Le rouleau entre Antiquité et Moyen Âge (10 décembre 1998)

Daniel Delattre (IRHT, section de papyrologie), Jean Dufour (EPHE, IVe section), Michèle Dukan (IRHT, section hébraïque), Élisabeth Lalou (IRHT, section des sources documentaires)

Chacune des quatre interventions, pour cette séance, étant bien particulière, É. Lalou insiste sur la nécessité d’un aperçu général consacré à l’utilisation du rouleau au Moyen Âge et espère qu’on évoquera une question qui lui semble d’importance : pourquoi est-on passé du volumen antique (où l’écriture est parallèle au grand côté du rouleau) au rotulus médiéval (où l’écriture est parallèle au petit côté) ?

D. Delattre intervient alors sur la mise en espace du texte dans les rouleaux littéraires antiques, et en particulier sur l’exemple de la Musique IV de Philodème (PHerc. 1497). Il rappelle de manière générale comment se présente un livre antique, à savoir le rouleau de papyrus, d’origine et de fabrication égyptiennes, qui fut le support de l’écriture dans presque toute l’Antiquité, et précise qu’il ne parlera que du rouleau littéraire hellénistique, à partir du matériel carbonisé retrouvé dans la Bibliothèque de la Villa des papyrus d’Herculanum. À l’aide de très nombreuses illustrations, il en évoque toutes les étapes matérielles de fabrication, depuis la présentation de la plante papyrus (dont on tirait de fines bandes qui, entrecroisées et pressées fortement, constituaient des kollemata de 10 à 15 cm de largeur, sur une hauteur moyenne de 20-24 cm – avec un maximum de 35 cm –, lesquels étaient mis bout à bout pour former un rouleau standard de 3 m, unité de base du volumen), en passant par l’encre noire et les calames, par la position que le scribe pouvait avoir pour écrire et les diverses facettes de son talent (dont l’exécution par des spécialistes des « titres d’apparat » en fin de livre). Les scribes sans doute recopiaient les textes d’après un modèle placé devant eux, à en juger par la nature des fautes, au moins dans le cas précis d’Herculanum.

Napoli, Bibl. Nazionale, PHerc. 1497, col. finale (152).

Napoli, Bibl. Nazionale, PHerc. 1497, col. finale (152).

Napoli, Bibl. Nazionale, PHerc. 1497, col. 121 et 122.

Napoli, Bibl. Nazionale, PHerc. 1497, col. 121 et 122.

Philodème, De la musique, livre IV, col. finale et deux Subscriptiones, dont la première s’accompagne du nombre des colonnes, soit 152,
et dont la seconde est en « écriture d’apparat ».
Philodème, De la musique, livre IV, col. 121 et 122 = col. VII et VIII Kemke.
On peut remarquer en marge gauche de la col. 121 deux diplai
(> aux l. 8 et 22) et des paragraphoi (_ aux l. 3, 6, 11, 15).

Si seul le volumen est utilisé pour les textes littéraires, le rotulus existe aussi pour certains usages documentaires. Quelques-uns des problèmes liés à la manipulation des rouleaux sont également évoqués, l’enroulement-déroulement permettant probablement d’avoir simultanément sous le regard une trentaine de cm de texte, soit environ quatre colonnes de 6-7 cm (largeur moyenne) à Herculanum. Les rouleaux pouvaient être pourvus d’un umbilicus, mince cylindre central assurant la rigidité et une protection du volumen contre les insectes. Ils étaient protégés aussi par un feuillet initial et un final vierges, et pourvus d’un titre initial et d’un titre final (subscriptio) soignés. Pour ce qui est de la lisibilité, l’écriture est en capitales, sans coupure entre les mots, mais avec un embryon de ponctuation représenté par la présence de paragraphoi ou de diplai en marge gauche, correspondant à un blanc ou à une sorte d’apostrophe dans la ligne, là où s’achève la phrase ; il y a très peu, ou pas, d’abréviations, et l’alignement à gauche est soigné, malgré parfois un décalage plus ou moins marqué vers la gauche – loi de Maas – quand les colonnes sont hautes (jusqu’à 47 lignes à Herculanum). Le texte est révisé par le scribe lui-même ou par un correcteur. Les colonnes peuvent être numérotées et leur largeur peut dépendre du type de texte. Pour conclure, le rouleau est fragile, limité en longueur, et cela implique des difficultés pour le retour en arrière et l’anticipation. De ce fait, le codex à pages, de papyrus puis de parchemin, tout en conservant bon nombre des caractéristiques de mise en page du volumen, ne mettra que quelques siècles (à partir du IIe siècle) à détrôner ce dernier, bien moins pratique à consulter.

  • Bibliographie : D. Delattre, « Les Rouleaux carbonisés d’Herculanum : comment les reconstruire pour les lire ? Le cas particulier de la Musique IV de l’épicurien Philodème », dans Lire l’écrit, Lille, 1997 (Ateliers), p. 81-98 (études réunies par R. Hanoune).

M. Dukan, après avoir fait passer dans l’assistance quelques fragments de rouleaux liturgiques du XXe siècle, commence par donner un aperçu des périodes pendant lesquelles la Bible a été copiée sur rouleau et sur codex. Les premiers rouleaux conservés sont orientaux : ce sont les rouleaux de la Mer morte, ils datent du début de notre ère et sont de formats différents, certains étant peut-être destinés à l’étude, d’autres à la liturgie. Après la destruction du second Temple (70 de notre ère), le culte est recentré autour du rouleau liturgique, qui devient un objet sacré. Sa copie, comme sa lecture, furent alors soumises à des règles précises qui perdurent jusqu’à maintenant. Deux traditions orales, liées à la copie comme à la lecture de la Bible, ont été consignées par les Massorètes aux VIIe-VIIIe siècles ; l’une est babylonienne, l’autre palestinienne. La découverte de la Gueniza du Caire, à la fin du XIXe siècle, est pour l’étude de la Bible une source précieuse ; la Bibliothèque universitaire de Cambridge, par exemple, détient plus de deux cents fragments de rouleaux, copiés entre le VIIIe et le XIIe siècle. Nous pouvons constater que le format du rouleau copié au Moyen Âge devint alors plus grand comparé au rouleau antique ; la plupart ont une hauteur comprise entre 40 et 50 cm. La mise en page diffère également. Ainsi peuvent être dégagées deux traditions de mise en page   quant au rouleau le plus ancien, qui serait du VIIIe siècle, il ne s’intègre dans aucun de ces deux groupes ; serait-il témoin d’une troisième tradition ?

Si des essais de typologie ont pu être réalisés pour le codex, aucune typologie du rouleau n’a été entreprise jusqu’à ce jour, alors que sa mise en page a connu une évolution. Le rouleau liturgique répond jusqu’à nos jours aux prescriptions religieuses, il n’est jamais vocalisé, seul le texte consonantique est noté. Le même texte copié sur codex, qui deviendra le livre d’étude, sera alors accompagné d’une sorte de grammaire, appelée massore ; elle est consignée dans les marges du manuscrit, la copie de cette massore deviendra de plus en plus élaborée et caractérisera souvent une zone géographique particulière. Parmi les bibles datées d’avant 1250, vingt-deux ont été conservées, elles sont pour la plupart de tradition orientale ; la présence du grand format est remarquable (elles mesurent souvent entre 35 et 45 cm). Elles ont été pour la plupart copiées à trois colonnes par page. Ces bibles étaient affectées, contrairement aux rouleaux, à une lecture collective, ce qui explique le module important de l’écriture (souvent supérieur à un cm) qui s’accompagne d’un nombre restreint de lignes copiées à la page (compris entre 19 et 24).

Cependant cette prépondérance du grand format qu’on relève dans les manuscrits bibliques datés n’est pas le reflet de la réalité historique. En effet la documentation de la Gueniza du Caire permet d’avoir une approche plus précise de ce qu’était la production du livre biblique à cette époque : ainsi sur 169 fragments de manuscrits retenus, les formats intermédiaires sont en nombre : la plupart ont été copiés sur deux colonnes ; par la qualité de copie et de mise en page, ces bibles étaient aussi des livres d’apparat. Si les manuscrits de grand format sont de forme carrée, le format intermédiaire est souvent plus haut que large. Les bibles de petit format sont largement représentées dans la documentation de la Gueniza du Caire, alors que deux bibles orientales datées avant 1250 seulement ont été conservées ; elles sont copiées à longues lignes, sur parchemin mais aussi sur papier. Comme les bibles de plus grand format, ces manuscrits se caractérisent également par un module d’écriture important et un nombre de lignes à la page souvent inférieur à 11. Étaient-elles également destinées à la lecture en groupe, à la synagogue par exemple ? Si la lecture liturgique s’effectue toujours sur des rouleaux dont la copie et la lecture répondent aux normes imposées par la tradition, ils ne sont jamais datés ou localisés par un colophon ; en revanche le même texte copié sur codex a connu une évolution normale du livre, liée au temps et au lieu de copie. Les bibles sont parfois enluminées et portent des colophons qui permettent d’identifier le scribe et le commanditaire, les indications de date sont plus fréquentes que la localisation du manuscrit.

É. Lalou reprend ensuite la parole pour l’aperçu initial qu’elle avait évoqué en début de séance : si les textes littéraires sur rouleau sont rares, il reste en revanche cent trente manuscrits de chronique universelle en rouleau. Subsistent également des généalogies, des armoriaux et, dans un tout autre registre, des calendriers. Ce sont les Anglais qui sont les plus grands utilisateurs du rouleau, notamment pour l’usage administratif. Il ne faut pas oublier par ailleurs le gros ensemble des cartulaires, ni les procès et les comptes.

Paris, Arch. nat., Musée, AE II, 138. Titre de Vézelay. Rouleau du B. Vital.

Paris, Arch. nat., Musée, AE II, 138. Titre de Vézelay. Rouleau du B. Vital.

J. Dufour intervient alors sur les rouleaux des morts. Ceux-ci prennent leur source dans le dogme de la communion des saints et apparaissent vraisemblablement au VIIIe siècle dans le monde anglo-saxon, à l’instigation de saint Boniface, archevêque de Mayence. Deux catégories de documents furent utilisés pour transmettre le nom des défunts : les brefs et les rouleaux mortuaires, qui prévalurent assez vite. Le rouleau débutant par un faire-part de décès, vierge pour le reste, est confié à un messager qui doit l’apporter aux églises associées spirituellement, à charge pour elles d’y apposer un accusé de réception. Cette pratique se poursuivit jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, notamment en Bavière. J. Dufour connaît environ trois cents documents originaux, du VIIIe au XVIe siècle. Les plus anciens sont de courts fragments de Saint-Martial de Limoges, du xe siècle. Il y eut une évolution sur les huit siècles, mais de manière générale, un rouleau comporte une encyclique et des titres. L’encyclique, lettre circulaire adressée à toutes les églises associées, est un faire-part annonçant une mort, contenant des lieux communs sur la qualité exemplaire du défunt. La date du décès est en principe indiquée. À partir du xive siècle, l’encyclique est suivie de la liste des societates, des églises associées. La seconde partie du rouleau est constituée de titres, les accusés de réception. La communauté réceptrice s’engage à prier pour le défunt et demande des prières pour ses propres défunts. La forme de ces titres a évolué considérablement : jusqu’au XIIe siècle, pièces versifiées médiocres, avec souvent absence de date ou du nom précis de l’église, titres apposés dans le premier espace vierge venu ; dans la seconde moitié du XIe siècle, la qualité des titres baisse considérablement, avec des vers inconvenants, des jeux de mots. Baudri de Bourgueil, mort en 1130, demandera plus de respect à l’égard des morts. À la fin du Moyen Âge, la plupart des titres ont perdu tout intérêt pour le fond, mais donnent des renseignements précis, jusqu’au moment d’arrivée du messager. J. Dufour évoque ensuite la forme des rouleaux : ils sont souvent très longs, larges de 20 à 27 cm ; les feuilles de parchemin, dont la préparation est succincte, sont cousues ou attachées, enroulées sur un cylindre de bois ; l’écriture court dans la plus petite dimension de la matière subjective (rotulus) ; ni titre initial ni final, pas de colonne. À partir du XIIIe siècle, l’encyclique est parfois précédée d’une peinture. Un titre peut être exceptionnellement décoré. Ces documents, qui étaient transportés sur de très longues distances, ont beaucoup souffert.

J. Dufour évoque ensuite la destination de ces rouleaux : ils furent mis en circulation au départ pour de simples clercs ou des dignitaires ecclésiastiques plus éminents ; à partir du xiiie siècle, ils sont uniquement constitués pour des personnages importants, rarement pour des laïcs. Par ailleurs, ce sont essentiellement des monastères bénédictins qui les expédient, et au xiie siècle ils partent d’églises sises entre la Loire et l’Angleterre pour la plupart, ainsi que de Bavière. L’Europe méridionale a pratiquement ignoré cette coutume. Il y a peu de renseignements sur les porte-rouleaux, souvent des frères lais, puis des laïcs salariés à partir du XVe siècle. Il semble par ailleurs que les clercs aient omis de reporter les informations dans les obituaires. Pour conclure, le rouleau, certes document secondaire, est très précieux d’un point de vue paléographique et prosopographique, et peut livrer des éléments pour l’histoire des mentalités.

Paris, Arch. nat., M 877B, n° 24.

Paris, Arch. nat., M 877B, n° 24.

É. Lalou ferme la séance par une intervention sur les rôles de théâtre aux XIIIe-XVe siècles. Le terme rôle, ou plutôt roulet, vient du support matériel, le rouleau. On en a conservé une trentaine, en français, en provençal, en latin et un ou deux en anglais, essentiellement pour le théâtre profane, dont un rôle en parchemin du XIIIe siècle, de toute petite dimension. Les pages étaient cousues à la suite l’une de l’autre. On les appelait également brevets. Dans la Farce de Tripet, É. Lalou explique que le roulet a pour fonction de faire apparaître le demi-vers final précédent de la tirade dite par l’acteur qui fait face au locuteur. Dans la Passion jouée à Amiens, il est indiqué « les termes et les dedicaces », c’est-à-dire le début et la fin d’une tirade d’un même acteur. Mais c’est tout un ensemble codicologique qui gère la pièce de théâtre, et non pas le roulet tout seul : nous est présenté un livre de conduite d’un régisseur (une vingtaine de cahiers), avec la mention non seulement du nom des personnages mais aussi des acteurs, et surtout le premier et le dernier vers prononcés par les dits personnages, et le nombre de vers prononcés. Par ailleurs, l’intérieur des tirades (qui sont sur les rôles) se trouve sur la copie intégrale du texte qui s’appelle l’original, dans lequel il n’y a pas les indications de mise en scène. L’original était copié en même temps que les rôles par une équipe de scribes. Il manque ainsi un rôle qui n’a pas été rendu pour le Mystère de saint Vincent. Suivent de nombreux exemples illustrés, dont un roulet constitué en cahiers. Les acteurs tenaient-ils leur rouleau pendant les représentations, notamment pour les rôles très longs ? On ne peut l’affirmer, mais il est sûr que les acteurs savaient leur texte par cœur et qu’il y avait part pour l’improvisation.

La discussion générale s’engage ensuite sur divers problèmes, notamment sur la position du scribe antique. Quant à la question du passage du volumen au rotulus, elle est loin d’être résolue…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 décembre 2016

    […] « Le rouleau entre Antiquité et Moyen Âge » (10 décembre 1998) – Responsable de la séance : Élisabeth Lalou (IRHT). Intervenants : Daniel Delattre (section de papyrologie), Jean Dufour (EPHE, IVe section), Michèle Dukan (section hébraïque), Élisabeth Lalou (section des sources documentaires). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *