Mise en page de manuscrits grecs à commentaire (10 juin 1999)

Michel Cacouros (EPHE), Gilles Dorival (Univ. Aix-Marseille), Jean Irigoin (Institut de France, AIBL), Jacques-Hubert Sautel (IRHT, section grecque), Laurence Vianès (Univ. Grenoble)

J. Irigoin ouvre la séance en rappelant la mémoire de dom Julien Leroy, qui a offert aux spécialistes du manuscrit grec un instrument de travail très précieux en élaborant une codification des types et systèmes de réglure. De cette codification et du fichier légué par J. Leroy à l’IRHT est issu en 1995 le Répertoire de réglures dans les manuscrits grecs sur parchemin, mis en forme par J.-H. Sautel. Il s’agit aujourd’hui d’apporter un complément à ce répertoire en examinant des types de réglure complexes associant texte et commentaire. L’apparition du codex, dénomination du livre à pages, qui se substitue au rouleau, était un préalable nécessaire à cette innovation, qui exige des marges bien définies. Les premières attestations matérielles du commentaire marginal sont fournies par un manuscrit de parchemin de Dioscoride antérieur à l’an 512, et par les restes d’un codex de papyrus de Callimaque datable des environs de 500.

À partir de la première Renaissance byzantine des IXe-Xe siècles, trois types principaux de réglure sont employés concurremment dans les manuscrits poétiques : les marges supérieure, externe et inférieure sont pourvues d’une linéation plus serrée, que celle du texte qui occupe la majeure partie de la page (1er type) ; seules les marges supérieure et inférieure sont pourvues d’une linéation particulière, et les lignes destinées à guider la copie du texte se prolongent dans la marge externe (2e type) ; seule la partie réservée au texte porte une linéation, éventuellement prolongée dans la marge externe (3e type). La réglure ainsi tracée est une donnée que le scribe adapte au mieux de ses besoins, disposant par exemple deux lignes d’écriture de petit module dans un interligne trop grand. Dans le cas de la paraphrase d’un texte poétique, la page sera divisée en deux colonnes de largeur inégale, l’interne, plus large, correspondant aux vers, l’externe à la paraphrase en prose, écrite plus serrée. En raison des difficultés rencontrées pour adapter la transcription du texte et celle du commentaire, d’autres types de réglure seront adoptés ultérieurement : une tranche de texte, écrite à pleine page, sera suivie de la tranche de commentaire correspondante, qui s’en distingue par l’interligne, plus petit, et par l’écriture, où les abréviations sont plus nombreuses. Quel que soit le type de réglure adopté, l’écriture marque toujours la subordination du commentaire au texte commenté.

Type 1

Type 1

Type 2

Type 2

Type 3

Type 3

  • Bibliographie : « La mise en page des œuvres poétiques dans le livre grec, de l’Antiquité à la fin du XIe siècle », dans Calames et cahiers. Mélanges de codicologie et de paléographie offerts à Léon Gilissen. Bruxelles, 1985, p. 79-87

M. Cacouros parle ensuite des manuscrits commentés d’Aristote. Trois éléments caractéristiques sont passés en revue.

– Une mise en page spéciale a-t-elle été prévue pour les schémas diérétiques (les divisions adoptées par Aristote et ses commentateurs, représentées sous forme d’arbres) et les figures syllogistiques ? On observe que les premiers, volumineux, s’inscrivent à pleine page, mais que les secondes sont tracées dans les marges de réglure, ou bien dans les emplacements prévus pour les scholies (cas des mises en page latérale ou encadrante) ; la mise en page consomme ainsi la dépendance des figures par rapport aux scholies.

– Il faut souligner que, dans les 50 manuscrits examinés des Seconds Analytiques datant des XIIIe-XIVe siècles, il y a prédominance du schéma à chaînes encadrantes sur trois côtés. Cela est-il propre à la Renaissance des Paléologues ? On ne peut conclure avec certitude, car les manuscrits philosophiques antérieurs au XIIIe siècle sont peu nombreux, mais en tout cas ce schéma est presque exclusif au XVe siècle dans les commentaires d’œuvres de logique.

– Plus le système de scholies est opaque, plus le système de renvois est complexe. Deux systèmes ont été développés : dans l’un, ce sont des signes sans suite logique (triangle, obel, lune, soleil,…), dans l’autre, ce sont des lettres de l’alphabet à valeur numérique. Cette dernière pratique, courante chez les Byzantins, n’exclut pas que lui soit associé l’usage de la première, surtout quand il y a deux colonnes de scholies : c’est le cas dans les manuscrits logiques des XIe-XIIe siècles.

Une courte discussion, animée par J. Irigoin, suit ces deux interventions : la mise en page encadrante (ou à couronne) apparaît comme la solution la plus élégante, mais la moins pratique à mettre en œuvre, pour le lecteur comme pour le copiste. M. Maniaci (Univ. de Cassino) soulève la question du décalage entre la quantification du texte et du commentaire. Se trouve par ailleurs posée la question de l’opposition entre manuscrits philosophiques, où la disposition encadrante semble l’emporter aux XIIIe-XIVe siècles, et manuscrits à chaînes, dont il va être question, où c’est la disposition startigraphique (tranches de texte et commentaire se suivent alternativement dans un même bloc d’écriture) qui l’emporte alors.

G. Dorival présente ensuite l’étude des réglures et mises en page dans les manuscrits de chaînes sur les Psaumes. Il rappelle que les chaînes exégétiques grecques sont des « enchaînements » de citations commentant au fur et à mesure un livre biblique. Cette étude lui a permis d’établir que les premières chaînes du VIe siècle reprennent la disposition stratigraphique des commentaires patristiques qui leur ont servi de sources. Toutefois, quelques chaînes anciennes, qui ont recours à des scholies, sont disposées latéralement, comme le sont ces dernières. Très vite les caténistes ont voulu enrichir les chaînes faites d’extraits de commentaires à l’aide de scholies, et les chaînes faites de scholies à l’aide de commentaires. Des chaînes mixtes sont apparues, dont la disposition peut être soit stratigraphique, soit latérale. Les réglures et les mises en page sont dès lors interchangeables. > Texte intégral de la communication

L. Vianès parle de quelques chaînes encadrantes sur Ezéchiel, en examinant comment l’espace de la page a été réparti entre texte et commentaire. Le Chisianus R.VIII 54 crée trois espaces distincts : la chaîne encadre le texte en formant un crochet carré, mais alors qu’elle occupe normalement le bloc extérieur sur toute sa largeur, parfois celui-ci est divisé en deux colonnes égales sur une hauteur de quelques lignes. La colonne intérieure porte alors des gloses de critique textuelle, écrites en majuscule distinctive à la hauteur du passage biblique concerné. Le commentaire contourne ces gloses par la colonne extérieure ; il a donc été écrit après elles. La copie s’est faite en trois étapes : texte biblique, gloses, commentaire. Le texte biblique a une largeur constante, seule sa hauteur varie. Cependant, sur certains chapitres où le commentaire est très maigre, celui-ci n’occupe que la moitié de sa largeur habituelle, tandis que le texte biblique s’étend d’autant. Le Chisianus utilise donc au mieux l’espace de la page. Pourtant, ces raffinements ne sont pas du tout inscrits dans la réglure.

Les descendants du Chisianus copient leur modèle page pour page (sans nécessairement reproduire les détails de sa disposition, notamment l’espace réservé aux gloses) : ainsi l’équilibre entre texte et commentaire établi dans le modèle n’est pas remis en cause. Il est possible de montrer que le Chisianus lui-même est fabriqué suivant cette méthode : il a la même pagination que son modèle, que l’on connaît grâce à son autre descendant, l’Ottobonianus gr. 452. Quelles méthodes suivent les chaînes encadrantes qui ont pour modèle une chaîne stratigraphique ? Le Laur. Plut. V.9 réserve une surface constante au texte biblique ; les blocs de commentaire présentent des formes fantaisistes qui, outre leur élégance, ont aussi pour but de s’adapter à son abondance ou à sa rareté ; le copiste ajoute au besoin une deuxième colonne de commentaire, sans l’avoir prévue à l’avance, car il le fait du côté extérieur de la page, donc à gauche de la première sur les versos. Dans le Laur. Plut. XI.4, texte et commentaire occupent une surface fixe. Le scribe copie intégralement une source principale, puis comble les espaces restés vides par des extraits de deux sources secondaires. Il adapte la quantité de commentaire à l’espace de la page et non l’inverse.

J.-H. Sautel présente pour conclure trois manuscrits de la BnF, qui sont des tétraévangiles des Xe-XIe siècles portant le commentaire de Pierre de Laodicée (en fait, une chaîne exégétique) — les Coislin 20, 21, 22 —, à l’aide de planches et de fiches de réglure et de mise en page. Dans les trois codices, la chaîne entoure le texte sur trois côtés, et la réglure comporte une double linéation (rectrices espacées pour le texte biblique, plus serrées pour le commentaire), sauf dans une partie du Coislin 22, où une linéation unique, adéquate au texte biblique, sert seulement de repère d’horizontalité pour le commentaire patristique. Malgré ces caractéristiques d’ensemble identiques, les trois manuscrits offrent des différences sensibles dans la mise en page, lorsque le rapport du texte au commentaire n’est pas celui prévu par le standard de la réglure. Ainsi, le commentaire de l’appel du publicain Lévi (Mc 2, 12-16), trop court pour occuper tout l’espace prévu pour la chaîne, prend la forme d’une colonne latérale dans le Coislin 20, d’une équerre occupant le bloc supérieur et la moitié du bloc externe dans le Coislin 21, d’un cadre à trois blocs dissemblables (de taille et forme habituelles pour le bloc supérieur, en forme de crucifix pour le bloc externe, avec seulement trois lignes pour le bloc inférieur) dans le Coislin 22. Une telle variété de solutions est grandement facilitée par le fait que la réglure, spécialement à double linéation, offre une structure solide pour la transcription de l’agencement complexe texte-commentaire.

  • Bibliographie : Texte complet de la communication à lire dans Quinio, 3, 2001, p. 113-135 : « Trois tétraévangiles jumeaux entourés de la chaîne de Pierre de Laodicée (Paris, BnF, Coislin 20-22). »

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 décembre 2016

    […] « Mise en page de manuscrits grecs à commentaire » (10 juin 1999) – Responsable de la séance : Jacques-Hubert Sautel (IRHT). Intervenants : Jean Irigoin (Institut de France, AIBL), Michel Cacouros (EPHE, IVe section), Gilles Dorival (Univ. d’Aix-Marseille), Jacques-Hubert Sautel (section grecque), Laurence Vianès (Univ. de Grenoble). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *