nous réinventer.

N.B. Cette communication a été publiée en 2007 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/irht-avenir-tradition/conclusion.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *