Les protagonistes : antiquaires, collectionneurs, faussaires (5 décembre 2002)

  • Ginette Vagenheim (Université de Rouen / Institut universitaire de France), Pirro Ligorio (1512 env.-1583) : collectionneur, faussaire, antiquaire

Il s’agit de parler de Ligorio comme collectionneur de monnaies antiques ; d’examiner à partir de là sa conception du faux en numismatique et, éventuellement, en épigraphie, pour aboutir finalement à une analyse de la méthode « antiquaire » de Ligorio dans les différents domaines de l’antiquité (numismatique, épigraphie, archéologie, histoire de l’art antique) et de la définition de ce terme sur la base de son œuvre intitulée « Le antichità romane ».

Résumé de la discussion

À la suite des interventions de J.-P. Molenat et de G. Vagenheim, les questions ont principalement porté sur le statut du faussaire, défini comme le compagnon d’étude des érudits. Les enjeux des faussaires dont a parlé J.-P. Molenat sont clairs : il s’agit pour le Jésuite Gerónimo Roman de La Higuera de se rattacher aux plus vieux chrétiens de sa ville et pour les deux auteurs morisques des livres de plomb de prouver que des arabes convertis au christianisme étaient présents à Grenade dès l’Antiquité. Mais il convient d’apporter des précisions sur la question centrale des méthodes de travail (choix des modèles, choix des lieux, techniques pour « vieillir » le document, mise en lumière des ajouts éventuels). On évoque également le degré de culture des faussaires (en particulier la connaissance des langues anciennes), l’aspect de la réception de leurs travaux (passage de textes forgés par le Père Gerónimo Roman de La Higuera dans la Patrologie Latine ; opinion de Th. Mommsen sur les travaux de Pirro Ligorio), leur entourage (relations savantes, associés et assistants). À propos de Pirro Ligorio, on a souligné l’intérêt de sa conception du faux en rapport à l’œuvre d’histoire (est vrai ce qui est conforme à l’histoire) et de son statut de collectionneur de monnaies (aux XVIe-XVIIe siècles, l’antiquaire est avant tout un collectionneur de monnaies d’après le témoignage de Tommaso Garzoni). À propos de la conservation de ces faux, on rappelle qu’une partie des Livres de plomb de Grenade sont actuellement dans les archives du Saint-Office à Rome.

Après l’intervention de M.-E. Boutroue, les questions ont porté sur les raisons, les enjeux et les méthodes de la constitution des herbiers de la Renaissance au XVIIIe siècle : manuscrits de luxe, destinés à être offerts, manuscrits pour l’enseignement, mais aussi permettant aux érudits de diffuser leur connaissances. Ces recueils sont marqués par le souci du réel et de mise en relation avec le savoir. Pour ce qui est des enjeux, la question a été évoquée de la constitution d’herbiers dans le cadre de la contestation du linnéisme.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_3.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *