L’érudition – Clôture du cycle thématique 2002-2003

François DOLBEAU (EPHE) (15 mai 2003)

Au terme de ce cycle thématique sur l’Érudition, j’ai l’impression – agréable – d’avoir beaucoup appris, et le sentiment – désagréable – d’être un auditeur à l’esprit lent, qui a de la peine à ordonner ses idées et à livrer d’emblée une synthèse équilibrée de tout ce qu’il a entendu. Veuillez donc excuser, je vous prie, le caractère décousu des réflexions qui vont suivre.

Réfléchir sur le savoir, c’est en même temps réfléchir sur notre savoir. Quelle est la valeur d’une enquête érudite ? Est-elle d’ordre absolu, en tant qu’elle redonne à voir une vérité oubliée ? Ou d’ordre relatif, et il convient alors de la relier à une fin autre qu’elle-même ? Dans nos disciplines, historiques et philologiques, il existe sûrement une part de connaissance inutile, dont il n’est que trop facile de se moquer. Un pastiche de Gaston Lenôtre, signé de Reboux et Müller, évoque en ces termes un incident de la fuite de Varennes : « La roue gauche de derrière [il s’agit de la berline royale] écrase une cerise tombée du panier d’une paysanne. Note infrapaginale. Celle-ci se nommait Berthe Delaplanque. Elle était âgée de trente-quatre ans… ainsi que l’attestent les actes de l’état civil de Montilly. La maison qu’elle habitait alors porte aujourd’hui le n° 8 (432 du cadastre) ». Combien de notes dans nos ouvrages et articles savants ressemblent à celle-ci et n’ont qu’une relation accidentelle avec le thème traité ? Le problème est que nous ne voyons pas clairement où finit la science utile et où commence l’inutile. Ce qui paraît d’abord inutile se révélera peut-être significatif par la suite.

Étudier avec érudition les travaux des érudits, c’est en quelque sorte élever le problème au carré. Il serait malséant de prendre des exemples dans les exposés des orateurs. Pour illustrer la difficulté, je prendrai plutôt un travail personnel : j’ai publié dans les Mélanges en l’honneur de Louis Holtz1 une étude sur une cinquantaine de manuscrits hagiographiques de Saint-Remi de Reims, dont la plupart ont brûlé en 1774. De ces manuscrits, il existe des copies anciennes, naturellement non signées. Révéler l’existence de telles copies est utile. Mais j’en ai souvent identifié les écritures, en les rapprochant de leurs lettres d’accompagnement, conservées en général à des centaines de numéros ou même dans des fonds différents de la Bibliothèque Nationale de France. L’expertise graphique était possible ; elle m’a amusé ; servira-t-elle un jour à quelqu’un ? Il est permis d’en douter. Les travaux d’érudition se situent toujours un peu aux confins de l’univers de Borges. Il ne faut donc pas s’étonner que certaines périodes historiques aient connu une défaite, et parfois une déroute, de l’érudition.

À l’égard de la République des Lettres, de la Renaissance au XVIIIe s., il y a deux angles d’approches possibles : celui des spécialistes qui en font la raison d’être, la substance même de leur recherche ; celui des amateurs plus ou moins éclairés, qui y font des incursions limitées à propos d’enquêtes relatives à d’autres disciplines (diplomatique, épigraphie, numismatique, hagiographie, histoire des textes, etc.). Faute de compétence, je laisse à M. Quantin le soin de commenter l’approche spécialisée. Mais il y a beaucoup à dire aussi sur l’autre type d’approche.

Levons d’emblée une ambiguïté. Incursion limitée ne signifie pas curiosité ponctuelle, momentanée en guise de distraction. Amateurs, dans ma bouche, sous-entend une affinité élective avec les anciens érudits, et n’implique en rien ce que recouvre le terme d’amateurisme. S’intéresser à l’érudition ancienne suppose, en tout état de cause, un investissement considérable (comme ont pu le constater les auditeurs de ce cycle). Il faut beaucoup de temps et de sympathie, pour comprendre les enjeux des travaux des anciens érudits, je veux dire les enjeux contemporains de leur époque, non de la nôtre. Ces travaux, nous sommes toujours en danger de les juger avec irénisme, sub specie aeternitatis, avec anachronisme, ou pire encore de les peser avec l’arrogance inconsciente d’un moderne, nourri de l’idée de progrès, convaincu d’en savoir davantage que ses prédécesseurs et d’être le dépositaire des bonnes réponses à toutes les vieilles questions.

Un investissement en histoire de l’érudition est donc forcément notable. Quel profit des spécialistes d’autres disciplines peuvent-ils en tirer ? Je vois au moins trois réponses possibles. La plus simple est qu’à chaque époque certaines trouvailles sont faites qui tombent dans l’oubli. Si le progrès en sciences humaines était continu, on pourrait se contenter, comme dans les sciences dures, de remonter bibliographiquement de un à cinq ans en arrière. Beaucoup d’historiens et de philologues, sans avoir toujours réfléchi à la question, ne citent plus guère de travaux antérieurs à 1914, voire à 1945. Attitude pragmatique, et d’une certaine manière économique, mais qui n’est en rien justifié. Il y a des trésors d’informations et de conjectures dans les vieilles éditions variorum ; des remarques très pertinentes, des difficultés chronologiques ou prosopographiques subtilement dégagées par les historiens d’autrefois. Remonter dans le passé d’une discipline, c’est s’évader en quelque sorte d’une transmission routinière du savoir, et qui est, par ce fait même, un peu réductrice ; c’est aussi récupérer des informations, ou restées inédites ou négligées par la vulgate scientifique. Ainsi les anciennes éditions, évoquées par Pierre Petitmengin, qui portent des collations et des conjectures manuscrites, sont-elles un des facteurs de renouvellement de la philologie gréco-latine.

La seconde réponse est symétrique de la précédente. Nous sommes les héritiers du savoir de nos prédécesseurs : entrer dans leur familiarité, c’est aussi comprendre leurs préjugés, leurs interprétations anachroniques, leurs intentions profondes, les enjeux de leurs querelles historiques ou doctrinales. L’étude approfondie des anciens érudits n’amène pas seulement à retrouver des fragments oubliés de vérité ; elle sert aussi à déceler des erreurs, des déformations volontaires ou non de la vérité. Y a-t-il eu vraiment une Académie platonicienne autour de Marsile Ficin ? L’émergence et la multiplication des Académies en Italie font comprendre comment une telle idée a pu prendre naissance. Le cas limite est celui du faussaire qui est la face cachée de l’érudit. Encore faut-il ne pas employer ce terme avec anachronisme. Ginette Vagenheim, en évoquant ici Pirro Ligorio, a montré que la frontière était parfois difficile à tracer entre la restitution savante, la restauration par analogie, et le faux proprement dit. L’hypercritique allemande de la fin du XIXe s. n’a pas su, semble-t-il, adapter ses critères à la complexité du dossier.

Les infléchissements dus aux passions religieuses sont peut-être encore plus difficiles à mesurer. La Congrégation Mauriste a développé un type de travail collectif qui s’est révélé d’une efficacité indiscutable, et certains de leurs érudits ont vraiment transformé l’étude scientifique des manuscrits. Mais il existe, au moins en France, une façon d’en parler qui revient à les embaumer, dans le même temps où l’érudition jésuite, antérieure au moins d’une génération, est fâcheusement sous-estimée. Les Mauristes étaient faits, eux aussi, de chair et de sang, et leur science n’avait rien de désintéressé. Daniel-Odon Hurel a rappelé que, dans l’esprit des Supérieurs, leurs travaux patristiques étaient conçus entre autres pour nourrir la piété des religieux ; leurs publications, à des degrés divers, ont toutes une composante extrascientifique : désir d’exalter l’ordre bénédictin, apologétique, lutte contre l’hérésie, défense de la grâce, etc.

Je voudrais faire ici état d’une expérience personnelle. Il y a une vingtaine d’années, j’ai été stupéfait de découvrir que, durant la première moitié du XVIIe s., on avait volontairement laissé inédit le De uita sua de Guibert de Nogent, qui est, aux yeux des modernes, un chef-d’œuvre autobiographique et l’une des sources majeures du Moyen Âge central. En employant les mots « laissé inédit », je n’entends pas évoquer un simple manque d’intérêt, je veux dire la volonté délibérée de ne pas livrer à l’impression un document qui ternissait gravement l’image d’un roi capétien. En 1626, alors que Pierre-François Chifflet, un érudit cher à Jeannine Fohlen, manifestait son désir de faire imprimer les Mémoires de Guibert, il en fut littéralement découragé par Jacques Sirmond ; en 1631, André Duchesne n’en publia que de très courts extraits ; il fallut attendre le Mauriste D’Achery en 1651 pour que l’ouvrage fût enfin communiqué au public. Et c’est seulement en 1907 qu’on se rendit compte que le savant bibliothécaire de Saint-Germain avait expurgé discrètement le texte, en supprimant quatre anecdotes des livres II et III. Ma stupéfaction d’alors dérivait de mon ignorance : j’avais oublié ce que pouvaient être les convenances, l’autocensure et même la censure tout court, sous un monarque absolu.

Redécouverte de vérités oubliées, discernement de préjugés chez les constructeurs de notre vulgate scientifique, telles sont, à mes yeux, les deux premières incitations à s’engager dans l’histoire de l’érudition. La troisième raison est d’un autre ordre, plus élevé, et me fait regretter que, dans ce cycle de formation permanente, si peu nombreux aient été les auditeurs assidus parmi les membres de l’IRHT.

Pour qui pratique une discipline donnée, l’histoire de cette discipline n’est pas une occupation optionnelle, un délassement aimable et sans conséquence : c’est une connaissance indispensable à la pratique même de la discipline. Je m’explique. Vous savez sans doute qu’un des problèmes de l’expérimentation en physique est que la présence de l’observateur, le montage imaginé risquent d’y modifier la réalité. Chez nous, je veux dire dans les sciences humaines, il ne s’agit pas d’un risque, mais d’une certitude. Par leurs choix, par leurs intérêts, les érudits, les collectionneurs, le milieu des lettrés des XVIe-XVIIIe s. ont modifié l’objet que nous étudions. M. J.-F. Nieus l’a noté en passant à propos des archives, dont l’état actuel dérive en partie des intérêts des anciens érudits. Le phénomène s’applique à toutes les branches des savoirs historiques et philologiques. Dans la dernière promotion de chartistes, Nicolas Brousseau a soutenu une thèse intitulée Étude comparée des diplômes de Louis le Germanique et de Charles le Chauve (829-877)2 . L’une des conclusions de son travail est que les deux corpus sont très déséquilibrés, en raison du grand nombre de copies exécutées en France aux XVIIe et XVIIIE s. (par les Mauristes ou sur commande de la royauté). Il faut donc introduire un correctif, si l’on veut procéder à une analyse comparative. Robert Godding nous a brillamment commenté, en introduction, le frontispice des Acta Sanctorum, qui illustre la lutte de l’érudition afin d’arracher au temps les vestiges des actes des saints. Les Bollandistes ont parfaitement réussi dans leur tâche : pour les régions catholiques au voisinage d’Anvers, nous possédons pratiquement une analyse de tous les recueils de vies de saints qui subsistaient encore au XVIIe s. Le taux de destruction en Flandres, Hainaut et France septentrionale a été le même qu’ailleurs lors de la révolution ; la différence est que, grâce aux Bollandistes, nous possédons pour ces régions des descriptions et souvent des copies de quantité de recueils perdus. Un spécialiste d’hagiographie qui ne tiendrait pas compte de cette donnée massive laisserait échapper une part substantielle de sa documentation. De même un historien des textes, qui ignorerait tout de la pratique des Voyages littéraires, passerait à côté de quantité d’informations. Les historiens traitant de la renaissance carolingienne commentent souvent une bulle de plomb de Charlemagne, ayant pour légende au revers « Renovatio Roman. Imp. », ce qui proclame explicitement la restauration de l’empire romain. Sans le De re diplomatica de Mabillon (Paris, 1681) et surtout le numismate François Le Blanc dans sa Dissertation historique sur quelques monnoyes de Charlemagne frappées dans Rome (Paris, 1689), on serait bien en peine de l’évoquer, car cette bulle est désormais illisible. Ni Mabillon ni Le Blanc ne sont des garants suspects, mais il est d’autres chaînons érudits comme Jérôme Vignier, Polycarpe de la Rivière, ou les savants espagnols évoqués par Jean-Pierre Molenat, qui laissent prise au doute. Leurs créations se dissimulent partout, y compris dans la Patrologia latina database, et risquent de duper les naïfs, qui croient faire table rase de la bibliographie antérieure au XXe s. L’épigraphie, l’histoire de l’art antique, l’histoire des manuscrits et des bibliothèques, si l’on veut travailler de première main, impliquent des connaissances détaillées sur les collectionneurs, les filières de transmission, les correspondances érudites.

En 1984, un historien de l’économie médiévale a réédité un polyptyque (ou inventaire de biens) carolingien de Saint-Remi de Reims. Son travail repose sur une seule copie d’érudit qui avait déjà servi à la première édition de Guérard en 1853. L’original a disparu depuis la fin du XVIIIe s. L’éditeur moderne n’a pas cherché à savoir qui avait vu ce polyptyque à date ancienne et s’il en existait d’autres témoins. Au XVIIe s., il est vrai qu’on s’intéressait peu à l’économie, au sens moderne, mais l’on s’occupait de monnaies et de termes rares. Une enquête menée par Pierre Desportes et moi-même a permis de retrouver deux autres copies, indépendantes et plus complètes que celle qui était jusqu’ici connue, l’une chez Peiresc, l’autre chez Spelman, un érudit anglais qui préparait un glossaire de latin médiéval. Il va sans dire que notre travail a rendu aussitôt caduque l’édition de 1984. Comme le montre ce cas, l’aspect heuristique d’une recherche dépend parfois d’un détour par la République des Lettres. L’on n’a pas fini par exemple d’épuiser les archives des grandes éditions Mauristes, dont nous ont entretenu Benoît Gain et Pierre Augustin.

Une section de l’humanisme, qui a puissamment contribué à la réussite de ce cycle thématique, existe à l’IRHT depuis l’origine, mais ce laboratoire ne s’est intéressé que sporadiquement au XVIIe s. (je songe notamment à la présence d’Agnès Bresson) et jamais au XVIIIe s. Je crois qu’il serait logique d’y renforcer l’érudition d’époque moderne comme axe de recherche. Vu la conjoncture, un tel souhait est probablement irréaliste, mais l’on pourrait au moins constituer, à l’usage des membres du laboratoire et de ses lecteurs, un fonds livresque sur la République des Lettres et profiter des missions photographiques pour reproduire plus largement les manuscrits d’érudits. Une monographie sur l’érudit bénédictin, Gabriel Bucelin (1599-1681), est annoncée chez Thorbecke : elle pourrait être demandée par la section de l’humanisme en signe d’ouverture vers une époque plus tardive. Comme les traductions, l’exploitation des travaux d’érudits est un thème fédérateur, susceptible, comme on vient de le voir, de réunir beaucoup d’ingénieurs et chercheurs au-delà des divisions traditionnelles en sections.

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_9_dolbeau.htm).

  1. François Dolbeau, « Documents du XVIe siècle relatifs aux manuscrits de Saint-Remi de Reims », dans La tradition vive. Mélanges d’histoire des textes en l’honneur de Louis Holtz, Pierre Lardet, dir., Turnhout, Brepols, 2003 (Bibliologia, 20), p. 59-82. []
  2. Consulter le résumé de la thèse de N. Brousseau dans Positions des thèses de l’École des chartes, 2003. [En ligne] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *