Le manuscrit médiéval

Patricia STIRNEMANN

Initiale P, début de l’épître aux Galates. Épîtres de saint Paul, XIIe siècle, Évreux, BM, ms. lat. 51, f. 63v-64.

Initiale P, début de l’épître aux Galates. Épîtres de saint Paul, XIIe siècle, Évreux, BM, ms. lat. 51, f. 63v-64.

Malgré des pertes inestimables, les manuscrits en toutes langues et aux textes les plus variés nous sont parvenus par dizaines de milliers. De ce fait, le manuscrit est l’épine dorsale des études médiévales. Toute discipline puise directement ou indirectement à ses richesses, à sa matière première écrite ou figurée pour construire nos notions, nos interprétations de l’histoire.

Le manuscrit comme objet d’étude

Mais, loin d’être un porteur passif d’informations, le manuscrit possède sa propre histoire, sa propre archéologie, et fait partie de divers ensembles et contextes matériels et intellectuels qui constituent, finalement, l’histoire du savoir et de sa transmission. À moins de maîtriser ces deux aspects — le manuscrit comme source documentaire et le manuscrit comme objet d’étude — l’historien ne peut espérer atteindre la vérité intrinsèque de ses sources, comprendre leur contexte et les critiquer à bon escient. Bien plus, s’il ne tient pas compte de l’objet dans sa matérialité, il néglige toute l’humanité du livre : l’auteur et ses rédactions, le dédicataire ou commanditaire, le parcheminier, les copistes et les enlumineurs, le relieur, le libraire, les possesseurs, le bibliothécaire, le lecteur, l’usurier, le voleur.

Décrire les manuscrits

Incipit pleine page de l'Évangile de Matthieu Cambrai, BM, ms. 862, p. 57-321.

Incipit pleine page de l’Évangile de Matthieu Cambrai, BM, ms. 862, p. 57-321.

La notice constitue en quelque sorte pour l’historien l’acte de naissance d’un manuscrit ; elle contient des renseignements qui l’identifient, le rendent unique, le fixent comme objet dans l’histoire, et permettent de le comparer avec d’autres manuscrits. Elle caractérise les textes par leurs premiers et derniers mots, et, si possible, leur auteur ; elle décrit sa composition et son décor, ses techniques et ses accidents ; elle place sa naissance dans un temps et dans un espace spécifiques ou relatifs ; et elle retrace son historique le mieux possible jusqu’à présent. C’est un travail de philologue, de paléographe, d’historien de l’art, de codicologue, d’héraldiste, de liturgiste, d’archiviste. Toute la beauté d’une bonne notice réside dans l’exactitude et la concision des renseignements présentés. Devant tant de connaissances requises pour faire une belle notice, le débutant peut reculer devant le défi, mais à tort. La notice parfaite n’est pas un but inaccessible ; elle est l’objectif, à longue haleine, de celui qui veut connaître réellement ce qui s’est passé au Moyen Âge, de celui qui pour un instant veut serrer la main de l’homme médiéval.

Le manuscrit à la source des textes

Si la notice est l’acte de naissance d’un manuscrit, sa mise en place dans un stemma par l’éditeur des textes constitue son arbre généalogique, où l’on voit ses ascendants et descendants, dans la suite des copies. Ce travail permet de récupérer au mieux le ou les textes originaux de l’auteur et d’isoler et d’évaluer les interventions ultérieures. L’étude des sources textuelles permet d’apercevoir la construction intellectuelle de l’auteur, conçue à partir d’autres manuscrits, parfois rares ou uniques. Les études transversales de son décor, iconographie, codicologie, provenance rangent le manuscrit dans des contextes toujours plus larges, où apparaissent ses particularités et ses banalités.

Depuis le rouleau paléochrétien jusqu’à l’imprimé au seuil de la Renaissance, le manuscrit est en évolution constante, accueillant petit à petit des attributs matériels qui rendent sa lecture et sa consultation plus aisées. Page de titre, division en livres, en chapitres, en paragraphes, séparation et coupure des mots, ponctuation, titres et sous-titres, justification, mise en page, illustration, foliotation, notes et références croisées, indexation, table de matières, bref, toute la panoplie du livre moderne est l’héritage de l’atelier expérimental du manuscrit médiéval. Objet au cœur de l’histoire écrite et de l’écriture de l’histoire, le manuscrit ne peut livrer ses secrets les plus cachés que si l’on prend le temps de le comprendre.

Cet article (hors illustration) est paru dans le Dictionnaire du Moyen Âge, C. Gauvard, A. de Libera et M. Zink, dir., Paris, 2002, p. 876, 923-925 (article « Manuscrit »). (Les intertitres ne sont pas présents dans l’édition du dictionnaire.)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *