La mise en livres des documents d’archives : aspects diplomatiques et historiques

(24 février 2000)

  • Laurent Morelle − La « mise en livre » des documents, le cartulariste, son vivier, ses lecteurs

Dans cette intervention liminaire, on voudrait passer en revue quelques questions qui s’imposent au chercheur quand il explore un « cartulaire ». Le terme même désigne des productions fort disparates – au triple point de vue des intentions qui l’ont fait naître, de l’ampleur du travail accompli ou de l’agencement des matériaux rassemblés – depuis le « dossier » accueillant quelques actes choisis, jusqu’au recueil visant à dupliquer le chartrier même. La mise en livre répond à des besoins et attentes mêlées, et témoigne d’un complexe rapport aux chartes. Si le recueil est souvent une fenêtre ouverte sur le chartrier, celui-ci est vu par le truchement du « cartulariste » (entité unique ou collective), dont il faut cerner le travail. A-t-il organisé, classé ou inventorié le chartrier avant d’établir les copies ? Quels matériaux a-t-il délaissé ? Dans quelle mesure l’ordonnance du recueil reflète-t-elle celle des archives ? À chaque étape de l’entreprise le cartulariste trahit sa personnalité. La transcription des actes nous renseigne sur les intentions et compétences, nous révèle un peu comment on « regardait » l’original, ce qui, de la forme et de la teneur de l’acte, méritait d’être transmis. En tant que médiateur, le cartulariste prépare la consultation d’autrui, dont les traces abondent souvent dans les manuscrits. Quelle aide le cartulariste apporte-t-il au lecteur ? Quelles recherches prévoit-il ? A-t-il envisagé une continuation à son livre ? Assurément, la richesse du questionnement dit la position privilégiée qu’occupe le cartulaire pour nourrir l’histoire des pratiques médiévales de l’écrit comme celle des techniques documentaires.

  • Sébastien Barret − Le « cartulaire D » de l’abbaye de Cluny, nouv. acq. lat. 766

Le « cartulaire D » de l’abbaye de Cluny, datant de la deuxième moitié, et vraisemblablement du troisième quart, du XIIIe siècle, documente de manière intéressante plusieurs aspects du rapport de Cluny à ses archives. Manuscrit incomplet et inachevé, par bien des aspects relativement composite, il reflète probablement à son niveau les conséquences de la transformation de l’Ecclesia Cluniacensis des Xe-XIIe siècles en ordre véritable, et les changements institutionnels subis par cet ensemble sous l’impulsion de la papauté. Bien que sa forme actuelle ne corresponde sans doute pas avec ce qu’on appellera avec prudence le « projet initial », on peut penser que ce cartulaire est un bon témoin d’une phase importante d’un processus encore peu développé de l’élaboration archivistique au sein de l’abbaye.

  • Caroline Bourlet − De la copie des originaux à la rédaction de cartulaires : Les « précartulaires » de la chartreuse de Durbon (milieu XIIe s.-début XIIIe s.)

D’après Manteyer l’usage de copier sur un grand parchemin, « rouleau » ou « pancarte », avant de composer un cartulaire sur codex, semble avoir été partagé par plusieurs institutions ecclésiastiques ou laïques du Gapençais tels que les Hospitaliers de Saint-Jean et la municipalité de Gap. Nous présenterons rapidement l’exemple de la chartreuse de Durbon pour laquelle on possède encore aujourd’hui six « pancartes » antérieures à la composition du Cartulaire Vert composé vers 1216. Les caractères formels et le contenu de ces pancartes incitent à les ranger dans la catégorie des « pré-cartulaires » mais il est plus difficile de cerner les motivations de cette entreprise.

  • Agnès Bos − Les archives des fabriques parisiennes

La fabrique était l’organisme chargé de la gestion du temporel de la paroisse. À Paris, les fabriques naquirent aux XIIe-XIIIe siècles, mais ne s’émancipèrent, par rapport au pouvoir spirituel, qu’à partir de la fin du Moyen Âge. Deux particularités : les marguilliers, qui dirigeaient la fabrique, étaient des laïcs qui occupaient par ailleurs d’autres fonctions, ce n’étaient pas des archivistes professionnels ; le renouvellement régulier des marguilliers, dont le mandat ne durait que quelques années, posait par ailleurs le problème de la continuité dans le traitement des archives.

Malgré des disparités d’une paroisse à l’autre, la masse des archives saisies à la Révolution montre que les archives furent globalement bien conservées. Considérées à l’origine comme de simples biens, à côté des livres et des vêtements liturgiques, les archives furent rapidement perçues par les marguilliers comme un instrument d’affirmation de leur indépendance et de leur pouvoir.

Ces archives, parfois rangées dans des pièces spécialement aménagées, se trouvaient le plus souvent dans des armoires ou des coffres. Le classement thématique, par « affaire » traitée par la fabrique, était le plus courant, même si à Saint-Jacques-de-la-Boucherie, les marguilliers procédèrent, à l’époque moderne, à deux reclassements successifs.

Suite logique du classement, les premiers inventaires d’archives apparurent au XVe siècle. Dans un premier temps, ils étaient relativement peu maniables mais très vite, index et tables des matières en firent de véritables instruments de recherche.

Les archives étaient-elles considérées comme un simple outil de gestion de la fabrique ou bien les marguilliers en firent l’objet d’une « mise en scène de leur propre mémoire » ? Les archives étaient avant tout un outil de gestion, même si les marguilliers avaient très bien compris leur importance dans leur obsession d’une conduite saine du gouvernement temporel de la paroisse. Saint-Jacques-de-la-Boucherie reste le seul cas à ce jour connu d’une exploitation à proprement parler historique des archives par les marguilliers.

Discussion

La discussion a tout d’abord porté sur le choix opéré par le cartulariste dans les documents du chartrier. Certains cartulaires comme celui de Montier-en-Der (XIIe siècle) sont très proches du chartrier, alors que d’autres ne présentent qu’une sélection ciblée sur la mémoire du donateur. Au XIe siècle et au début du XIIe siècle, le cartulariste, tout comme l’auteur des Gesta episcoporum, fait mémoire en vue de l’utilitas. Il veut faire preuve et, pour cela, il a recours à tout ce dont il dispose et qu’il sait vrai, mais il peut aussi fabriquer des preuves.

À partir de la seconde moitié du XIIe siècle, avec l’essor du sceau, une réflexion nouvelle s’impose. Le cartulariste copie alors des chartes scellées ou des confirmations pontificales. Il est intéressant de comparer deux cartulaires de Saint-Magloire composés à trente ou quarante ans d’intervalle : le premier (fin XIIIe) est extrêmement vivant, le second (début XIVe) n’est qu’un recueil d’actes scellés.

Ces cartulaires sont parfois difficilement utilisables en l’absence d’instruments de travail les accompagnant. Il en est ainsi pour le cartulaire de Durbon du XIIIe siècle. Les tables de matière sont en général bien postérieures à la constitution. Tel cartulaire, comme à Cluny, a fait l’objet d’une annotation reflétant des considérations géographiques. Ces instruments sont à usage interne ; il n’y a pas d’utilisation publique du cartulaire. Cela est d’ailleurs valable aussi pour les cotes : dans les archives parisiennes, les cotes alphanumériques sont soit inexistantes, soit très tardives.

Les cartulaires apparaissent à des époques différentes selon les ordres monastiques : très tôt chez les Chartreux, plus tard chez les Bénédictins. Parfois on commence à rédiger un cartulaire sous l’emprise de la concurrence monastique. C’est ainsi que les Bénédictins peuvent avoir commencé à copier des cartulaires, à cause des Cisterciens, plus avancés. Les cartulaires de gestion sont le fait des établissements à la pointe du progrès, car le passage au cartulaire est difficile : il n’y a pas beaucoup de modèles disponibles.

On peut se demander si on a commencé à copier des actes à cause d’éventuelles difficultés de lecture. Les actes mérovingiens par exemple ont fait l’objet de nombreuses copies figurées au IXe siècle. Beaucoup de diplômes mérovingiens sont des copies de copies. La difficulté de lire une écriture peut d’ailleurs rehausser la valeur d’un document, lui conférer une sorte d’auctoritas. Le contrôle de la copie peut être effectué par le rubricateur (il y a des blancs, des grattages). Il est parfois d’ailleurs difficile de savoir s’il y a une différence de main entre le rubricateur et le copiste. Qui est en fait le cartulariste ?

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/archives/jeudis_fevrier.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *