Les archives et la mémoire

(16 mars 2000)

  • Elisabeth Lalou − Les tablettes de cire et la mémoire
Tablettes de cire. Saint Ambroise, Opuscule, Alençon, BM, ms. 11.

Tablettes de cire. Saint Ambroise, Opuscule, Alençon, BM, ms. 11, f. 1.

Les tablettes de cire qui étaient universellement utilisées dans l’Occident médiéval ont souvent été citées par les écrivains comme une images de la mémoire humaine. Pourtant ce support n’était pas destiné au Moyen Âge à conserver les documents qui y étaient inscrits. En revanche, certains documents conservés sur tablettes sont les uniques témoignages de certaines institutions et l’on peut s’interroger sur le motif qui nous les a conservées. Ces quelques réflexions illustreront donc ce paradoxe d’un objet destiné structurellement à l’oubli et qui garde la mémoire de certains faits.

  • Lucie Fossier − Cartulaires-chroniques

Toute mise en livre de haute époque (IXe-XIIe siècle) revêt une fonction commémorative : gesta abbatum ou episcoporum, libri traditionum, cartulaires-chroniques, et même simples cartulaires ont alors pour mission de préserver la mémoire des fondateurs, des donateurs, des administrateurs de biens que sont les abbés ou les évêques. Par la disposition de la matière (ordre chronologique, par abbatiats successifs), par le caractère littéraire de l’écriture, par les motifs, aussi, qui ont suscité la fabrication du livre, les cartulaires-chroniques, au moins en leurs débuts, sont très proches des gesta abbatum. Cependant, souvent rédigés par des cartularistes chargés de la conservation des archives d’un monastère, parfois même de la rédaction des actes, ils prennent en compte très scrupuleusement, dans leur majorité du moins, l’ensemble de la documentation de l’établissement concerné ; et, au fil des temps, le souci de la conservation du temporel, voire de sa reconstitution, l’emporte sur celui de la commémoration. Dès la fin du XIIe siècle, le cartulaire-chronique cède le pas au cartulaire classique, dépourvu de tout aspect historiographique, organe de gestion plus qu’œuvre de mémoire. On trouve encore cependant, et même à des époques récentes, des recueils mêlant notices historiographiques et actes diplomatiques, mais, œuvres d’historiens, ils pourraient être plutôt appelés chroniques-cartulaires.

Très différents dans leur composition sont les libri traditionum, recueils non plus d’actes en forme, mais de notices impersonnelles, souvent de plusieurs mains, portant témoignage de donations faites à un établissement. C’est alors la mémoire des donateurs et de leurs témoins que l’on cherche ici à préserver. Mais l’ensemble constitue parfois comme une chronique de la vie quotidienne d’un établissement monastique, d’un très grand intérêt.

  • Jean-Luc Benoît − Pièces d’archives et littérature, l’exemple du dossier hagiographique de saint Edme (Edmond d’Abingdon), milieu du XIIIe siècle

Le Trésor de la cathédrale de Sens renferme un dossier provenant de Pontigny qui comprend une centaine de pièces originales des années 1240-1250 relatives à la canonisation et au culte de saint Edme (Edmond d’Abingdon), archevêque de Cantorbéry, inhumé dans l’abbaye cistercienne en 1240 et canonisé en 1246. Certains de ces documents ont servi de base à une vita et à une Histoire de la canonisation de saint Edme. L’un des intérêts de ces matériaux est de nous permettre de comprendre comment des textes de nature diplomatique ont été utilisés dans la rédaction de textes littéraires.

La vita vraisemblablement écrite à Pontigny par le bénédictin Eustache de Faversham vers 1244 intègre des passages de nombreuses lettres de demande de canonisation du prélat anglais – dont la majorité subsiste en originaux. Grâce à l’un des brouillons de son travail parvenu jusqu’à nous, il est possible de reconstituer en partie la manière dont ce moine a construit son texte.

Quant à l’Histoire de la canonisation, rédigée pour les cisterciens de Pontigny vers 1253 par Albert Suerbeer (ou « de Cologne »), elle offre une copie de plusieurs documents qui illustrent les principales étapes du processus de canonisation. Un riche prologue permet à l’archevêque de Riga de nous exposer la méthode qu’il a cherché à suivre dans la composition de son ouvrage.

La comparaison des deux opuscules est instructive : le bénédictin constitue comme un patchwork où les textes originaux ne sont pratiquement plus repérables et où les ajouts qui lui sont propres demeurent très peu nombreux ; l’archevêque de Prusse, lui, utilise les textes diplomatiques comme des pièces justificatives intégrées à son récit à la façon de vidimus pour compléter ses souvenirs personnels et ses commentaires spirituels.

Nous avons donc là, dans un même contexte et à une même époque, deux utilisations très différentes des mêmes documents d’archives dans deux œuvres de littérature hagiographique.

  • Denis Muzerelle − Entre livre et archive

Tel document, tel volume doit-il être considéré comme un livre ou comme une pièce d’archives ? Peut-on définir des critères qui permettent de les distinguer autrement que selon la voie par laquelle ils nous sont parvenus ? Les définitions que l’on peut envisager, soit sur une base matérielle, soit sur une base intellectuelle, s’avèrent tantôt effroyablement réducteurs, tantôt immodérément extensifs. Le premier cas laisse une foule de documents de nature indéterminée ; le second produit une masse de documents hybrides. De plus, le même document peut être perçu de deux façons distinctes selon l’orientation de la recherche ou l’évolution de la problématique ; et deux parties indissolublement liées dans un volume peuvent relever de genres distincts. Mais là où il faut faire un choix, celui-ci ne peut apparemment reposer que sur les motifs et les circonstances qui ont amené à produire le document, à l’utiliser, à le conserver. Tout abstraites qu’elles puissent paraître, ces interrogations ont une incidence immédiate dans le domaine de la paléographie et de la codicologie. Elles seront illustrées par un rapide survol de cas-limites et d’exemples litigieux rencontrés dans le cadre du CMD.

Résumé de la discussion

La discussion a d’abord porté sur les tablettes de cire et sur les ingrédients entrant dans la préparation des couleurs. La cire rouge et la cire verte étaient plutôt destinées aux carnets. Le type d’écriture varie évidemment en fonction du support. S’il y a de grosses différences entre diverses écritures sur cire, l’écriture des tablettes ressemble en général à celle des marges de manuscrits réalisée à la pointe sèche ; c’est une écriture « squelettique », dépourvue de traits de liaison. Les villes devaient posséder de nombreuses tablettes. Les censiers sur cire étaient soumis à révision annuelle en ce qui concernait les sommes perçues, alors que les listes de noms étaient invariables. L’itinéraire des voyages des souverains était écrit sur tablettes, car elles étaient faciles à transporter. Il en fut d’ailleurs de même des comptes royaux dès les premiers temps. La discussion a porté ensuite sur les trois autres interventions, et tout d’abord sur les livres liturgiques. Les ordinaires font-ils partie de cette catégorie ? Ne vaut-il pas mieux les classer parmi les textes réglementaires ? Ils se situent à la jonction entre archives et livres, souvent difficiles à distinguer les uns des autres. Plutôt que d’opérer un classement rigide, il convient de s’interroger sur la fonction de ce qui a été écrit, sur les besoins ayant présidé à la rédaction de tel ou tel type de livre. Il est dommage que les notices de manuscrits des catalogues de bibliothèques ne reflètent pas toujours cette préoccupation.

On cite également comme exemple de livres-archives les répertoires de sépultures établis par les ordres mendiants à Bologne, à la fin du XIIIe siècle.

En ce qui concerne la constitution des dossiers hagiographiques, une première remarque porte sur le fait qu’une canonisation n’est pas forcément facilitée par le fait de mourir en terre étrangère. Statistiquement il s’avère qu’un évêque mourant à proximité de sa cathédrale, entouré de son clergé, a plus de chance de devenir saint qu’un inconnu mourant loin de chez lui.

Les archives judiciaires des procès de canonisation deviennent parfois livre d’édification après avoir été traduites en langue vernaculaire, comme ce fut le cas au XVe siècle pour les actes du procès de sainte Claire d’Assise, qui servirent probablement à l’instruction morale des religieuses après leur traduction en italien. Il est rare qu’au Moyen Âge on écrive le récit de la canonisation. En revanche, la première vita est écrite d’ordinaire avant le procès, comme pièce de l’instruction, à l’exception notable du cas de François d’Assise.

Un dernier point de discussion a porté sur le cartulaire-chronique, où le chartrier est autonome. Le cartulariste y fait référence ; il analyse les archives, dit ce qui fait l’autorité d’un texte, évite de copier certains actes. La chronique sert donc à introduire l’acte.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/archives/jeudis_mars.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *