Érudition, philologie, pouvoirs (6 février 2003)

  • Fosca Mariani Zini (Université Lille 3), De la poésie à la philologie : Ange Politien

L’érudition humaniste a souvent été interprétée comme une culture livresque propre à la « société de cour », une accumulation (copia) de connaissances davantage destinée à fournir la maîtrise des codes de l’ascension sociale qu’à produire des œuvres originales. Pour mieux cerner les finalités sous-jacentes à cette quête d’érudition, on observera comment une même préoccupation a animé Politien à la fois comme poète, tentant des « greffes » et multipliant les variations aussi bien entre langues (grec, latin, vernaculaire) qu’entre genres (épopée, poésie amoureuse, etc.), et comme philologue, s’appliquant à la restitution du fragment par recomposition d’un « tissu » de références savantes. À travers ces pratiques se cherche l’autonomie d’une culture adossée à des modèles imposants envers lesquels elle reconnaît sa dette.

Plan de l’exposé :

  • L’érudition humaniste : problème et raisons d’un projet
  • Poésie et philologie : la « tesselle » érudite
  • Les limites de l’érudition : « minutia » et « copia »
  • Conclusion : les déconvenues de la langue comme corps
  • Pierre Lardet (IRHT), Doctissimus Romanorum : Varron et la langue latine

En contraste avec l’état très fragmentaire dans lequel ont été transmises la plupart des œuvres de Varron, la réputation de haut savoir dont il a joui dès l’Antiquité lui vaut à la Renaissance un fort crédit. La redécouverte de son De lingua latina par Boccace fut notamment le point de départ d’une réévaluation de son apport, à la fois comme « antiquaire » d’une tradition romaine dont on voulait retrouver l’authenticité historique et comme spécialiste du latin qu’on entendait restaurer sans s’inféoder aux seuls Donat et Priscien, objets d’une relecture critique. Depuis Pomponio Laeto et Erasme jusqu’à Scaliger et à Ramus, l’autorité de Varron, constamment saluée mais diversement mobilisée, apparaît comme emblématique de l’érudition et accompagne la naissance de la philologie.

  • Emmanuel Bury (Université de Versailles / Institut Universitaire de France). Philologie et pouvoir : des cabinets érudits aux arcana Imperii. L’exemple de l’Académie putéane

Le propos consistera à mettre en lumière les liens qui unissent, dans la première moitié du xviie siècle, certains milieux érudits aux plus hautes sphères de l’État. Érudits, libertins et philologues qui fréquentent le fameux cabinet des frères Dupuy sont aussi, à leur manière, des « hauts fonctionnaires » de l’État moderne en train de s’édifier autour de Richelieu, puis de Mazarin. Il s’agira ici de proposer quelques éclairages sur les raisons de ces liens, et d’émettre quelques hypothèses sur les conséquences que cette proximité a pu avoir sur l’activité savante et philologique de ces érudits. Outre les frères Dupuy eux-mêmes, les savants dont il sera question représentent plusieurs générations, qui incarnent l’identité de ce genre d’érudition, des années 1630 au règne de Louis XIV : La Mothe Le Vayer, Naudé, Ménage, Pierre-Daniel Huet entre autres.

Résumé des discussions

Après la communication de F. Mariani Zini, on a évoqué les raisons qui ont conduit Politien à préférer des auteurs de latinité de la période d’argent (exemple Stace ou Properce). Ces auteurs représentaient pour lui une tradition noble, en particulier pour leur réflexion sur la langue (voir les Sylvae de Stace). Par ailleurs, la méthode érudite de Politien, fondée sur le recours à des citations, à des emprunts et à des « formules heureuses » utilisés, en guise de tesselles, dans différents contextes, fait une large place à la mémoire. Son origine se trouve dans les règles rhétoriques des arts de mémoire, empruntées à l’Antiquité. La poétique de l’allusion, qui se rattache à ces pratiques, sera largement répandue dans la littérature jusqu’au XVIe siècle. Vers la fin de sa vie, Politien semble toutefois recourir moins souvent à la pratique des tesselles, il préfère alors l’énoncé, plus construit. Ce choix pourrait bien avoir été déterminé par la question de l’autorité, la formule ne suffisant pas à la fonder. En ce qui concerne la question de la copia (donc de l’abondance voire de la profusion de citations), on s’interroge sur l’attitude de Politien face aux traductions et à l’idée d’encyclopédie, qu’il entend comme système.

L’intervention de P. Lardet permet de reprendre la question de l’usage du texte de Varron par Scaliger. On rappelle également l’influence que Varron a exercée sur saint Augustin. Le De lingua latina est attesté dans un manuscrit du Mont-Cassin (Xe siècle), aujourd’hui conservé à Florence. Mais on peut reconstituer les variantes venant d’un autre témoin perdu grâce aux annotations marginales que Politien a portées en marge de l’édition incunable de 1472.

Après l’intervention d’E. Bury, on évoque l’importance des liens entre milieux juridiques et parlementaires, qui remontent au tout début de l’humanisme français. Pierre Dupuy a disposé d’un très vaste réseau de relations ; il a rencontré des représentants de la congrégation de Saint-Maur. D’une manière générale, le milieu des libertins érudits est loin d’être fermé et marginal, ces intellectuels font preuve d’une véritable diplomatie de l’esprit ; ils ont ainsi fréquenté toutes sortes de milieux, en particulier les hommes politiques et les ambassadeurs, qui pouvaient leur ouvrir les portes des grandes bibliothèques.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_5.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *