Érudition et culture religieuse : la Bible (3 avril 2003)

  • William Horbury (Cambridge, Faculté de théologie), L’évangile selon saint Matthieu en hébreu et l’érudition biblique du XVe au XVIIe siècle

À la fin du Xe siècle, l’évangile selon saint Matthieu en hébreu fut inclus parmi les desiderata de la littérature ancienne perdue. Les Pères de l’Église avaient en effet parlé d’un évangile rédigé par Matthieu chez les Hébreux et dans leur propre langue. « Porro ipsum Hebraicum habetur usque hodie in Caesariensi bibliotheca » a dit saint Jérôme de manière intriguante. Néanmoins plusieurs savants, dont Érasme, ont soutenu que l’évangile selon saint Matthieu avait été écrit en grec. Peu après, cependant, deux textes hébreux de cet évangile ont été publiés. Celui de Sébastien Münster (Bâle, 1537) repris par Jean Cinqarbres ou Quinquarboreus (Paris, 1551), et un autre texte publié par Jean Mercier (Paris, 1555), à l’insistance de Jean du Tillet, évêque de Brieux. La réception de ces deux textes peut illustrer la convergence entre la culture trilingue de l’érudition et les recherches menées dans les domaines des origines chrétiennes, de l’apologétique anti-juive et de la lutte entre la réforme et la contre-réforme.

  • Mireille Hadas-Lebel, La Bible de Houbigant et la Bible de Kennicott

L’érudition hébraïque en France a-t-elle fait naufrage, comme le prétend Renan ? Il est vrai que l’on assiste à toute sorte de tentatives étranges ; celle de Masclef qui rejette les points-voyelles, celle de Houbigant qui « réécrit » le texte biblique. C’est ce qui arrive quand les préoccupations théologiques l’emportent sur les préoccupations scientifiques. Du moins Kennicott en Angleterre a-t-il su ne pas laisser le théologique l’emporter trop sur le philologique.

  • Peter van Rooden, La mort étrange de l’hébraïsme chrétien

Le premier quart du XVIIIe siècle vit le déclin soudain, voire même la disparition quasi totale de l’hébraïsme chrétien comme entreprise de connaissance collective. Paradoxalement, cette disparition survient au moment même où les hébraïsants réussissent à produire les outils méthodologiques majeurs. L’explication de cette disparition le plus souvent évoquée — l’âge des Lumières et ses connotations anti-judaïques — ne semble pas pleinement satisfaisante, même si le changement des idéaux de la connaissance scientifique a certainement joué son rôle. Une meilleure explication serait à chercher dans le contexte social de l’hébraïsme chrétien pendant son âge d’or : ce mouvement prospérait toujours dans des « niches » bien spécifiques du monde érudit des savants humanistes — « niches » qui disparurent durant le premier quart du XVIIIe siècle.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_7.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *