Le passage du manuscrit à l’imprimé (10 juin 1999)

Pierre Aquilon (CESR, Tours), André Labarre (BnF), Jean-François Maillard (IRHT, section de l’humanisme)

J.-Fr. Maillard développe en avant-propos le lien étroit entre manuscrits et imprimés. Les humanistes désignaient indifféremment par le mot liber le manuscrit et l’imprimé, marquant ainsi la continuité de l’un à l’autre. Les travaux de codicologie quantitative menés au CNRS de 1985 à 1991 (Quanticod), dont les résultats ont été publiés en 1997, montrent que la structure fondamentale, les conventions de lecture et la présentation du codex n’ont pas changé. Les contraintes techniques et économiques, notamment la composition discontinue et le coût du papier utilisé en plus grande quantité sont à l’origine de différences dans la mise en page. Encore faut-il bien distinguer mise en page déterminant la densité graphique de la page, et mise en texte comme ensemble d’artifices pour la baliser. Sur le long terme, du XIIIe au XVe siècle, la page s’aère en privilégiant les marges, les années de crise à partir de 1480 marquant au contraire sa densification. Il convient cependant de distinguer à cet égard textes latins et textes vernaculaires. La continuité dans la présentation de la page, du manuscrit à l’imprimé, est longtemps entretenue par la fonction cumulée d’imprimeur et de copiste et par l’existence de « manuscrits imprimés », voire de manuscrits reproduisant des imprimés.

La continuité dans la composition et la mise en page du manuscrit à l’incunable (en réalité jusqu’à 1530 et non 1500, date purement conventionnelle) est particulièrement frappante dans les textes en caractères non latins, très peu répandus en Occident avant leur impression par les humanistes, dont l’histoire est celle d’une aventure pionnière et de prouesses techniques. L’impression d’une page de grec ou d’hébreu pose à l’artisan des problèmes spécifiques, dus non seulement aux signes et aux accents, esprits, ligatures et abréviations (empruntées comme l’ensemble des caractères aux écritures manuscrites), mais au mode même de composition discontinue. Les pages de beaucoup d’éditions à usage scolaire sont interlignées suivant l’exemple de copies manuscrites de Georges Hermonyme, ou interfoliées comme dans certaines éditions en hébreu. L’exemple spectaculaire du Psautier en huit colonnes de Giustiniani (1516) résume tous les problèmes de mise en page pour des langues jusqu’à présent inusitées.

P. Aquilon présente ensuite une réflexion sur la naissance du titre (1490-1500). Il a fallu plusieurs décennies pour que les imprimeurs du XVe siècle mesurent le parti qu’ils pouvaient tirer du feuillet initial des livres sortis de leurs presses : n’ayant en effet pour fonction traditionnelle que de protéger le corps de l’ouvrage, il était logique que le recto de celui-ci demeurât blanc. Dans les incunables de « seconde génération », les informations minimales qui deviendront le titre semblent s’adresser plutôt aux libraires et aux relieurs qu’aux lecteurs. Quant aux encadrements gravés sur bois qui s’inspirent des décors peints des manuscrits, ils n’apparaissent encore qu’à l’incipit de quelques productions vénitiennes. À part quelques tentatives isolées au cours des années 80, c’est dans la dernière décennie du XVe siècle, qu’une occupation « xylo-typographique » de ce premier feuillet se généralise.

Une série de très belles projections illustre l’exposé en montrant les diverses voies où se sont engagés les imprimeurs des grands centres de production européens, Venise, Cologne, Lyon et surtout Paris.

A. Labarre traite, pour conclure, de l’évolution de la mise en page et de la présentation des textes. Les premiers imprimeurs ont commencé par suivre la présentation, la mise en page et la décoration des manuscrits, car c’était la seule forme du livre qu’ils connaissaient et utilisaient comme copie. Mais les différences entre l’imprimé et le manuscrit vont altérer cette continuité. Alors que les manuscrits étaient copiés un à un, le tirage des incunables, même s’il demeurait restreint, mettait en jeu quelques centaines d’exemplaires, dont il fallait plier et assembler convenablement les feuilles. C’est pour cela que les imprimeurs ont multiplié les repères : registres, signatures, réclames. En outre, alors que les manuscrits étaient généralement exécutés sur commande, l’imprimerie fait du livre un objet commercial qu’il s’agit de vendre pour récupérer les mises de fonds. D’autres repères apparaissent donc pour attirer les chalands et faciliter l’usage du livre : colophons, pages de titre, marques, titres courants, foliotation, etc. Enfin les nécessités d’une technique différente amènent le livre imprimé à s’écarter peu à peu de son modèle initial. Par exemple, après avoir repris les nombreuses abréviations et ligatures de l’écriture manuscrite, la typographie les allège pour rendre les casses moins volumineuses et simplifier le travail de composition. Par ailleurs, rubricateurs et enlumineurs ne suffisent plus et les imprimeurs doivent utiliser la gravure sur bois qui convient mieux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *