La terminologie et les usages de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge

(9 décembre 1999)

Quelle est l’articulation entre terminologie et usages : la terminologie reflète-t-elle les institutions et leur fonctionnement ou en d’autres termes quel est le poids des usages sur la terminologie ? À partir de quel moment un ensemble de documents devient-il des archives, un ensemble de livres une bibliothèque, un ensemble de titres un inventaire ou un catalogue ? L’examen du vocabulaire employé dans l’Antiquité et au Moyen Âge par les responsables des documents écrits – ou l’analyse de leurs silences – peut permettre de préciser ces notions avec leurs connotations respectives, et d’analyser les modalités et les raisons du passage d’un monde antique qui connaissait archives et bibliothèques à un monde médiéval qui ne les a plus connues (?), puis les a réinventées.

  • Christian Jacob (CNRS – Centre Louis Gernet, Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes) − Le statut de la bibliothèque d’Alexandrie, sa fonction, le type de savoir qu’elle a généré

Christian Jacob se fait l’écho des principaux résultats du récent International Research Seminar « The ancient Library of Alexandria », qui s’est tenu à la Bibliotheca Alexandrina le 27 novembre 1999.

Qu’est-ce qui fait la bibliothèque ? L’accumulation d’abord, puis la construction intellectuelle. « La bibliothèque se constitue en tant qu’elle a un horizon intellectuel ». C’est ce modèle aristotélicien qui est à l’origine de la bibliothèque d’Alexandrie. Celle-ci apparaît comme un paradoxe spatio-temporel, captant la totalité de l’héritage de l’hellénisme comme des sagesses barbares, dans un lieu d’accumulation. Des livres, objets matériels, comment passe-t-on au texte, et comment la catégorie des oeuvres émerge-t-elle ? C’est l’accumulation d’exemplaires différents d’un même texte qui permet l’apparition de la philologie. Quant à l’activité de traduction, elle permet une prise de conscience intellectuelle forte : un texte n’est pas attaché à son support, un texte n’est pas attaché à sa langue.

08_450

Le document décrivant les manuscrits de la cathédrale de Cambrai, l’une des plus anciennes listes de livres connues pour la France médiévale, occupe le folio de garde du manuscrit Cambrai, bibliothèque municipale 685.

Il dénombre, sur deux colonnes de vingt-six lignes, une soixantaine d’articles, correspondant à autant de manuscrits. Conçue pour répondre aux besoins d’un archevêché important, cette collection religieuse et canonique est marquée par les œuvres des Pères de l’Église et des théologiens de l’époque précarolingienne. Y figurent cependant quelques auteurs classiques latins, des glossaires et des livres de médecine. Les livres liturgiques, absents de cette liste, étaient sans doute rangés dans un autre dépôt, peut-être même à l’église.

Début de transcription : « (col. a) : Joseppus. Plinius de naturis / Hieronimus super Hieremiam prophetam / Item super Hiezechielem / Item super XIIcim prophetas / Item super Isaiam(…) »]

 

  • Anne-Marie Turcan-Verkerk (CNRS – IRHT) − Le « catalogue » de « bibliothèque » en domaine latin (IXe s.-fin XIIe s.)

Le vocabulaire des listes de livres, avant le XIIIsiècle, frappe par sa non-spécificité. En réalité, jamais les mots ne sont innocents. La sélection d’un lexique et de certaines acceptions traduit une conception des collections de livres, de leur nature, de leur usage, de leur fonction au sens large qui va se codifiant du IXe s. à l’aube du XIIIe s.

Ainsi, pourquoi cette documentation ne parle-t-elle ni de « catalogue » ni de « bibliothèque » avant le XIe siècle ? Par quels cheminements parvient-on à ces notions, tout en forgeant le vocabulaire de ces bibliothèques retrouvées ?

  • Anne Bondéelle (CNRS – IRHT) − « Cotation et classement des livres. Un aspect de la recherche sur les bibliothèques médiévales »

Cote et ex-libris de l’abbaye de Fontenay

Cote et ex-libris de l’abbaye de Fontenay

Au f. 91 du manuscrit figurent deux marques d’appartenance de la bibliothèque de l’abbaye cistercienne de Fontenay (Côte d’Or), fondée dans les premières décennies du XIIe siècle. Il s’agit d’un ex-libris du XIIe siècle en lettres étirées : « Liber Sancte Marie de Fonteneto » et d’une cote du XVe siècle, composée d’une lettre et d’un chiffre, intercalés de points, « D.8 ». Cette dernière marque reflète l’organisation de la bibliothèque, le premier élément correspondant à un élément de rangement matériel, le deuxième au n° d’ordre affecté au volume.

L’organisation d’une bibliothèque ancienne se laisse entrevoir à travers la structuration des inventaires auxquels elle a donné lieu, dont certains font connaître des systèmes de cotes.

On repère également de telles mentions sur les manuscrits conservés. Après une présentation de plusieurs types de cotes, on s’efforcera d’en proposer des interprétations, en tenant compte de diverses difficultés (cotes incomplètes, systèmes lacunaires, fonds différents, cohérence entre éléments d’une cote, rapport avec le rangement matériel des livres).

En plus des indications qu’il fournit sur l’importance numérique d’un fonds, le classement nous renseigne parfois sur l’échelle des valeurs en vigueur dans tel établissement, les classements successifs invitent à s’interroger sur la signification des réorganisations et sur les explications possibles aux anomalies de groupement. Enfin, une cote peut être un indice sur la provenance ou sur le contenu d’un manuscrit.

10-450

Biblionomia de Richard de Fournival : cotes et classement de sa bibliothèque.

La Biblionomia est le catalogue raisonné de la bibliothèque de Richard de Fournival, chancelier de l’église d’Amiens.

Les livres, qu’il destine à l’usage de ses concitoyens, y sont présentés selon un classement en trois grands ensembles correspondant aux grandes disciplines :

  • la philosophie, qui regroupe les livres relevant de la philosophie proprement dite (physique, métaphysique, morale) et les arts libéraux (grammaire, dialectique, rhétorique, géométrie, arithmétique, musique et astronomie),
  • les sciences lucratives, celles dont l’exercice rapporte de l’argent, à savoir le droit et la médecine,
  • et enfin la théologie.

À l’intérieur de ces ensembles, les livres sont cotés selon leur emplacement sur des pupitres, la forme et la couleur des cotes variant en fonction du contenu.

Ainsi, dans la section philosophique, dont le début est présenté dans la page ici reproduite, les cotes utilisées sont rouges, vertes et violettes et en lettres capitales, onciales, minuscules. Ces expédients décoratifs soutiennent la métaphore de la bibliothèque comme jardin, à laquelle Richard de Fournival a recours dans l’introduction de son traité : les trois grands ensembles thématiques en sont les massifs et les livres en leurs rangées correspondent aux fleurs ; quant à la Biblionomia, elle sert de clef pour pénétrer dans ce jardin.

Transcription : (dernier paragraphe de la colonne a) : « Dispositio areole prime libros phylosophycos continentis cum suarum karacteribus litterarum :
AAAAAAAA(…). Tabula prima de libris grammatices.
BBBBCCCC (…) » (colonne b) « Tabula secunda de libris dyalectices.
CCDDDD(…). Tabula tertia de libris rhetorices (…) ».

  • Olivier Guyotjeannin (École nationale des Chartes) − Pratiques archivistiques, France XIIIe-XVe siècles : inventaire, classement et édition

La gestion des archives médiévales est encore très mal connue. Les études sont rares, le matériau dispersé et très inégal, les risques d’anachronisme, surtout, graves, qui nous font employer sans questionnement des termes comme « cote » ou « inventaire ». Quelques cas laissent pourtant pressentir, derrière d’évidents particularismes, la diffusion, lente et imparfaite, d’innovations capitales, dans le sillage du cartulaire et plus d’une fois en rapport (formel ou direct) avec les pratiques des bibliothèques. Dépassant l’horizon des « rubriques » de cartulaires, les descriptions des actes se font plus systématiques. De leur côté, les « signes » dorsaux se constituent en systèmes et cherchent à traduire le rapport et l’appartenance à un ensemble, pour se métamorphoser en « cotes » véritables. Sur ces voies, les mieux armés (ex. de Saint-Denis) ne sont pas forcément le plus novateurs, les expérimentations les plus hardies semblant venir, du côté des inventaires, des notaires et des grands chartriers princiers ; quant aux « cotes », on ne peut guère assigner, pour l’heure, à leur évolution que l’air du temps.

11_exlibris2 L’abbaye de Saint-Denis a possédé une bibliothèque considérable, dont seuls quelques débris subsistent désormais, à la suite des graves dispersions survenues entre l’époque des guerres de religion et la Révolution. À la fin du XVe siècle les manuscrits et les archives de l’abbaye ont fait l’objet d’une campagne de recollement dont témoignent des cotes en chiffres romains figurant au premier folio des livres et au verso des chartes.

Les cotes de la bibliothèque se composent d’un premier chiffre, correspondant au meuble (sans doute des pupitres) et d’un deuxième, correspondant au n° d’ordre du volume, cette deuxième numérotation portant sur l’ensemble des volumes répertoriés : dans la reproduction ici fournie, tirée du ms. Caen, BM 28, on a donc le n° XXIII.VIIcXXVIII ; c’était le vol. n° 728 rangé dans le pupitre n° 23.

cote_biblio_stdenis Dans le manuscrit de Caen ici présenté, une autre cote apparaît, qui se refère à une précédente campagne de classement des livres à Saint-Denis : c’est une lettre O suivie d’une croix. On note également, en haut du folio, l’ex-libris ou note d’appartenance de la bibliothèque de l’abbaye : Iste lib(er)est b(eat)i Dyon(isii).
cote_archive_stdenis Les cotes des archives ont une structure semblable, mais le premier élément, sans doute correspondant à des coffres, est une lettre, voire un groupe de lettres : dans l’exemple ci-contre, tiré d’une charte conservée aux Archives nationales (L 852 n° 1), on a donc la cote D.VIIxxX. Le document, rangé dans la série D, portait le n° 150, représenté, en chiffres romains, avec une numération en base vingt : (7 x 20) + 10.

La discussion, abordant à la fois les questions relatives aux archives et aux bibliothèques, a porté sur les conditions de la rédaction des inventaires, leur interprétation et leur critique. Les inventaires d’archives, rédigés semble-t-il sous urgence et de ce fait souvent inachevés, sont exceptionnels avant le XIIIe siècle (par exemple à Saint-Gall en 920).

Répertoire des chartes de l’abbaye de Cheminon (XIIIe siècle)

Il n’y a pas de progrès ou d’évolution entre inventaire et catalogue, les deux correspondant à des fonctionnalités et démarches différentes. Il semble opportun de lier la typologie de l’acte aux circonstances historiques de sa rédaction. Ainsi, le catalogue d’Alexandrie a eu la fonction d’instrument de recherche bibliographique et littéraire. On a évoqué la survie, voire la reprise à certaines époques, comme le XIe siècle, de mots empruntés à l’Antiquité (tels catalogus ou bibliotheca) dans la terminologie des inventaires et fait remarquer l’absence de termes spécifiques pour désigner les inventaires d’archives. La cotation des volumes, qui exprime leur situation dans la bibliothèque et a précédé les opérations d’inventaire ou de catalogage est mise en relation avec l’évolution du mobilier et des pratiques de rangement.

Si les inventaires peuvent permettre d’identifier des textes, il est souvent difficile de distinguer les mentions se référant aux œuvres de celles portant sur l’unité codicologique. On évoque à ce propos la question du dénombrement qui n’a souvent qu’une valeur symbolique au Moyen Âge ; aussi faut-il en faire une étude en relation avec diverses catégories d’objets. D’une façon générale, la définition de la bibliothèque comme ensemble organisé de livres dépend du lecteur.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/archives/jeudis_decembre.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *