Autour d’Hugues de Saint-Victor : Travaux victorins à l’IRHT en 2015

Dominique POIREL

L’année 2015 a vu l’aboutissement de plusieurs entreprises de longue haleine, préparées autour de l’IRHT dans le champ des études victorines : recensement des manuscrits d’Hugues et de Richard, éditions critiques de quatre ouvrages d’Hugues, mais aussi d’un traité d’Achard dans une version inédite. Le jeudi 18 février 2016 à l’IRHT, devant un public d’une trentaine de personnes, qui comptait notamment le P. Hugues Paulze d’Ivoy, abbé général des chanoines réguliers de Saint-Victor, ce fut l’occasion de faire le point sur quatre parutions récentes, de réfléchir aux questions de méthode qu’elles soulèvent, enfin de présenter quelques projets en cours d’édition : proses d’Adam ou divers ouvrages d’Hugues de Saint-Victor.

Présentation des ouvrages parus en 2015

Sicard

 Patrice Sicard, « Iter victorinum » : la tradition manuscrite des œuvres d’Hugues et Richard de Saint -Victor

Soutien modeste mais indispensable des éditions futures, cet ouvrage est, selon une métaphore hugonienne, comparé aux « pierres de fondation qui ne se voient pas ». Comme son sous-titre l’indique, il complète les deux répertoires, publiés par Rudolf Goy en 1976 et 2005, des manuscrits d’Hugues et Richard de Saint-Victor, avec quelques insistances neuves : sur les informations que les manuscrits fournissent sur la carrière d’Hugues (comme les titres qui lui sont parfois donnés de « prieur » ou de « prévôt ») ; sur les miniatures le représentant ; et sur les « sentences » ou textes brefs (on y trouve aussi des sermons, des opuscules, des lettres), si caractéristiques de la méthode hugonienne. Alors qu’elle a fait jusqu’ici l’objet d’un respectueux désintérêt, cette littérature nous renseigne sur la méditation hugonienne : de nombreuses sentences ont leur parallèle dans des ouvrages plus amples. Elles sont les « arêtes d’une pensée qui se cristallise à un moment donné ». Cependant, leur édition et l’histoire de leur transmission soulèvent des problèmes particuliers : il importe de relever non seulement les variantes microtextuelles, mais encore la succession de ces sentences dans les manuscrits. À l’éditeur futur il reviendra d’étudier le processus alternatif de leur réunion en collections plus ou moins stables, et de leur extraction par des copistes à partir de collections déjà constituées.

Patrice Sicard, Iter Victorinum. La tradition manuscrite des œuvres de Hugues et de Richard de Saint-Victor : répertoire complémentaire et études, avec un index cumulatif des manuscrits des œuvres de Hugues et de Richard de Saint Victor, Turnhout, 2015 (Bibliotheca Victorina, 24), 904 pages.

Giraud

Cédric Giraud, Le « De vanitate rerum mundanarum » et le « Dialogus de creatione » d’Hugues de Saint-Victor

Les deux ouvrages d’Hugues publiés dans un même volume sont étroitement liés. Bien qu’il ait aussi connu une diffusion séparée, le Dialogus de creatione (imprimé dans Migne sous le titre de De sacramentis legis naturalis et scriptae dialogus) correspond en effet aux livres III et IV du De uanitate rerum mundanarum dans sa première version. Insatisfait, semble-t-il, Hugues l’a remplacé par les livres III et IV, tels qu’ils se lisent dans la version seconde et majoritaire, celle de Migne. Dans ses deux versions, le De uanitate est un dialogue : entre anima et ratio dans sa première version, entre discipulus et magister dans sa seconde, quelques manuscrits conservant la trace d’un passage du féminin au masculin et prouvant ainsi l’ordre chronologique des deux versions. Comme pour les sentences hugoniennes, il est malaisé de savoir si le Dialogus de creatione a d’abord circulé seul, puis a été intégré au De uanitate, ou s’il a d’abord été composé à l’intérieur de cette œuvre et s’en est ensuite séparé. Indispensable pour établir les faits, la méthode stemmatique ne dispense pas de les interpréter ensuite.

Cédric Giraud, Hugonis de Sancto Victore, t. IV : De uanitate rerum mundanarumDialogus de creatione, Turnhout, 2015 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis, 269), 369 pages.

D.Poirel

Dominique Poirel, Le commentaire d’Hugues de Saint-Victor sur la « Hiérarchie céleste » du pseudo-Denys l’Aréopagite

Cette édition soulevait quatre difficultés particulières.

a) Ses manuscrits étant en nombre élevé (119), le choix a été fait de collationner sur 20 % du texte les 33 manuscrits complets du XIIe siècle, d’élaborer à partir de là un stemma codicum, de le vérifier et compléter pour les 86 autres témoins, collationnés plus ponctuellement, enfin de s’appuyer sur le stemma ainsi conforté pour choisir 19 manuscrits résumant les huit branches hautes de la tradition manuscrite.

b) La reconstitution de la généalogie s’est opérée d’après la méthode frogérienne. Le choix d’un manuscrit de base aurait consacré soit le ms. victorin Vat. lat. 179, que déparent quelques centaines de leçons individuelles, sûrement non hugoniennes, soit Troyes, 551 ou Dijon 219, cisterciens et plus corrects… parce qu’ils ont été révisés hors de Saint-Victor. Une méthode uniquement fondée sur les erreurs communes aurait abouti à un résultat trompeur, car l’archétype comporte des erreurs originelles, corrigées par conjecture dans la branche cistercienne de la tradition. Seule une méthode en deux temps – examen quantitatif, puis qualitatif de la tradition – permet de poser sereinement la question de l’orientation du stemma.

c) Puisque le texte de l’archétype porte des erreurs, bien qu’aisément reconstitué grâce aux huit branches du stemma, il doit faire ici ou là l’objet de corrections par conjecture.

d) Faute d’une édition critique du texte latin de la Hiérarchie céleste, il a fallu établir celui que commente Hugues, en s’appuyant a) sur les lemmes du commentaire hugonien (quand il les cite avant de les commenter) ; b) sur le manuscrit grec qui a servi de base à la version latine érigénienne ; b) enfin sur deux manuscrits latins de cette version, apparus assez proches du texte lu par Hugues.

Dominique Poirel, Hugonis de Sancto Victore, t. III : Super Ierarchiam beati Dionisii, Turnhout, 2015 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis, 178), 748 pages.

Bulletin

Caterina Tarlazzi, Une rédaction nouvelle du « De discretione animae, spiritus et mentis » d’Achard de Saint-Victor ?

Achard de Saint-Victor (mort en 1170/1171), deuxième abbé de Saint-Victor puis évêque d’Avranches, a composé quinze sermons, transmis par au moins sept manuscrits, et deux traités : un De unitate et pluralitate creaturarum copié dans un manuscrit unique et un De discretione animae, spiritus et mentis, décrivant la « substance intérieure » de l’homme. N. Häring l’a édité d’après quatre manuscrits en l’attribuant à Gilbert de la Porrée. En travaillant sur les manuscrits documentant l’échange épistolaire entre Gautier de Mortagne et Hugues de Saint-Victor, C. Tarlazzi en a trouvé un cinquième témoin, anglais, monastique et datant du début du XIIIe siècle, mais qui offre une rédaction différente. Sur l’âme et ses facultés, le manuscrit réunit des textes ou extraits de textes d’Achard de Saint-Victor, Bernard de Clairvaux, Raoul de Flay, Gennade de Marseille et Isidore de Séville. Dans le cas d’Achard, la différence entre ce florilège et le De discretione standard est triple : l’ordre des phrases est différent ; plusieurs paragraphes du traité sont réunis dans le ms. d’Oxford ; dans chaque phrase, l’ordre des mots varie. On se demande donc si la version d’Oxford est un remaniement abrégé du texte standard, ou si elle conserve la trace d’une autre version achardienne. Quoi qu’il en soit, cette version nouvelle sera sûrement à prendre en compte pour une nouvelle édition du De discretione car, par ses accords avec les autres manuscrits, son texte confirme le caractère erratique du manuscrit de Cambridge sur lequel Häring fondait son édition.

Caterina Tarlazzi, « An Unidentified Version of Achard of Saint-Victor’s De discretione animae, spiritus et mentis in Oxford, Exeter College Library, Ms. 23 », dans Bulletin de philosophie médiévale, t. 56, 2014, p. 31-59.

Présentation des travaux en cours

Francesco Siri, édition en cours du De oratione dominica et du De septem donis Spiritus sancti d’Hugues de Saint-Victor

Les deux textes sont proches par le sujet : ils font partie de la série d’opuscules qu’Hugues a composés autour des « cinq septénaires » : sept vices, sept demandes du Pater, sept dons du Saint-Esprit, sept vertus et sept béatitudes. Ils sont proches aussi par leur tradition manuscrite, étant très souvent copiés à la suite dans les manuscrits, parfois même sans la moindre séparation : ont-ils même formé une œuvre unique ? Transcrit dans 32 manuscrits, le De oratione dominica a été publié à tort parmi les Allegoriae sur le Nouveau Testament, une œuvre de Richard imprimée sous le nom d’Hugues. Transmis par vingt manuscrits, le De septem donis Spiritus sancti a été imprimé à tort comme formant une section du De quinque septenis. Se posent donc à propos des textes écrits des questions d’authenticité, d’autonomie textuelle et, bien sûr, d’établissement du texte. Le texte étant bref, la copie minutieuse, et les erreurs flagrantes rares, on a procédé à une collation intégrale, qui, pour le De oratione dominica, fait apparaître quatre familles textuelles, dont l’une est victorine, une autre cistercienne et bénédictine. La recherche des sources est elle aussi malaisée, car au lieu de les citer littéralement, Hugues les « mâche », les retravaille et se les assimile.

Patrice Sicard, édition en cours du De assumptione beatae Mariae

Ce sermon d’Hugues pour la fête de l’Assomption aborde plusieurs thèmes spirituels : la mystique sponsale, le jardin mystique, la doctrine des sens spirituels. Les manuscrits sont nombreux, spécialement en Empire où des indications montrent que le texte a fait l’objet de lectures au réfectoire. Les variantes sont en petit nombre : il a donc fallu se livrer à une collation intégrale. Le stemma codicum, obtenu selon une méthode lachmanno-frogérienne, recoupe en partie le stemma obtenu pour d’autres écrits hugoniens. Le texte qui en découle change considérablement par rapport à celui des éditions imprimées : dans l’édition de Paris 1526, mère de toutes les suivantes, le texte d’Hugues a subi de nombreuses corrections classicisantes et additions explicatives. Observation importante pour la méthode : le De assumptione beatae Mariae avait fait l’objet d’une édition provisoire, d’après un « bon manuscrit » corrigé là où cela semblait nécessaire : toutes ces corrections, opérées par conjecture, se sont révélées erronées.

Dominique Poirel, édition en cours du De sacramentis christianae fidei d’Hugues de Saint-Victor

Chef d’œuvre théologique d’Hugues de Saint-Victor, le De sacramentis christianae fidei est son écrit de loin le plus long (450 colonnes dans Migne), et l’un des plus diffusés (environ 300 manuscrits, dont une centaine pour le seul livre I au XIIe siècle). Il était donc indispensable de mener son édition critique en équipe (Cédric Giraud, Dominique Poirel, Patrice Sicard et Francesco Siri). En 2008, Rainer Berndt a fait paraître de l’ouvrage un textus historicus, utilisant deux manuscrits anciens, le ms. privé CP 60 de l’IRHT pour le livre I ; Paris, Bibl. nat. de France, lat. 14509 pour le livre II. Une étude paléographique de Françoise Gasparri suggérait que le manuscrit privé date du vivant d’Hugues et porte ses corrections autographes. Le manuscrit étant repassé en vente, il a pu être examiné : il date du troisième quart du XIIe siècle (P. Stirnemann) ; ses corrections marginales, comblant des sauts du même au même, ne sauraient être autographes ; enfin, son texte, que déparent de nombreuses bévues de copie, est souvent inférieur à celui de Migne. D’où le besoin d’une véritable édition critique. Pour la mener à bien, nous procèderons, livre par livre, à la collation de trois échantillons importants, qui donneront lieu à trois stemmata codicum indépendants, ensuite confrontés. Le texte ne paraît pas avoir donné lieu à une pluralité de rédactions. L’ensemble devrait fournir cinq volumes au Corpus Christianorum, deux pour le livre I, trois pour le livre II.

Sylvain Dieudonné, Le prosaire parisien au XIIIe siècle, proses d’Adam de Saint-Victor, de Notre-Dame et de la Sainte-Chapelle : édition critique du texte et de la musique

Chargé de valoriser le répertoire de Notre-Dame de Paris, où il est chef de chœur, S. Dieudonné s’intéresse depuis plusieurs années aux proses d’Adam de Saint-Victor et plus largement parisiennes, genre poétique et musical complexe. Les proses d’Adam ont fait l’objet d’une excellente édition critique par Jean Grosfillier, mais pour leur seule partie littéraire. D’où le projet d’éditer critiquement le texte et la musique du prosaire parisien. Après avoir retracé l’histoire de la séquence ou prose des origines jusqu’à celles d’Adam de Saint-Victor, les nouveautés de celui-ci sont résumées : les proses sont désormais intégralement composées de vers réguliers et rimés, et donnent lieu à des mélodies entièrement neuves, sauf pour le premier vers : la rédaction de proses est donc l’occasion d’une vraie composition musicale. Les variantes textuelles sont souvent faibles ; et les variantes musicales consistent souvent en nuances ornementales, ajout de notes de passage, note déplacée d’une syllabe sur la suivante, formule diverse. Il est difficile de déterminer s’il s’agit d’erreurs de copie ou d’adaptations délibérées. Longtemps a prévalu la recherche d’une mélodie originelle et authentique ; aujourd’hui on admet qu’il y a toujours eu plusieurs manières concurrentes de chanter le même répertoire. La diversité est plus grande dans les manuscrits français que dans ceux d’Allemagne ou de Suisse. Les manuscrits victorins présentent entre eux une forte cohérence. Pour le plus grand plaisir de l’assistance, la prose Salve mater Salvatoris est donnée à entendre.

Discussions

Les discussions particulières ayant lieu après chaque intervention, c’est une réflexion plus globale que propose Jacques Dalarun dans son intervention : « A bâtons rompus »

La rencontre présente a montré qu’il existe une « école victorine contemporaine », qui a son modèle original de fonctionnement, en profonde analogie avec l’école médiévale de Saint-Victor, grâce à l’amalgame des générations, l’alternance entre la solitude et la rencontre, des contours non définis entre membres et non membres de l’IRHT, le choix de se mettre directement au travail sur les textes, sans s’attarder à répondre aux divers appels d’offre (ANR, ERC etc.).

Cette souplesse dans le fonctionnement est garantie par les liens stables du groupe avec l’IRHT, lieu de rencontre, de référence et de continuité institutionnelle. J. Dalarun se dit fier que son laboratoire puisse jouer ce rôle et faire « boule de neige » en attirant des chercheurs extérieurs. Un autre garant de la continuité est l’éditeur Brepols, par la qualité et la longévité de ses deux collections, la verte et la rouge : Bibliotheca Victorina et Corpus Christianorum.

Dans la demi-journée, Saint-Victor comme institution n’était pas étudié : il serait souhaitable que des travaux soient consacrés au coutumier victorin, le Liber ordinis édité par Luc Jocqué. C’est en effet un texte très riche, très raffiné. Par exemple, la désignation de l’abbé fait l’objet d’un chapitre extraordinaire, si on le compare aux chapitres correspondants des autres coutumiers. La cohésion communautaire y est très sensible, grâce à une présence « envahissante » de la liturgie : non pas archaïsme ni décoration spirituelle, mais exercice de démocratie intégrée, la liturgie sacralise l’élection comme procédure. J. Dalarun émet le souhait que le substrat institutionnel soit à l’avenir davantage présent dans l’histoire de la pensée victorine.

Au fil des interventions apparaît une leçon de méthode sur les étapes du travail historique : recensio codicum, construction du stemma, établissement du texte, commentaire. Les auteurs ont écarté la tentation totalitaire : 50 ans pour recenser les manuscrits, 50 ans pour éditer les textes, et seulement après leur étude doctrinale… Au contraire, ils mènent de front toutes les étapes du travail : car l’édition même n’est pas séparable de l’interprétation de l’œuvre.

Le recensement des manuscrits est un travail obscur, mais qui soulève déjà des questions essentielles sur la genèse des œuvres : les sentences sont-elles tirées des écrits d’Hugues, ou sont-elles à l’inverse le laboratoire dont ils proviennent ? L’édition critique introduit à une sorte de « présent de l’événement passé ». Oubliant ce qu’il sait sur la fin de l’histoire, l’éditeur est cet historien qui se penche sur l’épaule de l’auteur en train de rédiger. Lui-même s’inscrit ainsi dans la continuité des copistes, voire de l’auteur retravaillant son propre texte : c’est pourquoi il importe de rééditer le De discretione d’Achard dans ses deux versions. Au contraire de l’édition de texte, l’édition musicale est orientée vers la performance, en l’occurrence liturgique. Les variantes textuelles dans le prosaire n’en sont pas moins essentielles : tandis que, dans la tradition de Notre-Dame, la Vierge était désignée comme mediatrix hominum, elle est qualifiée, dans les manuscrits victorins, de restauratrix hominum, en conformité avec le discours de toute l’école victorine du XIIe siècle qui, au terme de reformatio ou renovatio de l’ecclesia, de la société ou de l’individu, préfère toujours le terme de restauratio.

À propos des œuvres, celles d’Achard moins connues méritent l’attention. Son De unitate est typique d’une « ébullition trinitaire » au XIIe siècle, d’Abélard à Latran IV. Il vaudrait la peine d’étudier ce phénomène historique et ses causes : raison endogène ? disputes interconfessionnelles ? accroissement de l’exigence logique ? Il faudrait écrire une histoire trinitaire du XIIe siècle. De même, le De discretione d’Achard frappe par sa façon de distinguer l’homme de Dieu, des anges et des animaux en ce que sa substance intérieure est « triple » : anima, spiritus, mens. Les animaux ne bénéficient que de l’anima, Dieu que du mens, les anges du mens et du spiritus. Seul l’homme possède ces trois facultés. Alors qu’il est souvent défini par ce qui lui manque, ici il est défini par la pluralité de ses facultés, seul être à atteindre l’harmonieuse triade anima, spiritus, mens. Pour plagier un titre célèbre, on ne peut nier que « le victorinisme est un humanisme ».

Image en Une : Initiale D au « De sacramentis », Paris, Bibl. Mazarine, ms. 729, f. 38v.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Wonderful work you all have done. Congratulations and thanks! Wish I could have attended…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *