Iconographie des archives et bibliothèques médiévales dans les manuscrits enluminés

(15 juin 2000)

Qu’enseigne l’iconographie des manuscrits hébreux sur la conservation d’archives et les bibliothèques en monde juif ?

  • Francis Richard (BnF) − Images du livre dans le monde musulman
Copie réalisée sans doute vers 1460-1465, vraisemblablement à Bagdad, pour le sultan Pîr Budâq. Paris, BnF, ms. suppl. persan 1964, f. 22v. Copie réalisée sans doute vers 1460-1465, vraisemblablement à Bagdad, pour le sultan Pîr Budâq. Paris, BnF, ms. suppl. persan 1964, f. 22v.

Cette peinture montre les deux héros, Mihr – le fils du roi – et Mushtarî – le fils de son ministre -, en train d’étudier pendant leur enfance, sous la direction d’un maître. On les voit ici dans une école (madrasa), où ils apprennent à lire, à écrire, à rédiger et à calligraphier. Outre le pupitre sur lequel on pose les livres, il faut remarquer un meuble, au fond à gauche, qui est celui où l’on range à plat les différents fascicules des copies de grand format du Coran, rare exemple de mobilier de bibliothèque figuré dans les manuscrits persans.

Copie réalisée en 1237 par Yahya al-Wâsitî, école de Bagdad. Paris, BnF, ms. arabe 5847, f. 5. Copie réalisée en 1237 par Yahya al-Wâsitî, école de Bagdad. Paris, BnF, ms. arabe 5847, f. 5.

La peinture représente la bibliothèque publique de la ville de Hulwân près de Bagdad. On note la forme du meuble à petites niches où les livres sont rangés à plat, et la manière dont le lecteur tient le manuscrit ouvert à 90 degrés.

Le monde musulman médiéval nous a relativement peu laissé de représentations de bibliothèques. Les archives ne sont semble-t-il jamais représentées, du moins dans les manuscrits que nous connaissons. Le prestige de la calligraphie se traduit en revanche par des représentations de copistes au travail (copistes de livres ou de documents).

On trouve quelques scènes de dédicace où un auteur présente son livre à un souverain. Les représentations de lecteurs du Coran ou de livres profanes sont nombreuses, et permettent de retrouver certains des instruments utilisés pour la calligraphie. Quelques évocations des artisans des métiers du livres se rencontrent ; elles ont encore trop peu été explorées par les spécialistes. Nous présenterons quelques exemples pris essentiellement dans les collections de la Bibliothèque nationale de France.

  • Claudia Rabel (IRHT) − Les bibliothèques dans l’image, l’exemple de l’enluminure

L’étude de l’iconographie de la bibliothèque médiévale (limitée ici au corpus des manuscrits enluminés) soulève au départ le problème de sa définition : au sein des très nombreuses représentations du livre dans l’Occident médiéval, comment y reconnaître une bibliothèque, à la fois contenant et contenu ? L’image médiévale ne montre qu’exceptionnellement la bibliothèque en tant que local dédié, moins rarement des aménagements architecturaux pour conserver des livres, mais fréquemment les différents types de meubles de rangement et de consultation qui soulignent le lien étroit entre écriture et lecture, notamment dans les portraits d’auteur. Quant au contenu, la bibliothèque, qui est presque toujours la collection d’un individu et non pas d’une institution, se définit à travers l’image non pas par le nombre de livres, mais par leur disposition organisée qui montre bien cette « volonté de structurer l’accumulation » rencontrée aussi dans d’autres sources. La bibliothèque peut être le sujet explicite de la représentation. Mais elle en constitue le plus souvent une « valeur ajoutée ». Figuration symbolique ou cabinet d’étude d’un auteur, l’iconographie souligne jusqu’à la fin du Moyen Âge cet autre lien fondamental que la bibliothèque continue à entretenir avec la Bible, longtemps après lui avoir emprunté sa désignation.

Bibliographie

Claudia Rabel, « L’estude d’un très noble seigneur garny a planté de pluiseurs beaulx livres. L’iconographie des bibliothèques médiévales dans les manuscrits enluminés » dans Le goût du lecteur à la fin du Moyen Âge, D. Bohler, dir., = Cahiers du léopard d’or, 11, 2006, p. 245-289.

Bible, Paris, XIIIe s. (3e-4e quart). Autun, BM, ms. 146 A, f. 1.

Bible, Paris, XIIIe s. (3e-4e quart).
Autun, BM, ms. 146 A, f. 1.

Saint Jérôme est traditionnellement représenté en tête de la Bible, en tant qu’auteur des préfaces et traducteur de l’Écriture sainte. Dans l’initiale du manuscrit d’Autun, le rapport particulier qu’il entretient avec l’écrit, tant produit qu’étudié par lui, et avec le livre par excellence qu’est la Bible (en latin, bibliotheca) est souligné ici par la présence d’un meuble de bibliothèque à trois niveaux. Dans sa figuration succincte cette images modeste annonce déjà la grande vogue au xve s. des représentations flamandes et italiennes de saint Jérôme dans son cabinet de travail rempli de livres.

Benoît de Sainte-More, Roman de Troie, Italie (Bologne ?), début du XIVe s. Paris, BnF, ms. fr. 782, f. 2v.

Benoît de Sainte-More, Roman de Troie, Italie (Bologne?),
début du XIVe s. Paris, BnF, ms. fr. 782, f. 2v.

Cette miniature est un des rares documents figurés médiévaux dans lesquels la bibliothèque intervient comme sujet explicite du récit narratif. C’est une grande armoire, apparemment maçonnée et fermée de portes en bois à vantaux articulés, ouverte ici sur une véritable ostension de livres couchés, soigneusement alignés la tranche gouttière en avant. Par la symétrie et la répétition des formes, par le rythme des couleurs l’iconographie insiste sur la bibliothèque comme ensemble structuré de livres. L’artiste a su rendre le topos de la bibliothèque, trésor de connaissances où le livre, dont l’ancienneté garantit l’authenticité de l’œuvre, est découvert fortuitement : Cornelius pointe sur le codex qui doit contenir l’Histoire de Troie, relégué tout seul dans un édicule au sommet de l’armoire.
  • Michel Pastoureau (EPHE) − Les archives dans l’image, l’exemple de l’enluminure

Si elle est presque muette sur l’organisation et la conservation des archives médiévales, l’image enluminée apporte en revanche des informations pertinentes sur la forme et la fonction des pièces d’archives. En donnant à voir, à partir du XIIe siècle, un grand nombre de lettres et de chartes, elle montre comment l’attribut premier du document d’archives est le sceau, et comment la pièce d’archives par excellence est l’acte public ; actes privés, actes notariés, registres et documents comptables sont rares dans l’iconographie. En présentant ces pièces dans des contextes précis, toujours les mêmes, elle souligne ensuite le lien très fort qui existe entre les archives et le droit. Enfin, en mettant en scène l’usage immédiat des actes et des documents, sitôt produits par les chancelleries, elle invite l’historien à réfléchir sur la notion même d’archives et à ne pas projeter telles quelles dans le Moyen Âge, sans précaution aucune, nos définitions et classifications d’aujourd’hui.

Grandes Chroniques de France. Troyes, début du xve s. Toulouse, bibliothèque municipale, ms. 512, f. 55v.

Grandes Chroniques de France. Troyes, début du XVe s. Toulouse, BM, ms. 512, f. 55v.

À partir du milieu du XIIIe s., tout acte non scellé est réputé suspect. C’est pourquoi l’image s’efforce de bien montrer les sceaux pendants ou plaqués, en exagérant leurs dimensions et, parfois, en donnant à voir un embryon de type et de légende. Le sceau devient l’attribut iconographique premier du document d’archives.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/archives/jeudis_juin.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *