La gestion de la ligne (11 février 1999)

Michèle Dukan (IRHT, section hébraïque), Geneviève Humbert (IRHT, section arabe), Colette Jeudy (IRHT, section latine)

M. Dukan ouvre cette nouvelle séance interdisciplinaire en expliquant la problématique : du fait que la page manuscrite impose une segmentation du texte en lignes de longueur à peu près égale, cette segmentation entre en conflit avec la continuité exigée par l’écriture et la lecture. Il est fréquent que la fin d’une ligne ne coïncide pas avec la fin d’un mot, et pour résoudre ce conflit, les copistes ont souvent recours à des artifices nommés « bouts de ligne ». Les trois interventions qui suivent montrent, à l’aide de projections, les différentes solutions apportées dans des manuscrits écrits en écriture hébraïque, latine et arabe.

M. Dukan présente en premier les manuscrits hébreux, qui comprennent le codex, mais aussi le rouleau biblique réservé à la liturgie synagogale (Sefer-Torah). Pour le Sefer-Torah, la lisibilité a primé en général sur l’aspect esthétique ; il a été ainsi formulé une loi d’interdiction d’espaces blancs qui n’auraient pas de lien avec le texte : au contraire, les espaces appelés « alinéas mineurs et majeurs » rythment la lecture vocale du texte. De façon plus précise encore, les sources anciennes interdisent pour la copie du Sefer-Torah l’emploi de signes graphiques qui pourrait provoquer des confusions (cf. infra, exposé de C. Jeudy). En revanche, si un mot ne s’intègre pas complètement dans l’espace réglé, les textes fixent le nombre des lettres qui doivent être écrites dans la ligne, par rapport à celles laissées dans la marge.

La Bible copiée sur codex ressortit au domaine du sacré aussi. Les copistes ont eu recours à des artifices, lorsqu’ils ont copié la Bible, comme tout autre texte sur codex. Mais le dépassement du texte hors du cadre réglé a été géré différemment selon les aires culturelles : en Occident, les lettres qui ne peuvent tenir sont écrites dans la marge, à l’écart de la justification ; il arrive aussi qu’elles soient écrites perpendi­culairement à la ligne écrite, sur la justification ; en Orient, ces lignes s’intègrent dans la surface de justification en diagonale, au-dessus comme en-dessous de la ligne.

Les codices médiévaux hébreux attestent d’autre part l’emploi de signes graphiques : dans les manuscrits les plus anciens, des points, ou encore une sorte d’accent circonflexe renversé et exponctué, sont les signes de « bouts-de-ligne » les plus fréquents. On trouve aussi l’allongement de lettres en fin de mot, l’emploi de lettres brisées ou tronquées, et la pratique d’écrire en fin de ligne le début du mot à venir (seul le nom divin n’est jamais coupé et se trouve alors franchir la justification). La variété des artifices utilisés par les scribes juifs explique que la coupure du mot soit si peu exploitée, elle se fait alors selon des règles précises et différentes selon les régions : après un préfixe dans les manuscrits italiens, après la première lettre dans les manuscrits yéménites. Le nombre des artifices employés dans un codex déterminé reste limité ; le choix de ces artifices peut aider à différencier les scribes qui sont intervenus dans ce manuscrit.

C. Jeudy expose ensuite le cas significatif des manuscrits du De translatione imperii de Marsile de Padoue. Après la condamnation de son Defensor pacis en 1324, Marsile, réfugié à Munich, rédige ce traité qui prend parti pour le roi de Bavière Louis II dans le conflit qui l’oppose au pape Jean XXII ; mis à l’index, ce texte ne peut circuler que « sous le manteau », anonyme et anépigraphe. Or C. Jeudy a découvert à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich un binion de 4 folios de grande taille, datable de la première moitié du XIVe siècle, qui contient le texte. Les feuillets ont été pliés dans le sens de l’écriture, pour être plus facilement transportables. C’est en 1483 que ce binion a été caché à la fin d’un martyrologe du XIe siècle, où son premier folio porte le numéro 126, et où il se trouve encore.

Ce manuscrit allemand (M) comporte vingt-et-une fois un signe graphique en fin de ligne, trait oblique ondulé et barré par le milieu, généralement pourvu d’un point en-dessous. Ce signe se trouve assez ressemblant avec l’abréviation de et. Il était en usage chez les scribes italiens (et français), ainsi que le redoublement des consonnes à l’intérieur d’un mot, et selon toute vraisemblance, le copiste allemand a reproduit quasiment à l’identique son modèle. Mais M a eu aussi des apographes : sur les 21 manuscrits de l’œuvre connus actuellement, 17 sont allemands et 16 d’entre eux montrent la trace de ce signe de fin de ligne, soit reproduit tel quel, exponctué ou non, soit barré, soit transcrit, suivant une erreur d’interprétation, par la conjonction et, transformée parfois en etiam ou en ut. À l’aide d’un tableau récapitulatif, C. Jeudy montre la reconstitution du stemma rendue possible par la recherche du sort réservé à ces occurrences du signe de fin de ligne : trois familles se dessinent, selon le choix des occurrences où la transmission du signe est assurée. C’est un cas remarquable de conjonction entre paléographie, codicologie, critique textuelle et histoire des textes.

G. Humbert divise son exposé sur les manuscrits arabes en deux parties : pratiques actuelles et pratiques anciennes. Aujourd’hui, il est obligatoire de terminer la ligne sur un mot complet, le système graphique de l’arabe ne permettant pas de s’arrêter en fin de ligne sur une syllabe. Les divers expédients trouvés par les copistes pour faire coïncider la fin de la ligne et la fin du dernier mot consistent à :

  • tricher sur la surface d’écriture en utilisant l’interligne supérieur ou la marge,
  • introduire des signes de remplissage,
  • jouer sur la longueur des blancs de séparation entre les mots,
  • ramasser ou étirer les lettres (l’étirement étant l’un des procédés les plus utilisés).

Ainsi, dans un Coran mamelouk du XVIe siècle en calligraphie muhaqqaq, on observe, lorsque la dernière lettre du dernier mot ne peut être étirée parce que sa forme finale ne le permet pas, que c’est l’une des dernières lettres du mot précédent qui est prolongée, en un trait passant sous la ligne d’écriture jusqu’à la réglure. Dans un autre manuscrit coranique, les rosettes de séparation entre les versets, qui figurent habituellement dans les interlignes dans le Coran, sont utilisées pour compléter la ligne. En ces deux beaux manuscrits, le copiste, qui prend soin de terminer de façon harmonieuse l’ensemble des bouts-de-ligne de sa page, introduit de véritables « rimes graphiques ». Dans la pratique ancienne, les mots pouvaient être coupés en deux morceaux, de part et d’autre de la fin de la ligne. Ceci ne tient pas à ce que le système graphique ignore la division de la phrase en mots : au contraire, le mot arabe est séparé des autres mots par un blanc et les lettres ont des formes différentes selon leur place (début, milieu, fin) dans le mot. La coupure à l’intérieur des mots est rendue possible par le fait que, sur les 28 lettres de l’alphabet arabe, 6 ne se lient jamais à la lettre suivante : il en résulte des blancs de séparation entre les lettres, qu’en principe l’écriture ne confond pas avec les blancs de séparation entre les mots. C’est pourtant à l’occasion de ces blancs « internes » que le mot pouvait être coupé en fin de ligne. Le dernier mot de la dernière ligne d’une page pouvait lui aussi être divisé en deux morceaux, et chacun d’eux se trouver sur une page différente. Tout mot pouvait être coupé, y compris le nom d’Allâh.

Alors que la pratique ancienne, qui est attestée dans toutes sortes d’écrits au début de l’Islam (inscriptions, écrits documentaires ou littéraires, textes profanes ou d’inspiration religieuse, manuscrits chrétiens et musulmans), cesse presque complètement au IXe siècle, elle se poursuit pour la copie du Coran jusqu’au XIIIe siècle. En effet, quand les copistes de l’époque abbasside avaient l’occasion de confectionner des exemplaires de prestige dans le style archaïsant, ils jouaient souvent sur la confusion entre les deux types de « blancs », prétexte à innovations graphiques et occasion de recherches originales sur l’esthétique de la mise en page.

Dans la très riche discussion qui suit les trois interventions, J. Vezin (EPHE, IVe section) rappelle que les manuscrits latins ne connaissent de véritable séparation du mot qu’à partir du Xe siècle, à l’époque où est inventé en fin de ligne le trait d’union (ou « trait de séparation »). G. Labory (IRHT, section romane) montre quelques exemples de signes de remplissage en fin de ligne dans les manuscrits romans (un r, un i exponctué), et C. Jeudy renchérit en parlant d’un o barré dans un manuscrit du XVe siècle. J. Dalarun s’interroge sur la fonction de cet interdit de blanc en fin de ligne, et mentionne, à propos d’un trait de remplissage à l’encre rouge dans une bible italienne de la même époque qu’il a étudiée, l’hypothèse de la nécessaire préservation du texte de tout ajout qui pourrait le dénaturer et en fausser le sens : l’hypothèse est corroborée par la doctrine d’interprétation des scribes hébreux que rappelle M. Dukan.

D. Delattre intervient enfin en montrant dans les papyrus d’Herculanum, rédigés en grec et datant du Ier siècle avant notre ère, des pratiques analogues très anciennes : l’usage de l’asteriskos (x exponctué partiellement de 1 à 3 points, ou totalement de 4 points) comme remplissage de fin de ligne, signe très voisin de la lettre chi (et de celui observé par C. Jeudy), qui a ainsi donné lieu, de la part des éditeurs de ces textes, à des bévues d’interprétation comparables à celles des copistes expliquées ci-dessus.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *