Séminaire d’Histoire de Paris du 15 avril 2016 [6] : Circulations économiques et curiales

Alain Salamagne, « Circuler autour du château : l’exemple du Louvre »

Le problème de la circulation autour du Louvre est un sujet difficile à traiter puisque le château médiéval a été modifié et détruit par les constructions ultérieures.

Le problème des circulations autour des châteaux est un aspect peu étudié en France, mais davantage en Angleterre. Le château de Bodiam dans le Kent a été construit en 1385 par un seigneur de retour de France où il avait amassé un butin considérable. Il a obtenu une licence de fortification, ce qui lui a permis d’édifier une des plus grandes forteresses d’Angleterre avec une série d’éléments de terre situés dans une cuvette interprétée comme une adaptation à l’artillerie à feu. Lors des fouilles, ces terrassements ont pu être identifiés comme les aménagements de jardins. Le château de Bodiam apparaît donc comme un château d’apparat avec des ouvertures de tir qui ne servent à rien ! A été mis en place un système de circulation indirecte autour du château, avec une véritable scénographie des parcours et des lieux de promenade, ainsi que des viviers pour recréer un espace imaginaire autour du château dont les tours se reflètent dans les eaux. C’est la mise en scène de l’image du château-fort.

Cet exemple montre qu’il est nécessaire de faire une interprétation des circulations autour du Louvre. Toutefois, sur le Louvre de Charles V, la documentation est réduite, même si des fouilles ont été réalisées sous Napoléon III, puis entre 1983 et 1986. Les documents produits au XIXe siècle sont plus précis que les plus récents, et l’image du Louvre reste très partielle. Sont visibles aujourd’hui, une partie des escarpes de la puissante tour maîtresse de Philippe Auguste et des contreforts qui soutenaient la grande vis.

Ont travaillé sur le Louvre, mais sont parvenus à des conclusions différentes à partir des mêmes documents :

  • Mary Whiteley, « Le Louvre de Charles V : dispositions et fonctions d’une résidence royale », Revue de l’Art, 1992,97-1, 60-71
  • Alain Salamagne. « Du Louvre à Saumur, châteaux angevin ou châteaux des Valois ? », dans : Archeologia dei castelli nell’Europa angioina, secoli XIII-XV, Medioevo scavato, 5, 2011, p.58-66. Id., « D’Ardres au Louvre : la distribution des espaces dans le château français », dans : Journées d’étude : Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne, XIIIe-XVIesiècle, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2012, p.177-196. Id. « Lecture d’une symbolique seigneuriale, le Louvre de Charles V», dans Patrick Boucheron et Jean-Philippe Genet, Marquer la ville. Signes, empreintes et traces du pouvoir dans les espaces urbains (XIIIe -XVIIe siècle), Actes du colloque de Rome, 10-12 décembre 2009, Publications de la Sorbonne/École française de Rome, 2013, p. 61-81.

Les autres sources utilisées sont des sources iconographiques : Les très riches heures du duc de Berry (Chantilly, Musée Condé, ms 65) qui sont un document exceptionnel, puisque c’est la première fois dans histoire de l’art que des édifices sont représentés avec une telle précision. Nous disposons ainsi d’un portrait véritable des châteaux royaux du Louvre, de Vincennes, de la Cité puis des châteaux qui appartiennent au duc de Berry (Lusignan, Dourdan etc.). Le Louvre est représenté avec une image de la ruralité. Ces miniatures sont datées de 1410-1415 avec une reprise vers 1450 (cf. le système de l’ombre projetée des personnages). Pour le Louvre, la miniature est d’un extrême intérêt pour la représentation du château de Charles V. Le roi décide de reconstruire le Louvre dès le début de son règne, puis il s’occupe de Vincennes. Le Louvre est d’abord le château de Philippe-Auguste (en 1190, la grosse tour est construite, puis dans la décennie 1200-1210, une enceinte est édifiée, ce qui donne le modèle du château-fort philippien qui se diffuse au XIIIe siècle). Le Louvre se trouve aux portes de l’enceinte dite de Philippe-Auguste et à proximité du Palais de la Cité. Il est donc à proximité des lieux du pouvoir. Dans le Palais de la Cité, se trouvent les fonctionnaires du roi. Alors que le Louvre de Charles V a principalement une fonction résidentielle ou de représentation. Les détails de la miniature des Très riches heures sont précis et corroborés par une série de comparaisons. Le plan de l’édifice ancien est conservé et un niveau est ajouté avec des combles qui ont une importance essentielle dans la circulation, notamment celle du souverain (cf. Christine de Pizan). Les parties hautes du château sont le lieu privilégié du monarque jusqu’au début du XVIIe siècle. Le surgissement d’un château nouveau dans un espace détruit marque la réaffirmation du pouvoir royal.

Deux autres documents représentent le Louvre : le Retable du Parlement de Paris (Musée du Louvre) (vers 1453-1454) et le Retable de Saint-Germain-des-Prés (Musée du Louvre) (vers 1490-1500). C’est le front sud du château qui est privilégié. Le peintre devait se situer au niveau de l’hôtel de Nesle (qui appartenait au duc de Berry). Ces documents posent problème malgré des liens qui les rapprochent. Les berges paraissent maçonnées, alors qu’on affirme que c’est François 1er qui les a aménagées, visiblement un système de quai (cf. France Bourbon).

Le Louvre médiéval a été progressivement détruit, notamment sous François 1er. Au début du XVIIe siècle, le côté nord et le côté oriental étaient encore conservés, avec la présence au nord de jardins médiévaux. La basse-cour a disparu au début du XVIIe siècle et la muraille a été détruite.

Sur le plan du Louvre reconstitué, apparaissent les innovations introduites par Charles V : des aménagements de pièces résidentielles et de lieux de représentation. Dans l’aile nord, les pièces de pièces de représentation sont construites sur deux niveaux. On accédait aux appartements par la grande vis hors-œuvre : le logis de la reine se trouvait au rez-de-chaussée sous l’étage du roi. Dans les tours, des études se trouvaient en fin de parcours, selon le principe qui veut que plus la pièce est privative, plus elle se trouve en fin de parcours. Dans le logis du roi, se trouvait la salle du conseil. Comme le roi et la reine changeaient d’habits en fonction des circonstances, il était nécessaire d’avoir une garde-robe à proximité.

Restitution de l’environnement du Louvre :

  • Un canal qui reliait le Louvre à la Seine (comblé sous François 1er, mais sur le plan de Truchet, on voit encore son départ), avec à côté une sorte d’exutoire (un égout pour rejeter les eaux usées). On trouvait une aile au sud qui abritait les cuisines, le garde-manger et les offices avec des fenêtres étroites (fonction de service). Le canal pouvait servir à approvisionner le château.
  • Une basse-cour limitée par enceinte de Philippe-Auguste jusqu’aux environs de l’église St-Nicolas, avec une porte.
  • Des petits jardins à l’ouest avec des bâtiments comme la fourrière, la fauconnerie.
  • Au nord, les grands jardins.

Les circulations intérieures et extérieures sont liées. A partir de la fin du XIVe siècle, s’observe une ségrégation des différents parcours en fonction du rang des personnages, d’où la multiplication des escaliers en vis et la variation de leurs dimension. Les escaliers étroits sont les escaliers de service et diffèrent des grands escaliers (dont la grande vis). Les deux escaliers principaux sont : la grande vis avec un décor héraldique, symbolique et ostentatoire et la vis de la fauconnerie dans la tour où se trouvaient les faucons royaux, qui est une vis privative qui desservait les appartements du roi et de la reine.

Concernant la circulation des ambassadeurs (cf. Froissart, l’accueil d’une ambassade anglaise en 1390), ces derniers arrivent à la porte est et mettent pied à terre. Ils sont alors accueillis, et entrent dans la grande cour pour contourner la tour jusqu’à la grande vis. Ils montent cet escalier sans traverser le logis de la reine et accèdent au logis du roi, où ils sont accueillis dans la chambre de parement par le roi (vérification des lettres avant de donner la parole aux ambassadeurs). La chambre de parement est visible dans une miniature de Jean Fouquet qui représente la remise de l’épée de connétable à Du Guesclin par Charles V (Grandes chroniques de France, vers 1470, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. français 6465, fo 434v). La richesse du décor participe de la définition des espaces.

Comment le roi circulait-il ? L’entrée du roi, acclamé par la foule, se fait sur un destrier, jusqu’à un montoir (podium de 2 à 4 marches qui permet au roi de monter dignement sur son destrier). Les circulations se font à cheval noblement ou par l’eau, comme lors de l’accueil de l’empereur Charles IV en 1378 par Charles V. C’est le moyen le plus plaisant pour gagner le Louvre depuis le Palais de la Cité. Dans ce palais, les appartements privés du roi et de la reine sont sur les jardins, avec la présence d’une galerie de treilles dans le jardin qui permet de gagner une porte sur la Seine pour pouvoir accéder au bateau. L’empereur se déplace dans une chaise portée par des chevaux. Le roi est à côté de lui et lui montrer le nouvel édifice. Il se fait le guide pour présenter à l’empereur le château. Le Louvre est un élément de propagande de l’imagerie royale : le roi est empereur en son royaume.

Seul le roi a le droit de pénétrer à cheval dans un château royal, mais il n’est pas sûr que Charles V ait procédé de cette manière pour entrer au Louvre. Il y a un accès à partir du Sud-Ouest dans une basse-cour fermée par une porte vers les écuries (à proximité d’un point d’eau). Le roi mettait pied à terre rapidement (montoir du roi). Il entrait par eau ou par voie de terre jusqu’à la porte des jardins (en évitant Paris).

Y avait-il un accès secondaire au sud ? Une grande partie des pièces privatives (librairie) se trouvait au niveau supérieur du Louvre. Les galetas sous les combles sont richement ornés. Le roi circule par les parties hautes : on trouve une galerie haute couverte jusqu’au châtelet du sud où se trouve l’armurerie du roi. Une fenêtre encadrée par les statuts du roi et de la reine servait de lieu où le roi pouvait se faire acclamer. Il y avait peut-être un accès au montoir directement à partir de la tour du Sud-Ouest. De toute façon, il existait une série de parcours réservés pour le roi.

Quelques remarques sur cet environnement et sur la proximité du château et des jardins. Charles V a fait traduire le traité de Pierre de Crescent sur l’art des jardins. Au départ, les jardins de la reine et les jardins du roi étaient séparés. Il existait des jardins privatifs à l’usage exclusif du roi élaborés selon une trame géométrique avec des allées bordées par des treilles avec à l’intérieur la présence de carrés avec des plantes aromatiques, des fraisiers et un potager. Ces jardins s’ouvraient directement devant la chambre du roi et de la reine (jouissances olfactives). Ce sont des jardins de senteurs et de couleurs. Les grands jardins sont des espaces diversement occupés par la végétation. On a reconstitué avec le végétal une grande salle avec la présence des chaires du roi et de la reine pour présider à des assemblées. Le jardin est vu comme une prolongation de l’espace du château et est conçu en miroir. À l’intérieur de la salle végétale, se trouve une motte de terre avec un pont rappelant les origines du château. C’est un espace de représentation officielle.

La distribution du Louvre est déterminée par les servitudes des accès dans une ville très peuplée avec une possibilité de sortir du cadre urbain, d’où l’aménagement des jardins. Des cheminements spécifiques et particuliers sont mis en place selon les conditions sociales des gens qui veulent entrer ou sortir du Louvre.

Discussion :

Boris Bove (BB) : Cette contribution permet une remise en perspective de la situation du Louvre par rapport à Paris. Les circulations évitent la ville, comme le montre l’utilisation de l’eau ou l’entrée par l’ouest. Les murailles (ancien chemin de ronde) de Philippe-Auguste étaient utilisées pour les circulations princières à la fin du XVe siècle, comme le montre M. Whiteley. Les hôtels aristocratiques se rejoignent par l’ancienne muraille et cela évite la ville. Le roi ne prend jamais entrée de la ville, ce sont les ambassadeurs qui empruntent cette entrée. Le grand jardin est une projection végétale de la grande salle et permet de tenir des assemblées de plein air, ce qui est courant. cf. sous Philippe IV, certaines des grandes assemblées se font dans les jardins. On a également le topos de Joinville sur saint Louis qui rend la justice sous son chêne à Vincennes.

Alain Salamagne (AS) : René d’Anjou tenait des réunions dans les jardins en Provence.

BB : le goût de Charles V pour les jardins est-il quelque chose de neuf ? Est-ce une rupture par rapport à ses prédécesseurs ? C’est le premier roi citadin, mais il aime les jardins.

AS : Les sources anglaises du XIIIe siècle sont très développées sur ce fait. Le château médiéval est considéré comme une maison de plaisance, avec une ouverture sur l’extérieur. La fermeture s’observe à cause de la guerre de 100 ans en France. Charles V a connu les problèmes de la guerre et de la peste. Les jardins répondent à l’idée qu’un air pur pouvait préserver des maladies. Les élites fuyaient la ville au moment des épidémies.

BB : Cet attrait pour les jardins est paradoxal, puisque c’est le moment où les rois deviennent citadins.

AS : Vincennes est un château dans la forêt. Le Louvre est à deux pas de la campagne.

BB : Il n’y a pas d’abandon des faubourgs de Paris pendant la guerre de 100 ans. Les maisons sont ruinées, mais la reconstruction a été rapide. Paris n’a pas été assiégé pendant cette période.

AS : A Orléans, les faubourgs ont été détruits.

Caroline Bourlet (CB) : Après la grande peste, il y avait de nombreux terrains vagues, mais le réaménagement a été rapide grâce aux arrivées de population des villes alentours.

AS : Des fouilles dans les faubourgs du Mans ont permis la mise au jour des destructions.

CB : Personne n’a essayé de prendre Paris pendant la guerre de 100 ans. La densité de population était très forte au début du XIVe siècle. À l’intérieur des murailles, on peut estimer qu’il y avait 600 habitants par hectare.

AS : Dans les villes du nord, comme Arras ou Douai, les espaces vides sont nombreux (présence de terres noires). Charles V fait renforcer autour de sa personne la garde, sûrement à cause du contexte. Le château du Louvre n’est plus un château fort, mais il peut être contrôlé. C’est un espace sous surveillance. La personne du roi est mieux gardée que dans le Palais de la Cité.

CB : Charles V s’installe au début de son règne au Louvre, alors que Philippe IV résidait au Palais.

BB : Y a-t-il la présence de lices pour les tournois au niveau du Louvre ? À l’époque de François 1er, elles se trouvent au Sud du Louvre entre la muraille de la basse-cour et le château. Une poterne permet d’accéder à la Seine.

Benoît Descamps (BD) : Est-on sûr des proportions sur la peinture des frères de Limbourg ?

AS : Il y a une prise en compte de la perspective, comme pour le château de Melun-sur-Yèvre.

BB : La maquette qui est au Louvre et qui reprend cette image présente un château très haut.

AS : Les détails sont précis, avec sans doute une volonté de réalisme.

France Bourbon (FB) : mène un travail sur les quais de Paris et remarque une distorsion entre les sources iconographiques et les sources textuelles. La définition du quai est vague, et il n’est pas sûr que tous les quais soient maçonnés.

AS : Il n’a pas de quai sur la Loire sur laquelle circulent des bateaux à fond plat. Les travaux des quais dans les villes du nord (Amiens, Bruges) représentent 50% des budgets dans les comptabilités de la fin du Moyen Âge.

CB : Où habitaient les portiers, les arbalétriers, les gens du guet rencontrés dans les rôles de taille ? Ils semblent loger dans le Louvre. Vivaient-ils à l’extérieur du côté de la basse-cour ? Les rôles de taille ne disent pas où ils se trouvent.

BD : Les tours sont-elles habitables comme à Vincennes ?

AS : Ce sont des espaces accessoires.

BB : Un logement existe dans la tour du Chastel de Bois. Cf. Christine de Pizan. C’est une sorte de logement administratif.

CB : La porte Saint-Antoine (Bastille) sert à protéger Vincennes de Paris. Le roi se méfie de la ville.

AS : Les pièces d’artillerie sont tournées vers le faubourg Saint-Antoine. cf. Vauban pour Lille.

Charlie Chagny, « Les circulations économiques à partir des tarifs de péages en Ile-de-France »

Le terme de péage apparaît au XIe siècle mais coexiste avec d’autres droits qui taxent la circulation, que ce soient des droits anciens qui font partie des regalia (tonlieu, rivage ou pontonnage), ou des droits qui se mettent en place autour de l’an mil (travers, péage ou coutume). Les tarifs médiévaux affichent des termes très différents dans leurs intitulés allant du nom de droit à la simple évocation de « passage » ou de « pont ». Il est plus exact d’utiliser le terme de « droit ou de prélèvement sur la circulation » pour se référer au concept actuel de péage. La diversité des appellations ne doit pas éclipser la similitude des tarifs : tous se composent d’une liste qui associe un bien ou un moyen de transport à un prix de taxation en fonction d’une quantité, parfois distingués par une qualité. L’intérêt d’une étude portant du XIe au XIVe siècle est de porter un regard diachronique sur ces tarifs et, par leur intermédiaire, celle de la circulation des biens. Le cadre de la recherche prend pour centre Paris et s’étend jusqu’aux premières villes importantes bordant cet espace géographique, soit un espace un peu plus étendu que l’Ile-de-France actuelle. Les tarifs sur la circulation ont été compilés à la suite de divers sondages aux Archives nationales (H4, P, K) et aux Archives départementales. Vingt tarifs composent le corpus sur lequel s’appuie cette étude :

  • quinze tarifs permanents : les tarifs stables des grandes villes franciliennes constitue la base de cette étude (Bruyères-le-Châtel, Etampes, Gournay-sur-Marne, L’Isle-Adam, Melun, Montlhéry, Nangis, Paris, Poissy, Pontoise, Saint-Denis, Trilbardou).
  • deux tarifs permanents mais préférentiels : la coutume de l’eau de la Roche-Guyon concerne les habitants de la ville de Mantes ; le péage de Melun donne des avantages aux habitants de la ville.
  • trois tarifs temporaires : deux sont des aides servant aux finances royales en temps de guerre et un autre est un tarif d’une année pour l’aménagement du port de Paris.

Peut-on accéder à la structure des échanges via les tarifs de prélèvement sur la circulation ?

La coutume, cadre juridique des prélèvements sur la circulation.

Les tarifs sur la circulation s’intitulent différemment (péage, travers, coutume, passage, etc.), mais sont tous inclus dans la catégorie juridique de la coutume. Cette relation peut figurer dans le titre, dans son préambule ou au sein du tarif. C’est le cas même quand cela n’est pas précisé et ce lien juridique est établi par un document de l’abbaye de Saint-Denis dans lequel il est précisé « que selon raison et la general et notoire coutume du royaume de france » tout seigneur peut « prendre peages pavages forages vinaiges rouages tailles et autres primeutes et redevances quelques elles soient ». Ces tarifs sont des droits seigneuriaux qui suivent les mêmes règles de production de l’écrit que le droit coutumier. Celui-ci est avant tout oral et connait des spécificités territoriales. Le passage par écrit a eu lieu au XIIIe et XIVe siècle par des compilations de spécialistes du droit. Ces recueils, plus ou moins commentés, ne représentent jamais l’ensemble du droit. Il y a peu de mention de droit sur la circulation au sein des coutumiers, surement du fait du petit nombre de litiges à son propos, mais des liens ne peuvent être nié entre prélèvement sur la circulation, coutume et institutions féodales. La mise en place concrète de ces droits est liée à la mise en place de la seigneurie et plus précisément à l’exercice de la justice aux alentours de l’an Mil. Les tarifs ont souvent étonné les historiens par leur apparente irrationalité. Leur composition (de même que pour la rédaction des coutumiers) n’a pas pour cause une rationalisation du droit ou une publication des informations économiques, mais est liée à des évènements particuliers. Ainsi, le tarif de Gournay-sur-Marne est mis par écrit à l’occasion de son transfert en tant que douaire à la reine de France. Ceux de Pontoise et celui de l’Isle-Adam appartiennent au livre de raison de l’abbaye Saint-Martin de Pontoise écrit au XIVe siècle. Le péage du petit pont de Paris nous est parvenu à travers Le Livre des métiers d’Etienne Boileau. Le premier droit de travers de Saint-Denis nous est parvenu parce que le roi de France étend à l’année complète un droit de perception sur la circulation qui existait pendant une semaine lors de la foire. Pour en comprendre la composition il faut avoir en tête qu’il s’agit de documents dictés souvent par les agents qui s’occupent de la perception de la taxe, parfois par consensus du groupe (procédure employée pour les litiges coutumiers). Il faut également avoir à l’idée que les items s’organisent souvent selon le mode de production médiéval, à savoir les métiers. Ceci explique une partie des redites, l’imbrication de précisions de certains tarifs, ainsi que la dispersion d’éléments semblables à l’intérieur d’un même tarif. L’inclusion des tarifs au sein des coutumes a pour corolaire la fixité de la taxation dans le temps. Un exemple va dans ce sens. Deux tarifs de Pontoise proviennent du même registre. Leur place et l’écriture permettent de les dater du premier tiers et du second quart du XIVe siècle. Sur la trentaine de biens taxés dans le premier tarif, tous se retrouvent dans le second. Il y a très peu de changements dans les prix. Le véritable changement est l’apparition de treize nouveaux items.

Généalogie des tarifs et essors commerciaux.

Si on combine fixité de la taxation (due à son caractère coutumier) et inflation, on assiste à la baisse marginale de la rente seigneuriale lié aux prélèvements sur la circulation, bien que ce revenu puisse croitre ou rester stable par une hausse du commerce. Deux mesures observées peuvent être prises par les seigneurs pour contrecarrer cette baisse tendancielle. La première est de faire varier les mesures, la seconde est de procéder à de nouvelles taxations. Il en résulte des couches successives de taxes qui permettent, lorsqu’elles sont identifiées, d’appréhender l’évolution de la circulation économique. Puisque les tarifs résultent d’une accumulation successive de taxes, elles ne renseignent pas nécessairement sur ce qui passe au moment de leur mise par écrit mais sur ce qui a pu circuler. Seuls les tarifs temporaires nous donnent une idée de la circulation réelle des biens, mais il faut garder à l’esprit que ces impôts résultent de choix et n’ont jamais la vocation de faire la liste de tous les biens qui transitent. Le type de taxation le plus ancien est le plus simple. Il se met en place au XIe siècle et ne taxe que les moyens de transport sans distinction de ce qui est transporté. Le tarif le plus ancien connu pour le Bassin parisien date de 1118 et appartient à l’abbaye de Saint-Denis. Il taxe charrette, chariot, cheval et âne mais aucun bien n’y est spécifié. Ces éléments de taxation par moyen de transport, avec en plus ce qui est porté à col ou transporté dans les nefs, restent le principal moyen de taxation dans tous les tarifs. En effet, même dans ceux qui paraissent plus complexes, détaillant de nombreux produits au XIVe siècle comme celui de Gournay-sur-Marne avec environ 450 Items différents, on peut réduire la majorité des taxations à cette seule variable. Par exemple, à Gournay-sur-Marne, une partie des charrettes est taxé 2 sous contenant 35 produits fort différents comme par exemple de la mercerie, des draps, de la fourrure, du miel, du suif ou de l’étain ; une autre partie des charrettes est taxée à 6 deniers contenant 25 produits différents dont du pain, de la guède, de l’argile, du sel ou encore des merrains. Dans tous les tarifs permanents, on perçoit toujours ce tarif primitif basé sur ces moyens de transports. Il est difficile de pouvoir dire ce qui circule à partir de ces seuls documents. Il est évident que tout type de produit circule mais en quelle quantité ? Les XIe et XIIe siècles semblent charrier principalement des produits agricoles. Deux tarif préférentiels de la fin du XIIe siècle pour Mantes et Poissy et un temporaire de 1216 à Paris mettent en évidence quelques produits dont les médiévistes ne s’étonneront pas : vin, sel et poisson et dans une moindre mesure, foin et grains. Ce sont également ces produits qui ressortent dans les taxations sur la circulation par des mesures de taxation qui leur sont spécifiques dans certains lieux ou par des tarifs où ils sont seuls concernés (prélèvement sur le sel ou sur le vin).

Dans les tarifs de la fin du XIIIe siècle, une spécialisation des produits semi-finis à destination de l’artisanat ou du secteur manufacturier apparaît. On y voit des taxes sur différents métaux ou différents éléments nécessaires à la confection du drap (laine, suif, plantes tinctoriales). Le tarif d’Etampes de 1298 est un parfait exemple de l’existence de couches successives de taxation. On y retrouve pour une grande part une taxation qui s’effectue en fonction des moyens de transport, des biens agricoles spécifiquement taxés et l’apparition des produits à destination des métiers. Ces éléments bénéficient parfois de taxations spécifiques plus chères mais parfois restent aux taux du tarif primitif. Ce qu’il faut remarquer, c’est surtout la plus en plus grande précision des énumérations des biens liés aux entreprises manufacturières entre le XIIIe siècle et le XIVe siècle. Le tarif temporaire de 1296 qui taxe toute circulation dans la vicomté de Paris détaille une grande diversité de biens et de provenances à destination du secteur manufacturier. N’ayant pas de tarif primitif, les mesures de taxation ne sont pas faites en fonction des moyens de transport mais en fonction des mesures usuelles de vente (aulne, balle, cent, millier, etc.). Au delà de cette unité structurelle générale, il existe des différences économiques qui expliquent les spécificités de chaque tarif. Cela ne signifie pas qu’au XIVe siècle, les mêmes biens ne circulent pas partout, mais que l’importance de cette circulation pousse ou non les seigneurs et communautés à de nouvelles taxations. Paris, en tant que grand centre productif, a les tarifs les plus précis sur les biens manufacturés. Le tarif de seigneuries rurales (comme celui de l’Isle-Adam) taxe drap et mercerie, mais les détails se concentrent sur les produits alimentaires et surtout sur les produits destinés à l’artisanat seigneurial (métal, parties de tonneaux pour le vin).

L’évolution des tarifications n’est pas équivalente à l’évolution réelle de la circulation. Des biens taxés ne circulent plus, de nombreux biens ne sont pas taxés. Trois étapes de taxation peuvent être distinguées. La première est une taxation très générique sur les moyens de transport ; la deuxième est une diffusion aux biens de consommation agricoles les plus courants. C’est le signe d’un premier essor commercial avant le XIIe siècle. La troisième étape est liée à l’importation de produits bruts et semi-finis à destination de l’artisanat et du secteur manufacturé. Ce second essor est lié à l’artisanat seigneurial et rural et aux métiers dans les grandes villes d’Ile-de-France. Il faut noter l’absence de produits finis pour la consommation (tels les vêtements) qui sont produits localement sur demande par les différents métiers.

Organisation sociale et système d’économie d’échange.

Les catégories sociales sont importantes pour comprendre qui est assigné ou non au paiement de ces taxes. Le schéma trifonctionnel est mis en avant dans certains tarifs. Nobles (bellatores) et clercs (oratores) sont exemptés, seuls les laboratores sont soumis à ces taxes et certains tarifs insistent sur ce point. Il faut cependant insister sur le fait que si les clercs et nobles sont exempts, c’est uniquement pour les biens non destinés à la vente. En réalité, les exemptions ou rabais sont nombreux et rendent compte plus du statut social que d’un ordre. Le droit de bourgeoisie à Paris exempte les privilégiés du paiement pour les biens destinés à leur usage, comme les clercs et les nobles. Il ne faut néanmoins pas considérer la bourgeoisie comme un équivalent des deux premiers ordres. Si l’appartenance à certains états permet l’exemption des biens non commercés, seuls les privilèges féodaux et seigneuriaux permettent l’exemption des taxes commerciales. Ces privilèges inscrits dans les tarifs peuvent provenir des chartes de coutumes. Il y a également des exemptions ou rabais de prélèvements entre différentes villes et seigneuries. Ces privilèges permettent l’accès gratuit (ou à moindre coût) à plusieurs marchés locaux. Ce réseau permet aux habitants de proches seigneuries de vendre leur production sans avoir à payer de taxe sur la circulation. Cette insistance des franchises dans plusieurs tarifs est une preuve de l’existence d’un commerce à courte distance à l’intérieur des territoires. Les marchands sont les principaux concernés par ces taxations, mais ce ne sont pas les seuls à participer à la circulation des biens pour le commerce. En plus de l’exemption dont peuvent bénéficier les sujets, on retrouve dans de nombreux tarifs la différence entre « marchands » et « les autres ». Toutes ces distinctions insistent sur la quantité transportée. Les marchands sont taxés pour de grandes quantités et « les autres » bénéficient de petites taxes sur des petites quantités, voire à l’unité. La petite circulation économique est donc existante et est généralement protégée, soit par de faibles taxations, soit par des privilèges sur le territoire.

L’insistance sur la différenciation entre les trois ordres est un renforcement du contrôle social d’une élite sur ses sujets, elle n’est pas une réalité socio-économique au XIVe siècle. Pourtant cela fait sens économiquement au début de la période féodale. On assiste alors à l’existence de deux systèmes économiques qui se différencient tout en ayant certaines convergences. Le système monastique et aristocratique, bien connu de l’époque carolingienne, connecte différents centres producteurs et organise entre eux des échanges. Les tarifs du XIVe siècle témoignent encore de cette circulation non-marchande à travers l’insistance de gratuité envers les clercs et les nobles pour leurs biens non destinés à la vente. D’un autre côté, le système féodal favorise et bénéficie de la circulation marchande l’incluant dans son système logique. Les commerçants et les biens sont intégrés dans ce système au même titre que les producteurs et la terre. Tous les laboratores doivent payer leur part aux institutions seigneuriales. Au XIIIe siècle, chaque travailleur paie sa part dans le processus économique. Le producteur agricole est taxé pour une partie de ses biens, soit en part de fruit, soit en argent, mais est souvent déchargé d’autres droits économiques sur cette production à l’intérieur de la seigneurie (gratuité de la circulation) ; les producteurs artisanaux sont taxés en fonction de leurs corps de métiers et une partie au moins paie des taxes moins élevées pour la commercialisation (hauban, bourgeoisie) ; le marchand paie au cadre féodal le péage et le tonlieu ou pour être plus précis la circulation et la possibilité de vente. En Ile-de-France, le commerce n’est pas uniquement aux mains des marchands, mais il y a plusieurs circuits d’échange. Les circuits d’échange à destination de la vente connaissent un essor particulier à partir du XIe siècle via des produits agricoles et deviennent une part incontournable de l’économie du XIVe siècle. A côté, on trouve une circulation courte où les producteurs transportent leurs biens pour les vendre à l’intérieur d’un territoire dans lequel ils ont des privilèges financiers. C’est une circulation intra et inter-régions où les marchands exportent en grosses quantités qui sont ensuite morcelées en quantités moindres. En parallèle il existe une circulation non-marchande où nobles mais surtout religieux font circuler leurs biens entre leurs différentes propriétés.

 

Ainsi, l’étude des tarifs de prélèvements sur la circulation a mis en évidence deux phases d’essor de l’échange marchand. Une première autour des biens alimentaire et une seconde autour des produits à destination de l’artisanat et des métiers. Au XIe siècle, la circulation marchande s’est développée grâce au cadre féodal. C’est la sécurité routière assurée par les seigneurs qui en est à l’origine. La sécurité s’accompagne d’un prélèvement majoritairement en argent qui permet aux seigneurs d’acheter des biens circulant, favorisant à son tour la circulation des biens. Une fois la sécurité établie, l’essor de la circulation est ensuite lié à l’essor démographique et urbain et dans une certaine mesure à la spécialisation des métiers. La demande est seule à permettre de comprendre la hausse de la circulation. C’est la demande de consommation urbaine qui explique la forte circulation de biens agricoles et la demande de biens à destination du secteur manufacturier qui explique le second essor. Le focus est souvent mis sur des biens de luxe et des circuits à grande distance mais il apparait que ce n’est qu’une partie de la circulation. De même, la figure du marchand italien est souvent mise en avant mais il existe en réalité de nombreux circuits d’échange à des échelles très variées et où les habitants des différents terroirs ont une place souvent privilégiée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *