La ponctuation : cycle annuel de conférences (12-13 mai 2016)

Avignon, Médiathèque Ceccano, ms. 22, f. 101 (image modifiée : ponctuation colorisée)

Avignon, Médiathèque Ceccano, ms. 22, f. 101 (image modifiée : ponctuation colorisée)

Opération modeste mais essentielle, la ponctuation transforme une simple suite de mots en un texte. Sa puissance est redoutable : le déplacement d’une virgule transforme une sentence de grâce en une condamnation à mort : Edwardum occidere nolite, timere bonum est. Au carrefour des sciences du texte, la ponctuation mêle en une seule notation des fonctions prosodique, syntaxique et sémantique, guidant en même temps la lecture à haute voix, la construction grammaticale et la recherche du sens. Il vaut donc la peine de s’interroger sur une réalité commune à tous ceux qui travaillent sur la chose écrite, pour mieux comprendre ses signes, ses usages, ses effets et toutes les questions théoriques et pratiques qu’ils posent à l’historien des écritures, des manuscrits et des textes.

Introduction des organisateurs

Dominique StutzmannLa ponctuation, du point de vue du paléographe, peut se définir comme l’ensemble des interventions graphiques qui sont une aide à la lecture et permettent une meilleure lisibilité et une meilleure compréhension du texte. Comme les sciences dites « auxiliaires », la ponctuation définie comme ensemble des « signes auxiliaires » a souffert d’un manque de visibilité, souvent traitée en annexe ou en passant. Dominique Stutzmann donne en introduction un bref aperçu de l’histoire formelle de la ponctuation dans l’écriture latine de façon à montrer comment, dans une seule tradition graphique, de nombreuses formes peuvent coexister, sans qu’il n’y ait de progrès objectif. La ponctuation, sa présence autant que son absence, est un jeu de signes, mais aussi de gestion de l’espace et révèle des cadres sociaux et de pensée. [Lire le texte intégral].

Dominique Poirel – La ponctuation n’intéresse pas seulement la paléographie, mais aussi la philologie et l’histoire intellectuelle : aussi mon introduction croise-t-elle l’histoire de l’exégèse – l’idée du cycle remonte à Gilbert Dahan – et la lexicographie latine, afin que tout l’IRHT soit représenté. En latin, le vocabulaire de la ponctuation est vague. Il mêle diverses considérations : l’insertion de menus signes dans un écrit, de silences dans un discours ; la séparation entre les mots, et corrélativement leur regroupement en unités grammaticales et sémantiques ; enfin la compréhension d’un sens parmi d’autres possibles. Si les substantifs sont nombreux, deux verbes désignent l’acte de ponctuer : interpungere et distinguere, c’est-à-dire piquer (-pungere, –sting(u)ere) pour séparer (inter-, dis-). La ponctuation est affaire de pointes d’épingle : c’est tout petit, mais ça peut faire très mal. En témoignent ces occurrences remarquables de distinguere dans les commentaires bibliques : tel choix de ponctuation obvie une interprétation marcionite (Tertullien sur II Cor. 4, 4) ou manichéenne (Augustin sur Ioh. 1, 3-4) ; telle ponctuation englobe ou non les vierges dans un massacre des habitants de Jérusalem (Hugues de Saint-Victor sur Lam. 2, 21). Ponctuer peut être affaire de foi, et de vie ou de mort. Que les exégètes discutent la ponctuation montre qu’elle ne va pas de soi. Lire c’est aussi ponctuer. Au contraire du lecteur moderne, crédule et pressé devant l’imprimé, le lecteur antique ou médiéval doit activement, patiemment, comme le Petit Poucet, baliser lui-même le chemin de la lecture à travers les manuscrits, sous peine de se perdre dans la forêt des sens.

Maria Careri

Résumés des interventions

  • Muriel Roiland (section arabe) : L’absence de ponctuation dans les manuscrits arabes

C’est par un point d’interrogation qu’il eût fallu ponctuer le titre de la communication de Muriel Roiland. La ponctuation est de fait absente de nombreux textes et documents ; les traités théoriques sur la graphie n’en parlent jamais. Pourtant, des chercheurs ont ponctuellement attiré l’attention sur des signes dont ils pressentaient le rôle structurant. Grâce à un parcours systématique d’un corpus d’époque mamelouk (XIIIe-XVe s), Muriel Roiland dresse un premier inventaire de signes attendant encore pour certains leur explication : fawâsil ; trois points disposés en triangle ; larmes ; cercle vide ou avec un point à l’intérieur ; lettres enfin venant peut-être initialement d’une démarche d’authentification. Ce à quoi il conviendrait d’ajouter les jeux calligraphiques sur les connecteurs verbaux, dont la présence dans la langue arabe explique grandement l’absence courante de ponctuation.

  • Daniel Delattre (section de Papyrologie) : La ponctuation dans les rouleaux grecs

À partir d’une documentation provenant essentiellement d’Herculanum (mais fidèle image des pratiques générales dans les rouleaux de papyrus), on peut établir l’existence de signes servant à distinguer, dans la scriptio continua, des périodes, des phrases, voire des syntagmes. Ainsi la paragraphos, tracée dans en marge de gauche de la colonne d’écriture, marque les lignes où s’achève une séquence ; son usage est varié : pause plus ou moins forte, annonce d’énumération ou d’explication, marquage d’une citation, etc. D’usage comparable, la diplè délimite des portions de textes. Les variations mêmes de son tracé méritent attention, en lien avec ses fonctions. Parfois, des espaces introduits dans la chaîne d’écriture jouent également un rôle de ponctuation, seuls ou en combinaison avec les paragraphoi. Enfin, à l’intérieur des lignes d’écriture, les scribes emploient des stigmai. L’exposé se poursuit avec l’observation de quelques exemples de coronis (« corneille »), ponctuation la plus forte, essentiellement, mais non exclusivement, conclusive.

  •  Anne Boud’hors (section grecque et de l’Orient chrétien) : La ponctuation dans les manuscrits coptes

Les manuscrits coptes présentent une quantité variable de signes diacritiques, qui sont décrits de manière plus ou moins détaillée selon les catalogues et les éditeurs de textes : certains affectent les lettres (surlignes, djinkim, points, diastoles, etc.), d’autres concernent plutôt l’organisation du texte (paragraphos, coronis, diplè), à l’imitation des manuscrits grecs. Les premiers, qui font partie intégrante des systèmes orthographiques du copte, ont seuls été traités. Pour essayer de montrer quel parti on peut tirer de leur étude, ils ont été présentés dans trois perspectives : la dimension chronologique, la variation d’un dialecte à l’autre, et la provenance (région de copie, avec parfois l’existence de scriptoria).

  • Judith Schlanger (section hébraïque) : La ponctuation dans les manuscrits hébraïques

Dans sa communication sur la ponctuation dans les manuscrits hébraïques, Judith Olszowy-Schlanger soulève qu’il existe diverses attitudes, mais jamais d’indifférence. Les massorètes qui notent la tradition orale de prononciation de la bible utilisent trois niveaux différents de signes pour faciliter la lecture :

  • les points diacritiques, qui permettent la distinction des sons ;
  • des systèmes vocaliques, qui diffèrent selon les aires géographiques (palestinien, babylonien, dit de Tibériade)
  • les accents (téamim) pour la cantilation liturgique, dont certains ont un rôle important dans la syntaxe et qui peuvent être considérés comme signe de ponctuation.

L’image que renvoient les rouleaux bibliques (« Sefer Torah ») est celle d’un texte consonantique, épuré, sans les signes de voyelle ni ponctuation. Pourtant, dans la tradition hébraïque, il y a anciennement une réflexion théorique sur la copie des livres et ponctuation, et le principe émerge de la coexistence du codex massorétique, d’une part, qui contient la ponctuation, et du rouleau de la Torah, d’autre part, qui ne contient rien et est seul autorisé pour la lecture liturgique, ainsi que le règle le traité des Soferim (Scribes) du VIIIe s. : le « rouleau de Torah où on a marqué le début des versets ne peut pas être utilisé pour la lecture [liturgique] ».

Un échantillon du Codex de Léningrad.

Un échantillon du Codex de Léningrad.

Il apparaît ainsi que l’histoire de la ponctuation dans les manuscrits hébraïques n’est pas un passage du simple au complexe ou, si tel a été le cas, le processus nous échappe complètement. En tout cas, les plus anciens codices conservés, tel que le Codex de Léningrad, aussi dit codex Petropolitanus (St Petersbourg, BN, Firkovitch B 19 A), écrit au Caire en 1008, contient des points diacritiques à rôle phonétique (dagesh), des voyelles et des signes de cantillation (deux points superposés).

La séparation des mots se présente, dans la tradition hébraïque, sous les deux formes connues de l’alphabet latin : 1) présence de points entre les mots, attestée dès le monument le plus ancien, à savoir la stèle de Mesha (VIIIe s. av. J.-C.), et toujours en usage dans les chartes anglaises hébraïques ; 2) présence de blanc. Ces deux formes de séparation de mots recoupent des familles paléographiques. Ainsi, dans les manuscrits de la Mer morte, l’écriture paléo-hébraïque, proche de celle des ostraca et des inscriptions sur pierre, fait généralement usage de points entre mots, tandis que les scribes employant l’écriture dite araméenne-carrée effectuent la séparation des mots par des blancs.

Hors de la double tradition « codex massorétique / rouleau biblique », les sources pour l’histoire des formes graphiques de ponctuation dans les manuscrits non-bibliques de la Genizah du Caire et en Occident jusqu’au XIIIe s. sont difficiles à interpréter. De nombreux signes différents existent et la répartition de leur emploi selon les groupes différents de manuscrits semble impossible à établir. Les différents signes correspondent-ils à des groupes thématiques ou à des pratiques de scribes ?

Tout d’abord J. Olszowy-Schlanger insiste sur l’existence des manuscrits sur rouleaux non bibliques. En effet, le plus ancien codex conservé date de 902 et il n’y en a pas de trace avant. La Genizah du Caire livre 50 fragments provenant de 20 rouleaux (rotuli, volumina) horizontaux de textes non bibliques et 400 fragments de manuscrits en rouleau vertical. On y constate une différence d’emploi des signes entre rouleaux sur cuir et les fragments de parchemin et selon l’origine et le contexte culturel. Pourtant, même à l’intérieur de ceux-ci, il ne semble pas y avoir de règle absolue. Un seul manuscrit babylonien présente une ponctuation (un cercle à la fin de de chaque petite mishna), tandis que les manuscrits du Targum (traduction araméenne) d’origine palestinienne (ou égyptienne) présentent une structuration visuelle plus forte. Ainsi, dans onze fragments de rouleau horizontal, chaque verset est introduit par un mot en hébreu, sans voyelle, puis suit le texte en araméen avec vocalisation ; deux points sont posés à la fin de chaque verset araméen ; un signe de paragraphe, en forme de « 6 » se trouve à la fin du lemme. Les signes accessoires de la lecture, dans l’opposition hébreu consonantique et araméen vocalisé, sont ici utilisés pour créer un contraste visuel et rappellent la mise en place d’une hiérarchie des écritures dans le domaine latin. La vocalisation peut ainsi être utilisée pour la lisibilité, mais aussi dans une stratégie de distinction, comme dans tel manuscrit yéménite, en trois langues (hébreu / targum araméen / arabe), présenté verset par verset, où l’hébreu est vocalisé avec des points voyelles de type tibérien, l’araméen avec des points voyelles de type babylonien, et l’arabe n’est pas vocalisé.

  • Alain Desreumaux (section de papyrologie) : La ponctuation dans les manuscrits syriaques

Alain Desreumaux montre qu’en araméen, les mots sont très anciennement séparés par des points (inscription araméenne célèbre de Tell Dan de la fin du IXe s. av. J.-C.), des petits traits (inscription phénicienne, stèle araméenne de Zakir de la fin du IXe s. av. J.-C., au Louvre), ou des espaces blancs, mais l’usage est loin d’être systématique.

Les écritures syriaques puisent leur origine dans les écritures araméennes d’Édesse, notamment attestée dans des documents datés entre 73 et 243 ap. J.-C. Or les inscriptions édesséniennes ne sont pas ponctuées : il n’y a ni signe diacritique, ni ponctuation phrastique, et les mots ne sont pas séparés. Il en va de même pour les textes sur parchemin de l’Euphrate. Le document daté de 243 ap. J.-C. est en écriture cursive, non ponctuée ; dans acte notarié officiel, on voit une scriptio fere continua.

La première inscription syriaque datée (Nabgha, Syrie du Nord, en 406/7 ap. J.-C.) montre une ponctuation très sommaire : des points phonétiques (point inférieur pour D et point supérieur pour R), deux points qui indiquent le pluriel (et qui demeurent dans tous les textes syriaques) et des signes diacritiques indiquant des éléments grammaticaux ou une pause rhétorique, en l’occurrence un point sous dernière lettre d’un mot.

La ponctuation phrastique se retrouve dans le plus ancien manuscrit syriaque daté (Édesse, 411 ap. J.-C., ms. London, British Library, Add. 14) : signes diacritiques (distinction de D et R, signes du pluriel, mais aussi apparition d’un point pour marquer la forme grammaticale du A) ; points « séparateurs » en fin de phrase ; point disjonctif à mi-hauteur et non sur la ligne, qui indique comment prononcer la consonne qui précède.

Pour le syriaque, des tableaux de signes de ponctuation ont été établis et des centaines de noms de signes sont listés et proposés par des grammairiens et théologiens qui lisent et traduisent la bible. Le système est encore davantage développé chez les syriaques orientaux que dans les écritures syro-orthodoxes.

Ms. Sinaï, CPA Sp6 (détail) © Monastère Ste Catherine du Mont Sinaï

Ms. Sinaï, CPA Sp6 (détail) © Monastère Ste Catherine du Mont Sinaï

Laurent Capron intervient ensuite pour évoquer la ponctuation dans les manuscrits araméens christo-palestiniens. Il souligne tout d’abord la faible attention reçue par la ponctuation jusqu’à présent pour ce domaine paléographique restreint (moins de cent témoins conservés), mais prouve, à l’aide de trois exemples, la pertinence de l’étude des signes accessoires de l’écriture pour interpréter le texte, identifier les fragments d’une même main, voire comprendre la tradition textuelle. Les signes de ponctuation qu’il montre comprennent trois, parfois quatre points en triangle en fin de phrase ou de verset ; point double, plus rarement simple, pour les césures brèves ; mais aussi des mises en texte (retrait en marge du premier mot et décor de « space filler »). Les manuscrits conservés montrent souvent un signe unique, d’emploi très régulier, complété par un élément pour marquer début des chapitres ou paragraphes et des space-filler. [Lire le texte intégral].

  • Dominique Stutzmann (section de paléographie latine) : Approches de la ponctuation des psaumes du XIIe au XVe siècle à l’exemple du psaume 101 (Domine exaudi orationem)

Dominique Stutzmann rend compte d’une recherche sur la ponctuation des psaumes à l’exemple du psaume 101 Domine exaudi orationem. La communication propose tout d’abord une méthodologie de recherche, liant édition électronique, analyse statistique et analyse d’image dans la suite du projet ANR Oriflamms (ANR-12-CORP-0010), permettant l’étude fine des ponctuations et des espaces blancs. Le psaume 101 est choisi parce qu’il est le plus long des psaumes de la pénitence, le seul à contenir des noms propres permettant de vérifier certaines règles d’abréviation, et son texte présente de nombreuses répétitions qui permettent d’observer la stabilité des pratiques scribales. Les résultats de l’analyse montrent, dans une deuxième partie, que la ponctuation s’insère dans une grammaire de la lisibilité qui n’est pas homogène et qui n’a pas de lien direct avec les autres choix du copiste : nombre d’abréviations ; indication des coupures en fin de ligne ; retour à la ligne pour une mise en page renouvelant l’antique disposition per cola et commata. La ponctuation, très présente quand l’usage liturgique est attesté, est en revanche souvent limitée et portant sur un à cinq versets. La corrélation la plus forte se fait avec famille d’écriture employée (cursiva, textualis, etc.), puisque la ponctuation se trouve fortement dans les livres en Cursiva du corpus. Les corrélations avec les facteurs extra-graphiques restent à étudier (commanditaire, contexte de production, évolution chronologique générale et liens avec l’imprimé).

Recueil de textes liturgiques et halachiques (1201-1400), BnF, Hébreu 643.

Recueil de textes liturgiques et halachiques (1201-1400),
BnF, Hébreu 643.

  • Judith Kogel (section hébraïque) : Les signes de cantilation dans les manuscrits hébreux

Si J. Olszowy-Schlanger a mis en relation les formes du support (rotulus, codex) avec la présence de vocalisation et de ponctuation, J. Kogel s’attache en particulier aux traditions de division du texte et de vocalisation dans les manuscrits hébreux et aux relations entre Chrétiens et Juifs dans la connaissance du texte biblique.

Le débat sur l’origine des voyelles est ancien et s’appuie sur des arguments théologiques et mystiques. Elie Levita, à la Renaissance, ouvre le débat en 1538 à Venise avec son traité Massoret HaMassoret. Traitant les diverses hypothèses (voyelles données à Moyse ; voyelles inventées par Esdra au Ve s. ; voyelles créées par les massorètes), il donne sa préférence à la dernière. En cela, il suit l’érudit Abraham ben Ezra qui dit, dès le XIIe s., que les voyelles ont été créées par sages de Tibériade, dont sont issus les massorètes. Cette théorie est d’ailleurs acceptée de nos jours, et la vocalisation est dite remonter au VIIIe s., à l’époque des Gueonim. Le débat se poursuit néanmoins durant tout le XVIe siècle et culmine chez les Chrétiens au XVIIe siècle avec Johannes Buxtorf (1654-1626),  qui se prononce contre l’hypothèse d’Elie Levita.

L’objet de la querelle n’est pas la prononciation elle-même, ni la psalmodie, mais uniquement l’invention des signes de ponctuation et de division des versets selon leur sens, qui viennent noter la résultante de la transmission orale et à un apprentissage transmis comme par un chef de chœur, puisque le Talmud se réfère sans doute au geste fait par le maître pour indiquer que « la main droite est plus importante que la main gauche, parce que c’est elle qui sert à indiquer les accents ».

La division du texte biblique est double. La division en péricopes est ancienne et distingue les péricopes ouvertes (commençant en début de la ligne avec la fin de ligne précédente laissée en blanc, et marquées par P<arasha>) et les péricopes fermées (on laisse un espace blanc d’environ 9 lettres, cf. Parme 3085, f. 285v). La division en chapitres est faite ultérieurement par les Chrétiens et est insérée dans la bible hébraïque au XVIe siècle.

Trois systèmes principaux de vocalisation coexistent dans le monde juif, pour décrire les fonctions musicales, et prosodiques, les divisions des versets et accentuations des mots :

  • palestinien :
    • connu par fragments Genizah
    • point au-dessus d’une des lettres
  • babylonien : le plus largement diffusé
    • manuscrits de la Genizah, mais aussi codex de Léningrad
    • lettres, traits
  • tibérien :
    • système retenu aujourd’hui
    • traits, points, demi-cercle au-dessus/dessous de consonnes

Ces systèmes ne sont pas strictement fixes et, en l’absence de manuscrits d’époques intermédiaires, on ne peut que supposer des évolutions. Il existait au moins un autre système, pas forcément pré-massorétique, dont on pense qu’il a été simplifié d’après la notation tibérienne. Dès le début du Xe s., un auteur caraïte de Bagdad prend position en faveur de la notation de Tibériade.

Ces systèmes sont différents dans leurs aspects, mais peuvent recouvrir des traditions de prononciation identiques. Les dénominations des accents et ponctuation correspondent parfois à des appellations musicales et renvoient à des successions de notes.

Une particularité par rapport au système latin est que la vocalisation et l’accentuation sont ajoutées dans la bible massorétique par addition, dans un second temps. Il est possible qu’il y ait eu lecture liturgique sur bibles massorétiques, tandis que le Pentateuque liturgique est toujours vocalisé, mais pas toujours muni des accents. Les scribes jouent sur l’espace et le décor, en décalant éventuellement les voyelles ou en variant l’exécution des traits, plus ou moins souples ou droits. Le graphisme et l’esthétique apparaissent ainsi des éléments d’interprétation de la ponctuation, dépassant la présence du signe en vue de l’interprétation du texte. De ce fait, les pratiques scribales peuvent être observées et autorisent une approche paléographique trans-alphabétique, même si, dans le domaine latin, les traits accessoires sont tracés par le scribe du texte.

Troyes, Bibl. mun., ms. 394, f. 36 .

Troyes, Bibl. mun., ms. 394, f. 36 .

  • Laura Albiero (section latine) : Paléographie et liturgie

Laura Albiero s’intéresse ensuite aux liens entre paléographie et liturgie et aux proximités entre signes de ponctuation et notation musicale dans les lectionnaires monastiques. Dans la liturgie latine, les trois nocturnes de quatre leçons sont principalement tirés de la Bible et des Pères ; les lecteurs ont un rôle important et leurs fautes sont sévèrement punies, car le public doit comprendre d’un point de vue intellectuel et assimiler le texte dans sa richesse spirituelle et morale. L. Albiero examine les signes de ponctuation et les compare aux systèmes de notation musicale de même contexte : notation de Saint-Gall (d’après ms. Saint-Gall, Cod. 42 et Cod. 414), du Mont-Cassin (Monte Cassino, Cod. 571, bible, XIe s.), de Saint-Martial de Limoges (Paris, BnF, ms. latin 8, du XIe s.) et notation d’un lectionnaire clarévallien (Troyes, MGT, ms. 394). Dans ce dernier cas, elle voit un « lien direct avec notation neumatique lorraine ». L. Albiero indique que les ponctuations et leurs formes marquent parfois un sens musical évident, mais parfois le lien ne l’est pas, car les signes de ponctuation et les signes musicaux ne correspondent pas. La correspondance avec neumes n’est pas complète, de sorte que le long débat sur l’émergence des neumes, repris dans la discussion après la communication, n’est pas clos, et accueille des arguments contradictoires où il faut plutôt penser des influences réciproques, avec des liens entre oral et écrit qui vont dans les deux sens. Les structures logique et visuelles peuvent se confondre. La comparaison avec l’hébreu, où c’est précisément le texte qui est destiné à être lu qui n’est pas noté, incite de même à souligner l’autonomie des deux domaines de l’écriture textuelle et de l’écriture musicale.

  • Pascale Bourgain (École nationale des chartes) : Les rapports de la ponctuation avec la construction grammaticale

Sur la ponctuation médiévale se sont surtout penchés les spécialistes de la liturgie, les paléographes et les historiens de la lecture, en particulier le P. Hubert, M. Parkes et A. Grotans. Une difficulté pour son étude est que, depuis l’Antiquité, les grammairiens qui en traitent ne séparent pas le discours écrit du discours oral : la ponctuation apparaît toujours comme une mise en forme destinée à la voix. La ponctuation ne cesse en effet de croiser diverses opérations : 1) déterminer des unités grammaticales ; 2) ajouter un effet stylistique ; 3) préciser le sens ; 4) ménager des pauses pour la prononciation ; 5) insérer des signes dans un texte écrit. Par-delà le foisonnement de termes, un des principaux mots qui la désigne est distinctio : la ponctuation divise le discours oral par des pauses orales, elle isole des portions de texte par l’analyse. Ce faisant elle constitue à la fois des frontières (fin de segment textuel) et des territoires (le segment textuel lui-même). Sont parcourus les textes des Anciens, des Pères, des auteurs médiévaux, en particulier liturgistes, exégètes et auteurs d’artes dictaminis. Le temps passant, les trois niveaux de la ponctuation demeurent (phrase, colon, comma), mais la définition du dernier est plus délicate et varie. Avec le temps, on voit les dictatores privilégier la phrase de trois membres, où la principale occupe la position médiane, probablement en lien avec les documents de la pratique : « Attendu que… , nous décidons… , en sorte que… ».

  • Anne-Marie Turcan-Verkerk (section de codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique) : Les ponctuations orales du discours (usage de la rhétorique, des conjonctions, des presque vers et des clausules)

Le cursus est un des éléments qui permettent, à l’oreille, de comprendre que la phrase est finie ou qu’on arrive à l’une de ses charnières. Le cursus médiéval, reposant sur l’accent d’intensité, dérive des clausules métriques, reposant sur des combinaisons de syllabes longues et brèves. Présente auparavant, la mode s’accentue auXIe siècle, sous l’influence des moines cassiniens, en particulier Jean de Gaète, élève d’Albéric du Mont-Cassin. Redécouvert par Noël Valois dans son « Étude sur le rythme des bulles pontificales » (BECh 42, 1881, p. 161-198), le cursus aide l’historien à authentifier, dater et localiser les textes. Dans les années 1960, l’école suédoise applique une approche statistique (Tore Janson). Le plus ancien texte à en tracer les règles est celui d’Albert de Mora, peut-être composé avant qu’il ne devienne cardinal en 1155 : il semble avoir été influencé par Bernard de Bologne qui enseignait alors. A partir de là est examinée l’histoire de la théorisation médiévale du cursus (29 textes recensés et accompagnés d’extraits dans l’exemplier), en dénonçant quelques dérives toujours actuelles : confiance exagérée accordée à une nomenclature tardive et accidentelle, consécration d’un cursus trispondaïque absent des sources anciennes, attention exclusive aux fins de phrase ou de membre alors que le cursus concerne l’ensemble de la phrase.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 717, f. 1.

Paris, Bibl. Mazarine, ms. 717, f. 1.

  • Dominique Poirel (section latine) : La ponctuation inscrite dans le texte

Ponctuer une œuvre est une des tâches de l’éditeur. Pour faire, il existe deux catégories principales d’indices : la ponctuation des manuscrits les plus proches de l’auteur et la compréhension de l’œuvre par l’éditeur. Dans certains cas on peut s’appuyer en outre sur une ponctuation « inscrite » dans l’œuvre par l’auteur lui-même, c’est-à-dire les mots de liaison en début de phrase et les effets sonores (cursus, rime) en fin de membre ou de phrase. Ces éléments sont examinés chez Hugues de Saint-Victor († 1141) : un manuscrit quasi contemporain de l’auteur (Paris, Bibl. Mazarine 717) ponctue en soulignant sa prose rimée. Puis chez trois auteurs scolastiques du XIIIe siècle, Bonaventure, Albert le Grand et Thomas d’Aquin. Enfin, chez Heymericus de Campo († 1460), fameux pour ses phrases interminables. Son traité De naturali veritatis catholice… analesy se compose de huit longs chapitres, dont chacun peut être interprété comme une phrase unique se poursuivant sur trois, quatre ou cinq pages. A la complexité de la syntaxe répond heureusement une multiplication des indices sonores : effets de répétition en début (anaphores) et en fin (rimes) phrase ou de membre. L’attention à ces faits, souvent négligés comme stylistiques, s’avère indispensable pour structurer la phrase et comprendre la pensée.

  • Sébastien Barret (section de diplomatique) : La ponctuation dans les chartes : enjeux et perspectives

La ponctuation ne semble guère intéresser aujourd’hui les diplomatistes, même les meilleurs d’entre eux. Le plus souvent, ils éditent les chartes en leur appliquant une ponctuation moderne et consacrent à celle du ou des manuscrits une analyse sommaire en introduction. Or aux origines de la discipline Lorenzo Valla et Jean Mabillon s’étaient intéressés à la ponctuation comme critère d’authenticité. Pourquoi ce désintérêt ? À cause de la concentration sur les aspects textuels, de la disparition fréquente des originaux pour les hautes époques, du caractère chronophage de cette étude. Peut-être aussi parce que les textes diplomatiques ont moins besoin que d’autre d’être ponctués. Dans les Chartae latinae antiquiores, la ponctuation est parfois ajoutée au XVe siècle. Autrement elle est minimale : point en fin de phrase ou pour séparer des noms importants, triple point en fin d’acte. Vers la mi-XIe siècle, la ponctuation se généralise dans les scriptoria monastiques et de chancellerie. Aux XIVe-XVe siècles, elle s’efface progressivement sous l’influence d’une standardisation du discours, articulé en quelques grands membres de phrase.

  • Joanna Fronska, Patricia Stirnemann et Claudia Rabel (section des manuscrits enluminés) : Décoration et segmentation du texte
Mâcon, Bibliothèque municipale, ms. 1, f. 2.

Mâcon, Bibliothèque municipale, ms. 1, f. 2.

Patricia commence par affirmer que l’artiste n’a rien à faire avec la ponctuation. A trois voix, les intervenantes donnent néanmoins un exposé méthodologique sur le rôle structurant du décor, appelant à une lecture très vigilante, mais aussi toute en nuances. Patricia Stirnemann souligne ainsi le rôle du décor principal et notamment des pages tapis pour introduire au texte, ralentir et structurer la lecture. Claudia Rabel analyse le cycle iconographique du Ci nous dit (Chantilly, ms. 26-27, Paris, v. 1330-40) où l’image est au service du texte, mais avec une grande liberté. Ensuite par l’étude du frontispice d’un manuscrit de la Cité de Dieu (Mâcon, Bibl. mun., ms. 1), elle montre la différence fondamentale entre lecture textuelle (largement linéaire) et lecture de l’image, faite de parcours croisés de l’œil sur la page. Dans sa partie, Patricia Stirnemann a de même proposé une réflexion sur un décor-signe où un signe qui peut être confondu avec un bout-de-ligne, mais qui, tout au contraire de celui-ci, indique que le texte se poursuit au-dessus ou au-dessous, montrant comment l’élément iconographique peut aussi bien rendre compte de la structure du texte ou conférer à celui-ci un ordre inattendu.

  • Maria Careri (section romane) : L’interpunzione negli autografi dei letterati italiani del ‘300

Dans un premier temps, M. Careri propose un parcours du premier volume des Autografi dei letterati italiani consacré à Le Origini e il Trecento, édité par G. Brunetti, M. Fiorilla, M. Petoletti (2013) à la ‘recherche de la ponctuation’. On peut noter l’absence totale (ou presque) de ponctuation dans certains écritures non littéraires,  une utilisation abondante de la virgule chez quelques lettrés (par exemple Giovanni Cavallini et Antonio Pucci), la création de signes spéciaux comme indicateurs métriques (par ex. Adriano de’ Rossi). Dans un second temps, un zoom est fait sur la ponctuation de Boccaccio et en particulier sur le signe nommé ‘comma’ par la critique. Le signe apparaît à partir des années 1360 et, de plus en plus utilisé, deviendra un signe structurant du Décaméron. On se demande si ce signe était vraiment un comma.  La conclusion pourait être que Boccace aurait créé consciemment un nouveau signe pour éviter la confusion entre le comma d’un côté et de l’autre les signes qu’il utilisait déjà comme point d’interrogation et point métrique.

  • Olivier Pédeflous (section de l’humanisme) : La ponctuation des manuscrits et éditions de Rabelais

Conclusions

Dominique Stutzmann ouvre les conclusions sur les aspects graphiques de la ponctuation. Il remarque tout d’abord que c’est un signe à faible visibilité, autant dans sa réalité matérielle que dans l’historiographie et la bibliographie.

Que la ponctuation a souvent été négligée est apparu dans plusieurs communications, et en tout premier lieu dans celle de Muriel Roiland, mais aussi dans celles de J. Capron, S. Barret et, de façon différente, par A.-M. Turcan-Verkerk et D. Poirel montrant, outre des biais historiographiques, des ponctuations qui, en tant que signes graphiques, se font plus discrètes, mais qui sont plus un deuxième système de structuration du texte, inscrit en son sein. En parallèle à cette remarque, il faut aussi souligner qu’il y a une réelle difficulté méthodologique à appréhender la ponctuation (D. Stutzmann, S. Barret, D. Delattre), et encore davantage dans le domaine hébraïque où le ponctuateur est communément distinct du scribe. Plusieurs fois, la ponctuation a été présentée comme marqueur d’évolutions culturelles (D. Stutzmann, J. Kogel, A. Boudhors) et mise en relation avec des facteurs extra-graphiques tels que la forme du support (J. Olszowy-Schlanger, D. Delattre).

Une autre conclusion des deux journées d’étude est la diversité et la variété de la notion de ponctuation. Si « ponctuation » signifie « aide visuelle à l’intelligibilité du texte », elle est intégrée comme élément de hiérarchie des écritures et instrument de distinction et comprend les mots en écriture d’un autre module ou dans une autre écriture (par ex. capitale), y compris les initiales peintes et les bouts-de-ligne. L’absence de ponctuation fonctionne comme la ponctuation elle-même et peut aussi bien être un marqueur visuel, comme pointé par J. Olszowy-Schlanger.

Faut-il intégrer au domaine de la ponctuation, avec les signes de prononciation des domaines hébraïques et arabes, tous les autres signes accessoires (apices, signes de renvois, etc.) ? La coupure de mots en fin de ligne et son traitement (présence de marquage ? syllabique ou non syllabique, conformément ou en opposition à des théories linguistiques ?), de même que l’espacement entre les mots, voire les espaces entre syllabes (S. Barret, sur un acte de 972) que l’on trouve aussi dans l’épigraphie latine sont des domaines de la ponctuation qui n’ont presque pas été abordés, mais qui apparaissent pertinents dans une perspective pluridisciplinaire.

La ponctuation apparaît aussi, par décalage, comme séparateur non pas d’unités de sens, mais de modes de significations et de déplacements sémantiques. Ainsi en est-il des points qui permettent, dans les domaines latin et hébreu, de transformer une lettre en chiffre, mais aussi une initiale en nom ou, posé de part et d’autre d’une suite de lettres, de marquer, tel un cartouche dans le système hiéroglyphique, la présence d’un nom (S. Barret, A. Desreumaux).

Plus attendu, mais particulièrement bien démontré, a été le rôle de la ponctuation dans l’expertise paléographique. Signe discret, il a moins de chance d’être imité et, malgré son rôle dans la communication interpersonnelle, peut se limiter à un groupe social restreint, comme l’avait déjà montré J. Vézin à propos du point d’interrogation à Saint-Denis. Cela  a été montré aussi bien pour le copte que pour l’hébreu et le latin. La ponctuation dans l’expertise paléographique soulève encore une fois la question des pratiques collectives et personnelles (D. Delattre, J. Kogel, M. Careri), posant le besoin de corpus de référence, de recensement systématique et de relevé des manuscrits datés. Il faut, à ce point souligner, que la constitution d’un tel corpus à cette fin nécessite aussi que celui-ci soit finement indexé ou comprennent des éditions imitatives électroniques, car la discrétion des signes de ponctuation le rendrait autrement sans objet.

Enfin, un autre domaine de recherche a été rouvert et labouré : l’origine de la ponctuation et son lien avec la prononciation et la compréhension du texte ou sa mémorisation. Il faut bien entendu répéter qu’il n’y a pas de lien de causalité et que le contexte socio-culturel impose les pratiques majoritaires (S. Barret, L. Albiero, P. Bourgain, P. Stirnemann). L’absence de ponctuation dans le monde latin classique et les manuscrits en scriptio continua aussi bien que dans les rouleaux liturgiques hébreux est, semble-t-il, conçue comme un marqueur de la distinction du lecteur, tandis que dans d’autres contextes, c’est le texte qui porte sa distinction. Les liens avec l’analyse textuelle, la rhétorique ou l’analyse sémantique sont assurément réciproques, mais contradictoires.

 Maria Careri

 Dominique Poirel – Si au terme de ces journées on devait définir ce qu’est la ponctuation, de manière à englober tout ce qui s’y est dit, on pourrait dire que la ponctuation associe trois choses : des signes, une fonction et une fin.

1. Par ces signes on pense d’abord aux traces graphiques qui séparent les mots écrits, tel ce point d’où vient le mot français de « ponctuation ». Mais quand les signes graphiques manquent ou paraissent manquer (comme dans les manuscrits arabes), d’autres prennent la relève. Il y a bien sûr les signes vocaux : les montées et les descentes, les forte et les piano, les accélérations et les ralentissements, et surtout les pauses, de la voix. Il y a aussi les signes gestuels, comme ceux du maître de la yeshiva juive guidant la lecture de ses élèves, analogues à ceux du chef d’orchestre donnant le rythme à ses musiciens. Il y a enfin les signes textuels ou « inscrits », comme ces formules récurrentes qui balisent le sens dans les textes arabes ou diplomatiques, ou comme ces effets sonores qui chez les maîtres latins soulignent, pour l’oreille et pour l’esprit, les symétries et les antithèses.

2. De quoi ces indices sont-ils signes ? D’une fonction, qui consiste à séparer le discours en unités gigognes. Au niveau le plus bas, le mot ; au niveau le plus haut, l’œuvre ou le discours ; entre les deux, la phrase, réalité à peu près claire et universelle, et ses divisions, qui le sont beaucoup moins mais jouent du fait que, là où la phrase donne un sentiment de plénitude, ses divisions entretiennent l’excitation d’une attente. En cela, parole et musique « fonctionnent » d’une manière tout à fait analogue : aussi n’est-il pas étonnant que les glissements aient été nombreux dans les exposés entre ces modes jumeaux d’expression qui tous deux se déploient dans le temps.

3. Pourquoi séparer le discours par des signes ? En vue de l’organiser, donc de le rendre intelligible, agréable, efficace auprès du destinataire. De là les fins multiples de la ponctuation, en particulier grammaticales, sémantiques et rhétoriques. En effet, la ponctuation ne sépare la parole que pour mieux la réunir, en la structurant, en la hiérarchisant. C’est pourquoi toute phrase est comme le reflet, le résumé d’une vision du monde : ici claire et simple, là plus harmonieuse et plus majestueuse, ailleurs irrégulière et tourmentée. À l’intersection de l’oral et de l’écrit, du sensible et de l’intelligible, de la parole et du silence, la ponctuation est ce grain de sel, cet accessoire infime du langage qui lui donne saveur et le rend humain : elle fait toute la différence entre le discours et une suite de mots, comme le rythme fait toute la différence entre la musique et le bruit.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *