Lieux d’échange, lieux d’agrégation : les réseaux, les cercles, les académies (16 janvier 2003)

  • F. Labrasca, L’académie « platonicienne » de Florence (XVe s.)

Source citée et étudiée pendant la séance : Leonardo Bruni, Dialogus I ad Petrum Paulum Histrum (1401), éd. E. Garin, Milano-Napoli, R. Riccardi, p. 52-53.

  • 1413 : Premiers manuscrits platoniciens en Italie.
  • 1439 : Concile de Florence.
  • 1454 : « Achademia » de Rinuccini, Donato Acciaiuoli, et Argyropoulos.
  • 1459 : Ficin à Florence

De 1462 à 1471 : Conquête de Florence

  • 1462 : Volumina platonica et villa de Careggi donnés par Cosme.
  • 1463 : Trad. du Pimandre.
  • 1464 : Mort de Cosme.
  • 1468 : Trad. du De monarchia de Dante.
  • 1469 : Mort de Pierre de Médicis.
  • 1471 : Départ de l’Argyropoulos.

De 1471 à 1480 : Triomphe du mouvement

  • 1474 : Theologia Platonica (rédaction).
  • 1475 : Symposium ; publication des Disputationes Camaldulenses.
  • 1476-1478 : Crise morale de Ficin.
  • 1478 : Affaire des Pazzi.

De 1480 à 1494 : Succès européen et inquiétudes nouvelles

  • 1482 : éd. Theologia Platonica
  • 1484 : éd. Plato latinus
  • 1485 : éd. De re aedificatoria d’Alberti
  • 1486 : Difficultés de Pic avec l’Église : Oratio de hominis dignitate.
  • 1489 : De vita triplici de Ficin
  • 1489 : Difficultés de Ficin avec I’Église : Apologia de Medicina, astrologia et magia.
  • 1490 : et s. Academia christiana de Saint-Marc
  • 1492 : éd. Plotinus latinus
  • 1492 : Mort de Laurent
  • 1494 : Giorgio Merula se plaint du triumvirat florentin

De 1494 à 1519 : Dispersion et restauration

  • 1494 : Fuite de Pierre de Médicis ; mort de Politien et de Pic
  • 1494-1498 : Révolution « piagnona »
  • 1495-1499 : Tentative de Ludovic le More de réunir une « Académie »
  • 1498 : Lettre de Ficin au Sacré Collège, contre Savonarole, l’Antéchrist de Ferrare
  • 1499 : Mort de Ficin.
  • 1503 : F. de Diacceto s’alarme de la disparition du Platonisme
  • 1506 : G. Corsi, Commentarius
  • 1515-1519 : Academia platonica rediviva
  • 1541 : Fondation de l’Accademia fiorentina (B. Varchi, F. Verino) – [extrait de A. Chastel, Marcile Ficin et l’art, Paris, 1954 (réed. 1996) p. 189-190]
  • Françoise Waquet : Lieux d’échanges, lieux d’agrégation

L’exposé portera sur les XVIe et XVIIe siècles et il empruntera des exemples à la France, l’Italie et l’Allemagne. Dans un premier temps, je dresserai une typologie des lieux d’échange et d’agrégation. Dans un second temps, j’insisterai sur la dimension orale de l’échange intellectuel et, tout particulièrement, sur la valeur cognitive qui fut reconnue à la parole.

Résumé des discussions

Après l’intervention de M. Labrasca, les questions ont porté sur les rapports entre les membres des académies et le monde de l’enseignement, ainsi que sur leur engagement politique. À Florence, Cristoforo Landino fait des cours au Studium. Le commentaire du De Monarchia de Dante, dont on entreprend alors la traduction, inclut une lettre de Marsile Ficin sur le thème politique du retour des restes de Dante à Florence. À propos de la terminologie, est souligné l’intérêt du terme conversatio, l’échange verbal qui marque les rapports entre ces savants et caractérise leur culture (y compris le mode d’acquisition du savoir).

L’intervention de M. Plaisance permet d’aborder les thèmes des rapports entre académies. Est évoqué le passage (qualifié de « contagion ») de leurs membres de l’une à l’autre d’entre elles. L’institutionnalisation des académies florentines au début du XVIe siècle, après la période de Savonarola, voit notamment l’affirmation de personnalités. Leurs œuvres, d’une très grande qualité, permettent de dissiper le mythe de l’académie en tant que lieu de discussions oisives et inutiles. Ces académies ont joué un rôle très important dans la question de la langue, en particulier pour la valorisation du « volgare » toscan, qui est apprécié dans toute l’Europe. Il est possible que la Pléiade ait joué, en France, un rôle analogue (voir J. Du Bellay, qui cite Speron Speroni). En dépit de ces éléments, on souligne la survie des pratiques médiévales de la disputatio universitaire dans les débats promus par l’Académie florentine. L’opposition des méthodes des deux institutions sera en revanche plus évidente au XVIIe siècle.

Abordant le thème des rapports oraux dans le monde académique, la communication de F. Waquet ouvre de nouvelles perspectives et casse le mythe historiographique de l’oralité qui serait l’apanage du peuple. Les échanges oraux entre savants ont une très grande importance, et le monde académique reconnaît un statut précis à l’oralité. Il s’agit tout de même d’une oralité réglée, qui répond à un cérémonial précis, où la parole et l’écrit ne font que se relancer (voir le cas des académies italiennes, où, en préparation des débats, on écrit un bref texte qui est soumis aux autorités académiques). On fait référence à des aspects représentatifs de la production intellectuelle de l’époque, en particulier les correspondances, véritables « conversations des absents ». Sont cités des extraits de Guazzo, de Montaigne et de Leibniz. Tous s’accordent sur l’opinion que la conversation enseigne davantage que les livres qui sont des « maîtres muets ». On apprend mieux dans l’académie que par les études solitaires. Le débat est relancé à propos de quelques termes significatifs et sur l’évolution de leur usage entre Moyen Âge et époque moderne. Ainsi le sens médiéval de conversatio, mot qui évoque la bonne conduite et fait appel à l’exemple plutôt qu’au discours. À l’époque moderne conversatio est aussi employé pour désigner un groupe de gens qui se réunit. Est également évoqué le terme de conférence et l’usage médiéval (dans le monde monastique) de collatio.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_4.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *