Les archives et la bibliothèque. Présentation du cycle

Annie DUFOUR, Donatella NEBBIAI (4 novembre 1999)

Qu’elles aient été logées dans la même pièce, comme dans les anciennes églises chrétiennes et byzantines, ou dans des locaux séparés, ce qui est courant à la fin du Moyen Âge, les archives et les bibliothèques ont toujours assuré la même fonction, primordiale, de conserver des documents écrits. Elles sont donc liées par des relations profondes ; quand s’établissent-elles ? Quels en sont les produits et qui en sont les protagonistes ? À partir de quel moment on organise l’accumulation de la documentation écrite ? Ce sont les questions que l’on souhaiterait voir abordées dans ces séminaires par des études de cas, voire des exposés de synthèse. On utiliserait une grille d’analyse de type historique, en étudiant la question du rapport entre archives et bibliothèques sous trois angles de vue, étroitement liés : la formation, la configuration et l’usage des fonds. Nous allons expliciter cette démarche dans ces notes, en espérant que les exemples cités, essentiellement empruntés à la documentation du Moyen Âge occidental, pourront néanmoins susciter le débat dans une perspective de recherche comparative.

Sont à considérer au premier point (formation) les rapports historiques existant entre archives et bibliothèques d’un côté et de l’autre, l’individu, la famille, voire l’institution qui les ont constitués. Ces rapports se dégagent notamment de l’analyse de la terminologie relative aux archives et aux bibliothèques, son évolution permettant de saisir celle des institutions (à titre d’exemple, du Moyen Âge jusqu’au XVIIe s., le terme archivum désigne parfois aussi bien l’archive que la bibliothèque ; le terme bibliotheca présente, lui, une évolution dont il serait intéressant de préciser les étapes à l’aide de la documentation conservée, etc.).

On observera ensuite que les archives, rassemblant les documents émanant de la pratique (les « auteurs » pouvant en être eux-mêmes soit les rédacteurs, soit les destinataires) se forment essentiellement par sédimentation. Il en est de même des bibliothèques de la plupart des institutions religieuses (abbayes, cathédrales) qui sont caractérisées par la continuité et dont la constitution se fait donc sur un mode diachronique. La situation est tout autre aussi bien pour les bibliothèques privées de la fin du Moyen Âge, destinées à répondre à des besoins immédiats (dévotion, exercice d’une profession, enseignement), que pour les collections que des seigneurs ou des familles rassemblent, par exemple à la Renaissance, dans le cadre de programmes de politique culturelle. On définira alors leur constitution, qui se fait par legs, achats, commandes, comme synchronique.

L’organisation des archives et des bibliothèques a fait souvent l’objet d’opérations conjointes. À titre d’exemple la chronique de l’abbaye normande de Saint-Wandrille insiste sur le rôle de l’abbé Anségise qui, entre 823 et 833, fait aménager une salle destinée à accueillir les archives « In medio porticus quae ante dormitorium sita videtur domum cartarum constituit » (cité d’après Lenoir, Architecture monastique, II, p. 376) et ordonne par ailleurs l’exécution d’un certain nombre de manuscrits.

Valenciennes, bibliothèque municipale, ms. 41, f. 2, Manuscrit de Saint Amand-en-Pevèle : St Augustinus, Opera.

Valenciennes, bibliothèque municipale, ms. 41, f. 2, Manuscrit de Saint Amand-en-Pevèle : St Augustinus, Opera.

L’accès aux plus anciens documents des fonds constitués sur une longue période devenant difficile, leur re-copie a pu être envisagée. Dès le IIe s., par exemple, parallèlement à l’essor des chancelleries et des scriptoria, ces programmes intéressent à la fois les archives et les bibliothèques. En témoignent la production de cartulaires et les ambitieux plans de renovatio librorum entrepris dans certaines abbayes (copie d’une série de manuscrits d’œuvres de saint Augustin à Saint-Amand-en-Pevèle ; copie d’une collection de manuscrits contenant les œuvres de Cicéron à Stavelot, etc.). Méthodes et résultats sont évidemment différents si la reproduction est effectuée à l’intérieur de l’institution (modèle des bibliothèques monastiques occidentales et des bibliothèques du monde oriental), ou si, en revanche, on a eu recours à des commandes extérieures (fin du Moyen Âge).

En tout état de cause, l’idée de la renovatio librorum est reprise avec force au milieu du XIVe s. par des humanistes et lettrés comme François Pétrarque ou Richard de Bury. Ainsi ce dernier, auteur d’un traité intitulé Philobiblon (ou De l’amour des livres) vante les mérites du travail de transcription, qui permet de rénover les anciens livres (voir notamment le chap. XIV : « Quam sit meritorium libros novos scribere et veteres renovare » ; « Sunt igitur transcriptiones veterum quasi quaedam propagationes recentium filiorum »).

L’étude de la configuration des fonds, liée aux raisons historiques de leur formation, porte essentiellement sur les livres manuscrits eux-mêmes (aspects codicologiques et organisation de leur contenu). C’est grâce aux liens, déjà mis en évidence, entre archives et bibliothèques, que de nouveaux textes de nature littéraire et historique sont composés, remployant œuvres et documents anciens que l’on se propose de rendre plus accessibles.

Réunissant et classant les savoirs, les encyclopédies fournissent ainsi, dans le domaine des œuvres littéraires, l’exemple de bibliothèques virtuelles. Parmi les textes historiques figurent les annales, comportant l’enregistrement succinct de faits, généralement en correspondance des entrées d’un calendrier, voire de tableaux chronologiques, puis les memoratoria , des récits proches des gesta abbatum, nombreux en Italie dès le milieu du XIe siècle, et enfin les chroniques.

Didascalicon d’Hugues de Saint-Victor. Encyclopédie du XIIe siècle, début du livre VI, Paris, bibliothèque Mazarine, ms. 717, f. 93v.[Première grande encyclopédie du XIIe siècle, le Didascalicon a été composé par Hugues de Saint-Victor (+ 1141) qui l’a conçu comme traité sur la lecture (ou un « art de lire »), destiné aux étudiants de l’école de son abbaye. Présentant le savoir comme un ensemble organisé, l’auteur y propose une classification des sciences dont s’inspireront nombre d’auteurs médiévaux : le cycle antique des sept arts libéraux y est placé sous l’égide de la philosophie, cette dernière étant présentée comme une forme de connaissance qui intègre également les sciences méchaniques.

L’image ci-contre (Didascalicon d’Hugues de Saint-Victor. Encyclopédie du XIIe siècle, début du livre VI), du ms. Paris, bibliothèque Mazarine 717, f. 93v, montre le début du 6e livre, consacré à la lecture de l’Écriture sainte. Transcription : « Liber sextus. Quomodo legenda sit Scriptura sacra querentibus scientiam in ea. Duo tibi lector, ordinem scilicet et modum propono, que si diligenter inspexeris facile tibi iter legendi patebit. In horum vero consideratione nec omnia tuo ingenio relinquam… ».]

C’est encore à partir du patrimoine archivistique que l’on compose de nouveaux types de recueils transmettant la mémoire et réglant la vie des communautés. Les descriptions des domaines possédés par les abbayes sont ainsi rassemblées dans les polyptyques. On citera, à titre d’exemple, ceux des monastères de Lobbes et de Saint-Germain-des-Prés, le premier a été ordonné par l’abbé Folcuin, voir Gesta abbatum Lobiensium : « Reditus villarum nostrarum describere jussit quod Polyptichum vocant », le deuxième par l’abbé Irminon, qui gouverna ce monastère à la fin du règne de Charlemagne et au commencement de celui de Louis le Pieux. Dans le domaine de la liturgie, ce sont les coutumiers du monde latin (pour des recueils analogues dans le monde grec, voir, à titre d’exemple, le Typicon du monastère de S. Nicola de Casole, Pouilles, Sud de l’Italie), ainsi que les documents relatant les associations de prières et les fraternitates.

Les recueils les plus représentatifs sont les cartulaires dont on étudie la structure (classement des actes en rapport avec le classement des archives), la décoration et la dénomination. Pour ce dernier point, on rappelle que ces recueils sont souvent désignés par des noms qui s’inspirent de leurs caractéristiques codicologiques (voir par ex. : cartulaire blanc de Saint-Denis, cartulaire blanc de Corbie, livre noir de Saint-Maur-les-Fossés, livre d’argent, livre rouge de Saint-Florent-le-Saumur, livre vert de l’abbaye de la Grasse, cartulaire de Saint-Germain-des-Prés, Cartularium novum de Saint-Médard-de-Soissons, Liber pilosus de l’église de Cambrai).

Les archives privées en revanche peuvent être étudiées à travers des livres de famille, de raison, des « zibaldoni », des « common-place books ». Dès la fin du Moyen Âge leurs rédacteurs y ont repris des extraits de lecture et enregistré des événements de leur vie privée et publique. La chronique de faits d’intérêt général (guerres, accords politiques) s’y trouve parfois aussi, ce qui nous aide à en saisir l’impact sur l’opinion.

ercuis_f_13_450 Livre de raison de Guillaume d’Ercuis (Paris, bibliothèque Sainte Geneviève, ms. 2025, f. 13)
Transcription du début du texte, après l’initiale L : « L’AN MIL CCIIIIxx et XVII ala li roys de France en Flandres contre Guy, conte de Flandres ».

Les rapports que l’on peut établir entre un fonds d’archive ou de bibliothèque et la recherche historique feraient l’objet d’une troisième approche (usage), privilégiant l’analyse des conditions d’accès et d’organisation des fonds. Un premier ensemble de thèmes se dégagerait, par exemple, de l’analyse des systèmes de cotation, souvent analogues, qui du Moyen Âge à l’époque moderne sont affectés à la fois aux livres et aux documents. Des témoignages sur les pratiques de lecture et de consultation viennent encore de l’étude de l’aménagement des locaux. On consultera à ce propos à la fois des sources littéraires et iconographiques.

L’examen des règles de classement constituerait un deuxième thème que l’on aborderait dans une perspective de longue période. On constate ainsi une continuité entre les normes réglementant l’accès aux collections des institutions religieuses du Moyen Âge et de l’époque moderne ; en témoignent les règles de consultation des bibliothèques élaborées par les Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur.

Enfin, tout en se plaçant sur un plan plus théorique que les normes précédemment citées, les traités de bibliothéconomie et d’archivistique composés à partir des premières décennies du XVIIe siècle (Gabriel Naudé, Pierre Camille Le Moine, Joachim Nader) ne manquent pas de souligner le lien profond, que l’on fait remonter à l’Antiquité, entre les archives et les bibliothèques. Ainsi par exemple Baldassarre Bonifacio distingue bien, dans son De archivis liber singularis (paru à Venise en 1632) l’objet de leur mission, car les archives « asservantur acta publica », tandis que les bibliothèques conservent « doctorum virorum lucubrationes ». Il rappelle toutefois que les deux institutions ont la même tâche de conserver la documentation écrite et va jusqu’à définir les bibliothèques comme des « archiva quaedam librorum ». Une archive est pour lui tout fonds ordonné de documents, quel qu’en soit le propriétaire ; l’archiviste, qui en est chargé, ne doit pas seulement savoir déchiffrer les documents mais aussi en comprendre la signification et le contexte.

Parfois systématiques à l’excès, ces traités posent en fait, d’une manière globale, les problèmes du classement, de l’accroissement et de la consultation des fonds. Affirmant qu’archivistes, bibliothécaires et savants doivent travailler en étroite relation, ils contribuent à définir de nouveaux profils professionnels et annoncent l’essor de la recherche érudite.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/archives/jeudis_problematique.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *