Bilan et perspectives du cycle « Archives et bibliothèques »

 (15 juin 2000)

La discussion s’engage en partant du constat que la richesse des réunions n’a pas épuisé la matière. En premier lieu le cadre chronologique étudié aurait dû être élargi bien au-delà du XIIIe siècle et au moins jusqu’à la Renaissance. C’est en effet après 1300 que se mettent en place de petites bibliothèques, de petits dépôts d’archives offrant un bon angle de vue pour une étude. Il serait intéressant d’examiner quels sont les personnages qui gèrent ces dépôts, quelle formation ils ont reçue et comment évoluent éventuellement leurs fonctions. Sans considérer en son entier la période moderne qui pourra être abordée lors du cycle sur l’érudition en 2002-2003 (en particulier en ce qui concerne les historiographes et les mauristes), on aurait pu s’interroger sur le rôle joué par l’imprimerie dans la séparation archives/bibliothèques.

De la même façon, il aurait convenu d’élargir l’espace et d’étudier la situation dans les régions du sud de l’Europe, l’Italie en particulier où le sens de la conservation semble fort.

En ce qui concerne les sources d’archives, si on a bien parlé des chartriers, des cartulaires et des documents produits par les chancelleries, les livres de la pratique (registres de comptes, de délibérations, index, tables) ont été évoqués trop rapidement, ainsi que d’autres, à la charnière entre archives et bibliothèques, comme les livres liturgiques contenant à la fois annales et chartes ou les livres juratoires. Une discussion s’ensuit sur la présentation soignée et la décoration très riche de certains de ces documents. Si les réponses se trouvent autant du côté de l’histoire économique que du côté des structures culturelles, il n’en reste pas moins que les livres de comptes, les terriers, les censiers ont un rôle ontologique ; ils relèvent de l’emblème et se doivent d’exister, même si on ne les consulte pas ou plus. En revanche, les livres juratoires, sur lesquels on prête serment et qui contiennent au moins en partie le texte des Évangiles (précédant la copie de chartes ou de statuts) sont souvent dépourvus d’illustrations, mal mis en page, mal écrits sur du parchemin de piètre qualité. On se demande si la qualité du parchemin a de l’importance, dans la mesure où on prête serment sur un livre fermé, représentant la croix. Mais il est vrai qu’on peut aussi bien prêter serment sur un livre fermé – dans ce cas pourvu d’une reliure ouvragée – que sur un livre ouvert, si c’est sur l’Évangile qu’est prêté le serment.

À propos d’une enquête menée dans le diocèse de Liège, on souligne qu’un éclairage pourrait être apporté sur toutes ces questions par des études comparatives sur les documents d’archives et sur les livres de bibliothèques, menées, dans le cadre des diocèses, à partir d’une grille de dépouillement commune (support, dimension, mise en page, écriture, décor, reliure, mode de conservation).

Un autre groupe de questions porte sur la masse de documents qui nous est parvenue et sur son degré de représentativité par rapport à ce qui a existé. Quelle est la durée de vie d’un dépôt et pourquoi tels documents ont-ils été conservés plutôt que tels autres ? Dans le monde juif, la durée de vie des archives familiales n’excède pas deux générations, alors que celle des bibliothèques privées, même si elles sont importantes, n’est que d’une génération, les vicissitudes de la vie d’archives et de bibliothèques étant liées également à l’usure des livres. On connaît pourtant des exemples de bibliothèques qui se sont maintenues dans leur état ancien jusqu’à nos jours, notamment en Espagne et en Italie et en particulier les bibliothèques des synagogues de Rome, Ferrare, Pise, Livourne. Quant à la rédaction des catalogues de bibliothèques, elle est souvent venue figer (« comme un inventaire après décès ») le contenu de collections dont on voulait marquer le caractère achevé.

Par ailleurs il faut se prémunir contre l’idée qu’il n’y a que deux lieux de conservation : les bibliothèques et les archives. En effet de multiples dépôts existent au Moyen Âge, églises (sacristie, trésors, coffres des fabriques, des confréries, des chapellenies), synagogues (spécialement en Orient).

La question de fond semble relever des critères de choix pour conserver ou détruire. Ainsi à la fin du Moyen Âge, on a assez facilement détruit ce qui paraissait vieux ou inutile. Si on prend l’exemple de la bibliothèque de Cîteaux, moins de 30% des manuscrits liturgiques mentionnés dans le catalogue de Jean de Cirey au début du XVIe siècle étaient encore cités au XVIIIe siècle. En ce qui concerne les archives, le même Jean de Cirey a fait copier dans un cartulaire tous les documents du chartrier, avant de détruire les archives. Malheureusement le cartulaire est aujourd’hui perdu et l’abbaye de Cîteaux manque singulièrement d’archives.

Mais l’inutile n’est pas forcément détruit. On a pu également le remployer sous d’autres formes ou à d’autres fins (palimpsestes, feuilles de garde, ais de reliure). Dans le monde juif, l’écriture étant sacrée, on a choisi, plutôt que de détruire les documents, de les jeter dans la Genizah avant de les enterrer. Ce choix a paradoxalement permis leur conservation.

N.B. Cette communication a été publiée en 2002 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/archives/jeudis_tableronde.htm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *