Mise en page de la Bible Moralisée (15 avril 1999)

François Boespflug (Univ. Strasbourg), Anne Granboulan (Paris IV / IRHT), Christian Heck (Univ. Strasbourg), Yolanta Zaluska (IRHT, section de liturgie)

Y. Zaluska propose de nous entretenir de la mise en page des manuscrits d’origine française de la Bible Moralisée (XIIIe-XVe siècles). Ayant évoqué la richesse de ces bibles qui peuvent être envisagées sous beaucoup d’aspects, elle donne une liste des manuscrits et des données nécessaires. À l’aide de documents projetés, elle reprend ce qui a été dit par la critique à propos de la chronologie et des rapports de dépendance entre ces manuscrits, latins et français, notamment pour OPL (Bible partagée entre Oxford, Paris et Londres) ; Wien, Ö.N.B., 1179 et 2554 ; la Bible moralisée de Tolède ; BnF, fr. 167 (Bible de Jean le Bon) et fr. 166. En particulier, grâce à Fr. Avril, la Bible de Jean le Bon, datée par lui du milieu du XIVe siècle, apparaît dans un nouveau contexte tout à fait différent. Peintes avec la méthode dite « en diptyque » (deux pages munies de peintures en regard suivies de deux pages blanches) pour celles du XIIIe siècle, mais au contraire peintes des deux côtés du feuillet au XIVe, les Bibles Moralisées suivent un ordre de lecture complexe et différent, suivant que les manuscrits sont à longues lignes ou à deux colonnes.

Y. Zaluska entre ensuite dans le vif du sujet : toujours aidée d’un soutien visuel très riche, elle s’attache à dégager les attitudes intellectuelles et artistiques qui se reflètent dans les bibles moralisées, à travers les dimensions des parties accordées au texte et aux images. Les bibles du XIIIe siècle ont connu deux mises en page : celle du manuscrit de Vienne 2554, unique, caractérisée par une seule grande surface picturale peinte entourée d’un texte, et celle des autres manuscrits, où extraits et médaillons sont disposés sur deux colonnes ; ici l’ensemble donne moins l’impression d’un livre d’images que d’un livre à lire. Mais cette nouvelle mise en page à deux colonnes a connu des aléas, car la longueur des textes dépasse souvent la justification de l’ensemble. Au XIVe siècle, avec notamment la Bible de Jean le Bon, on assiste à une nouvelle génération de Bible Moralisée : les deux versions latine et française ont été copiées l’une au-dessous de l’autre, avec doublement de volume. Texte et images occupent la même surface et l’équilibre est enfin atteint. En conclusion, la Bible Moralisée paraît refléter de façon exemplaire le processus dialectique entre texte et images : équilibre optique dans Vienne 2554 mais avec un texte marginalisé, manuscrits à deux colonnes où ce dernier reprend le dessus, et enfin équilibre atteint avec partage équitable pour la Bible de Jean le Bon.

A. Granboulan compare à son tour cette mise en page des bibles moralisées avec les vitraux légendaires qui les précèdent. Toujours à l’aide de très nombreux documents iconographiques, mis en parallèle avec les manuscrits décrits par Y. Zaluska, elle va montrer que les analogies sont frappantes, notamment avec les vitraux à deux rangées de médaillons superposés, et leurs fonds appelés mosaïqués, qui connaîtront une grande fortune dans les verrières légendaires à partir de 1200. A. Granboulan étend ensuite son parallèle aux vitraux parisiens contemporains des manuscrits, en particulier aux fenêtres de la Sainte Chapelle, et termine avec la Bible de Jean le Bon, pour laquelle les liens semblent plus ténus. En définitive, il semblerait que le schéma de composition du vitrail plaçant les épisodes du récit dans des rangées de cercles superposés a précédé nettement ceux de la Bible Moralisée, puisqu’on le rencontre déjà à Saint-Denis vers 1145. Il est possible également que les fonds ornementaux quadrillés des manuscrits du XIIIe siècle se soient inspirés des fonds mosaïqués des vitraux qui apparaissent dès les années 1200, avec l’agrandissement et la multiplication des verrières.

Ch. Heck étudie les modèles intellectuels et les modèles formels dans la mise en page de la Bible Moralisée, caractérisée par des alignements de médaillons circulaires en deux colonnes parallèles. Fondé sur des documents projetés, son examen porte sur trois points : tout d’abord sur le principe d’une présentation d’idées ou d’unités conceptuelles ou narratives par des médaillons circulaires successifs, principe déjà présent dans les peintures des manuscrits à l’époque romane. Le deuxième point concerne la répartition spatiale de ces médaillons, organisés en fonction de la relation intellectuelle de leur contenu respectif, principe qui continue à recevoir, jusqu’à la fin du XIIIe siècle, un développement très fort sous la double impulsion de la scolastique et de l’Université. Et enfin, le troisième point consiste, sans nier l’influence certaine de l’art du vitrail, dans le rôle essentiel joué par la transposition dans la peinture des manuscrits de choix techniques, de formes décoratives et d’effets plastiques de l’orfèvrerie (nombreux exemples d’émaux, de châsses, de crosses, etc.).

À la fin de la séance, F. Boespflug anime le débat et transmet de nombreuses questions aux conférenciers, notamment sur les motifs de tissus et sur l’examen attentif à apporter aussi au texte.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 décembre 2016

    […] « Mise en page de la Bible Moralisée et “mise en page” des vitraux » (15 avril 1999) – Responsable de la séance : Yolanta Zaluska (IRHT). Intervenants : François Boespflug (Univ. de Strasbourg), Anne Granboulan (Paris IV / IRHT), Christian Heck (Univ. de Strasbourg), Yolanta Zaluska (section de liturgie). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *