Érudition et culture religieuse : l’étude des pères grecs et latins (20 mars 2003)

  • Isabelle Diu, Portrait d’Érasme en érudit : l’exemple des éditions de saint Jean Chrysostome

L’entreprise d’édition et de traduction de saint Jean Chrysostome par Érasme, qui occupe les années 1525-1530, me semble emblématique des projets d’érudition qui fleurissent au sein de la République des lettres humaniste au début du XVIe siècle.

L’érudition s’y inscrit en effet dans un réseau de problématiques propre à cette respublica literaria qui est aussi respublica christiana : question religieuse, mais aussi questions éditoriales et commerciales et, en ligne d’horizon, question du public.

Tout en examinant la pratique érudite d’Érasme, telle que nous la suggère la lecture de sa correspondance, nous tenterons de la rapporter constamment aux autres pierres de touche de la communauté lettrée, alors en pleine structuration.

Bibliographie sélective

  1. Allen P.S., Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami. Denuo recognitum et auctum per P.S. Allen, H.M. Allen et H.W. Garrod, Oxford, 1906-1958, 1- XII.
  2. Baur C., Saint Jean Chrysostome et ses œuvres dans l’histoire littéraire, Louvain, 1907.
  3. L’Europe des humanistes (XIVe-XVIIe siècles), Jean-François Maillard, Judith Kecskemeti, Monique Portalier, éd., Paris-Turnhout, 1996.
  4. Contemporaries of Erasmus. A Biographical Register of the Renaissance and Reformation, P.G. Bietenholz, éd., Toronto-Buffalo-London, 3 vol., 1985–1987.
  5. Griechischer Geist aus Basler Pressen (catalogue d’exposition), Bâle, 1992.
  • Daniel-Odon Hurel (CNRS UMR 8584 – Centre d’Études des Religions du Livre ; EPHE Section des Sciences Religieuses) Les Mauristes et les Pères de l’Église

Cette contribution n’a pas pour objet de revenir sur le contexte et la chronologie des éditions patristiques des mauristes, ni même sur les méthodes utilisées. Ces éléments sont bien connus. Moins connu est l’impact de cet ancrage patristique sur la vie des religieux. Pour cela, nous reviendrons sur deux textes : l’Asceticorum de dom Luc d’Achery (1648, 1671, 1776) et le Directoire d’étude pour l’histoire ecclésiastique, manuscrit de la fin du XVIIe siècle conservé à la BM d’Orléans.

  • Benoît Gain (Université de Grenoble) : Genèse, méthode et résultats de l’édition d’Athanase par Montfaucon (1698)

Les Opera d’Athanase inaugurent, sous l’impulsion de dom Cl. Martin, la série d’éditions des pères grecs, avec une équipe très réduite ; mais son responsable fait preuve d’une remarquable méthode pour diriger un travail réalisé, pour une part, à Rome. Conscient, même avant son voyage en Italie (1698-1701), des lacunes de sa documentation grecque à Paris et en France pour cet auteur, Montfaucon cherche à les atténuer, et il donnera des compléments à son édition en 1706 et 1715.

  • Pierre Augustin, Une entreprise éditoriale de longue haleine : Les Chrysostomi Opera de Montfaucon (1718-1738)

En consacrant plus de vingt années de labeur aux treize volumes de ses S. Joannis Chrysostomi Opera omnia quae exstant, Montfaucon relevait le défi lancé par ses devanciers, H. Savile (1612) et P. Fronton du Duc (1609-1636). Les archives de son édition, conservées à la Bibliothèque nationale de France (collations, correspondances), révèlent l’ampleur des sources mises à profit par l’éditeur et la manière dont il les a exploitées. Elles aident à reconstituer le réseau des contributions érudites qui en ont permis l’achèvement.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_6.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *