Florilège de citations

Jeannine FOHLEN (15 mai 2003)

J’ai assisté à la quasi-totalité des conférences sur l’érudition et les notes prises à cette occasion me permettent de vous soumettre en guise de conclusion le florilège suivant.

D’abord quelques généralités

  • « L’érudit a pour mission de faire comprendre les évènement, les institutions et les mentalités » (J. Dufour)
  • « Les érudits sont d’origine très diverses, travaillent seuls ou en équipe, grâce à des projets commerciaux, des subventions ou des souscriptions, mais aussi à leurs frais personnels » (P. Petitmengin)

Puis l’apport plus ou moins fécond des érudits isolés

  • « Politien (1454-1494) a écrit en trois langues, grec, latin et italien » (F. Mariani)
  • « Scaliger (1484-1558) a essayé de reconstituer l’œuvre grammaticale en partie perdue de Varron, notamment dans le liv. XIII du De causis, sa principale publication, ce qui lui a valu le surnom de Varro Gallicus donné par Vossius » (P. Lardet)
  • « Les Antiquités Romaines de P. Ligorio (XVIe s.) constituent la première encyclopédie du genre » (G. Vagenheim)
  • « Le travail sur les archives clunisiennes est sérieux (XVIIIe s.), fouillé mais sans envergure » (S. Barret)
  • « La publication de la Bible au XVIIIe s. a été beaucoup mieux maîtrisée par Kennicott l’anglais, qui a su obtenir des subventions et s’entourer de rabatteurs, que par Houbigant le français, qui a travaillé seul et sans subsides » (M. Hadas- Lebel)

Ensuite l’importance variée des équipes

  • « Si l’Académie Platonicienne de Marsile Ficin (Florence, XVe s.) a survécu dans les mémoires grâce à plusieurs représentations (gravure de Vasari en 1556, tableau de Mussini en 1862), elle a aussi fait l’objet de parfois de violentes critiques et de réhabilitations. » (F. La Brasca)
  • « Les divers réseaux d’érudits des XVe-XVIe s. (cercles informels, confréries, académies) ont de nombreux points communs, par les statuts, les cérémonies et les banquets » (J.-F. Maillard)
  • « Les Académies de l’Italie centrale au XVIe s. hésitent entre le latin et la langue vulgaire. » (M. Plaisance)
  • « Les érudits français des XVIe-XVIIe s. se recrutent souvent dans les mêmes familles universitaires et / ou parlementaires et l’Académie Putéane joue sur un double contexte, polémique et philologique. » (E. Bury)
  • « Les falsifications dans l’Espagne des XVIe-XVIIe s. voudraient prouver la présence des Africains et des Arabes depuis l’Antiquité. » (J.-P. Molénat)
  • « Les hébraïsants hollandais des XVIIe-XVIIIe s. sont des « vagabonds » indépendants des structures officielles ; mais cette tradition hollandaise a disparu et le renouveau des études hébraïques en Allemagne au XIXe s. n’en est pas l’héritière. » (P. Van Rooden)
  • « Les échanges dans le monde savant ont surtout une dimension orale : leçons des professeurs, conférences et rapports des Académies, conversations dans les salons ; les instances officielles mesurent parfois le temps de parole. » (F. Waquet)

Enfin quelques spécialités à (re)découvrir

  • « Les historiens et les historiens de l’art n’ont pas toujours la possibilité d’interpréter les inscriptions des XVe-XVIe s » (R. Favreau)
  • « Dom Mabillon (1632-1707) est l’un des premiers Mauristes à avoir fait la distinction entre « manuscrit », qui contient des « textes » (littéraires, historiques ou juridiques), et les « documents d’archives ». » (P. Bertrand)
  • « Les cabinets de curiosité unissent les collections naturalistes proprement dites (herbiers, animaux fantastiques), aux bibliothèques et aux objets d’art. » (M. E. Boutroue)

Et pour terminer une devise à adopter

  • Celle des Acta Sanctorum : « VERITAS ERUDITIO » (R. Godding)

N.B. Cette communication a été publiée en 2005 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/erudition/jeudi_erudition_9_fohlen.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *