La ponctuation : Introduction par Dominique Stutzmann

Un grand paléographe Guglielmo Cavallo insiste dans son très bel article « Le rossignol et l’hirondelle » sur l’importance de la ponctuation visuelle chez Hugues de Saint-Victor. Celui-ci soulignait en effet le rôle essentiel de la ‘couleur’ des lettres et du ‘style fleuri’ de la page, afin d’aider à la mémorisation du texte écrit »1. C’est peut-être sous cette heureuse inspiration victorine qu’a été suggéré le thème du cycle de l’année 2016. En tout cas, il faut se réjouir que ce thème ait été retenu et permette de rassembler une grande partie des collègues et des chercheurs extérieurs à l’IRHT, tout en montrant l’unité profonde de notre unité de recherche dont toutes les sections de recherche contribuent à ce cycle thématique. C’est l’occasion pour tous de découvrir les travaux et les perspectives des collègues dans un contexte de convivialité et de formation interne pour spécialistes et moins spécialistes. Les interventions sont à la fois scientifiques et accessibles à un public large, certaines proposant des ateliers d’observation et d’interprétation, d’autres se concentrant sur la méthode d’analyse, plusieurs défrichant des champs encore très inexplorés et proposant des résultats préliminaires.

Pour ouvrir ces journées, il convient tout d’abord d’en définir l’objet, dans sa réalité historique, dans sa signification et dans ses enjeux et conséquences pour notre travail. Plusieurs définitions de la ponctuation sont envisageables et les diverses communications vont le préciser. L’une des définitions les plus larges, car volontairement placée dans une perspective fonctionnelle, est celle proposée par Nina Catach dans son étude de « l’usage médiéval d’une paragraphémique ». Elle définit des « signes-mots » recouvrant « l’ensemble des préoccupations médiévales d’oralisation et de lisibilité » : elle les distingue en « signes linéaires (sur la ligne) » d’une part et « signes extralinéaires » d’autres part. Les premiers comprennent ce qui intéresse particulièrement les paléographes : « séparations ou mises en forme diverses des unités significatives, majuscules, abréviations, formes diverses des lettres initiales et finales, dispositions des lettres, traits d’union ou de division, ponctuations, marques de fin de ligne, de paragraphe ou chapitre, coupures de fin de ligne »2. Elle précise « aujourd’hui encore, la majuscule de mot, le point abréviatif, l’apostrophe, le trait d’union, les abréviations elles-mêmes sont des signes-mots, constituant par là un des niveaux de la ponctuation ».

On peut définir plus simplement la ponctuation comme l’ensemble des interventions visuelles et sonores qui doivent assurer une meilleure compréhension du texte. Pour le paléographe, il s’agit ainsi des signes graphiques qui sont une aide à la lecture et permettent une meilleure lisibilité. Comme les sciences dites « auxiliaires », la ponctuation définie comme ensemble des « signes auxiliaires » a souffert d’un manque de visibilité, souvent traitée en annexe ou en passant. Une exception notable est le livres de Marlcom Parkes, Pause and Effects. An introduction to the history of punctuation in the West publié en 19923.

Ce livre, qui a été éreinté par certaines recensions, présente un tableau large de la ponctuation du domaine latin de l’Antiquité à l’époque moderne. Parfois superficiel, il présente trois grands avantages : c’est une présentation claire et synthétique ; il offre un glossaire précis qui permet d’employer un vocabulaire commun (fig. 1) ; il offre de très nombreuses planches commentées, dont des dossiers où l’on voit comment la ponctuation d’un manuscrit a pu être comprise ou interprétée, et copiée ou transformée.

Figure 1: Table des signes de ponctuation et de leur dénomination proposée par M. B. Parkes, Pause and Effect, Aldershot, 1992, p. 301.

Figure 1 : Table des signes de ponctuation et de leur dénomination proposée par M. B. Parkes, Pause and Effect, Aldershot, 1992, p. 301.

La lecture de ce manuel est fondamentale, même s’il est limité à l’écriture latine. Elle nous enseigne tout d’abord que l’histoire de la ponctuation n’est pas linéaire et qu’il n’y a pas de progrès constant vers un état idéal, où chaque énoncé serait secondé par un ensemble de signes permettant de comprendre l’intention. Ce fait est démontré par les systèmes les plus anciens de la ponctuation : un point sépare les mots dans les écritures les plus anciennes, notamment en ancienne cursive commune (fig.2).

Figure 2: écriture commune ancienne du Ier siècle ap. J.-C. avec des points entre les mots (Berlin, Staatliche Museen, Ägyptische Abt., Papyrussammlung, Pap. 8507).

Figure 2 : écriture commune ancienne du Ier siècle ap. J.-C. avec des points entre les mots (Berlin, Staatliche Museen, Ägyptische Abt., Papyrussammlung, Pap. 8507).

Puis, à partir de la fin du Ier siècle de notre ère, est inventée une écriture continue sans espace, dite « scriptio continua » (fig. 3 et 4). Cette évolution nous met immédiatement sur la piste de phénomènes plus complexes qu’une lisibilité pensée comme fait objectif. La scriptio continua est non seulement une écriture de haut niveau formel, qu’elle soit tracée en écriture onciale ou en capitale improprement appelée « rustique », mais c’est aussi une imitation du modèle grec par les scribes latins. Notre approche de la ponctuation comme réalité historique doit ainsi tenir compte de facteurs extra-graphiques et extra-textuels. Ainsi la scriptio continua est un jeu pour esprits brillants et acculturés. Pétrone dit ainsi son admiration pour un jeune homme qui « lit à vue » dans le Satyricon. Non ponctuée, elle représente un texte qui est certes neutre, mais qui manifeste l’état divisé d’une société où le grammairien – nous dirions aujourd’hui « l’intellectuel » – a le loisir de lire et d’interpréter le texte, tandis que les esclaves peuvent le copier sans l’interpréter.

Le modèle de ponctuation proposé dans l’Antiquité tardive, et que l’on trouve chez le grammairien Donat († v. 380) comporte trois niveaux de ponctuation, qui trouvent une expression directe par l’usage de points posés à trois niveaux différents de la ligne : un point en haut pour une pause forte (« distinctio »), un point au milieu de la ligne pour une pause médiane (« media distinctio ») et un point sur la ligne pour une pause faible (« subdistinctio »).

Figure 5: Les trois niveaux de la ponctuation selon Donat.

Figure 5: Les trois niveaux de la ponctuation selon Donat.

Ce système est complété par des lettres d’annotation, en particulier les trois lettres « K », « C » et « Γ » (gamma), initiales des mots « kaput » ou « caput » et GAMMA, et signalant le début d’un « paragraphe », c’est-à-dire une unité textuelle de plus grande envergure. La lettre elle-même est placée dans le texte ou en marge de la ligne où commence le « paragraphe » sans qu’il y ait de retour à la ligne. La division entre deux unités de sens, notamment dans un vers, peut aussi être marquée par le « simplex ductus » (˥).

L’espace blanc et le retour à la ligne n’interviennent que plus tard comme moyen de ponctuation. En particulier dans une mise en œuvre appelée « per cola et commata » (s. Jérôme † 420, Commentaire sur Isaïe et Ezéchiel, où il indique « novo scribendi genere distinximus »). Cette ponctuation consiste en l’agencement des membres de phrase par retour à la ligne et retrait, et est particulièrement attestée dans les manuscrits bibliques (cf. fig. 6).

stutzmann-fig6

Figure 6 : Mise en page « per cola et commata » (Londres, British Library, Harley 1775, fol. 373v).

À ce stade de l’histoire de la ponctuation, plusieurs remarques doivent être faites sur le rôle de la ponctuation. Tout d’abord, les distinctiones de Donat comme la mise en page per cola et commata montrent que la ponctuation n’est pas seulement une histoire des signes, mais des signes et une gestion de l’espace. Ensuite, saint Jérôme pose pour la première dans le domaine occidental la question de l’autorité de la ponctuation. En effet,  par son rôle d’auteur, de traducteur, mais peut-être aussi de copiste, il semble avoir inventé une ponctuation à l’usage du texte qu’il crée. Et, si c’est incertain pour s. Jérôme, un autre Père est, dit-on, le premier auteur à ponctuer : s. Grégoire, sous la supervision duquel a été produit le ms. Troyes, BM, 504, portant une ponctuation de première main. Cette réalisation nouvelle attire néanmoins aussi notre attention sur la société où émerge une ponctuation qui devient extrêmement visible et se fige de façon stable : l’essor du christianisme change, semble-t-il, les cadres sociaux et les attentes de la lecture. Dans le domaine latin, le texte biblique peut comme ses homologues antiques susciter mille interprétations qui révèlent des significations multiples, voire paradoxales. La ponctuation, qui devient on ne peut plus visible, visent tantôt à écarter une interprétation irrecevable, tantôt à guider les interprétations possibles en s’inscrivant dans la mise en texte même.

Avec le haut Moyen Âge s’ouvre une nouvelle ère de la ponctuation latine, dont Isidore de Séville (v. 560-636) est le premier représentant. Pour lui, les lettres sont le signe d’une réalité et non plus seulement le signe de sons qui désignent des réalités. Il connaît et utilise le système de ponctuation de Donat, mais son chapitre attestent trois changements. Outre l’emploi de la diplè pour les guillemets, et l’omission du « simplex ductus » au profit du « paragraphus » (Γ) pour les divisions intermédiaires, Isidore insère dans ses listes les « positurae ». Ce mot d’origine latine désigne la ponctuation, en général (« Positura est figura ad distinguendos sensus per cola et commata et periodos, quae dum ordine suo adponitur, sensum nobis lectionis ostendit. »), mais aussi s’oppose en particulier au « paragraphus » car il marque la fin de l’énoncé et peut prendre la forme inverse, en forme de « 7 », posé sur la ligne ou en hauteur.

Les Irlandais, qui reçoivent la culture latine et chrétienne alors que leur langue vernaculaire n’est pas romane, vont multiplier les aides à l’intellection du texte : séparation des mots par des espaces blancs, pages tapis en début d’ouvrage, diminuendo marqué en début de section de texte, et, en particulier, usage de positurae redoublées ou multipliées, posée sur la ligne comme les abréviations, finissant par former des tortillons ressemblant à une lettre « m » cursive. Les Anglo-Saxons, selon Parkes, manifestent un goût plus affirmé pour le décor, affaiblissent le diminuendo, mais établissent la hiérarchie des écritures avec l’onciale et la capitale rustique pour le texte biblique, et, pour la ponctuation, hiérarchisent les positurae à un, deux, ou trois points, voire deux points et un trait.

Ces inventions sont utilisées sur le continent dans l’univers carolingien, où, outre un emploi de la hiérarchie des écritures pour distinguer les parties du texte, l’association du système d’écriture minuscule et des formes des écritures capitales forme une innovation de tout premier ordre et destinée à un grand avenir : la « littera nobilior » et, plus précisément, l’emploi du point suivi d’une littera nobilior (nous dirions aujourd’hui « majuscule ») comme ponctuation forte pour marquer le début d’une phrase. En même temps est inventé un autre signe aussi important : le point d’interrogation (« punctus interrogativus »).

stutzmann-fig-carolingiens

Dès le IXe siècle, mais d’un emploi de plus en plus fréquent à partir du Xe siècle, l’on voit se développer différentes formes de points de ponctuation : « punctus elevatus », « punctus flexus » et différentes positurae. Portant sur les « signes techniques », la thèse de doctorat d’Evina Steinová, Notam superponere studui. The use of technical signs in the early Middle Ages (Utrecht, 2016, 475 p.) étudie en détail, en matière de ponctuation, toute la tradition des signes accessoires, de leur dénomination et de leur usage, en particulier pour les marques signalant les omissions, les citations, les corrections, et les structures du texte, notamment pour préparer les florilèges.

stutzmann-fig-ma

Le Moyen Âge central peut sembler un moment de réduction du système. Le punctus flexus, par exemple tend à disparaître hors des milieux cisterciens et cartusiens ; l’on en voit pourtant des résurgences dans les manuscrits de la devotio moderna qui se font ainsi les héritiers des réformes du XIIe siècle aussi bien intellectuellement qu’en matière de ponctuation.

Pourtant la complexité historique ne cesse pas et la ponctuation se mêle plus intimement à la mise en texte. L’usage multiplié des litterae notabiliores dans l’ensemble de la production scolastique, avec une gradation par l’emploi de peinture, et la structuration par pieds-de-mouches issus du signe de paragraphe sont des transformations cruciales.

Un nouveau signe est créé, dont le nom est capital pour notre histoire de l’écriture : la « virgula » (petite branche), à savoir un trait oblique. Le pied-de-mouche lui-même est parfois simplement remplacé une « double virgule » (//), tandis que la « virgula suspensiva » tient le rôle d’une ponctuation faible et la « virgula plana », un trait horizontal, devient un signe de ponctuation forte ou finale. Les humanistes, enfin, inventent de nouveaux signes de ponctuation, où l’on note les parenthèses et le point d’exclamation. Ce dernier marque une double nouveauté : outre un emploi jamais considéré auparavant, c’est également le premier signe dont la paternité est revendiquée par un auteur, en l’occurrence Iacopo Alpoleio da Urbisaglia.

Ce bref aperçu de l’histoire formelle de la ponctuation dans l’écriture latine visait à montrer comment, dans une seule tradition graphique, de nombreuses formes peuvent coexister, sans qu’il n’y ait de progrès objectif.

  1. Guglielmo Cavallo et Maria-Novella Borghetti, « « Le rossignol et l’hirondelle ». Lire et écrire à Byzance, en Occident », Annales. Histoire, Sciences Sociales 56, no 4 (2001): 853, doi:10.3406/ahess.2001.279989. []
  2. N. Catach, « Les signes graphiques du mot à travers l’histoire », Langue française 119, no 1 (1998): 16, doi:10.3406/lfr.1998.6256. []
  3. Malcolm Beckwith Parkes, Pause and effect : punctuation in the West (Aldershot: Scolar press, 1992). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *