Érudition et écriture de l’histoire (15 mai 2003)

Ce n’est vraisemblablement pas un hasard si les organisateurs de ce cycle thématique ont choisi pour la dernière séance le sujet : « érudition et écriture de l’histoire ». Le « et » entre les deux termes : « érudition » et « écriture de l’histoire » signifie que nous allons bien sûr parler d’érudition, mais que nous parlerons aussi d’autre chose, que nous allons en quelque sorte déborder le sujet. Nous irons un peu plus loin, en examinant les débouchés de l’érudition. Pourquoi, dans quel but, les érudits ont-ils patiemment exhumé, déchiffré, critiqué, établi et édité toute une montagne de documents ? On qualifie parfois ces érudits d’antiquaires, mais ils n’étaient assurément pas des collectionneurs. Leur objectif était d’établir des faits et des dates, c’est-à-dire d’écrire l’Histoire ou une histoire : l’histoire de leur abbaye, de leur ordre religieux, de leur ville, de leur province, de leur royaume, ou encore l’histoire sainte. C’est un mouvement qui semble général, si l’on s’intéresse aux ordres religieux, à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Sans doute ce mouvement n’est-il pas indépendant d’un autre mouvement qui affecte une grande partie des ordres religieux : la réforme. C’est d’un couvent, d’une province ou d’un ordre réformé qu’on veut écrire l’histoire, à la fois dans une démarche de retour vers les origines et d’exaltation d’un ordre régénéré.

Quel rôle joue l’érudition dans cette écriture de l’histoire ? Le travail de l’érudit est-il la base de cette histoire, les documents patiemment accumulés construisant peu à peu comme un puzzle une histoire toute neuve ? Ou bien cette érudition vient-elle à l’appui d’une histoire déjà connue, déjà écrite, mais qu’il faut étayer, conforter, souvent face à des attaques adverses ou dans le cadre d’une controverse ?

Les deux démarches, sans doute, ont coexisté. À la première correspondrait des histoires qui se présentent sous forme de texte en quelque sorte tissé de documents considérés comme des sources et de leurs commentaires, tandis que la seconde serait représentée par des œuvres où les documents sont rassemblés à la fin, en annexe, et où ils portent bien souvent le nom de « preuves ». Mais les choses sont sans doute plus subtiles.

À partir du milieu du XVIIe siècle, comme dans d’autres ordres religieux réformés, l’érudition se développe chez les Dominicains. Ce mouvement est particulièrement sensible dans le Midi de la France, d’une part en raison d’un riche passé et d’une longue tradition historique, d’autre part à la suite de la réforme des couvents de cette région, entreprise depuis la fin du xvie siècle. Le maître général Antonin Cloche, issu de la province de Toulouse, encourage de grandes entreprises d’érudition (Vies d’hommes illustres de l’ordre, Bibliothèque des auteurs de l’ordre, Bullaire, Annales, etc.). Afin de rassembler les matériaux nécessaires à ces œuvres, il lance en 1694 une enquête auprès de tous les couvents de l’ordre.

C’est dans ce contexte qu’André de Saint-Géry a rédigé son mémoire sur l’histoire du couvent de Rodez, dont il fut sous-prieur. Dans ce texte, resté inédit, le dominicain montre son intérêt pour les documents (archives, manuscrits, inscriptions) qu’il a trouvés dans son couvent, et leur applique les méthodes de l’érudition moderne.

Le texte complet de l’intervention a paru dans la Bibliothèque de l’École des Chartes : Gadrat , « L’érudition dominicaine au XVIIe et au début du XVIIIesiècle : André de Saint-Géry et l’histoire du couvent de Rodez », BEC, t. 161, 2003, p. 645-652.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_8.htm).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *