Copie des actes, copie des livres : scriptoria, chancelleries, notaires du XIIe siècle à la fin du Moyen Âge

(13 janvier 2000)

La séance a commencé par une brève introduction qui a rappelé l’articulation du thème retenu « Scriptoria, chancelleries, notaires du XIIe au XVe siècles » avec l’ensemble du cycle thématique. Le scriptorium (ou le bureau d’écriture), qui alimente à la fois les archives et la bibliothèque, occupe une position charnière entre les deux fonds. Au centre de la réflexion se trouve le scribe, dont on souligne l’autonomie croissante, à partir du XIIe siècle, par rapport aux institutions qui encadrent son activité.

Après avoir examiné les aspects de la situation professionnelle du scribe et de ses conditions de travail (activité dans le scriptorium, commandes extérieures), il conviendra d’étudier les produits, en particulier les œuvres historiques (chroniques, annales) rédigés par ces artisans dans les monastères à l’occasion de campagnes de réorganisation conjointes des archives et de bibliothèques. On évoque également le cas des notaires italiens, auteurs de chroniques de villes, dont les préambules sont empruntés au formulaire des chartes (exemple de Gênes).

  • Françoise Gasparri − Bibliothèque et archives à l’abbaye Saint-Victor de Paris au XIIe siècle

Le rôle éminent joué par l’abbaye de Saint-Victor au XIIe siècle se reflète dans la constitution de sa bibliothèque et de son chartrier. Les manuscrits victorins subsistants de cette époque sont au nombre de 263, les datations étant nécessairement basées sur des critères paléographiques – ont été étudiés à part les mss d’origine non-victorine, offerts à l’abbaye lors de sa fondation, ou acquis par elle au cours du siècle.

Détail d’une charte établie à l’abbaye Saint-Victor de Paris, début du XIIe siècle

Détail d’une charte établie à l’abbaye Saint-Victor de Paris, début du XIIe siècle.

La distinction s’impose entre deux catégories de manuscrits : les manuscrits de scriptorium et les manuscrits de travail. Les manuscrits de scriptorium (environ 200) nous mettent face à une difficulté : Le Livre de l’Ordre nous apprend en effet que, dès les premiers temps, Saint-Victor fait confectionner une partie de ses livres par des copistes extérieurs : ces exemplaires sont à étudier à part.

Les manuscrits confectionnés dans l’abbaye doivent être classés en cinq périodes :

  1. 1re moitié ou 2e quart du XIIe s. (42).
  2. milieu ou 2e tiers du XIIe s. (49).
  3. 3e quart (48).
  4. dernier tiers ou quart du XIIe s.(30).
  5. fin ou extrême fin du XIIe s. (30).

Les œuvres contenues dans ces manuscrits sont dans l’ordre numérique décroissant :

  • 50 mss d’œuvres d’auteurs victorins (surtout Hugues et Richard)
  • 66 mss de patrologie, essentiellement latine (quelques grecs) / Bibles et commentaires bibliques
  • 22 mss de liturgie
  • 15 mss de classiques latins
  • 17 mss de droit / mss scientifiques
  • 6 mss de chroniques
  • 3 mss de musique
  • 2 mss de grammaire.

Les manuscrits de travail (environ 60). Ce sont les manuscrits d’étude : en écriture usuelle plus ou moins négligée, avec souvent une décoration minimale. On compte dans cette catégorie, dans l’ordre numérique décroissant :

  • 20 manuscrits philosophiques du XIIe s.
  • 13 manuscrits de patristique
  • 9 mss scientifiques
  • 9 mss de gloses bibliques
  • 5 mss de classiques latins
  • 3 mss de droit
  • 1 ms. d’Hugues de Fleury
  • 1 ms. musical.

À l’intérieur de cette catégorie, il faut distinguer un groupe de 29 unités : manuscrits de travail, proches de la rédaction ; textes complets ou fragments de toute nature, parmi lesquels existent un certain nombre d’autographes.

En dehors de la mise par écrit officielle des textes, les manuscrits contiennent parfois des informations sur la copie, le prêt, les types graphiques, les modes de conservation et de classement des livres, et des ex-libris qui, par l’analyse paléographique, informe sur les périodes de recensement des ouvrages, sous la responsabilité de l’armarius, de même que les archives.

La rédaction des actes se heurte encore, à cette époque, au problème de leur établissement par le bénéficiaire : comme pour les mss copiés à l’extérieur, ils rendent difficile l’identification des pratiques des chancelleries et l’évaluation de leur activité. Sur 450 actes victorins, on en recense 44 expédiés par l’abbaye, et 406 reçus par elle. Les actes en partie double (chirographes) sont au nombre de 45. Les listes de souscripteurs et témoins permettent de connaître les personnels des abbayes et des chancelleries. Les souscriptions finales révèlent l’émergence de personnages, chapelains ou notaires, rédacteurs ou copistes des chartes, avec souvent leur nom et leur origine : premiers témoignages sur le personnel des chancelleries et l’apparition, à partir du milieu du XIIe, des chancelleries seigneuriales.

Une pratique courante au XIIe siècle, est fréquente dans les fonds de Saint-Victor. C’est celle de l’établissement des actes en double exemplaire : l’un, destiné à l’expédition, l’autre devant être conservé par l’expéditeur : d’où la nécessité de classement, inauguré à Saint-Victor avant le milieu du siècle, et suivi de nombreux autres, au cours de la deuxième moitié du XIIe s., qui désignent le chartrier de Saint-Victor comme un modèle pour les autres chancelleries contemporaines.

  • Patricia Stirnemann − Quelques copistes travaillant dans les livres et sur les pièces d’archives à l’époque monastique en Espagne, en Angleterre et en France

— Espagne : Florentinus de Valenracia (Xe siècle).

— Angleterre : Eadui Basan à Christ Church Cantorbéry (W. Noël) ; Eadmer de Cantorbéry (M. Gullick), Symeon de Durham (M. Gullick). Les deux études de M. Gullick sont particulièrement riches, exposant le cas d’un moine-secrétaire-auteur (Eadmer) et le cas d’un copiste-historien qui assure l’organisation, la surveillance et la finition du travail des copistes (Symeon).

— Avec Saint-Victor devient visible le lien entre la chancellerie de la cour royale et la bibliothèque des chanoines réguliers, tandis qu’avec Henri le Libéral et la cour de Champagne, c’est le rôle des notaires qui émerge, mais l’histoire de leur contribution au XIIIe siècle reste à faire. En Italie, la formation de ces derniers est très professionnalisée. Au XIVe siècle, ils sont nombreux à copier les manuscrits, assumant souvent la tâche de l’enluminure. Mais sont-ils plus voyants simplement parce qu’ils portent un titre qui les identifie?

14_450

Obituaire de la collégiale St-Étienne de Troyes, obit de « Guillelmus Scriba », Troyes, bibliothèque municipale, ms. 365, f. 89v.

Le document ici reproduit, de la fin du XIIIe siècle, provient de Saint-Étienne, la plus importante église collégiale de Troyes, fondée au XIIe siècle par le comte de Champagne, Henri le Libéral. Le calendrier (voir les indications figurant sur la marge gauche) est complété par les notices nécrologiques des chanoines et autres personnels du chapitre, précédées de la mention ob. (pour obit, c’est-à-dire : « tel jour…est mort… »).

À la fin du troisième paragraphe, apparait le nom de « Guillelmus scriba », l’un des copistes rattachés à Saint-Étienne.

 

Discussion

Les thèmes de la discussion ont été successivement la définition des écritures, la formation des scribes et le contexte de leur travail (scriptorium, autre), puis leurs réalisations. Pour le premier aspect, on a surtout parlé de l’écriture cursive, de son exécution (notion de trait « poussé ») et de l’influence que les outils et les matériaux ont eue sur l’évolution de son tracé. On a souligné que l’un des problèmes majeurs de la paléographie est de comprendre la scission qui s’opère, au XIIe, entre les écritures livresques (« posées ») et documentaires (« cursives »).En ce qui concerne la question de la formation des scribes, il faudrait étudier surtout l’exemple italien, car c’est dans ce pays que le notariat s’affirme. Les affiches nous renseignent sur l’enseignement de l’écriture tel qu’il était dispensé dans les écoles. Il est en revanche difficile de mettre en relation avec cet enseignement les traités De arte scribendi, dont les exemples connus (surtout du XVe siècle, cf. le cas de Gabriel Altadell) semblent se rattacher plutôt à une réflexion théorique sur le phénomène de l’écriture. On souligne que l’apprentissage de l’écriture et de la lecture sont dissociés. Au plan des réalisations, l’écriture des chartes, qui doit être belle mais surtout caractéristique se distingue, de par sa fonction, de celle des livres. Parmi ces derniers, une distinction ultérieure est opérée entre le manuscrit De scriptorium, dont la facture soignée reflète le souci d’« éditer » un texte, et le manuscrit de travail. On aborde enfin la question des manuscrits autographes et de la méthode permettant de les identifier, par le recours aux critères de l’analyse paléographique et textuelle (repentirs, corrections, etc.).

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/archives/jeudis_janvier.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *