Le travail de l’historien : sources antiques et médiévales dans les annales et les chroniques

(18 mai 2000)

  • Mireille Chazan (Université de Metz) − La méthode critique chez les auteurs de chroniques universelles

Les historiens du Moyen Âge répètent que la qualité fondamentale d’un récit historique, c’est la vérité. Les auteurs de chroniques universelles tentent d’atteindre cette vérité par le recours à un très grand nombre de sources et par la technique de la compilation. Or parmi les difficultés que rencontrent les historiens, il en est une qui revient quasi obligatoirement : la diversitas, discordia, dissonantia entre les sources. Ce qui provoque une controversia, fait naître une quaestio. Si tous les compilateurs sont confrontés à ce type de problème, tous ne les mettent pas en évidence. Certains ont tranché et choisi une version plutôt qu’une autre avant de rédiger ; le plus fréquemment, les historiens mettent en évidence certaines difficultés, celles rencontrées soit à propos d’un problème général (le catalogue des papes et sa datation), soit à propos de quelques cas précis ; enfin certains d’entre eux les font apparaître presque systématiquement.

Pour trier parmi leurs extraits et en tirer un récit, les compilateurs s’appuient sur un certain nombre de règles. D’abord hiérarchiser les sources en distinguant entre les sources authentiques, au premier rang desquelles figure l’Écriture, et les sources apocryphes, distinction qui renvoie aux listes du Decretum Gelasianum. Cependant cette distinction n’est pas absolument claire : d’une part, parmi les livres autorisés, figurent un certain nombre qui peuvent être lus mais avec précaution, comme les Actus Silvestri ou le Libellus de inventione crucis ; d’autre part, des historiens considèrent que les apocryphes peuvent avoir leur utilité et que c’est au lecteur de juger si l’apocryphe doit être cru ou non. Le résultat est que l’Écriture ne s’impose pas toujours et que des apocryphes peuvent s’opposer à des textes authentiques. Après les textes cités par le Decretum Gelasianum, il y a des textes auxquels l’historien reconnaît de l’autorité et qu’il cite dans son prologue ou son texte.

Les dissonantiae apparaissent quand ce sont ces textes qui s’opposent. Quels sont les procédés adoptés pour résoudre ces contradictions?

  • L’historien peut rejeter une source. Le procédé le plus simple est d’incriminer le vitium scriptoris, procédé déjà employé par Augustin et par Jérôme.
  • L’historien peut démontrer l’erreur de l’une des sources, erreur qui peut porter, selon les catégories du discours historiques définies par Hugues de Saint Victor, soit sur les personnes, soit sur les lieux soit sur les dates. Le plus fréquemment la discussion porte sur les personnes et les dates, c’est à dire que l’historien démontre l’anachronisme commis par l’une ou l’autre source. Autre possibilité pour discréditer une source, accuser son auteur de partialité. Enfin, prouver l’erreur en avançant un document irréfutable.
  • L’historien, plus souvent, se contente de jeter le doute sur une source en soulignant qu’elle est seule à fournir une information dont les autres sources ne parlent pas.

À l’inverse, une source, bien qu’isolée, peut peser lourd si son auteur se présente comme un témoin oculaire. L’historien peut tenter la concordantia

  • en montrant que les mêmes mots peuvent avoir des sens différents.
  • que les noms propres peuvent changer, un homme peut être « binomius », deux hommes peuvent porter le même nom.
  • il faut tenir compte de la façon dont l’auteur écrit et des figures de style mises en oeuvre, notamment l’anticipatio ou la recapitulatio.

Cependant il arrive souvent que les historiens laissent le lecteur choisir et se refusent à trancher.

Les auteurs des chroniques universelles, marchant sur les traces des exégètes, ont été conduits par la technique de la compilation à mettre au point une méthode pour résoudre les dissonantiae à partir d’une critique externe et interne de leurs sources.

  • Gillette Labory (IRHT) − Le règne de Richard-Cœur-de Lion dans la Grande Chronique de Normandie, le travail d’un compilateur

Roi d’Angleterre et duc de Normandie à la mort de son père Henri II (1154-1189), dont il était le troisième fils, Richard-Cœur-de Lion a occupé le trône seulement dix ans, de 1189 à 1199. Et pourtant son règne tient une place importante dans la Grande Chronique de Normandie, compilation qu’on peut dater du milieu du XIVe siècle. À l’histoire transmise par les rédactions antérieures des chroniques normandes et que la Grande Chronique reprend, le compilateur a ajouté une nouvelle source à laquelle il fait de larges emprunts. Il s’agit d’une chronique à mi-chemin de l’histoire et de la légende. Ce goût pour le romanesque que l’on perçoit à d’autres endroits de la chronique répond à l’attente du public. L’identité normande s’est en effet forgée autour d’un passé glorieux dont Richard est une figure héroïque. L’étude des ajouts du compilateur permet de retrouver quelques-uns des livres de sa bibliothèque. Elle est précédée d’une présentation de l’historiographie normande latine et vernaculaire dont la Grande Chronique est l’aboutissement.

  • Marie-Louise Auger (IRHT) − Alain Bouchart, Grandes Chroniques de Bretagne : un compilateur et sa source

Comment un compilateur, manipulant sa source, lui fait dire autre chose que ce qu’elle exprime.

Alain Bouchart1 , juriste de l’entourage du dernier duc de Bretagne, François II (t 1488), puis conseiller du roi en son Grand Conseil sous Charles VIII, enfin avocat au Parlement de Paris sous Louis XII, fut mandaté par la reine Anne de Bretagne, fille de François II, pour composer les Grandes Chroniques de Bretagne. Cet ouvrage, dont on ne connaît pas de manuscrit, fut édité pour la première fois en 1514. Il y eut ensuite quatre autres éditions au XVIe siècle, avant les éditions modernes2 .

I. Bouchart (IV, 155, 2-3) recopie un passage de Froissart (IV, 29), en le modifiant de manière à blanchir le duc de Bretagne de l’accusation de supporter Pierre de Craon à l’encontre du roi, tout en évitant de faire porter au roi la responsabilité de la fausse accusation.

Tableau2

Bouchart (IV, 41) introduit dans son récit le texte d’un arrêt du Parlement de Paris, donné à Conflans l’Archevêque dans le Val-de-Marne en 1341 (éd. Dom Lobineau, Histoire de Bretagne, t. Il, col. 486-488), accordant le duché de Bretagne à Charles de Blois et en déboutant Jean comte de Montfort. Mais il n’hésite pas à en modifier les termes s’ils ne correspondent pas à la thèse qu’il défend.

Ainsi les mots ducatum et pariam, duché et pairie de Bretagne, sont toujours traduits pays et duché, car Bouchart refuse que la Bretagne soit une pairie, ce qui obligerait le duc à faire au roi un hommage lige que le duc de Bretagne refuse. De même quand le texte de l’arrêt porte fide et homagio, Bouchart précise submission et simple homaige par opposition à l’hommage lige et il fait remonter cette coutume de l’hommage simple à un traité prétendument passé en 1231 entre le roi Louis IX et le duc Pierre Mauclerc, faux que Bouchart rapporte en 111,124-126. L’hommage était dû, selon Bouchart, du fait de la soumission du Parlement de Bretagne au Parlement de France en cas de faux jugement ou de dénégation de droit. En outre, alors que la coutume de Bretagne, qui admettait que les filles puissent succéder en droite ligne, favorisait Charles de Blois, époux de Jeanne de Penthièvre, Jean de Montfort, et après lui Bouchart, insiste pour que ce soit la coutume de France, où seuls les mâles pouvaient succéder, qui soit retenue.

Tableau3

  • Frédéric Duval (Université de Metz) − Romuleon de Benvenuto da Imola, un livre « bibliothèque »

Rédigé entre 1361 et 1364 par Benvenuto da Imola, célèbre exégète de la Divine Comédie, le Romuleon est une vaste compilation d’histoire romaine destinée à présenter sous une forme succincte les événements les plus dignes de mémoire à Gomez Albornoz, son commanditaire, trop occupé par sa fonction de gouverneur de Bologne pour lire in extenso les historiens latins. Tout en obéissant aux règles du compendium, le Romuleon s’inscrit dans le mouvement de renouveau historiographique inauguré par Pétarque. Benvenuto dut donc combiner des impératifs de vulgarisation et une critique acérée des sources. La large diffusion du Romuleon démontre amplement sa réussite. L’examen des marginalia et des mentions d’appartenance ne laisse aucun doute : cette compilation fut considérée par beaucoup comme un manuel ou un vade-mecum d’histoire romaine, qui par sa langue et par son volume remplaçait avantageusement les classiques.

En conclusion de la séance du 18 mai, Jacques Dalarun aborde les points suivants : La fonction commune des archives et des bibliothèques, puissant révélateur des institutions détentrices, est de confirmer l’autorité. Des changements dans le statut des documents ont été rendus nécessaires de ce fait, en relation avec l’insertion et le classement des documents dans les dépôts (modifications linguistiques, recopie des livres, etc.). Bien que d’une manière générale, notre approche des phénomènes soit conditionnée par la conservation ou non des documents d’une part, et d’autre part par l’inadéquation du vocabulaire que nous employons, le thème choisi archives et bibliothèques semble avoir contribué à une histoire de la production de l’écrit autant que de la conservation.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/archives/jeudis_mai.htm).

  1. E. Port, « Alain Bouchart, chroniqueur breton », Annales de Bretagne, 36, 1924-1925, p. 496-527 et 37 (1926), p. 68-101 ; M. Prevost, Dictionnaire de biographie française, t. 6, Paris, 1954, col. 1181-1182 ; J. Kerherve, « Aux origines d’un sentiment national. Les chroniqueurs bretons de la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 108, 1980, p. 202-203. []
  2. Celle de H. Le meignen, publiée à Nantes par la Société des bibliophiles bretons et à Rennes, chez H. Cailliere, en 1886, in-40, 12, p., 325 f., 58 p., précédée de A. De La Borderie, Etude bibliographique sur les Chroniques d’Alain Bouchart (1514-1541), et celle de M.-L. Auger et G. Jeanneau, B. Guenee dir., dans la collection des Sources d’histoire médiévale publiées par l’Institut de recherche et d’histoire des textes, 3 vol., Paris, 1986-1998. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *