Manuscrits enluminés, notices et découvertes

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 520 , f. 105

Vierge de miséricorde Office de la Vierge, sud de la France, fin XIVe – début XVe s., Paris, Bibl. Mazarine, ms. 520 , f. 105.

Présentation de quelques découvertes importantes réalisées lors du catalogage des manuscrits d’origine française du XVe siècle de la Bibliothèque Mazarine.

Patricia Stirnemann − Les Très riches Heures du duc de Berry  Nouveaux éclairages grâce aux manuscrits de la bibliothèque Mazarine

Il n’y a pas jusqu’aux Très riches Heures du duc de Berry qui n’aient à gagner aux avantages offerts par la photographie numérique, pour peu que cet apport technologique serve au catalogage des manuscrits et à la recherche. Dans ce cas précis, la prise de vue numérique a été l’occasion de découvertes cruciales qui amènent à revoir les conclusions antérieures. Cette contribution permettra d’exposer les nouvelles voies de recherche au sujet des Très riches Heures.

Jean-Baptiste Lebigue − Les coïncidences de la recherche : la tombe et les manuscrits de Jean de Crépon

Les hasards de la recherche ont voulu qu’au moment où l’on découvrait, dans l’ancienne chapelle de la Miséricorde de l’abbaye Sainte-Geneviève, aujourd’hui Lycée Henri IV, la pierre tombale de Jean de Crépon, un Décret de Gratien lui ayant appartenu faisait l’objet d’une notice dans le catalogue des manuscrits enluminés du XVe siècle d’origine française conservés à la Bibliothèque Mazarine. Ce personnage, chanoine d’Avranches et docteur en droit canonique à l’université de Paris, a alors été conjointement étudié par un archéologue, une spécialiste de la prosopographie médiévale et un membre de la Section des sources iconographiques de l’IRHT.

La critique stylistique et iconographique de ce manuscrit a permis d’affirmer que Jean de Crépon en était le commanditaire, donnant un éclairage supplémentaire sur le caractère et la carrière du personnage.

Claudia Rabel − D’Ovide à Marie : un parcours buissonnier dans l’iconographie médiévale

Quel lien entre l’iconographie de l’Ovide moralisé et celle de la Vierge de miséricorde, en passant par celle de Sénèque ou encore celle de l’ordre des Carmes ? L’exposé tentera d’esquisser ce qui relie ces recherches, plutôt à la manière d’une toile d’Arachné que d’un fil d’Ariane linéaire. L’intérêt pour cette époque si riche en traductions et en manuscrits illustrés de la « matière antique », que fut celle du sage roi Charles V et de ses frères les « princes des fleurs de lis », tous bibliophiles avertis, en constitue le dénominateur commun. Ce sera l’occasion de rappeler la perméabilité féconde des différentes activités menées au sein de l’IRHT et le rôle de celui-ci, détenteur d’une documentation unique sur le manuscrit médiéval et lieu de rencontre et d’échanges pluridisciplinaires avec la communauté des médiévistes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *