Les tyrannies de la page (19 novembre 1998)

Paul Canart (Bibl. Apostolica Vaticana), Peter Gumbert (Rijksuniv. Te Leiden), Jean Irigoin (Institut de France, AIBL), Marilena Maniaci (Univ. di Cassino), Denis Muzerelle (IRHT, section de paléographie latine), Ezio Ornato (CNRS, UMR 9963), Alessandro Vitale-Brovarone (Univ. di Torino)

Dans cette séance « généraliste », D. Muzerelle et l’équipe de rédaction de la Gazette du livre médiéval se sont appliqués à définir les contraintes pesant sur les artisans du livre pour en réaliser la mise en page : les « tyrannies de la page ». Sous la houlette du modérateur P. Canart, les interventions se sont succédé, brèves et denses, entrecoupées de discussions animées avec l’assistance.

En un premier temps sont envisagées les contraintes imposées par le support. Parlant du papyrus, P. Canart s’interroge sur le rapport entre la hauteur et la largeur de chaque feuille de papyrus découpée et collée (kollêma). Dans la discussion qui s’engage sur la raison d’être de la dimension rectangulaire (hauteur plus grande que la largeur), J. Irigoin rappelle que la face supérieure du papyrus, seule destinée à recevoir l’écriture, et découpée dans la moelle, est lisse, tandis que le verso est constitué de bandes plus rugueuses collées perpendiculairement.

Pour le parchemin, la question la plus débattue est celle du pliage de la peau. P. Gumbert rapporte la découverte de L. Gilissen sur la solidarité entre feuilles d’un codex, provenant de la même peau de bête pliée, et souligne les limites de cette analyse (p. ex. codices in folio, quinions). Avant le IXe siècle, les cahiers ne sont pas constitués par pliage : pour lui, celui-ci est une invention carolingienne et n’existe pas dans le livre antique.

M. Maniaci explique ensuite qu’elle a décelé dans une vingtaine de manuscrits grecs et quelques manuscrits latins un découpage original des peaux, en s’appuyant sur un indice matériel : la fragilité de la peau à certains endroits de sa périphérie, correspondant à l’aine et aux aisselles de l’animal. Ce découpage permet d’obtenir trois bifeuillets (deux dans le sens de la hauteur, un dans la largeur) à partir d’une peau de grande taille (codex « in sexto », propose-t-on dans la discussion). Pour l’exposé argumenté de la découverte, voir Quinio, 1, 1999, p. 83-122 : « Suddivisione delle pelli e allestimento dei fascicoli nel manoscritto bizantino ».

Les schémas montrent les deux manières de diviser en trois bifeuillets une peau d’animal, pour obtenir un codex in sexto.

Les schémas montrent les deux manières de diviser en trois bifeuillets une peau d’animal, pour obtenir un codex in sexto.

P. Gumbert estime par ailleurs qu’il ne faut pas surestimer la volonté d’épargne de la matière première chez les artisans du Moyen Âge : le découpage de la peau n’obéit pas forcément à notre conception d’une utilisation rationnelle de celle-ci, et les rebuts ont une grande importance pratique.

En ce qui concerne le papier, E. Ornato souligne un paradoxe : l’absence de contrainte originelle de format conduit en fait à une standardisation, avec seulement trois formats principaux attestés (real, mezzano, recute). Pour expliquer le phénomène, l’hypothèse d’une concurrence entre les fabricants de papier, ainsi que celle des importations des techniques de fabrication par les artisans sont mentionnées.

Les contraintes peuvent venir aussi des techniques de préparation de la copie. La réglure à pointe sèche, qui impressionne les deux faces d’un seul coup, impose une symétrie spéculaire entre recto et verso, alors que la pointe traçante, n’impressionnant qu’une face, permet un tracé différent pour le verso. Cela peut se révéler utile pour les manuscrits à texte commenté dans les marges, et la question est posée de savoir si cette propriété peut, à elle seule, expliquer la large diffusion de ce nouveau mode de réglure dans le monde occidental.

La contrainte peut provenir enfin d’impératifs d’esthétique, ou de lisibilité.
D. Muzerelle s’interroge sur la raison d’être des marges et rappelle que la marge de pli est en général la plus petite, suivie par la marge de tête. La question de la théorie des rectangles remarquables est soulevée par E. Ornato, qui souligne les problèmes méthodologiques qu’elle pose : d’une part, il y a une mystique des nombres au Moyen Âge, qui joue notamment dans les rapports entre deux entiers consécutifs (2/3, 3/4, 4/5…), d’autre part, il y a une nécessité concrète de construire des pages selon des procédés utiles (le rapport 1/√2, sur lequel est bâti notre format A4, permet de conserver les mêmes proportions quand on plie la feuille en deux). M. Maniaci rappelle deux recettes de mise en page, qui se fondent sur les rapports entre les marges, et souligne la nécessité de mentionner les dimensions des marges dans la description codicologique.

La nature du texte copié a aussi ses conséquences sur la mise en page, comme le rappelle A. Vitale-Brovarone : les vers s’écrivent volontiers sur deux colonnes, mais à condition de n’être pas trop longs. Pour les décasyllabes, les scribes ont beaucoup de peine à faire tenir le texte sur deux colonnes, et pour les alexandrins, c’est quasiment impossible. Inversement, la page peut suggérer la création d’un texte poétique : le texte entre alors dans un rapport dynamique avec la page.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 décembre 2016

    […]  « Les tyrannies de la page » (19 novembre 1998) – Responsable de la séance : Denis Muzerelle (IRHT). Intervenants : Paul Canart (Bibl. Apostolica Vaticana), PeterGumbert (Rijksuniv. Te Leiden), Jean Irigoin (Institut de France, AIBL), Marilena  aniaci (Univ. di Cassino), Denis Muzerelle (section latine), Ezio Ornato (CNRS, UMR 9963), Alessandro Vitale-Brovarone (Univ. di Torino) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *