Les manuscrits de la cathédrale de Messine dans la bibliothèque du duc de Uceda

Donatella NEBBIAI

La séance du 18 mars 2016 du Séminaire d’histoire des bibliothèques anciennes, animée par Valeria DE FRAJA (Istituto storico italiano per il Medioevo) et par Elisabetta CALDELLI (Biblioteca Vallicelliana, Rome), avait pour thème « Les manuscrits de la cathédrale de Messine dans la bibliothèque du duc de Uceda ». Formée par son propriétaire, 4e duc de Uceda, tout au long de sa carrière, cette collection est entrée dans la Biblioteca real après la saisie par le roi Philippe V lors de l’expropriation des biens des nobles qui avaient soutenu son rival lors de la guerre de Sécession espagnole (cf. M. Martin Velasco, « La biblioteca del IV duque de Uceda. Una coleccion europea entre el barroco y la ilustracion », dans Teka Kom. Hist. OL PAN, 2009, p. 219-232.

Bibles glosées en Channel style, Madrid, BN, ms. 206.

Bibles glosées en Channel style, Madrid, BN, ms. 206.

Ancien ambassadeur d’Espagne à Rome, le duc de Uceda était ensuite devenu vice-roi en Sicile. Il demeura à Messine entre 1687 et 1696. Obligé de quitter la ville et l’île à la suite d’une révolte des citoyens contre l’occupant espagnol, Uceda fit emporter un grand nombre de documents d’archives et surtout, ses livres et ses manuscrits. L’inventaire, dressé en 1692, en subsiste. Il a été dressé par Johannes Silvester, bibliothécaire du duc. Il décrit les ouvrages, essentiellement juridiques et historiques, que le duc avait acquis pour ses intérêts professionnels. Cependant le document s’ouvre avec la description d’un important ensemble de manuscrits grecs et latins, qui paraît étranger au reste de la collection.  En font partie des textes classiques et médiévaux de contenu historique et littéraire (Pline et Dante entre autres), des ouvrages de médecine, des livres liturgiques et surtout de nombreux ouvrages bibliques et exégétiques.

Manuscrit sicilien ? Madrid, BN, ms. 219.

Manuscrit sicilien ? Madrid, BN, ms. 219.

C’est au sein de cet ensemble que l’on reconnaît les manuscrits provenant de la cathédrale de Messine. V. de Fraja retrace l’histoire de cette bibliothèque, qui s’est formée à partir du XIIe siècle. Les manuscrits entrent grâce aux commandes des chanoines et aux dons de quelques importants ecclésiastiques séjournant dans l’île, l’un des plus célèbres étant l’archevêque Richard Palmer (+ 1190). Celui-ci a notamment commandé vers 1160 une collection de 17 bibles glosées (glose ordinaire). Par la suite, jusqu’au XVe siècle, la bibliothèque s’enrichit le plus souvent au hasard des dons ; aucune véritable politique d’acquisition ne semble avoir été pratiquée. La cathédrale a alors récupéré, par exemple, les livres de l’humaniste Costantino Lascaris, qui avait initialement projeté de fonder une bibliothèque publique pour la ville. Elisabetta Caldelli analyse les caractéristiques codicologiques et paléographiques des manuscrits des XIIe et XIIIe siècles conservés. C’est entre 1130 et 1160 que des livres copiés en Italie centrale sont parvenus à la cathédrale (bibles en atlas en particulier), tandis que les manuscrits décorés en Channel Style ont dû arriver en Sicile autour de 1170, et sans doute dès 1166, à l’occasion des préparatifs du mariage entre Jeanne, fille du roi anglais Henri II, sœur de Richard Cœur de Lion, et de Guillaume II, roi de Sicile. Il est difficile d’affirmer que la cathédrale a possédé son propre scriptorium, mais d’après l’écriture des manuscrits subsistants, d’étroits liens existent avec la production écrite sicilienne du XIIe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *