Livres-bibliothèque : les encyclopédies et leurs sources, mondes latin et oriental

(20 avril 2000)

  • Françoise Fery-Hue − L’encyclopédie médiévale : un livre à part dans les bibliothèques ?

Les productions à vocation encyclopédique de l’Occident médiéval ne sont pas des œuvres d’érudition magistrale, mais des textes de vulgarisation destinés, le plus souvent, à un public de laïcs instruits et de petits clercs, exceptionnellement à un haut personnage. Si les spécialistes de l’histoire littéraire n’avaient pas appelé « siècle de l’Encyclopédie » le XVIIIe siècle français, ce qualificatif aurait pu, à bon droit, être appliqué au XIIe siècle européen, époque où l’Occident connut une extraordinaire floraison des écrits encyclopédiques : du De Naturis rerum d’Alexander Neckam (dernières années du XIIe s.) au Speculum divinorum et quorundam naturalium d’Henri Bate (entre 1301 et 1305).

Barthélemy l’Anglais, De proprietatibus rerum, début du livre des animaux, Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 1024 (XIIIe siècle).

Barthélemy l’Anglais, De proprietatibus rerum, début du livre des animaux, Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 1024 (XIIIe siècle).

Le f. ccvii présente le début du 18e livre, consacré aux animaux : sa mise en page est caractéristique des encyclopédies copiées au XIIIe siècle et conserve, spécificité remarquable, le corpus d’annotations marginales à vocation allégorisante et moralisante conçu du vivant même de l’auteur, Barthélemy l’Anglais, certainement avec son autorisation, peut-être même sous sa direction. Ces annotations offrent au lecteur une deuxième possibilité de lecture, allégorique ou morale, d’un texte dont la vocation première reste la vulgarisation scientifique.

 

 

L’examen de ces œuvres à vocation encyclopédique, latines ou vernaculaires, permettra-t-il de répondre à une question élémentaire sur le « statut codicologique » de ce type d’œuvre. L’encyclopédie médiévale, conçue par son auteur comme un « tout en un », donc le livre qui résume et organise les connaissances contenues dans tous les livres – le livre-bibliothèque par excellence -, a-t-elle été copiée et diffusée au XIIIe siècle, dans les années qui suivent sa naissance (jusque vers 1320), sous une forme en accord avec cette définition simpliste (1 encyclopédie = 1 volume manuscrit) ?

Ou bien est-elle entrée plus souvent dans la composition de recueils plus vastes, dont les autres textes (tous genres littéraires confondus) la complètent de fait sinon d’intention ? Sous cette dernière forme, l’encyclopédie se trouve « mise en abîme » à l’intérieur d’un volume au contenu plus large, faisant office de bibliothèque portative.

  • Jacqueline Sublet − Encyclopédies et ouvrages biographiques en langue arabe

Dès le IIe siècle de l’hégire, VIIIe siècle de l’ère chrétienne, les lettrés mettent par écrit l’ensemble des connaissances qu’ils jugent indispensables à leurs contemporains. Ces ouvrages qui ne portent pas le nom d’encyclopédie se présentent sous diverses formes : bibliographie exhaustive des ouvrages en langue arabe et en langues étrangères, recueil de « poèmes chantés » et de biographies de poètes, « livre des animaux », manuel de chancellerie destinés aux fonctionnaires de l’administration, épîtres donnant les grandes lignes d’une doctrine, et permettent aux auteurs d’exposer leur conception du monde et de dresser un tableau des connaissances en cours à l’époque.

Ces écrits sont inséparables des répertoires biographiques immenses à travers lesquels les noms et les récits de vie des lettrés voyageant en quête de savoir décrivent le dâr al-Islâm (la terre d’Islam), un monde dont un voyageur tel qu’Ibn Battouta ne franchissait pas les frontières sans malaise.

Dans les préfaces de ces sources, rédigées entre le VIIIe et le XVe siècle, les auteurs ont exposé leur méthode ; l’analyse des textes fait apparaître un esprit de système particulièrement développé.

Résumé de la discussion

La discussion a porté sur les thèmes de la structure et de la finalité des encyclopédies médiévales, un genre dont la définition apparaît très difficile, parce que le terme recouvre des types d’œuvres différents. Pourquoi par exemple ne pas considérer qu’une somme théologique est une encyclopédie ? Certaines encyclopédies sont ouvertement thématiques, comme les Breviari damor. Les Specula, eux, visent à regrouper un corpus de connaissances politiques et morales de base à l’intention du prince.

À propos de la structure, le point le plus important paraît le classement de la matière. Dans les encyclopédies du monde arabe, par exemple, celui-ci n’apparaît pas de façon évidente, différents sujets s’emboîtant les uns dans les autres. Il n’y a pas d’index et les images n’aident pas le lecteur.

À propos de la finalité, elle diffère selon les auteurs. On a d’une part des compilations et d’autre part des œuvres répondant à de véritables projets, comme c’est le cas du Speculum de Vincent de Beauvais. D’une manière générale, l’encyclopédie médiévale témoigne d’une volonté de saisir le monde ; elle fait état aussi de la nécessité de tenir en respect une connaissance qui tend à déborder. On condamne la curiositas, péché par excellence. L’enjeu demeure la définition des publics : car certains peuvent, dans l’esprit des auteurs, être destinataires de l’ensemble des connaissances (cas de Thomas d’Aquin et d’Albert Le Grand), en revanche il faut, pour d’autres, délimiter un savoir fini face à des savoirs éclatés.

La variété des encyclopédies médiévales est mise en rapport avec la multiplicité des approches, différentes voies (politique, naturelle, etc.) ayant été envisagées pour appréhender la totalité du savoir.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis-dev.irht.cnrs.fr/archives/jeudis_avril.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *