Mise en page et mise en texte des manuscrits français du XIIIe siècle (14 janvier 1999)

Maria Careri (Univ. de Chieti), Geneviève Hasenohr (Paris-IV), Sylvie Lefèvre (ENS), Christine Ruby (IRHT, section romane)

G. Hasenohr inaugure la séance en rappelant les grandes lignes du programme de recherche collectif de la Section romane sur la mise en page et la mise en texte des manuscrits du XIIIe siècle conservés dans les bibliothèques parisiennes (manuscrits atypiques, anglo-normands, bibles et chansonniers exclus) : le but poursuivi est de faire paraître un recueil d’une cinquantaine de planches représentatives, accompagnées d’un commentaire portant sur différents aspects matériels comme les écritures, les signes de ponctuation, les abréviations, les formats, les schémas de réglure, les dispositions à longues lignes ou en colonnes, la structuration de la page et celle du texte – qu’il soit en vers ou en prose –, ainsi que toute trace du lecteur médiéval dans le livre. Les constats effectués permettront peut-être d’établir des liens entre ces divers paramètres et d’apporter des éléments pour l’histoire de la lecture et de l’interprétation des textes, envisagées du point de vue du copiste comme du destinataire, ainsi que sur la répartition en « genres littéraires », ces « genres » dont le Moyen Âge n’avait sans doute pas la même vision que nous, lecteurs du XXe siècle.

Réglure du ms. de Paris, Bibl. de l’Arsenal 3340 (daté de 1237).

Réglure du ms. de Paris, Bibl. de l’Arsenal 3340 (daté de 1237).

Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure, en octosyllabes. Intervention de Ch. Ruby

Ch. Ruby propose d’examiner, dans le corpus des romans en vers dont elle est chargée, la vingtaine de manuscrits du XIIIe siècle du Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure. Voici quelques constatations générales : prédominance écrasante des manuscrits à deux colonnes, dépendance indéniable du nombre de colonnes et du format, mais pas de manière aussi systématique qu’on l’a souvent dit jusqu’à maintenant ; nombre de lignes d’écriture relativement constant pour les manuscrits à deux colonnes (40 ou autour de 40), mais les critères format / nombre de colonnes / nombre de lignes ne sont pas interdépendants de manière stricte. Par ailleurs le nombre de colonnes peut être imposé par la métrique. Ensuite, Ch. Ruby choisit de présenter plus particulièrement deux manuscrits de ce corpus : l’Arsenal 3340, qui offre un schéma de réglure particulièrement intéressant (16 lignes verticales pour deux colonnes d’écriture !), et dans lequel la mise en texte est conditionnée par la mise en page (justification à droite avec utilisation d’artifices : bouts-de-ligne, points, blancs, lettres étirées, etc.) ; puis le BnF, fr. 2181, qui montre une présentation originale du couplet d’octosyllabes (d’origine anglo-normande), avec décalage vers la droite du second vers.

S. Lefèvre, chargée des romans en prose, présente ensuite le corpus des manuscrits du Lancelot-Graal (94, du XIIIe à la fin du XVe siècle). Après avoir donné les formats et le nombre de colonnes de l’ensemble des manuscrits, elle constate, elle aussi, l’écrasante majorité des manuscrits à deux colonnes et s’interroge sur cette préférence pour la prose romanesque, bien qu’il y ait eu également entre 1250 et 1350 une vogue pour les grands manuscrits sur trois colonnes, souvent plus étroites. S. Lefèvre examine ensuite les facteurs de lisibilité à partir de deux manuscrits de grand format, les BnF 339 et 344, du XIIIe siècle. L’impression visuelle, que l’on pourrait tenir pour trompeuse, est ici vérifiée par l’examen de données chiffrées, hormis celle du rapport de la justification et de la page. Ce dernier élément ne fournit en effet qu’une idée de l’occupation de la page, non de la densité du texte. Aux chiffres de 49,2 % pour le 344 et de 65,1 % pour le 339 s’opposent ainsi les modules d’écriture (2 à 4 mm contre 2 à 3 mm) et la taille de l’entrecolonne (11 mm contre 21 mm). En dépit donc du rapport justification / page, c’est bien le 344 qui offre la plus grande densité d’écriture.

M. Careri, chargée des chansons de geste, prend la parole avec une description générale des lettrines qui indiquent, dans tous les manuscrits, le début d’une laisse épique. Certaines, plus importantes, peuvent souligner des unités narratives, comme dans le modèle romanesque, et peuvent jouer un rôle important dans le classement des manuscrits. Puis sont envisagés deux problèmes d’ordre codicologique. Le premier concerne la différence de largeur qui existe presque toujours entre les deux colonnes d’une même page : il semblerait en fait que le rectangle de la justification ait été partagé en deux, avant qu’on ajoute les colonnettes dévolues aux initiales des vers. La seconde question porte sur le rapport entre la disposition du texte dans la page et le texte lui-même. À l’aide de quelques exemples, M. Careri montre que, dans un certain nombre de manuscrits, les copistes considèrent la mise en page comme prioritaire sur la copie philologique du texte. Les pages de trois manuscrits du Garin, par exemple, qui sont tous à deux colonnes par page et 30 lignes d’écriture, commencent et finissent toutes par le même vers, et les vers de début de cahier sont identiques. Si les copistes sautent des vers par erreur, ils dilatent le dernier vers de la page sur deux lignes pour terminer au même endroit, ou bien ils insèrent un vers interpolé.

F. Gasparri (IRHT, section romane) conclut la séance en exposant les difficultés rencontrées quant à l’examen des écritures de ces manuscrits français du XIIIe siècle.

  • Bibliographie : M. Careri, F. Fery-Hue, F. Gasparri, G. Hasenohr, G. Labory, S. Lefèvre, A.-F. Leurquin et Ch. Ruby, L’Album de manuscrits français du XIIIe siècle. Mise en page et mise en texte, Rome, Viella, 2001.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *