La mise en page : forma mentis de la culture manuscrite

Le cycle de séminaires organisé par Christine Ruby (section romane) et par Jacques-Hubert Sautel (section grecque) dans le but de mettre en valeur, à partir des recherches des membres de l’IRHT, et en collaboration avec des collègues d’autres laboratoires du CNRS et des universités, tout ce qui concerne la mise en page des manuscrits. Les principales questions, relatives au support de l’écriture (papyrus, parchemin, papier), à la nature du texte copié (prose ou poésie, profane ou religieux, unique ou commenté), à son environnement graphique (illustrations, notes de musique), aux habitudes culturelles des copistes, des destinataires et des lecteurs, ont été traitées le plus possible dans une perspective transdisciplinaire, associant des spécialistes des différents domaines linguistiques, arabe, grec, hébreu, latin, roman. Un article de synthèse est paru dans la Revue d’Histoire des Textes, 30, 2000, p. 349-366, sous le titre « La mise en page. Cycle de séminaires de l’IRHT (1998-1999) ».

Programme

N.B. Ces communications ont été publiées en 2001 sur la plateforme Ædilis (http://aedilis.irht.cnrs.fr/mep).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *